Billy Wilder (1906-2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93004
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Jeremy Fox »

AtCloseRange wrote:Revu la Garçonnière et je me demande si ça n'est pas un des films les plus parfaits qui existent.
Comment être à la fois aussi caustique, touchant, drôle, intelligent...
Je suis assez d'accord.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Federico »

AtCloseRange wrote:Revu la Garçonnière et je me demande si ça n'est pas un des films les plus parfaits qui existent.
Comment être à la fois aussi caustique, touchant, drôle, intelligent... La vision de Wilder du mâle américain de l'époque, de l'American Way of life y est vraiment d'une justesse impitoyable et en même temps, même Fred McMurray n'échappe pas totalement à son empathie.
C'est vrai qu'il s'agit d'une merveille, d'un film miraculeux de justesse... et qui vieillit très bien en plus (paradoxalement, je pense que ça aurait été moins le cas si il avait été tourné en couleurs). De très loin mon préféré de Wilder. Et tu as tout à fait raison concernant McMurray : il en fait davantage un pauvre type parmi tant d'autres qu'un sale type indécrottable. Limite si le pourtant facilement vachard Billy n'est pas trop gentil avec lui (à mettre peut-être sur le compte d'une forme de solidarité masculine, consciente ou moins). :)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16796
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Profondo Rosso »

Sept ans de réflexion (1955)

Image

Richard Sherman, un publiciste, vient de déposer à la gare sa femme et ses enfants. Il prévoit de rester seul pour les vacances d'été dans son appartement new-yorkais. Après sept ans de mariage, il fantasme allègrement sur les filles qu'il rêve de séduire. Sa solitude va vite être troublée par sa charmante voisine blonde du dessus. Il ne tarde pas à l'inviter chez lui pour prendre un verre.

Seven Year Itch est un des films les plus célèbre de Billy Wilder et sans doute celui qui contribua à faire définitivement de Marilyn Monroe une icône. Grande admiratrice de Wilder et consciente de ce que leur collaboration pourrait lui apporter, la star fit donc des pieds et des mains pour travailler avec lui, acceptant au passage un rôle dans La Joyeuse Parade, comédie musicale qui ne l’emballait guère afin de satisfaire le studio.
Le film est un hilarant récit de démon de midi où un homme mûr et rangé voit la tentation frapper à sa porte un été où il est resté seul à New York après avoir envoyé femmes et enfant en vacances. La scène d’ouverture avec sa vision ethnologique amusée montrant ce même rituel chez les premiers habitants indiens de l’île de Manhattan montre ainsi comme un phénomène naturel au sein de la gent masculine. Les hirondelles migrent en automnes, les taupes hibernent en hiver et les hommes cherchent à s’amuser et tromper leurs femmes en été. Tous ? Non, le raisonnable Richard Sherman (Tom Ewell) cherche à tout prix à ne pas être de ces inconscients et mener une existence sage sans femme, tabac et alcool durant cet été qu’il consacrera à son travail. De bonnes résolutions trop appuyées pour être sincères, Wilder multipliant les longues scènes de monologues où Richard se rassérène pour rester sage mais s’il peut contrôler son corps, c’est nettement plus compliqué avec son imagination dévorante, et d’autant plus si elle est stimulée par une voisine au charme volcanique installée là pour l’été.

Image

Sept ans de réflexion sous son sujet trivial représente une date important pour la comédie américaine. Billy Wilder a toujours reconnu ce qu’il devait à ses deux mentors que furent Ernst Lubitsch et Preston Sturges. Ces derniers avaient dès les années 40 annoncés une des thématiques du film de Wilder, la confrontation dans un cadre de comédie du réel et du fantasme. Cette idée court dans toute la filmographie de Preston Sturges et atteint sa plénitude dans Infidèlement votre (1948) où un mari jaloux joués par Rex Harrison imagine trois manières différentes de tuer son épouse adultère durant un concert classique qu’il dirige. Le ton de chacun des meurtres fantasmés oscille entre drame forcé, humour noir et comédie de boulevard au fil des compositeurs classiques entendus (Puccini, Wagner et Tchaïkovski) où le héros se donne le beau rôle mais aura bien du mal à concrétiser l’assurance qu’il a dans le rêve lorsqu’il cherchera à assassiner sa femme dans la réalité. Lubitsch étale lui un dispositif aussi impressionnant que limpide dans son célèbre To Be or Not To Be (1942) où la bêtise de l’idéologie nazie se révèle par effet de miroir dans la pièce satirique qu’en joue une troupe de théâtre puis avec les même codes, situations et jeux de mots dans la réalité lorsque les vrais nazis entre en scène dans une trame d’espionnage rondement menée.

Image

Wilder reprend à son compte ce questionnement dans Sept ans de réflexion mais se l’approprie avec des codes nouveaux. L’influence de Sturges est bien là (une pièce de musique classique ici Concerto pour piano nº 2 de Rachmaninov forçant jusqu’au ridicule le romantisme dans le fantasme de Richard), tout comme celle de Lubitsch (le jeu des sept erreurs que l’on s’amusera toujours à faire dans le mimétisme détourné entre réel et fantasme) mais Wilder réussit à amener une proposition plus moderne et percutante. Cela se fera par la figure de la parodie où les rêves de Richard se dessinent à l’aune de sa propre culture et des succès cinématographique du moment : une baiser baveux sur la plage détournant Tant qu’il aura des hommes (1953) où il remplace Deborah Kerr en embrassé assailli, Le Portrait de Dorian Gray (1945) d’Albert Lewin où rongé par la culpabilité notre héros voit son vrai visage de créature dépravée se révéler à lui dans un miroir… La publicité est également convoquée dans ce détournement avec les hilarants moments où Marilyn Monroe délaisse la réclame de dentifrice qu’elle est en train de déclamer pour fustiger ce pervers de Richard en direct à la télévision, des millions d’américains pouvant scruter notre héros penaud. Si Wilder n’a certes pas inventé la notion de parodie au cinéma, sa manière de l’utiliser est grandement novatrice et annonce avec 20 ans d’avance tous les détournements cultissimes des ZAZ (Hamburger film sandwich (1977), Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (1980), Top Secret (1984)).

Image

La pièce originale de George Axelrod rendait l’adultère effectif mais au grand désespoir de Billy Wilder la morale doit rester sauve dans le film afin de ne pas enfreindre le Code Hays. Qu’à cela ne tienne, le réalisateur nous fera regretter qu’il n’ait pas eu lieu puisque sous les artifices Sept ans de réflexion est une œuvre immensément attachante pour ses personnages. Tom Ewell (reprenant le rôle qu’il tenait déjà dans la pièce) est l’incarnation même de l’américain moyen, personnage ordinaire et commun que l’on ne remarque pas si ce n’est dans ses rêves délirant. La seule idée qu’il pourrait en séduire une autre le met en nage tant pour lui c’est une situation improbable et effectivement lorsqu’il tentera sa chance dans la réalité il se couvrira de ridicule (la tentative de baiser avortée sur fond de Rachmaninov). Face à lui, le fantasme absolu, le sex-symbol ultime Marilyn Monroe dont les formes ravageuses n’ont d’égales que la candeur de son attitude.

Image

Tout à la fois inconsciente et pas dupe de l’effet qu’elle produit sur les hommes, elle est proche et inaccessible, chimère sexuée et girl next door dans un équilibre qu’elle était la seule à pouvoir atteindre. Les scènes mettant cette sexualité agressive en avant n’ont cours que dans le fantasme finalement, ses apparitions dans le réel même en la mettant son physique en valeur maintenant toujours une vrai élégance et respect (y compris la légendaire séquence de la bouche d’aération soulevant sa robe finalement très sobre) car le personnage qu’elle incarne dépasse cette notion de simple tentation. La confrontation entre rêve et réel ne manque pas d’exploiter le cliché de la blonde écervelée (les conversations faussement sophistiquée et spirituelles du monde des rêves étant remplacées par les remarques très triviales de Marilyn dans la réalité) mais entre moues amusées, rire éclatant et regard tendre, impossible de résister. Certainement pas à cause de ce simple attrait physique mais parce c’est elle qui a tout compris, remettant Tom Ewell en valeur par cette tirade qui résume parfaitement le film :

Your imagination! You think every girl's a dope. You think a girl goes to a party and there's some guy in a fancy striped vest strutting around giving you that I'm-so-handsome-you-can't-resist-me look. From this she's supposed to fall flat on her face. Well, she doesn't fall on her face. But there's another guy in the room, over in the corner. Maybe he's nervous and shy and perspiring a little. First, you look past him. But then you sense that he's gentle and kind and worried. That he'll be tender with you, nice and sweet. That's what's really exciting.

L’américain moyen et complexé est replacé à sa juste place, la supposé blonde écervelée et fille facile s’avère une amoureuse compréhensive et lucide et bien évidemment ces deux-là doivent finir ensemble, toute la progression du film tendant à cette issue. La façon précipitée et impromptue avec laquelle la morale reprend sa place (la très poussive confrontation avec « l’amant » et l’argument de la pagaie à rapporter) ne laissera dupe personne, le film s’est conclu réellement un peu plus tôt avec la déclaration d’amour sous-jacente de Marilyn et la concrétisation de la tension érotique ayant couru tout au long de l’intrigue. Billy Wilder mettra un point final magistral à ce questionnement du fantasme/parodie dans Certains l’aiment chaud (1959) pour une approche plus frontale et provocatrice dans Embrasse-moi idiot (1964). Entretemps, des contemporains lui auront génialement emboités le pas comme Frank Tashlin avec son diptyque La Blonde et moi/La Blonde Explosive (1956,1957, plus drôles et délirant que le Wilder mais bien moins attachant) et il aura ouvert la voie à d’autres maîtres de la comédie comme Richard Quine (qui approfondira la question à son tour dans sa trilogie L’Inquiétante dame en noir (1962) Deux têtes folles (1964) et Comment tuer votre femme (1964)) ou le Stanley Donen de Fantasmes (1967)… 5/6
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93004
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Jeremy Fox »

Le premier film signé Billy Wilder, c'est en fait Mauvaise graine qu'il coréalise avec Alexandre Esway en France. Antoine Royer vous en dit plus à l'occasion de la sortie en DVD chez Lobster de ce film méconnu.
Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Hitchcock »

Jeremy Fox wrote:Le premier film signé Billy Wilder, c'est en fait Mauvaise graine qu'il coréalise avec Alexandre Esway en France. Antoine Royer vous en dit plus à l'occasion de la sortie en DVD chez Lobster de ce film méconnu.
Tiens justement, je l'ai découvert samedi. Un petit film sympathique.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23399
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Commissaire Juve »

Hier soir, le film du cinéma de minuit ne m'a pas branché. Je me suis repassé le gouffre aux chimères (en DVD Criterion).

Image
The circus is over...
You can have me for nothing !
Sacré Kirk !

Je trouve stupéfiant qu'il n'y ait toujours pas d'édition française. Les Anglais ont carrément un BLU (chez Eureka MOC... avec une jaquette bien immonde). On sent le gaz ou quoi ?
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by kiemavel »

Commissaire Juve wrote:Je me suis repassé le gouffre aux chimères (en DVD Criterion).

Image
Je trouve stupéfiant qu'il n'y ait toujours pas d'édition française. Les Anglais ont carrément un BLU (chez Eureka MOC... avec une jaquette bien immonde). On sent le gaz ou quoi ?
Image
J'ai celui ci, le DVD espagnol qui se présente dans un bon gros coffret métal assez classe même si on peut discuter la devanture en couleurs d'un film lui-même en B&W. C'est une édition Paramount avec un tas de langues exotiques mais pas de français. Le même DVD est sorti au Danemark et est sans doute trouvable dans les autres pays du coin puisque le film est sous titré notamment dans toutes les langues nordiques. Il existe aussi une édition Italienne et en GB, le DVD + le Blu. J'espère quand même qu'on l'aura avant l'Albanie :mrgreen: . Ce serait un obscur metteur en scène dont le seul titre de gloire aurait été I Was a Teenage Zombie, on dirait rien mais là…
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23399
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Commissaire Juve »

:lol: C'est tutafé ça ! Faut croire qu'on a vendu du beurre aux Allemands.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by kiemavel »

Commissaire Juve wrote::lol: C'est tutafé ça ! Faut croire qu'on a vendu du beurre aux Allemands.
Ben, c'est pire, on leur en a donné alors qu'ils ne réclamaient rien
Bogus
Electro
Posts: 857
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Bogus »

Boulevard du crépuscule

Un film absolument angoissant!
Plus sérieusement c'est l'ambiance morbide, à la lisière du fantastique (ce château lugubre et délabré), présente les trois quarts du temps qui m'a étonné.
Ce métafilm, à la fois film noir et critique du star système et de la machine hollywoodienne, n'a pas pris une ride et j'ai beaucoup aimé l'habileté de Wilder à jongler entre différentes tonalités (même si on ne peut pas vraiment dire qu'on passe du rire aux larmes).
Norma Desmond, ancienne star de cinéma vivant dans l'illusion de sa gloire passée est tour à tour pathétique, grotesque, effrayante (la fin!) et bouleversante (en larmes sur Ce n'est qu'un au revoir le soir du réveillon :( ).
Joe Gillis (excellent William Holden, tout en ironie) scénariste fauché, aux abois devient le "prisonnier" complaisant de cette dernière cédant à l'appât du gain (même si une certaine culpabilité le pousse à rester dans un deuxième temps) et quitte peu à peu la vrai vie pour s'enfermer dans cette comédie sinistre et hors du temps. Heureusement pour lui (et pour nous) il s'autorise quelques bouffées d'oxygène en sortant, allant "écouter les gens rire", exercer enfin son vrai métier de scénariste et surtout flirter avec la charmante Nancy Olson.
Malheureusement Norma ne supportera pas qu'il se décide à reprendre sa liberté, en essayant vainement au passage de la libérer de l'illusion dans laquelle elle s'est réfugiée.

En fait je ne sais pas quoi dire sans radoter avec la critique très complète du site... :mrgreen:
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15630
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Watkinssien »

Et il y a aussi, en ce moment sur Arte, le superbe Fedora qui complète à merveille ce chef-d'oeuvre.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18665
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Supfiction »

Watkinssien wrote:Et il y a aussi, en ce moment sur Arte, le superbe Fedora qui complète à merveille ce chef-d'oeuvre.
La scène avec Henri Fonda m'a réjouit. Pour le reste, c'est assez inégal.
Sinon, je trouve que le film a des ressemblances avec Obsession de De Palma (musique, photographie, thématiques).
Bogus
Electro
Posts: 857
Joined: 14 Jul 14, 19:02

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Bogus »

Watkinssien wrote:Et il y a aussi, en ce moment sur Arte, le superbe Fedora qui complète à merveille ce chef-d'oeuvre.
Critique du monde du cinéma et du star système, William Holden, voix off, une actrice vivant recluse dans une grande maison, Fedora fait effectivement beaucoup penser à Sunset Boulevard.
Norma Desmond était une ancienne star vivant dans l'illusion de sa gloire passée alors que Fedora est une icône qui sacrifie sa vie (et celle des autres) afin d'entretenir sa propre légende.
Le film a un aspect hors du temps, en décalage avec le nouvel hollywood (gentiment taclé par Wilder au détour d'une réplique).
Une oeuvre plutôt plaisante malgré un côté bancal notamment avec l'explication du pourquoi du comment qui n'en finit pas.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23391
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by AtCloseRange »

Bogus wrote:
Watkinssien wrote:Et il y a aussi, en ce moment sur Arte, le superbe Fedora qui complète à merveille ce chef-d'oeuvre.
Critique du monde du cinéma et du star système, William Holden, voix off, une actrice vivant recluse dans une grande maison, Fedora fait effectivement beaucoup penser à Sunset Boulevard.
Norma Desmond était une ancienne star vivant dans l'illusion de sa gloire passée alors que Fedora est une icône qui sacrifie sa vie (et celle des autres) afin d'entretenir sa propre légende.
Le film a un aspect hors du temps, en décalage avec le nouvel hollywood (gentiment taclé par Wilder au détour d'une réplique).
Une oeuvre plutôt plaisante malgré un côté bancal notamment avec l'explication du pourquoi du comment qui n'en finit pas.
J'avais été dur avec le film la dernière fois que je l'avais tenté (avec une copie pourrie) mais c'est toute cette explication qui a fait le prix du film pour moi.
Avant, je trouve que le film a dû mal à trouver le ton juste avec des personnages pittoresques gratuits (Mario Adorf, José Ferrer) et un William Holden bien fatigué. Si je rajoute que je trouve la photo de Gerry Fischer assez cheap (surtout dans les extérieurs) et les péripéties un peu grotesques (le coup sur la tête de William Holden qui le fait "dormir" 7 jours...), j'étais bien content de voir ces longs flashbacks explicatifs (nous amenant en territoire à la de Palma) et Holden s'effacer.
A noter que c'est Stephen Collins (sic) qui joue Holden jeune.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Billy Wilder (1906-2002)

Post by Federico »

Certains l’aiment chaud en dernier sujet de la semaine consacrée aux mélange de genres en novembre dernier dans l'émission Les nouveaux chemins de la connaissance.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz