Les Communiants (Ingmar Bergman - 1963)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Les Communiants (Ingmar Bergman - 1963)

Post by Roy Neary »

C'est lundi, c'est Bergman !
Aujourd'hui, William Lee vous présente sa chronique des Communiants.

:arrow: Les Communiants
Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

A part les Fraises sauvages (et encore...) on ne peut pas dire que vous vous soyez attaqués à la période la plus "lumineuse" du cinéaste ! :mrgreen:

Cela dit, il y a deux trois petites touches qui me font bien marrer dans ce film : le soupir de la gamine pendant l'office (au début)... la désinvolture de l'organiste... arf ! :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Commissaire Juve wrote:A part les Fraises sauvages (et encore...) on ne peut pas dire que vous vous soyez attaqués à la période la plus "lumineuse" du cinéaste ! :mrgreen:

Cela dit, il y a deux trois petites touches qui me font bien marrer dans ce film : le soupir de la gamine pendant l'office (au début)... la désinvolture de l'organiste... arf ! :mrgreen:
Effectivement, la grosse poilade :lol:
:|
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

phylute wrote:
Effectivement, la grosse poilade :lol:
Si, si... je suis sensible à ce côté "pince sans rire". :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Commissaire Juve wrote:
phylute wrote:
Effectivement, la grosse poilade :lol:
Si, si... je suis sensible à ce côté "pince sans rire". :mrgreen:
Je rigole mais effectivement, cette séquence d'ouverture est d'un comique finement ciselé !
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Image

Suis-je le seul à trouver cette image, pourtant très simple, d'une beauté sans pareil?
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Commissaire Juve wrote:A part les Fraises sauvages (et encore...) on ne peut pas dire que vous vous soyez attaqués à la période la plus "lumineuse" du cinéaste ! :mrgreen:
En même temps, ce n'est "que" la cinquième chronique dans ce cycle Bergman, et tu ignores de quoi est composé le reste du programme, héhé.

phylute, sinon, ta chronique est excellente, je te rejoins totalement sur le portrait de cet homme qui se raccroche aux éléments matériels de son rite, de sa fonction, espérant sans trop y croire que Dieu peut revenir dans sa vie (ce qui est impossible, puisque c'est finalement son amour envers sa femme qui le tournait vers Dieu). Il est en deuil et ne parviens pas à trouver dans le réel, dans le présent, quoi que ce soit (ou qui que ce soit) qui se montre à la hauteur de ses idéaux d'autrefois, aussi s'enfonce-t-il dans l'amertume (et comme tu le soulignes, sa relation avec Jonas est symptômatique de cette attitude: il en veut à celui qui vient lui demander des réponses).

Deux petites coquilles sinon: "Sven Nyvist" à la troisième ligne, et "Peter Coxie" dans la description des bonus du Criterion.
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

MJ wrote:Image

Suis-je le seul à trouver cette image, pourtant très simple, d'une beauté sans pareil?
Ben non, vu que je l'ai choisie en capture :idea:
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Ouais, c'est ce que je viens aussi de me dire à l'instant. :|
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24911
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

Belle chronique pour, peut-être, le film que je préfère de Bergman (parmi ceux que j'ai vus :mrgreen: )

En particulier, je ne connaissais pas cette phrase : "quand vous êtes une vieille pute, c’est difficile de retirer tout le maquillage ", mais elle incarne assez bien ce que j'aime dans ce film, comparativement aux oeuvres plus empreintes de néo-réalisme qui peuvent la précéder (et me laisser assez froid).
Ici, la sobriété et le dépouillement favorisent l'épanouissement d'une poésie et d'une introspection passionnantes, et la démarche jusqueboutiste de la mise en scène (les 7 minutes de plan fixe sur le visage d'Ingrid Thulin sont incroyables) libère ainsi une émotion dingue...
Par ailleurs, au niveau théologique, ce film est une réflexion passionnante sur la foi et le doute, l'écho christique du Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné lâché par le pasteur en mal de foi étant bouleversant... et lourd de conséquences...
Je possède personnellement le double Z2 avec Sensualité, et comme le mentionne la chronique, la qualité d'image est très satisfaisante, notamment les premiers plans du film, sur l'église, à pleurer de beauté...
Bon, après, c'est sûr que si Bergman, c'est pas votre trip, ce film-ci est un peu radical dans le genre mutique-épuré...
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

ed wrote:Par ailleurs, au niveau théologique, ce film est une réflexion passionnante sur la foi et le doute, l'écho christique du Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné lâché par le pasteur en mal de foi étant bouleversant... et lourd de conséquences...
Je l'ai même pas vu mais dans ces conditions peut-on voir le prêche de début du film et celui final où il n'y a plus qu'Ingrid Thullin dans l'église comme une forme de calvaire? Le prêchoir devenant le Golgotha de Gunnar Björnstrand..?

Enfin je dis ça moi, je dis rien...
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

phylute wrote:
MJ wrote:Image

Suis-je le seul à trouver cette image, pourtant très simple, d'une beauté sans pareil?
Ben non, vu que je l'ai choisie en capture :idea:
(pour ne rien gâcher, elle illustre une bien belle chronique)

Aaah, ce monologue. Pour une figure de style si typiquement théâtrale, si le(la) comédien(ne) n'est pas à la hauteur...

Quand ce plan démarre, on est tout de suite frappé par son impact visuel et à mes yeux, il doit tout à Ingrid Thulin. Port de tête, ligne des épaules incertaine, les larmes prêtes à monter, c'est extraordinaire. Si je me souviens bien, son corps reprend, lors d'une poignée de secondes, une posture plus sûre et plus déterminée, tandis qu'elle semble retrouver quelque force morale, pour finalement s'écrouler à nouveau. A la limite, le texte devient secondaire, tant tout passe par l'expression du corps...

Sinon, je suis davantage concerné par les problématiques de couple que les interrogations eucharistiques, même si elles sont indissociables.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12332
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Post by Jack Griffin »

MJ wrote:Je l'ai même pas vu mais
:roll:
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

MJ wrote:
ed wrote:Par ailleurs, au niveau théologique, ce film est une réflexion passionnante sur la foi et le doute, l'écho christique du Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné lâché par le pasteur en mal de foi étant bouleversant... et lourd de conséquences...
Je l'ai même pas vu mais dans ces conditions peut-on voir le prêche de début du film et celui final où il n'y a plus qu'Ingrid Thullin dans l'église comme une forme de calvaire? Le prêchoir devenant le Golgotha de Gunnar Björnstrand..?

Enfin je dis ça moi, je dis rien...
Dis rien


:mrgreen:
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Simone Choule
antépiphoromaniaque
Posts: 4355
Joined: 13 Apr 03, 14:39
Location: Chez Trelkovsky...

Post by Simone Choule »

Bon ce film est un chef d'oeuvre hein...
Totalement glaçant.
Et très très belle chronique de l'ami Lee (William pas Bruce).

Si je ne suis pas intervenu pour le moment sur les chroniques Bergman, c'est que j'ai un aveu à faire : le Bergman des années cinquante m'emmerde ! Je le trouve froid (oui même Les Fraises sauvages qui regorge pourtant d'idées sublimes). Alors bien sûr ça reste passionnant mais ça ne me touche pas. Allez savoir pourquoi...

Le Bergman qui me transcende c'est celui qui commence avec La Source : pile poil 1960 ! Avec celui-là je commence à m'élever dans les airs. Alors vivement les prochaines chroniques...

Voilà, c'était mavieavecbergman.com.