Stanley Donen (1924 - 2019)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9057
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Alexandre Angel »

Autre film et retour de Bob Fosse



...et retour à Pique nique en pyjama et l'esprit Bob Fosse , filmé à la Donen.

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90468
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1396
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Barry Egan »

Un jour à New York

Je vois mal comment je pourrais en dire plus que la chronique de Classik. J'ai pris mon pied. Le plus beau moment est la chanson de Sinatra avec la chauffeuse de taxi au sommet de l'Empire State Building. C'est drôle et poignant. La toute-fin va trop vite, j'aurais volontiers signé pour un quart d'heure de rab.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90468
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Jeremy Fox »

Dirk Diggler wrote: 6 Oct 20, 18:30 Un jour à New York

Je vois mal comment je pourrais en dire plus que la chronique de Classik. J'ai pris mon pied. Le plus beau moment est la chanson de Sinatra avec la chauffeuse de taxi au sommet de l'Empire State Building. C'est drôle et poignant. La toute-fin va trop vite, j'aurais volontiers signé pour un quart d'heure de rab.

8)
User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1396
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Barry Egan »

Beau fixe sur New York

Les 3 Donen-Kelly semblent former un tout, et il ne serait pas complet sans ce fragment aussi excellent que les deux autres. J'ai eu l'impression de voir l'idée de ce plan sur le regard trahi de Debbie Reynolds dans "Singin' In The Rain" étendue sur un film entier, comme si l'ombre de ce regard planait au-dessus sans cesse. Il y a une forme d'agressivité sous-jacente qui porte le film au-delà de l'intemporalité des deux précédents, qui en confirme en fait le caractère intemporel. En inscrivant ces danses et ces chansons gaies dans un contexte morose (les couples qui se déchirent, la mafia qui menace, la télévision qui aplatit tout, le branding inepte), on en ressort avec encore plus de joie que d'ordinaire. Oui, le numéro avec les couvercles de poubelle, oui, Cyd Charisse au milieu des boxeurs, mais oui aussi au moustachu en crise, oui à la présentatrice télé qui démolit du Liszt et oui aux bagarres en direct. La fin est-elle amère ? Non, car les trois amis ont tous enfin un foyer. Se revoir ne sera dès lors plus un devoir comme chez les soldats, l'affinité seule en décidera. Et oui, car le foyer est le lieu même du devoir. Le lieu où les affinités doivent affronter la langueur du quotidien. Comment réconcilier tout ça ? Par une culture de la joie, qui est celle des deux premiers films du triptyque. Et par extension...
Image
User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1396
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Barry Egan »

Voyage à deux

Si l'on veut bien accepter la personnalité assez fermée d'Albert Finney et en voir en elle le pendant logique de l'ouverture assez phénoménale d'Audrey Hepburn, alors le film se dévoile et devient très agréable. Il m'a fallu du temps pour m'acclimater au personnage masculin, à comprendre sa façon de jouer avec le personnage féminin. C'était pour moi plus mystérieux que les flashbacks incessants et jamais annoncés, auxquels je me suis fait très vite et qui énoncent le propos du film : le non-effet de la temporalité sur l'attachement véritable, le non-effet des événements, des disputes, des tromperies. Le bonheur premier vécu dans la simplicité fondant toute la suite, se fondant dans la suite, la rendant supportable. Le film offre aussi une vision très agréable de la famille nucléaire :

Image

:mrgreen:
Image
User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1396
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Stanley Donen (1924 - 2019)

Post by Barry Egan »

Charade

Mitigé sur ce film qui a beaucoup de qualités mais aussi beaucoup de défauts, semblant englober ce qui fait le charme et les limites de son époque. Le générique de départ très coloré est suivi de séquences très ternes ; jamais on ne retrouve cette esprit, ce qui rend perplexe dès le départ. L'histoire est très charmante mais souffre de trop de circonvolutions, l'humour fait mouche mais n'empêche pas ces circonvolutions de se montrer trop absurdes, Cary Grant est trop âgé mais parfait, Audrey Hepburn parfaite mais trop jeune. Malgré le plaisir qu'on prend à se faire balader au gré des événements dans un très beau Paris, cette mise en scène assurée et ce suspense pas trop mal fichu, je n'ai pas accroché plus que ça, surtout une fois
Spoiler (cliquez pour afficher)
que Cary Grant se voit (se soit, en fait) affublé d'une identité de trop
. La fin vient expliquer les subterfuges de manière sympathique, mais cela n'a pas satisfait parce que l'entourloupe était trop grosse à la base.
Image