Le Cercle rouge (Jean-Pierre Melville - 1970)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Le Cercle rouge (Jean-Pierre Melville - 1970)

Post by Julien Léonard »

Salut à tous !

Je viens de voir pour la première fois "Le cercle rouge", superbe chef-d'oeuvre de Jean Pierre Melville, datant de 1970, avec Alain Delon, Bourvil, Yves Montand, Gian Maria Volonte, François Perrier...

Alors moi je vous le dis tout de suite, je suis cinéphile et j'adore le cinéma dans son ensemble et sa diversité... Mais il y a un groupe de films qui exercent sur moi leur éternelle facination, et je pense que c'est pareil pour vous. J'ai vu des milliers de films, j'en ai adoré un énorme paquet, mais il y a un groupe de films (environ une bonne centaine) qui ont eu un impact décisif sur moi et mon rapport au cinéma... Je citerai, entre beaucoup d'autres : "Rio Bravo", "La prisonnière du désert", "Le grand sommeil", "La charge héroïque" (n'est-ce pas Jeremy), "La chevauchée fantastique", "Police Python 357", "Blade runner", "Metropolis", "L'homme qui tua Liberty Valance", "Le trésor de la Sierra Madre", "Sueurs froides"... etc etc, et plein d'autres...

Et bien "Le cercle rouge" rentre dans ce cercle perso très fermé de mes films favoris... Là, je suis sonné, encore sous le choc, éblouit par des interprètes et une équipe technique (surtout Melville) tous au diapason ! Je reviendrai sur ce topic pour m'exprimer un peu plus sur ce film, en plus exact et plus technique, mais pour le moment, je vis ma joie de l'avoir vu, d'avoir profité de tous ses détails... bref, je suis vraiment heureux dans ces moments là... ces moments où l'on découvre un film tellement parfait qu'on ne se demande même plus pourquoi on aime le cinéma... Et pour moi, ce soir, après avoir vu cette oeuvre somptueuse de Melville, je le dis : "Le cercle rouge" sent le cinéma dans toute sa splendeur !

Là je vais me regarder les bonus du DVD, pour peu je remettrais tout de suite le film d'ailleurs... Désolé d'voir pris un topic rien que pour en parler, mais fallait que je le dise. Les films (même les bons nanars) me procurent toujours grand plaisir, mais "Le cercle rouge" fait partie de ces films qui me procurent un plaisir indescriptible, génial... 2H15 de pur bonheur !

Voilou... :D


PS pour Jeremy (il comprendra) : Après avoir lu ce que j'ai lu sur "Seuls les anges ont des ailes" de Hawks, je vais aller me l'acheter demain, et franchement, je m'attend à vivre le même style de choc (dans un tout autre genre cinématographique, je vous l'accorde)... A suivre... Et merci pour tes conseils sur un autre topic... :wink:
Image
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

Ca fait plaisir de lire autant de passion dans la découverte d'un film. :D
Et d'ailleurs ce film en particulier mérite amplement ton coup de coeur. Je considère Le Cercle rouge comme l'un des meilleurs films de Melville et d'ailleurs comme l'un des tous meilleurs films policiers français.
Image
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Roy Neary wrote:Ca fait plaisir de lire autant de passion dans la découverte d'un film. :D
Et d'ailleurs ce film en particulier mérite amplement ton coup de coeur. Je considère Le Cercle rouge comme l'un des meilleurs films de Melville et d'ailleurs comme l'un des tous meilleurs films policiers français.
Mitou.

Un véritable chef-oeuvre, l'aboutissement des recherches formelles de son auteur (celà dit, je n'ai pas vu Un flic). Le silence qui préside à sa mise en scène répond à la méticulosité professionelle de ses bandits. Et quel casting ! Bourvil trouve là peut-être son plus beau contre-emploi, rejoignant la géniale figure du commissaire Melvillien, ici loin de tout manichéisme. Montand en névrosé, Delon en homme de marbre, Volonte en rescapé du milieu.

Brillant.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18191
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Post by Kevin95 »

Max Schreck wrote:
Roy Neary wrote:Ca fait plaisir de lire autant de passion dans la découverte d'un film. :D
Et d'ailleurs ce film en particulier mérite amplement ton coup de coeur. Je considère Le Cercle rouge comme l'un des meilleurs films de Melville et d'ailleurs comme l'un des tous meilleurs films policiers français.
Mitou.
Pareil :) !

Une merveille qui reste pour moi comme le meilleur policier français de tout les temps !

Pour ce qui est de Un Flic, je te conseil de pas trop espéré une oeuvre à la mesure du Cercle Rouge, c'est un polar lent (et assez déroutant lors de la 1er vision) et qui s'apprécie sur plusieurs visions. Mais n'est pas aussi complexe, construit et maitrisé que le cercle.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

Un polar que j'admire énormément mais qui manque d'émotion. Le film est froid, sec, brillant mais dénué d'humanisme.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

George Bailey wrote:Le film est froid, sec, brillant mais dénué d'humanisme.
Dénué d'humanisme sans doute, mais pas d'humanité. :wink:
Image
Bob Harris

Post by Bob Harris »

Roy Neary wrote:Je considère Le Cercle rouge comme l'un des meilleurs films de Melville et d'ailleurs comme l'un des tous meilleurs films policiers français.
Plussin !
User avatar
Addis-Abeba
Mouais
Posts: 12729
Joined: 12 Nov 04, 23:38
Location: Chocolatine

Post by Addis-Abeba »

George Bailey wrote:Un polar que j'admire énormément mais qui manque d'émotion.
Pareil, le film est bon, mais tout est trop calculé, calibré, c'est une machine parfaite mais oui qui manque d'émotion et à ce titre ne rentre pas au panthéon de mes films préfèrés.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Non Primus, tu ne peux pas être Nutella.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Post by Julien Léonard »

Je me le suis zieuté encore deux fois depuis... Une perfection de mise en scène à tous les étages, avec des interprètations inoubliables : une économie de dialogues imparable et qui donne une scrée froideur à l'ensemble !

J'adore, j'adore, j'adore, j'adore... ! :D
Image
kayman
Réalisateur
Posts: 6764
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

Rien à rajouter sur ce que dis Julien Léonard, j'applaudis. Grosse mention au passage à la formidable BO d'Eric Demarsan qu'on trouve dans une belle édition CD et qui replonge immédiatement dans l'ambiance du film.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Post by Julien Léonard »

Comme je suis amateur de musiques de films, je crois que je vais ma la trouver en CD... :wink:
Image
JamesCicero
Invité
Posts: 461
Joined: 21 Jan 05, 11:25

Post by JamesCicero »

Jean-Pierre Melville le plus américain des cinéastes français ou plus exactement le plus hollywoodien de nos cinéastes français. Evidemment que Le Cercle est un des plus grands films noirs français avec Le Deuxième souffle, Le Samouraï et l'extraordinaire Le Doulos pour lequel j'ai personnellement un petit faible (pour feu Reggiani, entre autres, un peu moins pour Bébel).

Cinéaste peu bavard (ce qui est forcément un plus). Son cinéma (je parle de ses films noirs, les plus accomplis de toute son oeuvre) s'attarde peu sur le côté psychologique de ses personnages qu'il préfère de très loin mettre en situation, en action. Se rappeler par exemple la très belle scène d'ouverture du Deuxième souffle qui met en scène l'évasion de Lino (clin d'oeil plus qu'évident au magnifique film de Robert Bresson : Un condamné à mort s'est échappé). Aucune parole n'est échangé entre les détenus qui tentent de se faire la malle, même quand l'un des trois fait une chute mortelle. Les plans PARLENT d'eux-mêmes et le noir et blanc (ou plutôt il faudrait parler de gris chez Melville, lui qui est si peu expressionniste, si peu langien) rend la scène encore plus parlante dans son mutisme figé. Le cinéma chez Melville n'aime pas les temps morts et retrouve par là sa définition première qui est d'être en mouvement. On se déplace beaucoup aussi dans Le Cercle même si c'est pour se retrouver in fine dans un lieu clos où la mort attend chacun des protagonistes du film (Delon, Montand, Volonte) venus tous d'horizon si différent. Le cercle se referme et ne laisse pas cette fois-ci s'échapper ses condamnés à la différence du film de Robert Bresson. Melville ne croit apparemment pas aux échappées belles ...
Sergius Karamzin
Invité
Posts: 5977
Joined: 14 Apr 03, 11:54

Post by Sergius Karamzin »

Je n'aime pas ni n'ai jamais aimé "Le cercle rouge". Tout sonne faux, tout m'ennuie. même Montand en sueur ayant peur de ses placards, même le coup tiré à la carabine.

zzzzzzzz. Ozu me file la pêche à côté.

Je suis cash ce matin, je vais me faire des ennemis avec si peu d'arguments. :lol:
Vous voulez maroufler ? Je suis votre homme...
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13457
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Beau texte Julien, qui communique bien ton amour pour le film et le cinéma en général.
kayman wrote:Rien à rajouter sur ce que dis Julien Léonard, j'applaudis. Grosse mention au passage à la formidable BO d'Eric Demarsan qu'on trouve dans une belle édition CD et qui replonge immédiatement dans l'ambiance du film.
J'ai récemment eu l'occasion d'écouter la BO composée à l'origine par Michel Legrand, qui n'a pas été retenue finalement. Superbe également.
Si vous avez l'occasion de l'écouter, ne vous privez pas.
Ubu
Doublure lumière
Posts: 320
Joined: 17 Feb 04, 23:13
Location: en Pologne

Post by Ubu »

JamesCicero wrote:Le cinéma chez Melville n'aime pas les temps morts et retrouve par là sa définition première qui est d'être en mouvement.
Je trouve au contraire qu'il y a des temps morts chez Melville, par exemple dans Le deuxième souffle ou Deux hommes dans Manhattan. Ce sont de faux temps morts si tu veux, ils sont calculés et voulus comme tels, mais ils participent aussi à l' "épaisseur" de son cinéma.