Lucy (Luc Besson - 2014)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Anorya » 27 août 14, 12:57

Fallait bien que quelqu'un se "dévoue" vu qu'on en parlait beaucoup.
En bien parfois, en mal beaucoup.
Pour cette fois je vais changer d'épaule et ouvrir le topic avec une "critique" (*tousse*) un peu négative. A ceux qui l'ont apprécié de pouvoir en parler bien mieux que je ne le pourrais. :fiou:
Non mais j'avoue que ça me démangeais en fait, pardon. :oops: :mrgreen:
Pas taper les modos, hein pas taper.

========


Image
:D

A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l'infini.
Elle «colonise» son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités...



Quelque part j'ai l'impression que tout le film est un aveu de la part de Luc. "J'ai plus envie de faire du cinéma" ou "Tourner c'est lourd et fatiguant".
Pourtant je sais pas, il devait bien y avoir une étincelle au départ, une idée, une ambition. Fascinante impression de constater pendant le visionnage que tout fout le camp en direct. Si, si. La mise en scène (formidable cet accéléré/ralenti sur les bad boys arrivant vers la Johansson au début, les inserts, les cadrages moches), la pensée, Eric Serra qui semble découvrir Pro Tools et abandonner dans le même temps. Je sais pas. Je n'avais plus vu de film récent de Besson depuis Le cinquième élément du coup je partais sans a priori sur le film. Et si j'avais évité soigneusement son Adèle Blanc-Sec par respect pour la BD de Tardi et la peur évidente d'être déçu, je me disais qu'avec un tel sujet de SF, Lucy prévoyait du lourd.

Au final, l'impression étrange que le Besson producteur (un peu comme Mozinor le caricaturait) a remplacé le Besson cinéaste. Celui qui avait pu m'émerveiller avec Atlantis, Nikita et Le grand bleu. Suis-je trop vieux pour ces conneries ? Être ou ne pas être ? Fromage ou dessert ? Le mieux c'est sans doute de laisser Luc parler du film. Luc, c'est à toi.


Image



Merci. Du coup, pour mieux qu'on comprenne mon film, je vais en parler tout en absorbant un peu de la drogue du film.
...Voilà...
Donc Lucy à 10% prend de la drogue, elle a un orgasme, elle se frotte au mur, au plafond, elle fait l'amour aux néons, c'est très beau, j'y place un clin d'oeil à Subway, l'un de mes tous premiers films vous savez. On voit tout de suite que côté direction d'acteurs, c'est autre chose que son bidule là, Under the skin (j'y fais un clin d'oeil aussi à la fin pour dire que j'ai vu le film hein) d'où elle dégageait quelque chose. Non, là, elle est vraiment mal dirigée et j'ai pris un grand plaisir à ce que vous sentiez qu'avec mon film, elle est vraiment très mauvaise. Un gros challenge de rendre mauvais un acteur qui a su prouver qu'il pouvait aller très loin. Tout un travail de déconstruction vous savez.



Image



A 20%, elle peut prendre possession de tout son corps et influer sur celui des autres et la matière. C'est très pratique, j'ai essayé une fois à distance pendant le tournage en me préparant un risotto. Mais comme je ne contrôlais pas encore la nature des molécules de riz, j'en ai foutu plein mon chef op'. J'ai ri, pas lui. Pourtant, je suis un vrai boute-en-train sur les tournages.


Image



30%. Tiens, pendant que j'y pense, j'ai mis plein de panneaux comme des chapitres qui indiquent le pourcentage de progression de Lucy invariablement à la destruction des neurones du spectateur et de moi-même. A la fin le spectateur devrait ressentir les mêmes effets que pendant le 4ème Transformers que j'ai beaucoup aimé. Et je ne dis pas ça seulement parce que Michael est un copain. Bon, ça casse peut-être tout rythme cette progression par pourcentage je sais pas. Au moins mon film ne fait qu'une heure trente. Les Américains ont aimé alors ça va marcher. Voilà des gens qui reconnaissent mon génie. Et je ne dis pas ça parce que je le pense vraiment hein.


Image



40%. Tiens d'ailleurs j'y pense, pour la version longue, on pourra rajouter des ajouts et se justifier en truquant le pourcentage. Le spectateur étant un peu bête, vu que j'ai fait tout ça pour lui et qu'il comprenne vraiment mon film, il ne devrait pas y avoir de problème. On aura du 35%, du 50,5%, du 62% de progression de colonisation du cerveau de Lucy. Je pense qu'il y a moyen d'étirer le film et de doubler les SFX afin d'étirer jusqu'à 3 ou 4h comme mon ami Peter avec ses hobbits. Je sais pas comment y fait, il ressort des versions longues de plein de ses films à chaque fois et les gens marchent toujours. Il est fort. Très fort.


Image



50%. A un moment, j'ai mis un twist rigolo où le corps se déstructure. C'est un clin d'oeil très fineau à Inception, influence que je revendique pleinement pour mon film (*). Ce mélange réel/rêve, c'est beau. En même temps j'ai pas voulu mélanger dans les strates de rêves comme mon ami Christopher. Il ne faut pas perdre le spectateur. Les inserts Discovery Channel ça va bien un moment même si il faut bien faire comprendre au spectateur qu'il est bête comme Lucy au début du film. Qu'il n'est rien et qu'elle est tout. J'ai bien aimé les animaux qui se reproduisent quequettes et foufounes à l'air. J'aurais bien aimé en mettre plus quand j'y repense. Et j'ai même fait un clin d'oeil à mon ami Malick. Tu vois Terrence, j'ai aussi pu même mettre un dinosaure, et même mieux encore si tu regardes mon film.


Image



On arrive à 60%. Je contrôle votre perception ainsi que tout mon être. Là je viens de modifier la structure de mon corps. C'est imperceptible. Il y a des chances que vous ne le voyiez pas. C'est pas grave, je ne vous en tiendrais pas rigueur. C'est pas facile d'être un génie vous savez.


Image



70%. Donc là on arrive à la fin du film. J'ai pas mal cogité sur les cellules pour ce film. Le fait qu'elles restent en place ou choisissent de s'adapter au milieu. Moi je voulais pas que Scarlett se reproduise sur mon film, du coup comme je savais pas trop comment finir mon film, j'ai fait des clins d'oeils à plein de film. Notamment 2001 l'odyssée de l'espace. Bon, y'a un peu de Matrix hein mais ce film il est trop génial. Moi aussi j'peux faire mieux. Sinon c'est une vraie production Europacorp et j'en suis pas peu fier. La preuve, les asiatiques qui sont une fois de plus des méchants. Qu'on vienne pas me traiter de raciste après ça car moi je leur donne vraiment un vrai rôle hein, tandis que le cinéma français... Chez moi les niaks ils font ninjas, terroristes, assassins ou des gens morts. De vrais rôles hein. Surtout les gens morts. Même que j'ai pu leur donner un bazooka pour qu'ils fassent joujou à la fin. Ils sont mignons.


Image



80% Je réfléchis déjà à la suite du film, ça marche tellement bien qu'il faut une suite. J'ai pas encore réfléchi au scénario, je le ferais au dernier moment mais je vois bien Lucy en Thaïlande ou Lucy chez les nudistes. Si je peux placer du nu, Paris, des audis, des flics caricaturaux et pas efficaces et des asiatiques méchants, ça ne peux que cartonner. Peut-être que je rajouterais des inserts plus historiques repris des chaînes du câble et satellite, afin de donner un vrai background.


Image



Je suis à 90% et je sens que j'influe sur le continuum spatio-temporel. Mine de rien c'est pas facile mais je sens que je peux y arriver. Vous inquiétez pas pour les perturbations sonores, visuelles et auditives, ce n'est pas sale.


Image



Voilà, je suis arrivé à 100%, j'ai atteint les limites de la pensée et du corps. Je suis partout et nulle part en même temps. Je te vois toi là bas en train de télécharger un film, ce n'est pas bien, c'est même pas du Europacorp et c'est en noir et blanc.
Sinon, vous avez aimé mon film ?





Merci Luc, c'était passablement instructif.



(*) Authentique par contre. Besson avait déclaré avoir trois influences principales pour le film : Inception, 2001 l'odyssée de l'espace et... Léon. :shock: :lol:
Image

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10403
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Karras » 27 août 14, 13:09

Report du topic notation :

wontolla a écrit :Lucy (Luc Besson): 5,5/10

Une "bessonnerie"!
Nikita revisitant 2001 à la sauce New Age!
Des confrères ont été moins sévères que moi et le film semble cartonner aux USA.

nobody smith a écrit :Lucy 3/10
Y a un critique américain qui a dit que Besson a réussi à tourner le film le plus idiot possible sur le thème de l'intelligence. Ben c'est exactement ça, du début en mode Danny Boyle lobotomisé (bon dieu ces inserts de docu animalier :lol: ) au trip final trustant une place entre 2001 et Tree Of Life (je vais pas m'y étendre histoire d'éviter les grossièretés). Outre le minois de Scarlett, je sauverais juste Choi Min-sik qui s'impose dans chaque scène avec un minimum de moyen.

Anorya a écrit :
Harkento a écrit :
Anorya a écrit :Lucy - 2/10.
Si Lucy est arrivée à exploiter 100% de ses capacités cérébrales, vous retirez les deux zéros pour savoir ce qu'il en est de Luc Besson sur ce film.

:lol: :lol: :lol: ! Drôôôle

J'aurais espéré que le film le soit un minimum. :|

semmelweis a écrit :
Anorya a écrit :
semmelweis a écrit :Lucy 1/10

Encore plus fort que Harkento et moi. :mrgreen:

Lucy ou l'évolution de la connerie... :mrgreen:

zemat a écrit :LUCY : 5/10
A la fois pas trop mauvais (Scarlett s'en tire très bien dans un rôle casse-gueule, ça fait plaisir de revoir Min-sik Choi, il y a pas mal d'idées intéressantes), et râté à la fois (la course-poursuite dans Paris pue les effets numériques, même chose pour la plupart des combats impliquant Scarlett, la durée du film qui ne permet pas de développer les personnages, les multiples inserts issus de stock-shots qui rendent l'ensemble un peu lourdingue,...).
Bref, il y avait du potentiel mais Besson n'est plus qu'un tâcheron (dur d'écrire ça alors que c'était un de mes réalisateurs préférés jusqu'au "5ème Elément"...).

zemat a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Supfiction a écrit :
zemat a écrit :LUCY : 5/10
...
Bref, il y avait du potentiel mais Besson n'est plus qu'un tâcheron (dur d'écrire ça alors que c'était un de mes réalisateurs préférés jusqu'au "5ème Elément"...).

Tout pareil.

Et moi qui ai détesté tous les Besson depuis son premier film, j'ai du mal à imaginer comment ce qu'il fait désormais puisse être encore moins bon :o Mais je n'irais surtout pas juger sur pièce ; je vous fais confiance :mrgreen:

Peut être une question de "génération" ? J'avais 11 ans quand j'ai découvert "Le Grand Bleu" au ciné, et ce fut longtemps l'un de mes films préférés.
Maintenant je reconnais que le temps n'a pas été tendre avec ses films, souvent la faute à la BO d'Eric Serra qui a très très mal vieillie.

Supfiction a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Peut être une question de "génération" ? J'avais 11 ans quand j'ai découvert "Le Grand Bleu" au ciné

Possible : j'en avais 10 de plus.
Maintenant je reconnais que le temps n'a pas été tendre avec ses films, souvent la faute à la BO d'Eric Serra qui a très très mal vieillie.

C'est le moins qu'on puisse dire. Je ne connais aucun autre compositeur de musiques de films qui me sort autant par les oreilles.

En terme de génération je pense me situer entre vous deux. Mais je connais des proches de l'âge de Jeremy qui ont aimé Lucy comme ils avaient aimé Nikita auparavant.. Pas de règle.
Concernant Serra, je trouve au contraire que sa musique des 80's tient toujours la route. Dans Lucy, je me suis dit "tiens il a pris un compositeur qui imite discrètement Serra" :lol:

cinephage a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Supfiction a écrit : Pas de règle.

Non mais là je suis d'accord : il n'y a jamais vraiment de règles et il existe toujours tous les cas de figure. De toute manière, malgré mon aversion pour l'homme et son cinéma, je comprends parfaitement qu'on puisse l'apprécier ainsi que n'importe lequel de ses films. Je faisais juste un peu de mauvais esprit :wink:

Je pense que s'il y a une chose qu'on peut concéder à Besson, c'est sa cohérence, stylistique comme thématique. Son cinéma reste globalement dans la même veine, et même quand il filme des poissons comme dans Atlantis, il fait toujours du Besson.
D'une façon générale, si on n'aime pas quelques titres de ce cinéaste, on n'a que peu de chance d'apprécier un autre film de lui. A l'inverse, il a su trouver un public qui lui reste globalement assez fidèle, et qui trouve dans son univers des points de repères qu'il apprécie. Pour ma part, j'aime bien Besson, je l'ai toujours apprécié et, si je n'ai pas encore vu Lucy, je pense que ce film m'amusera bien, mais qu'il me surprendra peu...

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85438
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Jeremy Fox » 27 août 14, 13:12

cinephage a écrit :Je pense que s'il y a une chose qu'on peut concéder à Besson, c'est sa cohérence, stylistique comme thématique.

Oui, le vide abyssal à tous niveaux :mrgreen: :arrow:

Juré je m'arrête là à propos de Besson :oops:

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17533
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Rick Blaine » 27 août 14, 13:26

Je ne verrais sans doute jamais le film, mais le papier d'Anorya est excellent! :mrgreen: Bravo!

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22792
Inscription : 21 nov. 05, 00:41

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar AtCloseRange » 27 août 14, 13:29

Luc s'en fout, c'est l'un des films français les plus rentables de l'histoire.
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85438
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Jeremy Fox » 27 août 14, 13:29

Rick Blaine a écrit :Je ne verrais sans doute jamais le film, mais le papier d'Anorya est excellent! :mrgreen: Bravo!

Je viens de le finir. Merci pour cette partie de rigolade :lol:

Avatar de l’utilisateur
bronski
Touchez pas au grisbi
Messages : 17404
Inscription : 23 févr. 05, 19:05
Localisation : location

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar bronski » 27 août 14, 13:32

Supfiction a écrit :Concernant Serra, je trouve au contraire que sa musique des 80's tient toujours la route. Dans Lucy, je me suis dit "tiens il a pris un compositeur qui imite discrètement Serra" :lol:

La BO de Subway était classe je trouve. Les bongos du début de la chanson It's only mystery et la basse de Serra qui vient se greffer dessus, pas mal du tout... Nostalgie...

Spoiler (cliquez pour afficher)

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13011
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Demi-Lune » 27 août 14, 13:47

Jeremy Fox a écrit :
cinephage a écrit :Je pense que s'il y a une chose qu'on peut concéder à Besson, c'est sa cohérence, stylistique comme thématique.

Oui, le vide abyssal à tous niveaux :mrgreen: :oops: :arrow:

C'est quand même difficile de lui nier au moins une cohérence dans le style, en tout cas sur ses films des années 1980-1990 où il y a à l'évidence une véritable "patte" Besson, reconnaissable en deux ou trois plans/mouvements de caméra (les fameux cadrages anamorphiques sur des visages en gros plan qui deviendront caricaturaux, les travellings arrière qui précèdent des personnages s'avançant de face, etc). Avoir une signature ne fait évidemment pas d'un film quelque chose de bon ou de consistant, mais dans le cas de Besson, son œil pour la gestion de l'espace ou ses intuitions sur le rythme et le découpage me paraissent nettes. C'est d'ailleurs sans doute ce qui est le plus triste dans l'histoire, pour moi : qu'un type manifestement doué pour la mise en scène s'échine autant à ruiner son talent au profit de scénar' aussi cons et ouvertement débilitants le temps passant. J'avais essayé Adèle Blanc-Sec et c'est vraiment plus possible, une honte ce "truc". A certains égards, le décalage entre ses déclarations et ses ambitions de jeune premier et ce qu'il a réellement fait de sa carrière évoque la schizophrénie cynique de George Lucas. Il y avait pourtant de belles promesses dans Le dernier combat (que je trouve perso franchement bon et culotté, ça tient la route face aux films post-nuke que faisaient les US à la même époque).
Maintenant, je dois avouer que j'apprécie toujours pas mal Nikita qui a quand même une atmosphère tendue assez captivante, et certains bouts du Grand bleu ou de Subway. La musique honnie par beaucoup d'Eric Serra doit y jouer. Même cette BD grand format hystérique qu'est Le cinquième élément, elle a encore quelque chose qui m'attire secrètement. Désolé...

Une scène que j'aime bien mais que d'aucuns trouveront certainement niaise :oops:

Dernière édition par Demi-Lune le 27 août 14, 16:03, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85438
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Jeremy Fox » 27 août 14, 13:59

Demi-Lune a écrit : mais dans le cas de Besson, son œil pour la gestion de l'espace ou ses intuitions sur le rythme et le découpage me paraissent nettes.

Moi non ; je ne vois rien de tout ça et, au risque de me répéter, j'ai toujours trouvé ses réalisations aussi mauvaises que ses scénarios. Mais j'ai décidé de ne plus en parler car rien ne me fera changer d'avis et aussi pour ne pas froisser les admirateurs, ce qui ne servirait pas à grand chose. Donc voilà, j'ai fait mon post mauvais esprit annuel à l'encontre de Besson, ça suffira pour 2014. Ne me soumettez plus à la tentation :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 13395
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Supfiction » 27 août 14, 15:38

Beau texte de Demi-Lune. Effectivement, il y a un côté George Lucas chez Luc Besson. Deux idoles de ma jeunesse qui ont tant déçu par la suite.
Dans Lucy on retrouve pour la première fois depuis Jeanne d'Arc quelques effets de style du Besson de la "grande époque". Mais il n'y a pas de scénario. Ce n'est pas que ses premiers films avaient un scénario très évolué mais il y avait de l'émotion et/ou du suspense (jusqu'au milieu des années 90), éléments totalement absents de ce dernier opus.

Oui, Besson a (avait) un oeil unique pour "la gestion de l'espace", je dirai son sens particulier du cadre, une puissance visuelle. Mais j'ai l'impression que l'harmonie unique qu'il avait avec la musique de Serra a disparu, comme si ce dernier ne retrouvait plus dans les images l'humanité nécessaire à sa musique. Ce qui faisait la force du Grand Bleu/Nikita/Léon.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 20874
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar tenia » 27 août 14, 15:52

Ce que j'aimais, avant, c'est que je n'avais pas l'impression que Besson faisait des films pour montrer qu'il en avait (de quoi, je ne suis pas sûr. Des couilles ? Du talent ? L'esprit revanchard face aux critiques méchants ?).

Quand je regarde Besson, j'ai l'impression d'un film qui existe pour lui-même.
Depuis, j'ai l'impression que Besson cherche à impressionner, à claquer, qu'il ne fait plus de films pour "le plaisir" ou quoique ce soit de plus intrinsèque, mais pour quelque chose de bien plus extérieur.

Le dernier combat, Nikita, Le grand bleu, même Léon (qui est pour moi son dernier grand film), ça ne semble pas exister pour nous dire "vous voyez, moi aussi je sais faire des trucs cools !".

Une simplicité qui a disparu, quelque chose comme ça.

Et lui ne semble pas comprendre ce qu'on lui reproche. J'ai vu une partie du doc' qui lui était consacré sur France 2, c'était pitoyable de politique de l'autruche. Qu'on lui reproche d'être devenu le Michael Bay du cinéma français, le mec ne semblant plus viser que le pognon en 1er à travers des divertissements de plus en plus orientés bas-du-front, ça lui passe des lieues au dessus de la tête. C'est ce que dit Demi-Lune : il a, je pense aussi, un talent visuel indéniable mais il semble chercher à niveler par le bas toute tentative cinématographique au truc le plus con du monde, comme si c'était la seule possibilité d'ameuter les foules : leur servir un truc complètement débile.

Alors pour se dédouaner de faire des trucs complètement cons, il pond Lucy en pensant avoir la profondeur de Bergman. Et bon, voilà quoi.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 13395
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Supfiction » 27 août 14, 17:01

Avec Lucy, Besson semble nous dire tout de même un truc : l'intelligence rend inhumain et insensible, voilà pourquoi je fais des films pour les non intellectuels ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14247
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Watkinssien » 27 août 14, 18:37

Le problème avec Lucy, c'est que c'est le seul Besson qui ressemble réellement à une "production Besson".
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
Blue
subMarine
Messages : 5141
Inscription : 13 sept. 06, 13:32

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar Blue » 27 août 14, 19:13

Il s'est dit : "besson encore un peu plus dans leur estime".

Avatar de l’utilisateur
O'Malley
Cadreur
Messages : 4060
Inscription : 20 mai 03, 16:41

Re: Lucy (Luc Besson - 2014)

Messagepar O'Malley » 27 août 14, 22:11

De toute façon, si Luc Besson a (ou, plutôt, avait à en croire les avis glanés sur sa filmo des dix dernières années - pour ma part, je me suis arrêté à Jeanne d'Arc) un sens de l'espace et du cadre et une certaine intelligence visuelle, il reste, il me semble, un ado attardé, avec une vision d'un gamin de 15 ans (et c'est peut-être pour ça qu'il reste un formidable moneymaker car il est en total osmose avec le coeur de cible de la partie la plus importante des spectateurs actuellement) . C'est aucun cas un intellectuel et lorsqu'il veut dire des choses profondes dans ses films, il se vautre totalement.

Le dernier combat, belle réussite pour un premier film, est un formidable film d'atmosphère, visuellement très travaillé surtout au regard d smoyens limités, intéressant, gonflé (faire un film sans dialogues en 1983!) mais thématiquement, ça ne va pas très loin non plus.

En fait, Luc Besson, comme beaucoup de réalisateurs d'aujourd'hui, n'est pas un réalisateur qui s'est forgé une culture et un regard sur le monde avec la grande littérature et les autres arts tels que la peinture ou le théâtre...il ne s'est pas confronté aux grands auteurs et je ne suis pas sûr que sa passion du cinéma se soit forgé et consolidé avec, par exemple, Fellini, Billy Wilder ou des cinéastes dont l'intellect est aussi fort que le sens esthétique (ou du moins ce n'est sûrement pas là que doivent aller ses préférences)..;Donc, je pense qu'il est très limité à ce niveau et son intelligence artistique et créative s'est exclusivement porté sur le visuel, l'oeil d'une caméra...

Le rapprochement avec George Lucas est c'est vrai pertinent sauf que je pense que Lucas avait tout pour être un artiste complet c'ead un plasticien et un intellectuel. THX 1138 c'est plus riche que Le dernier combat. Le premier convoque Orwell et Huxley et parle aussi bien que 2001 du rapport de l'homme et de la machine (qui contrôle qui?); le second convoque Mad Max et puis c'est tout...Même la saga Star Wars convoque toute une mythologie qui puise dans différentes légendes, ce qui a permis d'ailleurs à la série d'avoir un impact si fort sur les générations de ces trente dernières années (de même je trouve que Le menace fantôme reste, malgré ses nombreux défauts, une intéressante réflexion politique sur l'instauration douce et progressive d'une dictature).

Lucas s'est donc fourvoyé alors que Besson n'est finalement resté fidèle qu'à lui-même et s'est vite essouflé au bout de quelques films (s'il voulait arrêter de réaliser dès le milieu des années 90, cela indique quand même quelque chose)...