James L. Brooks

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Mogul
Messages : 11142
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

James L. Brooks

Messagepar Supfiction » 28 avr. 13, 12:29

James L. Brooks est un auteur qui n'a pas vraiment eu les honneurs de la critique en France (c'est le moins qu'on puisse dire) et dont le nom ne parle pas à beaucoup de monde. Et pourtant peu d'entre nous n'ont pas vu au moins l'un de ses films...

Image
POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR
Image
TENDRES PASSIONS
Image
BROADCAST NEWS
Image
SPANGLISH


Image
« Pataugas pour une vallée de larmes », titrait Serge Daney, à propos de Tendres passions, dans Libération en 1984. « Médiocre téléfilm, sans style visuel…, cinéaste plan-plan qui fait un sort à chaque mot d’un dialogue spirituel pour New-Yorkais sophistiqués, les mêmes ou leurs pères qui boudaient les mélodrames les vrais, les flamboyants, de Sirk ou Minnelli... », ajoutait Michel Ciment dans Positif, tandis que les Cahiers du cinéma reprochaient à James L. Brooks de « constamment s’exercer à faire sincère, jamais à être vrai ». Si l’accueil critique a pu se réchauffer, grâce au travail de feu La Lettre du cinéma, qui lui consacra son numéro de printemps 2005 au moment de Spanglish, puis à celui des Inrockuptibles sous la plume d’Axelle Ropert (ex de La Lettre), et des Cahiers, où Jean-Sébastien Chauvin fit en mars 2011 le premier entretien français avec le cinéaste à l’occasion de la sortie de Comment savoir – James L. Brooks demeure un cinéaste mal aimé. En tout cas en France. Aux états-Unis, la situation est tout autre. Brooks n’a réalisé que six films en trente ans, mais demeure respecté par la critique et par ses pairs, à commencer par Judd Apatow qui le décrit comme un ami et comme un maître : « Je regarde sans arrêt Tendres passions : un film vrai, émouvant, drôle, qui trace une ligne fragile entre comédie et drame. Personne d’autre n’arrive à faire ce qu’il réussit » L’académie des oscars, dans sa sagesse à géométrie variable, l’a récompensé de nombreuses fois : cinq statuettes pour Tendres passions en 1984 (dont meilleur film et meilleur réalisateur), sept nominations, mais aucun prix, pour Broadcast News (récemment honoré, toutefois, d’une édition en DVD chez Criterion) en 1987, et deux prix d’interprétation (Jack Nicholson et Helen Hunt) pour Pour le pire et pour le meilleur en 1998.

Brooks déjoue donc la nomenclature établie par les Cahiers jaunes, qui fait du critique français l’exégète des grands auteurs américains, son dealer officiel en prestige, quand ses compatriotes se contentent de lui apporter le succès. D’où vient le malentendu entre le cinéaste et la critique française ? Les causes sont multiples, mais évoquons cette première hypothèse : un timing malencontreux. Arrivé trop tard – ou trop tôt –, à contre-courant des modes et au confluent de plusieurs esthétiques, Brooks se refuse, en outre, à pratiquer un cinéma de la séduction immédiate. Né en 1940, dans le New Jersey, James Lawrence Brooks a l’âge de Coppola, Scorsese, De Palma ou Friedkin, les cinéastes phares du Nouvel Hollywood. Stricto sensu, il fait partie de la génération rock n’roll qui a pris le pouvoir dans les années 1970, avant de le rendre dix ans plus tard, contraint et forcé. Précisément le moment où Brooks, âgé de 43 ans en 1983, se décide à réaliser son premier long-métrage, Tendres passions, un mélodrame larmoyant mais peu flamboyant sur la relation fusionnelle entre une mère et sa fille. étrange, à première vue ingrat (ne seraitce que par sa photographie terne, parfois baveuse, une constante chez Brooks), le film est constellé de scènes infra-comiques et de détails trompeurs : il faut absolument le revoir pour en saisir la beauté, tapie sous la « vallée de larmes » fustigée par Daney. On découvre alors que sous la médiocrité apparente des situations, qui font de Tendres passions un contemporain du soap-opera davantage que du mélodrame sirkien, se cache une férocité le prévenant de la mièvrerie. Dès la première scène, qui montre une mère hystérique secouant son nourrisson pour vérifier qu’il n’est pas mort, on comprend que ces personnages vivent tout dans l’excès, que l’élan qui les rapproche peut aussi bien les fracasser. L’amour a chez Brooks quelque chose d’empoisonné, d’étouffant. Ses films ressemblent à des mille-feuilles émotionnels. Le miracle est qu’il parvienne à ne jamais nous en écoeurer. En 1984, dans un contexte de reflux des audaces artistiques sous les coups de massue de producteurs revanchards (le crépuscule du Nouvel Hollywood), la razzia d’oscars de Tendres Passions parut donc louche. Ce d’autant plus que Brooks a commencé sa carrière comme producteur à la télévision, à une époque où celle-ci ne bénéficiait pas de son prestige actuel. Avec le recul, cette expérience apparaît néanmoins comme fondatrice. Il s’inspirera de son passage à CBS pour Broadcast News, chef-d’oeuvre anthracite sur le devenir spectaculaire de l’information, mettant en scène les rivalités professionnelles et sentimentales au sein d’une rédaction de JT. Il devient ensuite scénariste pour quelques séries modestes, jusqu’au jour où on le laisse créer la sienne, Room 222, l’une des premières à confier le rôle principal à un acteur noir, Lloyd Haines. Mais c’est surtout avec la sitcom Mary Tyler Moore Show et ses deux spin-offs (Rhoda, côté comédie, et Lou Grant, côté drame – ses deux mamelles) que Brooks va, de 1970 à 1977, expérimenter de nouveaux modes narratifs. à rebours des conventions de l’époque, il insuffle de la névrose et du réalisme dans les programmes, une caractéristique également présente dans Taxi (1978- 1982), son dernier show, où s’illustrèrent notamment Danny DeVito et Andy Kaufman. La pierre majeure de son édifice télévisuel reste toutefois Les Simpson, que Brooks encouragea Matt Groening à créer en 1989, et qu’il continue à produire, en plus d’en avoir scénarisé la version cinématographique en 2006. Si la petite famille à la peau jaune n’existait pas, l’Amérique aurait été privée de son miroir le moins déformant, le plus lucide. Notons que Brooks a également produit plusieurs films pour le cinéma, notamment Big (1988) de Penny Marshall, La Guerre des Roses (1989) de Danny DeVito, les premiers de Cameron Crowe, son plus proche héritier (l’éblouissant Say Anything, avec John Cusack, en 1989, puis Jerry Maguire, avec Tom Cruise, en 1996), ainsi que les débuts de Wes Anderson, avec Bottle Rocket (1996). Brooks a apporté à la télévision une richesse psychologique qui lui faisait défaut. En réponse, il a trouvé des ressources narratives et esthétiques qui alimenteront son cinéma – pour le meilleur plutôt que pour le pire. On peut penser qu’il a gardé de cette formation un goût pour l’équilibre et le plan moyen, une tendance à la matité plutôt qu’au brillant. Le genre de prédilection qu’il s’est choisi, la comédie dramatique ou comédie familiale, est une invitation à la demi-mesure. Ici, nul plan ne vient jamais dépasser l’autre. Ne pas prendre cependant cette discrétion pour une absence de style : du cinéma, Brooks a toujours eu le sens extrême du détail et du découpage, sans parler de ses dialogues, ciselés et brillants, que seule la mauvaise foi peut réduire à des bons mots d’auteur. Il a surtout la capacité à spatialiser les enjeux psychologiques, autrement dit à mettre en scène. Un exemple pris dans Spanglish, beau film sur la lutte des classes. Accompagnée de sa soeur, Paz Vega se rend dans la demeure d’une riche famille californienne, pour postuler au poste de domestique. Plan sur les deux femmes, pénétrant dans la maison, éblouies par tant de luxe, contre-champ sur la famille, réunie dans le jardin, au loin, sous un parasol, retour sur les femmes, et boom : l’une d’entre elles, la plus à l’aise, se cogne contre l’invisible baie vitrée séparant les deux mondes. La règle du jeu est d’emblée posée. Une autre raison qui pourrait expliquer la difficulté de Brooks à se faire entendre ici est son appartenance à un courant philosophique typiquement américain, initié par Ralph Waldo Emerson et perpétué par Stanley Cavell : le perfectionnisme moral. Le héros brooksien est « à la recherche du bonheur », pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre de Cavell. Jack Nicholson l’exprime nettement dans Pour le pire et pour le meilleur. Vieil écrivain acariâtre, Melvin Udall invite au restaurant Carol, la serveuse dont il est secrètement amoureux. Helen Hunt, après les usages de politesse, presse l’écrivain de lui faire un compliment, un seul, pour voir s’il en est capable. Celui-ci se lance dans un long monologue gauche centré sur sa petite personne, ses petits soucis psychiques et ses petites pilules encombrantes. Exaspérée, son interlocutrice est sur le point de le planter là quand Nicholson finit par lâcher : « Tu me donnes envie de devenir un homme meilleur, voilà. – C’est le plus beau compliment qu’on m’ait jamais fait », lui répond, sidérée, Carol. C’est aussi la formule par excellence de la morale brooksienne. Plutôt que la cruauté, l’affaire du cinéaste serait la lucidité : lucidité vis-à-vis des autres, lucidité vis-à-vis de soi. Ses personnages mentent et se mentent, s’interdisent de voir le monde tel qu’il est, afin de conserver leur pureté morale, ou simplement par peur, ou plus rarement, par malice. Pas de méchants, tout juste des gens qui s’accordent mal. Si Jeff Daniels dans Tendres Passions, William Hurt dans Broadcast News, Téa Léoni dans Spanglish ou Jack Nicholson dans Comment savoir peuvent paraître respectivement falots, opportunistes, hystériques et manipulateurs, jamais leurs personnages ne sont accablés. Leur seule faute aura été d’abuser de la gentillesse d’autrui, mais pour une bonne raison, du moins de leur point de vue, point de vue que Brooks prend toujours la peine d’expliquer. La société est un théâtre dont seuls certains maîtrisent les codes, d’où le jeu excessif de certains acteurs, qui paraît faux parce que leur personnage est faux. Cela autorise toute sorte de subterfuges, de feintes verbales, de nondits destructeurs : on parle beaucoup, mais on n’ose se dire les choses en face. Seule la médiation permet à la vérité ou à l’amour de survenir. Il y a dans tous les films au moins une scène où les choses les plus importantes sont formulées sur un mode indirect. C’est, dans Broadcast News, William Hurt qui comprend qu’Holly Hunter n’est pas insensible à son charme lorsqu’elle le dirige à travers l’oreillette. C’est, dans La Petite Star – jamais sorti en France, ce que fut d’abord une comédie musicale fut charcuté suite à de mauvaises projections test, jusqu’à ne plus contenir une seule scène musicale : ironie du sort, il s’agit justement d’une satire du marketing hollywoodien ! –, la fille de Nick Nolte qui, devant verser des larmes pour de faux devant un acteur, en délivre enfin de vraies à son père. C’est, dans Spanglish, la servante (Paz Vega) et le maître (Adam Sandler) qui se chamaillent par traductrice interposée, se révélant accidentellement les sentiments secrets qui les lient. C’est enfin, dans Comment savoir, Paul Rudd et Reese Witherspoone qui, rejouant pour les besoins d’une caméra amateur une demande en mariage venant de s’improviser sous leurs yeux, comprennent qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Instants miraculeux où les mots s’accordent enfin aux désirs. Pour quelques minutes, le monde s’arrête de tourner. S’ouvre alors une brèche vers le bonheur dans laquelle chacun est libre de s’engouffrer. à moins qu’il ne préfère, c’est un choix, la refermer. L’important, c’est que le choix a existé : telle est la leçon du moraliste James L. Brooks.


par JACKY GOLDBERG

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Mogul
Messages : 11142
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar Supfiction » 28 avr. 13, 12:40

Image

Comment «Tendres Passions» a fini par passionner les cinéphiles français:
http://www.slate.fr/story/71231/tendres-passions-brooks-rehabilitation

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 83014
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: James L. Brooks

Messagepar Jeremy Fox » 28 avr. 13, 12:52

J'en ai vu 3 sur les 4 présentés en photos et j'ai beaucoup apprécié les trois. Je me désolais d'ailleurs que la critique soit si sévère à son égard.
Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Mogul
Messages : 11142
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar Supfiction » 28 avr. 13, 13:46

J'en ai vu également trois sur ces 4 (pas encore vu Broadcast News) là, et j'ai beaucoup apprécié la tendresse qui s'en dégagent. En particulier Pour le pire et pour le meilleur avec un génial Nicholson, ainsi que Spanglish, l'un des meilleurs films d'Adam Sandler. Il y a clairement du Judd Apatow dans ses films (pour être correct, disons que c'est l'inverse), dans cette façon de prendre son temps (quitte à paraître ennuyeux) et de ne pas juger (ce qui en a énervé beaucoup lors de la sortie de Tendres passions, accusé de voyeurisme mielleux).

A l'inverse de Clint Eastwood et Woody Allen, deux auteurs toujours soutenus par les français envers et contre la critique américaine (en tous cas penant leurs pèriodes creuses), James L. Brooks a été vilipendé par la critique française des années 80 alors que la critique américaine l'a immédiatement adoré, couronnant d'oscars son Tendres passions.

Plus récemment, son Comment savoir a eu droit a des critiques élogieuses des Cahiers du cinéma (qui ont donc opéré un complet revirement d'opinion sur Brooks) mais pas tellement de la part des critiques plus grand public tel Studio, Libé..
Pour le coup, je n'avais pas accroché à ce dernier film. D'ailleurs il ne m'a laissé aucun souvenir, hormis celui de l'ennui lors de sa vision.

Image

Avatar de l’utilisateur
mannhunter
Laspalès
Messages : 14921
Inscription : 13 avr. 03, 11:05
Localisation : PARIS et EVREUX
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar mannhunter » 28 avr. 13, 13:53

supfiction a écrit :Plus récemment, son Comment savoir a eu droit a des critiques élogieuses des Cahiers du cinéma (qui ont donc opéré un complet revirement d'opinion sur Brooks) mais pas tellement de la part des critiques plus grand public tel Studio, Libé..
Pour le coup, je n'avais pas accroché à ce dernier film. D'ailleurs il ne m'a laissé aucun souvenir, hormis celui de l'ennui lors de sa vision.

Image

J'en ai un souvenir très mitigé également, mais il faudrait que je le revoie...sinon j'ai découvert assez récemment "Tendres passions" et j'ai bien apprécié, il y a quelques scènes très amusantes entre Nicholson et Shirley MacLaine.
Dernière édition par mannhunter le 28 avr. 13, 13:55, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Messages : 22947
Inscription : 19 janv. 06, 15:33
Localisation : Californie, années 50

Re: James L. Brooks

Messagepar ed » 28 avr. 13, 13:55

Normalement, quelqu'un va bientôt venir vous expliquer qu'il s'agit pourtant de l'un des plus grands films des 10 dernières années.
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image

Avatar de l’utilisateur
odelay
Producteur
Messages : 8393
Inscription : 19 avr. 03, 09:21
Localisation : A Fraggle Rock

Re: James L. Brooks

Messagepar odelay » 28 avr. 13, 13:59

Il est aussi l'un des producteurs des Simpsons et ce depuis la toute première saison.

Avatar de l’utilisateur
G.T.O
Egal à lui-même
Messages : 3777
Inscription : 1 févr. 07, 13:11

Re: James L. Brooks

Messagepar G.T.O » 28 avr. 13, 18:38

mannhunter a écrit :
supfiction a écrit :Plus récemment, son Comment savoir a eu droit a des critiques élogieuses des Cahiers du cinéma (qui ont donc opéré un complet revirement d'opinion sur Brooks) mais pas tellement de la part des critiques plus grand public tel Studio, Libé..
Pour le coup, je n'avais pas accroché à ce dernier film. D'ailleurs il ne m'a laissé aucun souvenir, hormis celui de l'ennui lors de sa vision.

Image

J'en ai un souvenir très mitigé également, mais il faudrait que je le revoie...sinon j'ai découvert assez récemment "Tendres passions" et j'ai bien apprécié, il y a quelques scènes très amusantes entre Nicholson et Shirley MacLaine.

Idem, assez mitigé. Je ne comprend absolument pas les couinements extatiques de certains sur ce film. Petite mais alors toute petite comédie romantique, vaguement conformiste, à peine réhaussée par ses acteurs. La problématique du choix est intéressante mais au final, tout cela reste appliqué, gentillet et convenu.
Dernière édition par G.T.O le 28 avr. 13, 19:33, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Breezy
Passe ton bac d'abord
Messages : 8021
Inscription : 13 avr. 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Localisation : Brigadoon
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar Breezy » 28 avr. 13, 19:16

Tu oublies I'll Do Anything dans ta liste qui est une belle réussite.

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: James L. Brooks

Messagepar Federico » 28 avr. 13, 19:25

Je garde à vie un souvenir affligé de la découverte du dégoulinant Tendres passions à sa sortie (et même quelques jours avant sa sortie puisque vu en projection de presse). Je n'en sauve que le charme étrange de Debra Winger et sa voix rauque si sexy.

Pour le pire et pour le meilleur est par contre une comédie, certes standard, mais bien sympa et menée par un excellent trio d'acteurs. La composition de Nicholson en misanthrope au-delà de l'infect est inoubliable.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22689
Inscription : 21 nov. 05, 00:41
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar AtCloseRange » 28 avr. 13, 19:27

G.T.O a écrit :
mannhunter a écrit :
supfiction a écrit :Plus récemment, son Comment savoir a eu droit a des critiques élogieuses des Cahiers du cinéma (qui ont donc opéré un complet revirement d'opinion sur Brooks) mais pas tellement de la part des critiques plus grand public tel Studio, Libé..
Pour le coup, je n'avais pas accroché à ce dernier film. D'ailleurs il ne m'a laissé aucun souvenir, hormis celui de l'ennui lors de sa vision.

Image

J'en ai un souvenir très mitigé également, mais il faudrait que je le revoie...sinon j'ai découvert assez récemment "Tendres passions" et j'ai bien apprécié, il y a quelques scènes très amusantes entre Nicholson et Shirley MacLaine.

Idem, assez mitigé. Je ne comprend absolument pas les gouinements extatiques de certains sur ce film. Petite mais alors toute petite comédie romantique, vaguement conformiste, à peine réhaussée par ses acteurs. La problématique du choix est intéressante mais au final, tout cela reste appliqué, gentillet et convenu.

On dit couinement :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22689
Inscription : 21 nov. 05, 00:41
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar AtCloseRange » 28 avr. 13, 19:29

Federico a écrit :Je garde à vie un souvenir affligé de la découverte du dégoulinant Tendres passions à sa sortie (et même quelques jours avant sa sortie puisque vu en projection de presse). Je n'en sauve que le charme étrange de Debra Winger et sa voix rauque si sexy.

Pour le pire et pour le meilleur est par contre une comédie, certes standard, mais bien sympa et menée par un excellent trio d'acteurs. La composition de Nicholson en misanthrope au-delà de l'infect est inoubliable.

Faudrait que je revoie Tendres Passions mais je doute qu'il mérite vraiment une réévaluation.
J'aime bien Pour le Pire et pour le meilleur (rien que pour Helen Hunt) mais c'est un film beaucoup plus calibré (pour plaire) que Comment Savoir?, film beaucoup plus subtil (désolé, j'ai pas pu m'empêcher :oops: ).
Image

Avatar de l’utilisateur
G.T.O
Egal à lui-même
Messages : 3777
Inscription : 1 févr. 07, 13:11

Re: James L. Brooks

Messagepar G.T.O » 28 avr. 13, 19:33

AtCloseRange a écrit :On dit couinement :mrgreen:

Merci. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
hellrick
Mogul
Messages : 11875
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar hellrick » 29 avr. 13, 11:56

La première fois que j'avais vu Pour le pire et le meilleur (loué en K7) j'avais tellement aimé que je l'avais regardé le soir puis une seconde fois le lendemain matin, ce que je n'avais plus fait depuis les Bond de mon adolescence :D
A le revoir une troisième fois (beaucoup plus tard) ça reste toujours excellent et Nicholson y est génial.
Je me souviens d'avoir aimé Tendres passions quand j'aimais bien ce genre de film lacrymal à la Love Story et autre (si si) mais ça remonte à longtemps
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Messages : 22689
Inscription : 21 nov. 05, 00:41
Contact :

Re: James L. Brooks

Messagepar AtCloseRange » 8 mai 13, 11:25

De façon surprenante, il n'y a pas de sujet sur Pakula donc je vais parler ici de Merci d'Avoir été Ma Femme (Pakula - 1979) qui est le premier scénario de Brooks pour le cinéma (et le seul qu'il n'ait pas réalisé).
Je l'avais vu il y a très longtemps sur Canal + et je crois bien qu'à l'époque, ça m'était un peu passé au-dessus de la tête. Aujourd'hui, j'y ai été bien plus sensible ne serait-ce que par l'attention que j'ai porté au scénario de Brooks où on retrouve clairement sa marque que ce soit dans les dialogues ou dans les situations.
On peut s'étonner de retrouver Pakula aux commandes d'un film sentimental de cet acabit qu'on aurait davatage imaginé chez Mazursky (on y retrouve d'ailleurs Jill Clayburgh) ou un Woody Allen doux amer (la photo de Sven Nykvist renvoyant d'ailleurs à leur future collaboration). Même surprise pour la distribution puisque c'est Burt Reynolds qui essaie ici de casser son image de mâle triomphant des 70s dans le rôle d'un homme quitté par sa femme. C'est d'ailleurs un peu la faiblesse du film à cause du registre trop limité de Reynolds (il sera plus convaincant dans un rôle semblable dans L'Homme à Femmes de Blake Edwards).
A conseiller donc aux complétistes de James Brooks.
Image