Stanley Kubrick (1928-1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85737
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Jeremy Fox » 11 juin 19, 15:08

Alexandre Angel a écrit :
Grimmy a écrit :J'ai découvert "Barry Lyndon" lors d'une reprise en salles en 1986 je crois.

Alors, histoire de pinailler gratuitement comme j'adore le faire, je crois que cette reprise dont tu parles a eu lieu 2 ans plus tard. .


Non non ; c'était bel et bien en 1985 ou 1986 puisque les années suivantes je n'étais plus à Dijon où je les ai découverts :wink:

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 6193
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Alexandre Angel » 11 juin 19, 15:10

Jeremy Fox a écrit :
Alexandre Angel a écrit :
Grimmy a écrit :J'ai découvert "Barry Lyndon" lors d'une reprise en salles en 1986 je crois.

Alors, histoire de pinailler gratuitement comme j'adore le faire, je crois que cette reprise dont tu parles a eu lieu 2 ans plus tard. .


Non non ; c'était bel et bien en 1985 ou 1986 puisque les années suivantes je n'étais plus à Dijon où je les ai découverts :wink:

Je m'incline mais pas trop

Avatar de l’utilisateur
Grimmy
Assistant opérateur
Messages : 2829
Inscription : 1 févr. 04, 11:25

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Grimmy » 11 juin 19, 15:15

C'est peut être 1988 alors ! Donc 19 ans. A Besançon.(ça c'est sûr ! ) Mais j'avais quand même en mémoire 1986, année où j'ai vraiment découvert un nouveau style de cinéma alors qu'avant je n 'allais voir que des films d'horreur....

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 18918
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Major Tom » 15 juin 19, 21:01

Major Tom a écrit :

Pour les anglophones, l'interview de Kubrick dont j'ai mis un extrait à la fin, ce moment où il parle de ce qu'il préfère au cinéma, à savoir le montage 8) (que c'est la seule chose véritablement propre au cinéma, alors que le cadrage se rapporte à la photographie, le scénario à l'écriture, la musique à la musique, etc.), bref, l'intégral se trouve ici: https://youtu.be/ehQf0LJVOHQ Et ça dure 2h.

Rick Blaine a écrit :
Major Tom a écrit :Mais Barry Lyndon, te connaissant... comment dire... Si ton envie du moment n'est pas de regarder un truc bourrin qui défoule, mais plutôt de t'asseoir et prendre ton temps dans un musée, eh bien... :mrgreen:

:mrgreen:
J'en prend bonne note. :mrgreen:

J'ai oublié de te dire: dans les scènes de batailles, les mecs vont tout droit vers la mort au lieu de zigzager comme chez Aldrich. Tu vas pas aimer. :mrgreen:
Image
Clique ici... Image A chaque fois que tu oublies de cliquer sur ce lien, Durendal fait une nouvelle vidéo

Avatar de l’utilisateur
Phnom&Penh
Accessoiriste
Messages : 1754
Inscription : 28 févr. 08, 12:17
Localisation : Tengo un palacio en Granada

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Phnom&Penh » 15 juin 19, 22:52

Major Tom a écrit :J'ai oublié de te dire: dans les scènes de batailles, les mecs vont tout droit vers la mort au lieu de zigzager comme chez Aldrich. Tu vas pas aimer. :mrgreen:


On retient beaucoup de choses de Barry Lyndon, mais rarement que c'est un superbe film de guerre. En dentelles, certes, mais qu'est-ce que ça dépote. Et ça reste en dentelles.
Tu nous as fait un merveilleux montage, bravo pour le boulot (et ce Cha Cha Cha :mrgreen: et le mec en slip qui se gratte les fesses, c'est bien dans Shining, j'avais oublié :lol: ). Il y a quelques années, je trouvais qu'Orange mécanique avait pas mal vieilli. Mais finalement, il tient super bien la route. Dr Folamour, c'est lui que je trouve vieilli, mais bon, avec les débiles qui nous gouvernent, il sera peut-être à nouveau très up to date.
En tous cas, bravo Major Tom, super boulot de montage 8)
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 17704
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Rick Blaine » 16 juin 19, 00:54

Major Tom a écrit :
Rick Blaine a écrit :
Major Tom a écrit :Mais Barry Lyndon, te connaissant... comment dire... Si ton envie du moment n'est pas de regarder un truc bourrin qui défoule, mais plutôt de t'asseoir et prendre ton temps dans un musée, eh bien... :mrgreen:

:mrgreen:
J'en prend bonne note. :mrgreen:

J'ai oublié de te dire: dans les scènes de batailles, les mecs vont tout droit vers la mort au lieu de zigzager comme chez Aldrich. Tu vas pas aimer. :mrgreen:

:lol:

Avatar de l’utilisateur
cinéfile
Machino
Messages : 1153
Inscription : 19 avr. 10, 00:33
Localisation : Bourges

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar cinéfile » 16 juin 19, 10:55

Phnom&Penh a écrit :et le mec en slip qui se gratte les fesses, c'est bien dans Shining, j'avais oublié :lol: ).


Non, c'est dans Orange Mécanique.

Avatar de l’utilisateur
Phnom&Penh
Accessoiriste
Messages : 1754
Inscription : 28 févr. 08, 12:17
Localisation : Tengo un palacio en Granada

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Phnom&Penh » 16 juin 19, 20:08

cinéfile a écrit :
Phnom&Penh a écrit :et le mec en slip qui se gratte les fesses, c'est bien dans Shining, j'avais oublié :lol: ).


Non, c'est dans Orange Mécanique.


Je me disais bien que je devais me tromper. Je me demandais d'où cela sortait et j'ai revu Orange mécanique il y a déjà quelques années, mais je l'avais trouvé plus moderne que dans mon souvenir.
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 18918
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Major Tom » 21 juin 19, 01:27

Connaissiez-vous ce site entièrement consacré à Kubrick ?
Image
Clique ici... Image A chaque fois que tu oublies de cliquer sur ce lien, Durendal fait une nouvelle vidéo

Avatar de l’utilisateur
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Messages : 10278
Inscription : 21 avr. 03, 16:18

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar -Kaonashi Yupa- » 21 juin 19, 18:45

Major Tom a écrit :Connaissiez-vous ce site entièrement consacré à Kubrick ?

Non.
Il est dingue ce site ! :shock:
Pas encore pu tout dérouler, j'en suis au début de Dr. Strangelove. Simple et surprenant, très bien pensé, j'aime beaucoup !
Image

Avatar de l’utilisateur
Major Tom
Petit ourson de Chine
Messages : 18918
Inscription : 24 août 05, 14:28

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Major Tom » 8 sept. 19, 14:11

Interview passionnant (mais extrait trop court) de Michel Ciment sur Kubrick dans Spécial Cinéma (RTS), toujours présentée par l'excellent Christian Defaye.
Il a quand même un incroyable sens du mot juste et de l'analyse pertinente pour causer du cinéma qu'il aime.

Image
Clique ici... Image A chaque fois que tu oublies de cliquer sur ce lien, Durendal fait une nouvelle vidéo

Avatar de l’utilisateur
Spongebob
Producteur
Messages : 8129
Inscription : 21 août 03, 22:20
Last.fm
Liste de DVD
Localisation : Pathé Beaugrenelle

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Spongebob » 26 sept. 19, 18:05

Je copie-colle un texte très intéressant posté sur un autre forum (que tenia connait bien) concernant les formats image des films de Kubrick :

"En dehors de Spartacus et de 2001, Stanley Kubrick a toujours tourné en 35 mm sphérique (autrement dit sans lentille anamorphisante pour faire du Cinemascope ou du Panavision). Les deux autres sont du 70 mm (ou équivalent). Dans un cas, ce n'est pas le choix de Kubrick (il a hérité de Spartacus après le départ d'Anthony Mann, qui avait déjà tourné une ou deux séquences), dans l'autre (2001), c'est délibéré.

Son premier film, Fear and Desire, tourné en indépendant (et invisible pendant des décennies), remonte à 1953, l'année où les studios ont commencé à expérimenter avec les formats larges (Scope, Vistavision, etc.). Mais comme c'était vraiment un tout petit budget, c'est clair que ça allait être exploité dans des salles au format "Académie", qui était la norme depuis l'arrivée du parlant, autrement dit en 1.37:1.

Pour le film suivant, Le Baiser du tueur (1955), situation très proche, même si le générique est imprimé de telle façon que l'on puisse aussi projeter le film en 1.66:1. En tout cas, les éditions Blu-ray ont fait le choix de s'en tenir au format Académie, alors que les DVD étaient en 1.33:1.

Sur L'Ultime Razzia et Les Sentiers de la gloire, productions United Artists, ça correspond à une époque de flou du côté des exploitants, qui changeaient leur équipement côté projecteurs et écrans, mais qui en faisaient aussi à leur tête. Kubrick devait donc se faire à l'idée que le résultat pourrait être projeté en 1.37:1, en 1.66:1 ou en 1.85:1 suivant les salles. Les deux films ont donc été tournés plein cadre (donc en 1.37:1) mais composés en tenant compte de ces différents formats pour un recadrage à la projection. Pour la VHS, Kubrick avait privilégié le 1.33:1 pour des raisons sur lesquelles je reviendrai, ça a été maintenu sur les premiers DVD, mais depuis le Blu-ray et la HD, les assistants de Kubrick (principalement Leon Vitali) ont choisi le 1.66:1.
On retrouve sinon les mêmes histoires de réalisateur et de directeur photo contraints de composer pour différents formats sur par exemple La Soif du mal (Welles préférait le 1.37:1, Universal avait toutefois demandé que ça marche en 1.85:1) ou Sur les quais (cf. l'édition Criterion).

Dans les années 60, les choses se sont décantées, et quelques formats ont émergé. Le 1.37:1 ne servait plus que pour les reprises ou les pubs, et toutes les salles européennes et américaines étaient équipées pour la projection 1.66:1, 1.85:1 et souvent 1.75:1 (surtout utilisé par des productions Disney). Sur Lolita, Dr Folamour et Orange mécanique (de 1971), Kubrick a cadré et composé pour du 1.66:1, format standard en Europe, mais qui était déjà un chouïa moins utilisé que le 1.85:1 aux USA. Kubrick vivait en Europe, mais il est probable que ça correspondait à un choix personnel (Kubrick, qui avait débuté comme photographe professionnel, était très à l'aise avec ces formats un peu carrés). Ils ont peut-être été tournés plein cadre, mais certains d'entre eux au moins doivent avoir des trucs en haut et en bas de l'image incompatibles avec une projection plein cadre. Il fallait donc un cache 1.66:1 à la projection.

Sur Barry Lyndon, Kubrick tourne à nouveau en 1.66:1, mais il découvre, grâce à ses "sources" dans les salles américaines, que le résultat est désormais projeté en 1.85:1. Les exploitants commençaient en effet à laisser tomber le 1.66:1 et à ne plus se prendre le chou. Kubrick est alors amené, à ce stade de sa carrière, à faire un truc exceptionnel chez lui et à "transiger". Il s'est alors fendu d'une bafouille accompagnant les copies pour le projectionniste, lui demandant de projeter ça en 1.66:1 et si ça n'était pas possible en 1.75:1 (le format "Disney" dont je parlais) mais pas plus large.
La VHS et le DVD étaient en 1.66:1. Sur le Blu-ray Warner, Leon Vitali a retenu le 1.78:1 (bref, du 16/9ème plein cadre), ce qui a fait tiquer pas mal de puristes (dont moi), surtout que Vitali a invoqué ensuite des motifs bizarres et bidons. Il a peut-être le souvenir que Kubrick aurait voulu du 1.77:1 ou du 1.78:1, mais ce n'étaient pas des formats standard à cette époque. Je pense donc plutôt, sur la base de cette lettre, à une confusion de la part de Vitali (être assistant de Kubrick, ça traumatise fortement !), qu'il a ensuite essayé de défendre pour que Warner n'ait pas à refaire le Blu-ray.
Mais Criterion a ensuite rétabli le format 1.66:1 sur leur propre édition, et la composition des plans respire certainement mieux dans un format qui correspond de plus à celui des tableaux du XVIIIème siècle (marqués par le nombre d'or, 1,618...), dont Kubrick s'était clairement inspiré.

Sur Shining, Full Metal Jacket et sans doute Eyes Wide Shut, Kubrick revoit sa position pour deux raisons :
- il accepte l'idée que les exploitants américains sont désormais passés au 1.85:1 et que ça ne sert à rien de leur demander de projeter ses films à un format plus carré.
- il envisage dès le tournage que ça passera à la télé, donc sur un écran 4/3 avec overscan.

Donc, ça a été tourné à nouveau en plein cadre (1.37:1), mais dans le viseur des caméras, il y avait d'autres cadres pour vérifier la composition en 1.85:1... mais aussi en 1.66:1, tant qu'à faire (autre signe que Kubrick conservait une petite préférence pour le 1.66:1, encore jouable en Europe dans les années 80 et 90), tout en protégeant le film pour du 1.37:1; histoire de fournir un master vidéo plein écran aux chaînes.
Kubrick était en effet obsédé par le fait que ses films risquaient d'être recadrés par les chaînes de télévision. En leur fournissant des masters 1.33, il évitait ainsi le pan and scan de la part des diffuseurs. C'est aussi pour ces raisons qu'il a validé des masters 1.33 pour ses films années 50. En revanche pour le trio Lolita, Dr Folamour, Orange mécanique (plus Barry Lyndon), il y a toujours eu des barres noires (les éléments qu'il fallait masquer à la projection), même si, sur un master vidéo de Dr Folamour encore supervisé par Kubrick de son vivant, il alterne entre 1.66 et 1.33:1 suivant que la scène le permette ou pas.
Les trois derniers films de Kubrick sont au départ sortis en VHS ou en DVD en 1.33:1 plein écran. Depuis l'arrivée des formats HD, ils ont systématiquement été édités en 1.78:1 par Warner, un studio qui fait le choix d'ouvrir du 1.85:1 en 1.78:1. Ça ne me dérange pas, la différence étant franchement minime (de même que quand un film en 1.37:1 était en 1.33:1 sur le DVD), et on gagne simplement un chouïa d'image en haut et en bas.

Comme pour le choix du 1.33:1 dans les années 80 et 90, il s'agit là encore d'une histoire de standards. Les gens ont maintenant tous des écrans larges et HD, donc ça ne servirait plus à rien de coller au 1.33:1 validé par Kubrick sur les masters vidéo, vu les raisons qui l'avaient amené à faire ce choix.

Surtout que le père Kubrick, quand on lui a proposé d'éditer son catalogue MGM et Warner en DVD, avait dû lire ou entendre un ingénieur donner le choix entre standard (4/3) et anamorphique (16/9ème) et aurait sorti : "Non, non, je n'ai pas tourné ces films en anamorphique, ils ne doivent pas être édités en anamorphique." Il n'était pas familier des terminologies propres au numérique, le Kubrick.
D'ailleurs, la "collection" Kubrick sortie chez Warner Home Video aux USA en juin 1999 (trois mois après sa mort et en même temps que la sortie en salle d'Eyes Wide Shut) s'est révélée une catastrophe : vieux masters vidéo délavés prévus pour des duplications de VHS, mixage mono (Kubrick, en dehors d'Eyes Wide Shut ou de 2001, n'avait pas prévu de mixage stéréo ou multicanal, parce qu'il ne faisait pas confiance à la sono de 99 % des salles de cinéma), colorimétrie à l'ouest, etc. Ils ont dû refaire très vite de nouveaux masters vidéo et un mixage 5.1, et ça a été la base des DVD qui sont sortis en Europe en 2001.

Mais pour en revenir à Shining :

- les formats 1.37:1 et 1.33:1 sont effectivement des "intended ratios" mais uniquement pour la diffusion télé et vidéo à une époque où on avait des tubes cathodiques 4/3. Et même à cette époque, on repérait pendant le générique de début l'ombre de l'hélicoptère qui filmait la vallée, en bas de l'image, ou le slip de la version âgée de la succube de la chambre 237. Ça ne figurait pas dans le cadre des versions ciné, mais ça ne dérangeait pas Kubrick qu'on puisse voir ça à la télé (l'ombre de l'hélico a été pour la petite histoire citée par un article des Inrocks comme une illustration de la volonté de Kubrick de mettre en avant l'artificialité de son récit !).

- le format 1.66:1, tout comme le 1.85:1 devraient aussi être des intended ratios, vu les documents qui existent. IMDb n'est effectivement pas vraiment clair côté terminologie.

- le 1.78:1 du Blu-ray, des DVD récents et probablement du nouveau master UHD n'a rien de choquant. Il est très proche du 1.85 approuvé par Kubrick pour les salles américaines, et n'oublions pas que les projecteurs film n'étaient pas toujours alignés correctement, qu'il y avait des fluctuations pendant la séance, et qu'on n'avait donc pas le cadre au cordeau qui est la marque de fabrique du numérique."

Avatar de l’utilisateur
Pacaya
Assistant opérateur
Messages : 2652
Inscription : 21 avr. 03, 13:51

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Pacaya » 26 sept. 19, 18:11

De tête, sur le storyboard de Shining qu'on peut voir dans les Kubrick Archive, le intended ratio est bien en 1.85

Avatar de l’utilisateur
Geoffrey Firmin
Howard Hughes
Messages : 15011
Inscription : 20 mai 03, 19:08
Localisation : au fond de la Barranca

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar Geoffrey Firmin » 28 sept. 19, 08:16

Ce document?

PLRRxWe.jpg
Vous ne pouvez pas consulter les fichiers insérés à ce message.

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21265
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Stanley Kubrick (1928-1999)

Messagepar tenia » 28 sept. 19, 09:24

C'est celui-ci qui revient pour Shining, oui.

EDIT : blu-ray.com vient de publier son test de l'UHD US et le BR est remasterisé et la version de 144 minutes.