Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar daniel gregg » 8 sept. 12, 19:22

Petit rappel :
Ce soir est diffusé sur Orange CinéGéants ce film plutôt rare de Mankiewicz :

Image

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15437
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar Profondo Rosso » 3 oct. 12, 02:42

On murmure dans la ville (1951)

Image

Noah Praetorius est un brillant gynécologue qui donne des cours dans une école de médecine et dirige une clinique privée, où il privilégie les rapports humains avec ses patientes. L'une d'elles, Deborah Higgins, est une jeune future mère célibataire en détresse, dont il tombe amoureux (et réciproquement). Le Dr Praetorius est apprécié de tous ses collègues et ses étudiants, à l'exception du Professeur Ellwell qui le jalouse et qui diligente une enquête interne visant à éclairer le « passé trouble » du médecin et le mystère entourant la présence constante à ses côtés du dénommé Shunderson...

Le 22 octobre 1950 se tient une assemblée des plus tendues au sein de la Screen Directors Guild, syndicat des réalisateurs américain. Cecil B. DeMille y a convoqué ses pairs afin d'en évincer Joseph L. Mankiewicz, président de la guilde et suspect à ses yeux d'opinions politiques trop progressistes. Nous somme aux débuts du Maccarthysme (dont les actions s'intensifieront deux ans plus tard) et le but profond de la manœuvre est de dénoncer les réalisateurs en vue trop proche du parti communiste. L'injustice sera évitée en partie grâce à la courageuse intervention de John Ford auteur de cette sortie légendaire envers DeMille : « Mon nom est John Ford et je fais des westerns. Je t’admire Cecil, mais je ne t’aime pas. ». La tête de Mankiewicz sera sauvée ce jour-là mais l'expérience le marqua durablement au point de l'exploiter dans un de ses meilleurs films, People will talk, un an après les évènements. Il trouvera matière à exprimer sa pensée sur cette malveillance ordinaire et volonté de calomnie en adaptant la pièce de Curt Goetz Dr Praetorius, dont un film allemand fut d'ailleurs déjà tiré en 1950 Frauenarzt Dr. Prätorius.

L'histoire nous place dans une petite ville où sévit un médecin pas comme les autres, le Dr Praetorius (Cary Grant). Proche de ses patients et adepte de méthodes anticonformistes, il privilégie l'humain et la psychologie comme moteur de la guérison plutôt que d'en rester à la pure prescription sans accompagnement. Pour lui la rémission physique s'accompagne de celle plus mentale et il cherche à placer ses patients dans les conditions les idéales pour parvenir aux deux. Nous découvrons donc ce médecin parfait et idéaliste faire face à divers problèmes grâce à ses qualités de compréhension et d'empathie, son humour et bagout faisant allégeant toujours les instants difficiles et surtout sa profonde implication envers les autres. L'interprétation subtile et pleine d'allant de Cary Grant évite d'en faire un saint parfait dont on se sentirait lointain même si bien sûr cette figure de médecin est très idéalisée. La fantaisie enfantine de l'acteur crée donc avec lui la même proximité que ses patients dont les saillies et le calme apaisent et le script même dans ses actions les plus vertueuses parvient à le pousser dans ses retranchements. C'est particulièrement vrai pour la romance avec le personnage de Jeanne Crain, future mère célibataire dans cette Amérique moralisatrice des années 50 et qu'il va sauver de vindicte populaire en l'épousant. Mankiewicz sait idéalement se reposer sur le charisme de son acteur puisque si une relative ambiguïté demeure quant aux raisons de l'acte chevaleresque du Dr Praetorius (bienveillance ou amour réelle pour sa patiente ?) lorsque viendra l'heure des explications Grant exprimera une telle sincérité et aisance à exprimer ses sentiments profonds que le drame ne dépassera le temps d'une scène intense après laquelle Jeanne Crain ne doutera plus de lui.

Pourtant ce dévouement et cette réussite suscite la jalousie et la malveillance, Mankiewicz usant de situations et dialogues brillants pour souligner les maux qui agitent la société américaine d'alors. Ce sera tout d'abord par la vision de l'enfermement sur soi, de l'ignorance et de la bêtise crasse que cela éveille chez certains individus à travers la figure John Higgins (Will Wright) oncle entretenant Jeanne Crain et son père Arthur (Sidney Blackmer). N'ayant jamais dépassé l'enclos de sa ferme et uniquement préoccupé par ses profits fermiers et les préceptes de la bible, c'est pour Mankiewicz le type d'être idéal à croire et soutenir les affirmations nauséabondes que lui suggère son poste de radio (tout comme dans Chaînes Conjugales il dénonce ces nouveaux médias abrutissant). La sympathie du réalisateur va plutôt à cette figure de père qui a certes échoué matériellement mais qui a connu une vie intellectuelle passionnante et parcouru le monde. Cette simple bêtise laisse place à la pure méchanceté à travers le personnage de professeur jaloux incarné par Hume Cronyn. Envieux de la réussite de Praetorius, il va mener l'enquête afin de trouver le secret enfui dans le passé mystérieux de notre héros et sans doute lié à la figure mi- ange gardien mi- enfantine de Shunderson (Finlay Currie) vieil homme dévoué qui l'accompagne partout. Le message se fait encore plus clair lors de la magistrale conclusion où Praetorius fait face à ses accusateurs dans une commission au mimétisme évident avec la future Commission sur les Activités Anti-Américaines (HUAC). L'atmosphère inquisitrice et pesante accompagné de la répétition par Cary Grant de cette phrase tant prononcée par ceux qui refusèrent de dénoncer leur camarades Je refuse de répondre à cette question est une expression puissante et synonyme de la prise de risque de Mankiewicz qui place cette opinion forte au cœur d'une œuvre de divertissement intelligente. L'issue y sera moins tragique celle des futurs blacklistés et s'achève sur un épilogue triomphal et optimiste où Grant vainqueur dirige un orchestre sur les accords de L'Ouverture pour une fête académique, op. 80 de Johannes Brahms. Un des très grands films de Mankiewicz. 6/6 Et au passage j'ai enfin compris d'où sortait l'avatar de Ed désormais :mrgreen:
Dernière édition par Profondo Rosso le 9 oct. 12, 17:44, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar cinephage » 3 oct. 12, 08:34

:D
Image
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar Père Jules » 3 oct. 12, 08:36

A mesure que je vois ou revois les films du grand Mankiewicz, celui-ci s'impose de plus en plus comme mon préféré. Ravi que tu aies été enthousiasmé.

Avatar de l’utilisateur
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Messages : 23283
Inscription : 19 janv. 06, 15:33
Localisation : Californie, années 50

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar ed » 3 oct. 12, 09:50

Profondo Rosso a écrit :Et au passage j'ai enfin compris d'où sortait l'avatar de Ed désormais :mrgreen:

Un film formidable, en effet :D
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15437
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar Profondo Rosso » 3 oct. 12, 10:18

ed a écrit :
Profondo Rosso a écrit :Et au passage j'ai enfin compris d'où sortait l'avatar de Ed désormais :mrgreen:

Un film formidable, en effet :D


Oui quand la scène finale est arrivée je me suis dit que j'avais déjà vu ça quelque part :mrgreen:

cinephage a écrit ::D
Image


Génial ce texte d'ouverture et c'est vraiment la force du film d'être aussi profondément humaniste sans jamais verser dans le mélo. L'épisode avec Jeanne Crain enceinte entre de mauvaises mains aurait pu être incroyablement larmoyant et là ça fonctionne parfaitement grâce à l'intelligence de l'approche de Mankiewicz.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar cinephage » 3 oct. 12, 12:57

Ce n'est sans doute pas le Mankiewicz que je préfère (mais après tout, on parle de mon réalisateur favori). Ca n'en fait pas moins un excellent film.
Surtout, c'est probablement le film le plus Mankiewiczien de sa filmo.
J'entends par là que le film est riche en séquences à l'équilibre délicat, que seul le savoir-faire du cinéaste scénariste a pu réussir, et qui auraient probablement été très faciles à rater dans les mains d'un autre...
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar Federico » 3 oct. 12, 18:18

Ce n'est pas non plus celui que je placerai dans son top 5 mais ce film dégage quelque chose d'assez spécial. Comme Hawks (Seuls les anges...) et Hitchcock (Soupçons) Mankiewicz a parfaitement capté l’ambiguïté dont Grant était capable et puis il y a l'extraordinaire personnage de Shunderson qui semble un extra-terrestre ayant pris forme humaine.
Quant au texte d'ouverture, on dirait du Lubitsch (ou du Guitry). :D
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
André Jurieux
Assistant(e) machine à café
Messages : 262
Inscription : 13 mai 11, 20:43

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar André Jurieux » 3 oct. 12, 22:17

Comme les 2 ou 3 derniers qui se sont exprimés à ce sujet, moi non plus je ne place pas People Will Talk parmi mes Mankiewicz préférés. Je préfère même assez nettement :

Eve, Mme Muir, La comtesse, Cicéron, Chaines conjugales et La maison des étrangers. Et ne sait trop ou mettre Sleuth tant le film est un admirable exercice de style asssez
fascinant mais qui véhicule un coté glacé et une certaine froideur.

Il y a encore un Mankiewicz que je n'ai pas vu, c'est ESCAPE avec Rex Harrison et Peggy Cummins. Un copain vient de récupérer une copie en vo mais je vais me laisser faire
because Peggy "Gun Crazy" Cummins...que j'adore.

Filiba
Doublure lumière
Messages : 413
Inscription : 5 mai 12, 18:51

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar Filiba » 3 oct. 12, 22:25

Honey pot est pas mal non plus

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar daniel gregg » 3 oct. 12, 22:27

André Jurieux a écrit :Comme les 2 ou 3 derniers qui se sont exprimés à ce sujet, moi non plus je ne place pas People Will Talk parmi mes Mankiewicz préférés. Je préfère même assez nettement :

Eve, Mme Muir, La comtesse, Cicéron, Chaines conjugales et La maison des étrangers. Et ne sait trop ou mettre Sleuth tant le film est un admirable exercice de style asssez
fascinant mais qui véhicule un coté glacé et une certaine froideur.

Il y a encore un Mankiewicz que je n'ai pas vu, c'est ESCAPE avec Rex Harrison et Peggy Cummins. Un copain vient de récupérer une copie en vo mais je vais me laisser faire
because Peggy "Gun Crazy" Cummins...que j'adore.


Comment te dire...au risque de me mêler de ce qui ne me regarde pas, je ne crois pas que le forum, enfin en tout cas de façon aussi explicite que çà, soit le meilleur endroit pour faire étalage des moyens pour le moins suspects par lesquels tu te procures certains films.
Mais tout est expliqué de façon assez claire ici, même si cet avis concerne les annonces, je pense qu'il en va de même pour les autres sections du forum.
Après tu fais ce que tu veux. :wink:

Avatar de l’utilisateur
André Jurieux
Assistant(e) machine à café
Messages : 262
Inscription : 13 mai 11, 20:43

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar André Jurieux » 4 oct. 12, 00:41

daniel gregg a écrit :
André Jurieux a écrit :Comme les 2 ou 3 derniers qui se sont exprimés à ce sujet, moi non plus je ne place pas People Will Talk parmi mes Mankiewicz préférés. Je préfère même assez nettement :

Eve, Mme Muir, La comtesse, Cicéron, Chaines conjugales et La maison des étrangers. Et ne sait trop ou mettre Sleuth tant le film est un admirable exercice de style asssez
fascinant mais qui véhicule un coté glacé et une certaine froideur.

Il y a encore un Mankiewicz que je n'ai pas vu, c'est ESCAPE avec Rex Harrison et Peggy Cummins. Un copain vient de récupérer une copie en vo mais je vais me laisser faire
because Peggy "Gun Crazy" Cummins...que j'adore.


Comment te dire...au risque de me mêler de ce qui ne me regarde pas, je ne crois pas que le forum, enfin en tout cas de façon aussi explicite que çà, soit le meilleur endroit pour faire étalage des moyens pour le moins suspects par lesquels tu te procures certains films.
Mais tout est expliqué de façon assez claire ici, même si cet avis concerne les annonces, je pense qu'il en va de même pour les autres sections du forum.
Après tu fais ce que tu veux. :wink:


"Moyens pour le moins suspects", faudrait pas pousser mon Général, pardon, mon Capt. Daniel Gregg...Et puisque, si j'ai encore le choix entre les bracelets et la confession, je préfère la seconde solution, je peux te dire qu'effectivement il m'arrive d'échanger des raretés et
exclusivement cela avec quelques cinéphiles passionnés et qu'il m'est arrivé d'y faire allusion sur le forum. Mais il faudrait alors que tu sois plus vigilant encore car à d'autres endroits du forum, il s'en passe de drôles...

Dans le cas présent, au sujet d'ESCAPE, je ne sollicite rien et n'engage en rien dvdclassik en indiquant qu'un de mes amis possède depuis peu une copie de ce film réputé introuvable.

Pour aller plus loin, depuis que j'ai une connexion internet, en temps qu'internaute "pour le moins suspect", j'ai téléchargé en tout et pour tout 3 FILMS et aucune musique. Etonnant, non ? Je peux même en donner très précisément les titres, sans surprises ce sont 3 films noirs,
The long wait, The man who cheated himself et The devil thumbs a ride. 3 films qui ne sont jamais passés sur une aucune chaine française....Je répète bien 3 films...Sur les 3 ou 4000 DVDs que je possède, plus de la moitié sont des DVDs du commerce car quand j'ai le choix je
préfère, bêtement penseront certain, le DVD du commerce. Comme tu vois, si des éditeurs font faillite, ce ne sera pas à cause de moi. Le reste de ma collection se compose pour l'essentiel de copies TV que j'ai enregistré moi-même...et enfin je récupère aussi quelques copies
auprès de quelques amis cinéphiles.
Alors si on doit me créer des problèmes pour ce comportement irresponsable :mrgreen: ou si dvdclassik devait en avoir à cause de moi re :mrgreen: , je crois qu'il va falloir surveiller attentivement les BAL car les PV et les suspensions de connexion internet vont tomber dru.
Voilà, je suis content car tu m'as donné l'occasion de soulager ma conscience.

De toute façon, je crois que ton problème n'est pas là. Bien qu'intervenant depuis peu sur le forum, je le fréquente depuis assez longtemps et j'ai lu à plusieurs reprises tes commentaires acerbes sur ces contributeurs qui y parlent de films prétendument impossibles à voir...

Ceci dit, je ne suis pas d'un naturel querelleur et après ce départ moyen, la situation peut encore évoluer favorablement. :wink:

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar daniel gregg » 4 oct. 12, 10:07

André Jurieux a écrit :
daniel gregg a écrit :
André Jurieux a écrit :Comme les 2 ou 3 derniers qui se sont exprimés à ce sujet, moi non plus je ne place pas People Will Talk parmi mes Mankiewicz préférés. Je préfère même assez nettement :

Eve, Mme Muir, La comtesse, Cicéron, Chaines conjugales et La maison des étrangers. Et ne sait trop ou mettre Sleuth tant le film est un admirable exercice de style asssez
fascinant mais qui véhicule un coté glacé et une certaine froideur.

Il y a encore un Mankiewicz que je n'ai pas vu, c'est ESCAPE avec Rex Harrison et Peggy Cummins. Un copain vient de récupérer une copie en vo mais je vais me laisser faire
because Peggy "Gun Crazy" Cummins...que j'adore.


Comment te dire...au risque de me mêler de ce qui ne me regarde pas, je ne crois pas que le forum, enfin en tout cas de façon aussi explicite que çà, soit le meilleur endroit pour faire étalage des moyens pour le moins suspects par lesquels tu te procures certains films.
Mais tout est expliqué de façon assez claire ici, même si cet avis concerne les annonces, je pense qu'il en va de même pour les autres sections du forum.
Après tu fais ce que tu veux. :wink:


"Moyens pour le moins suspects", faudrait pas pousser mon Général, pardon, mon Capt. Daniel Gregg...Et puisque, si j'ai encore le choix entre les bracelets et la confession, je préfère la seconde solution, je peux te dire qu'effectivement il m'arrive d'échanger des raretés et
exclusivement cela avec quelques cinéphiles passionnés et qu'il m'est arrivé d'y faire allusion sur le forum. Mais il faudrait alors que tu sois plus vigilant encore car à d'autres endroits du forum, il s'en passe de drôles...

Dans le cas présent, au sujet d'ESCAPE, je ne sollicite rien et n'engage en rien dvdclassik en indiquant qu'un de mes amis possède depuis peu une copie de ce film réputé introuvable.

Pour aller plus loin, depuis que j'ai une connexion internet, en temps qu'internaute "pour le moins suspect", j'ai téléchargé en tout et pour tout 3 FILMS et aucune musique. Etonnant, non ? Je peux même en donner très précisément les titres, sans surprises ce sont 3 films noirs,
The long wait, The man who cheated himself et The devil thumbs a ride. 3 films qui ne sont jamais passés sur une aucune chaine française....Je répète bien 3 films...Sur les 3 ou 4000 DVDs que je possède, plus de la moitié sont des DVDs du commerce car quand j'ai le choix je
préfère, bêtement penseront certain, le DVD du commerce. Comme tu vois, si des éditeurs font faillite, ce ne sera pas à cause de moi. Le reste de ma collection se compose pour l'essentiel de copies TV que j'ai enregistré moi-même...et enfin je récupère aussi quelques copies
auprès de quelques amis cinéphiles.
Alors si on doit me créer des problèmes pour ce comportement irresponsable :mrgreen: ou si dvdclassik devait en avoir à cause de moi re :mrgreen: , je crois qu'il va falloir surveiller attentivement les BAL car les PV et les suspensions de connexion internet vont tomber dru.
Voilà, je suis content car tu m'as donné l'occasion de soulager ma conscience.

De toute façon, je crois que ton problème n'est pas là. Bien qu'intervenant depuis peu sur le forum, je le fréquente depuis assez longtemps et j'ai lu à plusieurs reprises tes commentaires acerbes sur ces contributeurs qui y parlent de films prétendument impossibles à voir...

Ceci dit, je ne suis pas d'un naturel querelleur et après ce départ moyen, la situation peut encore évoluer favorablement. :wink:


:shock: Soit effectivement j'ai la mémoire qui flanche, auquel cas je ne me souviens pas m'être montré responsable de tels agissements, soit il faut bien admettre que tu tiens là des propos calomniateurs.
Il me semble au contraire avoir toujours, et moi le premier, encouragé la mise en lumière et la découverte d'un film trop peu méconnu ou d'un réalisateur dont la filmographie serait encore à explorer.
Néanmoins, même si, je ne suis pas naïf, dans certains cas, il faut pour accéder à ces films, passer par des voies alternatives, je ne viens pas ostensiblement les mettre en valeur sur le forum.
Tu parles des bal, mais tout ce qui se passe en MP, par définition, est de l'ordre du privé, et n'engage pas la rédaction.
Tu sembles dire que la proportion de films que tu télécharges est toute relative, et j'ai envie de te croire, après tout là n'est pas le problème, çà n'engage que toi, mais avoue que la plupart de tes messages récents font systématiquement allusion à cette pratique.

Avatar de l’utilisateur
cinephage
C'est du harfang
Messages : 22160
Inscription : 13 oct. 05, 17:50

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar cinephage » 4 oct. 12, 11:29

Chacun s'étant dit ce qu'il avait à dire, je suggère que nous revenions à Joe Mankiewicz, que ce genre de dialogue amuserait certainement.

Concernant la copie illégale de films (téléchargement, streaming ou même copie d'enregistrements sur VHS), la position de dvdclassik à ce sujet est très claire : nous y sommes résolument opposés.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3600
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)

Messagepar monk » 16 nov. 12, 15:15

Soudain l'été dernier, quatrième volet d'un petit cycle "Williams adapté au cinéma" commencé...l'été dernier.
Un bonne grosse claque. Point. Le film m'a pris et ne m'a plus laché, comme Mademoiselle ne lâche plus ses mouches. Ça aura été une expérience très intense ! Le film étant particulièrement tendu, un jeu sans doute un peu excessif, mais qui rajoute à la tension et à l'intensité générale. C'est de la dentelle de barbelé...une histoire sordide (le pitch est quand même dingue) merveilleusement mise en image. Il y a beaucoup à dire, mais vous l'avez tous déjà vu, donc...
Non seulement je garde, mais il me parait évident que je vais me lancer tête baissée dans la filmo de Mankiewicz. Et vite.