Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14303
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar Demi-Lune » 19 avr. 12, 10:13

Image Image Image

J'ai beaucoup aimé le film même si je ne parviens pas à balayer certaines réserves. Le Fleuve compte pour moi certaines longueurs (notamment cette digression imaginaire certes formellement féérique mais dont la pertinence dans le récit me paraît assez relative), tandis que la voix-off est souvent lourdement didactique dans les aspects les plus descriptifs de l'Inde : je me demande si le pouvoir de l'image seul n'aurait pas suffi dans certaines séquences. Par ailleurs, la métaphore de l'éternel cours d'eau symbolique du cycle de la vie est parfois un peu trop appuyée par des dialogues ne sonnant pas toujours très naturels. Enfin, plus subjectivement, je m'amuse qu'Arthur Shields puisse mettre autant en émois les filles du coin. A côté de ça, le film est effectivement un véritable enchantement pictural, avec un Technicolor superbement géré, éclaboussé de couleurs chatoyantes et variées. L’Inde aura décidément inspiré formellement les plus grands cinéastes. Je ne dirai pas que c'est un des films les plus beaux que j'ai vus, mais c'est clairement un travail esthétique remarquable auquel le blu-ray rend toute sa splendeur. En outre j'ai trouvé très intéressante l'approche volontairement enfantine de l'histoire, qui nous présente l'éveil aux premiers émois amoureux dans cette indolence naturaliste confinant au bien-être. Le personnage de Harriet et la manière dont le récit gravite autour d'elle me semble d'autant plus marquant que le film ne tombe pas dans l'écueil de la caricature et de la niaiserie. Beau film que je suis paradoxalement tenté de préférer à La règle du jeu, d'une exécution plus parfaite mais moins immédiatement adorable que cette délicate tranche de vie sur les rives du Gange.
Dernière édition par Demi-Lune le 19 avr. 12, 19:34, édité 1 fois.

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2491
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar homerwell » 19 avr. 12, 10:35

Enfin, plus subjectivement, je m'amuse qu'Arthur Shields puisse mettre autant en émois les filles du coin.


Je n'ai pas l'impression qu'il y ait pléthore de jeunes hommes à se mettre sous la dent pour les jeunes femmes de la famille Britannique et leur voisine mélanie. Ce serait inconvenant ! :mrgreen:
Et puis le Capitaine John rentre de la guerre où il a été blessé gravement ce qui lui assure un peu plus que de la sympathie de la part de la gent féminine.
Enfin, le Capitaine John qui a donc été blessé à la jambe pendant la guerre, ressemble fort à une personne que Renoir connaît bien : lui même ! De là à imaginer qu'il est eu la faiblesse de le vouloir très séduisant... :mrgreen:

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2491
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar homerwell » 19 avr. 12, 10:41

cette digression imaginaire certes formellement féérique mais dont la pertinence dans le récit me paraît assez relative


Cette impression a disparu à la deuxième découverte du film. Comme j'étais rassuré sur le fait que la séquence ne risquait pas de durée la moitié du film, je me suis contenté de profiter de la danse réalisée par Mélanie et que j'ai trouvée pleine de grâce au contraire de celle que l'on trouve dans l'opus indien de Fritz Lang.

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2491
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar homerwell » 19 avr. 12, 10:46

Demi-Lune a écrit :moins immédiatement adorable que cette délicate tranche de vie sur les rives du Gange.


J'aime bien cette phrase, c'est jolie. Mais elle n'est pas tout à fait exacte pour moi. D'une part parce que on oublie que
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bogey est mort au fond du jardin
, et d'autre part parce que le Marceau de Julien Carette, je le trouve très délicat ! :wink:
Dernière édition par homerwell le 19 avr. 12, 12:14, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 14303
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar Demi-Lune » 19 avr. 12, 10:53

homerwell a écrit :
Spoiler (cliquez pour afficher)
on oublie que Bogey est mort au fond du jardin

Han ! Spoiler ! :mrgreen:

Spoiler (cliquez pour afficher)
D'où ma phrase. :mrgreen: :arrow:
Dernière édition par Demi-Lune le 19 avr. 12, 13:05, édité 1 fois.

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2491
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar homerwell » 19 avr. 12, 12:16

:arrow:

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar Wagner » 19 avr. 12, 13:02

homerwell a écrit :
Demi-Lune a écrit :moins immédiatement adorable que cette délicate tranche de vie sur les rives du Gange.


J'aime bien cette phrase, c'est jolie. Mais elle n'est pas tout à fait exacte pour moi. D'une part parce que on oublie que
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bogey est mort au fond du jardin
, et d'autre part parce que le Marceau de Julien Carette, je le trouve très délicat ! :wink:


Le sens du film est de laisser comprendre que la mort n'est pas une tragédie. La jeune femme le dit littéralement à la fin.
Image

Ego sum qui sum

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2491
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar homerwell » 19 avr. 12, 17:53

Je ne doute pas que Renoir est voulu terminer sur une note d'espoir avec la naissance du bébé, mais je vais me repasser la fin du film parce que je ne vois pas comment
Spoiler (cliquez pour afficher)
la mort d'un enfant
pourrait ne pas être une tragédie.
Enfin, une note d'espoir ! Ce bébé est tout de même sa sixième fille... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar Wagner » 20 avr. 12, 18:24

homerwell a écrit :Je ne doute pas que Renoir est voulu terminer sur une note d'espoir avec la naissance du bébé, mais je vais me repasser la fin du film parce que je ne vois pas comment
Spoiler (cliquez pour afficher)
la mort d'un enfant
pourrait ne pas être une tragédie.
Enfin, une note d'espoir ! Ce bébé est tout de même sa sixième fille... :mrgreen:


c'est la mort en général qui n'est pas une tragédie, que ce soit celle d'un enfant ou de n'importe qui d'autre. Du moins est-ce le point de vue du film.
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3610
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar monk » 3 mai 12, 09:00

Très, très beau film, où l'on sent un amour et un interet profond et concerné pour le pays jaillir de chaque image. D'une très grande beauté plastique, le film souffre pourtant, à mon gout, d'un défaut d'interprétation: seule Harriet exprime vraiment de l'émotion, les autres sont trop souvent dans le sur-jeux ou dans le non-jeux (Mélanie !), ou sonnent tout simplement faux. SI la voix off peut sembler trop présente ou trop didactique face aux images (pour citer Demi Lune), c'est finalement d'elle que vient l'émotion. Si elle appuie les images, elle les transcende aussi. Elle est une variation sonore du fleuve, douce et continue tout au long du film.
Un film somme toute positif, dans le bon sens du terme, qui emmène le spectateur vers de bien jolies rives. Je garde.

Avatar de l’utilisateur
Dirk Diggler
Machino
Messages : 1137
Inscription : 5 janv. 12, 18:51

Re: Le Fleuve - The River (Jean Renoir - 1951)

Messagepar Dirk Diggler » 3 mai 12, 17:34

J'adore le plan final, avec les trois filles, la caméra qui passe par dessus l'épaule d'Harriet pour montrer la permanence du fleuve et suggérer le caractère éphémère de la vie humaine, accompagné de ce poème simple et juste. Pour moi, dans ces dernières secondes, tout est dit sur notre condition.
Image