La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 10 févr. 12, 18:15

Image

SPOILERS. Ce Tinker, Tailor, Soldier, Spy ne semble malheureusement pas déclencher un grand enthousiasme chez les classikiens, s'accordant en cela avec certaines critiques françaises (je pense aux Cahiers) qui ont plutôt accueilli avec froideur voire légère condescendance, si l'on compare avec les dithyrambes outre-Atlantique, cet anti James Bond offert par le réalisateur de Morse.
Pour ma part, je ne bouderai pas mon plaisir, même s'il est évident que La Taupe a ses faiblesses et donne l'impression générale de passer à côté de quelque chose de grand.
Nous revoici donc embarqués en pleine Guerre froide (marrant cet espèce de revival au cinéma ces temps-ci), dans un Londres 70's et grisâtre, et le moins que l'on puisse dire c'est que cela faisait longtemps que le cinéma ne nous avait pas donné un film d'espionnage aussi résolument sérieux et réaliste. De Niro avait bien essayé avec son The Good Shepherd mais s'était bien planté. Non pas que le film d'Alfredson cherche à être le plus exact possible dans sa reconstitution. Le but n'est pas d'enrober le texte de John Le Carré d'une plus grande fidélité historique, mais de conserver et transposer cette vision documentée, pertinente, du renseignement britannique bureaucratique. Il est rare que le cinéma montre le fonctionnement des services de renseignement pour ce qu'il est vraiment : un travail de bureaux, avec des coups de fil, des fax, des notes tamponnées, des archives, des formulaires à signer, des comptes à rendre au Ministère de la Défense. A ce jeu-là La Taupe se montre intéressant et précieux car il appréhende l'espionnage comme une partie d'échecs administrative, conduite par des fonctionnaires de l'ombre. Le classicisme de la mise en scène, la photo vaporeuse, le rythme simili comateux qui enveloppe le récit, les très nombreux silences, la bande sonore chuchotée, la raideur de ces agents, illustrent une volonté de rendre à l'espionnage sa cérébralité, sa patience, son oppression indistincte, son machiavélisme - justement parce qu'il est pratiqué par une force organisée, un service tentaculaire, bureaucratisé. Une bureaucratisation du renseignement qui est par ailleurs appuyée par le basculement générationnel sous-jacent au film, faisant que les vétérans du service, menant la guerre de l'ombre depuis la Seconde Guerre mondiale, sont supplantés par des politiciens magouilleurs et crédules. Il y a un goût "fin d'une époque" qui traverse avec amertume le propos, et qui doit sûrement être mis en relation avec le fait que l'histoire s'inspire des retentissantes infiltrations des services britanniques par des agents doubles anglais (les cinq de Cambridge dont Kim Philby) et que ce dernier Kim Philby, arrêté en 1964, a valu à Le Carré son départ anticipé à la retraite du renseignement.

Bien sûr, La Taupe n'évite pas toujours un certain "romantisme" dans sa peinture de l'espionnage (notamment au travers de la figure énigmatique et romanesque de Karla, le maître-espion soviétique) mais le film le contrebalance par son approche humaine, intimiste, qui excède le simple récit de traque au traître pour questionner in fine les notions de loyauté, d'abnégation, d'instinct, de service et de devoir qui sont inhérentes à ce métier du secret. Qu'est-ce qui fait courir et s'accrocher ces espions, semble se demander Le Carré. Ce sont des gens las, froids, désabusés, aigris, vieillis par des années et des années de combat acharné et confidentiel. Des gens seuls. Cette approche du métier d'espion n'est pas neuve mais l'intérêt du film se cristallise dans son refus de donner dans le thriller à suspense, pour mieux privilégier une radioscopie feutrée du renseignement dans un pays de l'Ouest, c'est-à-dire, des gens qui œuvrent à cet organisme. La Taupe dévoile alors son attachement aux faiblesses, failles et autres fêlures de ses personnages, qui arborent des masques impénétrables et durs pour mieux dissimuler leur angoisse face au précipice moral de leur profession. Craquellement symbolisé par cette fête de Noël en flash-back où les repères sentimentaux et politiques (tout le service qui entonne l'Internationale devant un Père Noël grimé en Lénine) des protagonistes sont vacillants. Quelque part la taupe recherchée n'est pas seulement un traître à la solde de l'ennemi communiste, c'est aussi un révélateur de ce que ces hommes craignent par-dessus tout : le dérèglement kafkaïen de leur appareil bureaucratique, et leur miroir dans l'ombre - celui qui a basculé du mauvais côté par une simple pichenette tant l'équilibre psychologique est précaire. Les états d'âme d'un agent en fuite (Tom Hardy), le désarroi d'un dinosaure de l'espionnage qui ne comprend plus le monde dans lequel il vit (John Hurt), les doutes d'un maître-espion sur la supériorité morale de son camp (Gary Oldman), le sacrifice sentimental d'un agent homosexuel soupçonné (Benedict Cumberbatch)... l'ascétisme qui imprègne le film, et qui rend la violence d'autant plus horrifiante (l'exécution d'Irina par exemple), touche du doigt tout le vide dans lequel se débattent ces agents au service de Sa Majesté. Si bien que la résolution du film, cette succession de regards, ne se départit pas d'une douloureuse émotion. L'exigence et la lenteur du film auront certainement raison de l'intérêt de nombreux spectateurs, mais si je considère le film dans son ensemble, il me sera difficile de ne pas trouver dans cette marche funèbre un pouvoir assez fascinant et mélancolique. Dans l'esprit on est plus proche du Conversation secrète de Coppola que des Patriotes d’Éric Rochant.

Pourtant, Alfredson ne réussit pas un film "définitif" car son film accuse des longueurs injustifiées et des complexifications narratives pas forcément toutes pertinentes (par exemple, pourquoi montrer que Mark Strong a survécu AVANT qu'Oldman ne le découvre lui-même ? Ces scènes avec l'enfant à lunettes n'ont par ailleurs aucun intérêt). Il est clair que le film ne passionne pas toujours, frise la confusion par endroits, et que les différents flash-back (qui alourdissent l'intrigue) sont inégalement négociés. Il manque indéniablement quelque chose. La forme ascétique du film, cette volonté de pousser le plan dans sa durée la plus longue et la plus brute, peut également être éprouvante tout comme l'est cette esthétique bureaucratique dépressive, anonyme. Et je ne saurais dire, contrairement au reste du casting plutôt inspiré, si Gary Oldman est génial ou absent dans ce rôle impénétrable.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42616
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Flol » 11 févr. 12, 20:01

Superbement mis en scène, parfaitement maîtrisé, avec la crème de la crème des comédiens britishs...pour au final un film lénifiant, pas très passionnant, et surtout un peu chiant à cause d'un récit labyrinthique pour pas grand-chose.
En gros, je suis avant tout d'accord avec cette partie de la critique de Demi :
Demi-Lune a écrit :Pourtant, Alfredson ne réussit pas un film "définitif" car son film accuse des longueurs injustifiées et des complexifications narratives pas forcément toutes pertinentes (par exemple, pourquoi montrer que Mark Strong a survécu AVANT qu'Oldman ne le découvre lui-même ? Ces scènes avec l'enfant à lunettes n'ont par ailleurs aucun intérêt). Il est clair que le film ne passionne pas toujours, frise la confusion par endroits, et que les différents flash-back (qui alourdissent l'intrigue) sont inégalement négociés

Voilà. Et c'est davantage ça que je retiens du film, malheureusement...même si j'applaudis des 2 mains le fait d'avoir voulu faire un film beaucoup plus intelligent que la moyenne (ça fait du bien, parfois).

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 11 févr. 12, 20:23

Merci d'avoir sauvé ce topic du bide qui se profilait. :D

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Colqhoun » 11 févr. 12, 20:26

Je l'ai vu y a 2 semaines et j'ai trouvé ça bien, mais pas top.
Mais je sais pas trop quoi en dire parce que je l'ai déjà plus ou moins oublié.
C'est très joli, plein de très bons acteurs, et tout et tout.. mais ça cherche une complexité pas vraiment nécessaire et du coup ça finit par être presque trop obscur.
Mais c'est vraiment très bien réalisé et Gary Oldman y trouve l'un des plus beaux rôles de sa carrière (pour une fois qu'il n'en fait pas des caisses).
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
Borislehachoir
Machino
Messages : 1345
Inscription : 17 févr. 06, 14:34

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Borislehachoir » 11 févr. 12, 20:38

Insondable ennui et autant il est très rare que je sois en désaccord avec une presse aussi unanime, autant pour le coup j'avoue ne rien comprendre à l'enthousiasme autour de ce film.

Dans un décor contenant cinq couleurs ( vert clair, vert foncé, gris clair, gris foncé et marron ) s'agitent mollement des personnages totalement dépourvus de chair comme de sang, de relief comme de densité. Qui plus est, le montage quasi-expérimental ( façon l'Anglais de Soderbergh mais sans la cohérence que trouvait celui-ci sur le long terme ) fait que très honnêtement, au bout de vingt minutes j'ai été absolument infoutu de comprendre qui faisait quoi, interagissait avec qui, allait ou... On m'objectera probablement qu'Alfredson déjoue les attentes du spectateur, mais qu'offre t-il en échange ? Des images laides, des personnages creux et un rythme de déambulateur ont fait qu'au bout d'une heure, j'ai attendu la fin.

Avatar de l’utilisateur
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Messages : 33320
Inscription : 9 oct. 03, 21:39
Localisation : Helvetica

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Colqhoun » 11 févr. 12, 22:10

Borislehachoir a écrit :Des images laides
Visuellement c'est largement au dessus de la moyenne.
"Give me all the bacon and eggs you have."

Avatar de l’utilisateur
Borislehachoir
Machino
Messages : 1345
Inscription : 17 févr. 06, 14:34

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Borislehachoir » 11 févr. 12, 23:28

Tout est grisatre. Alors on peut louer l'effort constituant à tout rendre gris, mais je trouve ça esthétiquement ignoble.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 12 févr. 12, 10:45

Borislehachoir a écrit :Tout est grisatre. Alors on peut louer l'effort constituant à tout rendre gris, mais je trouve ça esthétiquement ignoble.

Le réalisateur s'explique sur ce parti-pris dans un entretien de Libé :

Vous avez apporté un soin particulier à évoquer le Londres des années 60, créant une atmosphère très pesante.
Je me suis essentiellement inspiré de ma propre expérience. La première fois que j’ai mis les pieds à Londres au début des années 70, la ville était sale, triste, froide. La nourriture y était immangeable, il n’y avait pas moyen de boire un café convenable… Piccadilly Circus avait l’air d’un cendrier. C’était une ville où l’on sentait encore le poids de la guerre. Les décors que nous avons trouvés, notamment la vieille base militaire dans laquelle nous avons tourné pratiquement 80% du film, étaient parfaits de ce point de vue. Après, ce sont les détails qui, comme souvent, apportent la crédibilité de l’ensemble. Personnellement, j’adore cette partie du métier, ce travail d’archéologie qui conduit à s’interroger sur chaque élément.

Avatar de l’utilisateur
Flol
smells like pee spirit
Messages : 42616
Inscription : 14 avr. 03, 11:21

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Flol » 12 févr. 12, 13:01

Borislehachoir a écrit :Insondable ennui et autant il est très rare que je sois en désaccord avec une presse aussi unanime, autant pour le coup j'avoue ne rien comprendre à l'enthousiasme autour de ce film.

Les Cahiers du Cinema l'ont qualifié de "chef-d'oeuvre en carton".

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar riqueuniee » 12 févr. 12, 13:29

Un avis en carton ? :mrgreen: :arrow:

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 12 févr. 12, 14:03

Ratatouille a écrit :
Borislehachoir a écrit :Insondable ennui et autant il est très rare que je sois en désaccord avec une presse aussi unanime, autant pour le coup j'avoue ne rien comprendre à l'enthousiasme autour de ce film.

Les Cahiers du Cinema l'ont qualifié de "chef-d'oeuvre en carton".

Ça m'a fait marrer, cette formule qui ne veut rien dire. Leur courte critique est un véritable démontage en règle. Mais avec Télérama ils sont un peu seuls, sur ce coup-là, les Cahiers. La critique est globalement très enthousiaste, plus que je ne le pensais en fait. Bien que je comprenne au fond qu'il puisse laisser de marbre, ce film malgré ses faiblesses vaut bien mieux que d'être qualifié "d'arnaque du mois" aux "plans tape-à-l'oeil" (ah bon ? où ça ?) qui a du "mépris pour l'idée même de cinéma d'espionnage" (heu...).

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar riqueuniee » 12 févr. 12, 14:12

Dans Télé&rama, les avis sont partagés : s'il y a bien un "contre" (d'ailleurs bien argumenté, ne se contentant pas d'un avis lapidaire, genre "chef d'oeuvre en carton"), il y a aussi un pour. Un avis des plus favorables, avec trois T...

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar riqueuniee » 14 févr. 12, 17:05

Je suis globalement d'accord avec Demi-Lune.
Le service n'entonne pas l'Internationale, mais l'hymne soviétique (la Russie actuelle a d'ailleurs repris la mélodie pour son hymne national). La bande-son propose d'ailleurs une version d'époque, par les Choeurs de l'Armée rouge.
La reconstitution est stylisée (même si tout sonne juste). Seuls les dialogues permettent de situer l'histoire assez précisément au début des années 70. L'intrigue est certes racontée de façon complexe, mais c'est ce qui rend le film intéressant.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar Demi-Lune » 14 févr. 12, 17:21

riqueuniee a écrit :Le service n'entonne pas l'Internationale, mais l'hymne soviétique (la Russie actuelle a d'ailleurs repris la mélodie pour son hymne national).

Ah, mes souvenirs m'ont trompé, alors. :)

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: La Taupe (Tomas Alfredson - 2011)

Messagepar riqueuniee » 14 févr. 12, 17:28

C'est d'ailleurs plus cohérent avec le sujet du film. Ceci dit, l'Internationale a bien été l'hymne de l'URSS. L'hymne a été choisi (et composé ?) pendant la seconde guerre mondiale.