Notez les films naphtas - Novembre 2011

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar riqueuniee » 9 nov. 11, 13:15

La série a dû prendre un coup de vieux aussi, mais je n'en n'ai pas un mauvais souvenir.
Quant à la saga de Lucas, j'ai l'intégrale en DVD (mais ceci est une autre histoire)

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15285
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Profondo Rosso » 9 nov. 11, 13:22

Oui vu l'allure du film alors que les moyens sont là, la série doit vraiment piquer les yeux je ne plaisantais même pas en évoquant Buck Rogers. Ceci dit j'ai vu quelquels avis disant que c'était mieux que le film mais dur de vérifier vu qu'elle est invisible en dvd (il doit y avoir une raison :mrgreen: ). Pour Le Trou Noir dans mo souvenir il y a quand même quelques élément esthétiques réussis comme le design du vaisseau je crois...

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar someone1600 » 9 nov. 11, 14:53

une fois passer la scene de la ceremonie... penible au possible, logans run est un bon film je trouve

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3590
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar monk » 9 nov. 11, 15:51

Image

La Grande Evasion de Raoul Walsh

Pour être honnête, j'ai rpsi ce film parce que j'ai vu que Brion en parlait dans son livre sur le Film Noir, mais j'ai préféré ne rien en lire pour ne pas spoiler. J'ai bien fait, parce que ça a été une surprise de bout en bout et j'ai trouvé le film formidable.
On est ici dans un film à développement lent. Les deux premiers tiers sont principalement consacrés au retour à la vie de Roy Earle (très justement campé par un Bogart au jeu plus large que dans Le Faucon maltais), avec, un peu, de préparartion à son prochain coup. La mise en place est assez lente, mais pas ennuyeuse: c'est un puzzle où chaque chose prend place et aura son interet à un moment. Evidement (et heureusement, quand même), les choses vont s'accélerer dans le flamboyant dernier tiers et son final magnifique. Là, il n'y a plus qu'à laisser aller et croire, ou pas, en la malédiction du chien. Est-ce bien lui qui pousse les événements à se retourner contre les protagonistes ou juste de mauvais choix conduisants à de mauvaises actions ? J'ai trouvé que c'était bien géré, même si l'apparition de l'idée au début m'a fait des rides sur le front.
Beaucoup aimé, je garde !

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar someone1600 » 9 nov. 11, 16:01

Excellent film en effet. :D

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar riqueuniee » 9 nov. 11, 16:29

Tout à fait (à noter que le titre français n'est plus beaucoup utilisé maintenant). Walsh devait aimer ce sujet, puisqu'il en donnera une version western en 1949, la fille du désert, avec Joel McCrea et Virginia Mayo.

Avatar de l’utilisateur
Tommy Udo
Producteur
Messages : 8653
Inscription : 22 août 06, 14:23

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Tommy Udo » 12 nov. 11, 16:44

Nancy Drew... Detective (1938), Nancy Drew... Reporter (1939), Nancy Drew... Trouble Shooter (1939) et Nancy Drew and the Hidden Staircase (1939)

Nancy Drew est une jeune étudiante qui, à ses heures perdues, adore jouer les détectives en herbe, au grand dam de son père (avocat) et surtout de son jeune voisin...


Image


J'ai acheté ces films un peu par curiosité, sans vraiment en attendre grand chose... Et bien, bonne surprise car ce sont quatre films (estampillés Warner Bros de la fin des années 30) à la narration assez rapide, globalement d'un même niveau (le quatrième est quand même le meilleur), et vraiment très agréables à regarder. Les histoires sont simples (on est très loin du Grand Sommeil :mrgreen: ), parfois invraisemblables, mais cela reste très chouette. Un petit cocktail d'humour, d'action et de suspense, idéal le samedi soir en famille. Le couple principal (Bonita Granville et Frankie Thomas) fonctionne à merveille.

Bonnes copies, DVD US all-zones avec VOSTF uniquement, et très très bon marché sur Amazon ou sur ebay.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Cathy » 12 nov. 11, 16:48

Nancy Drew n'est autre en français que la célèbre Alice qui a fait mes délices de petite fille et d'ado ! J'adorais ces petites enquêtes fort bien menée par Caroline Quine !

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar riqueuniee » 12 nov. 11, 17:10

Tout comme moi. J'ai dû lire pratiquement tous les titres parus dans la Bibliothèque verte. J'ignorais l'existence des films (qui n'ont pas dû traverser l'Atlantique) jusqu'à ce que je lise une allusion sur un forum.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Producteur Exécutif
Messages : 7240
Inscription : 10 août 04, 13:48

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Cathy » 12 nov. 11, 23:17

Le jardin secret, The Secret Garden (1949) - Fred M. Wilcox

Image

Une jeune fille qui vient de perdre ses parents en Inde revient en Angleterre, où elle est recueillie par un oncle taciturne qui semble rongé par le chagrin.

Fred M. Wilcox est surtout connu pour son célèbre Planète interdite, mais quelques années auparavant, il avait adapté pour l'écran, le célèbre roman de Frances Hodgson Burnett qui a aussi signé le Petit Lord Fontleroy ou la petite princesse (Princesse Sarah). Ici nous sommes dans un film à l'ambiance gothique dans la première partie, avec ce chateau sombre, pluvieux, où des cris terribles résonent la nuit. On retrouve l'ambiance de Jane Eyre, de Rebecca aussi..., cette ambiance étrange, fantastique, ce jardin fermé, ce corbeau qui virevolte, et pourtant où il n'y a rien de surnaturel.
Il y a donc cette première partie sombre, avec la découverte de cet oncle taciturne qui vit seul avec son fils, handicapé, capricieux et ne peut oublier la mort de sa femme dix ans auparavant. L'arrivée de la jeune fille va changer la vie du domaine, quand elle va découvrir ce fameux jardin qu'elle va se mettre à entretenir avec le fils du paysan et aussi son cousin qu'elle va pousser à sortir de sa morosité. Pour opposer le domaine du réel sombre et du jardin où l'espoir et le rêve sont de mise, le réalisateur utilise l'opposition entre le noir et blanc et le technicolor. Le film même s'il transcrit sur grand écran une histoire pour enfants, sait mêler à merveille le réel et le merveilleux. Le casting repose sur Margaret O Brien en jeune orpheline têtue et égoïste qui va se transformer au contact de son cousin malade, Dean Stockwell toujours aussi juste dans ces rôles d'enfants, et surtout Herbert Marshall très loin du mari idéal ou de l'amant, absolument parfait en père inquiétant, un peu fou ! Un film plein de charme porté par son trio d'enfants, Brian Roper très juste en jeune fermier. Il ne faut pas oublier aussi Elsa Lanchester en servante rieuse. Bref un très joli film produit par Clarence Brown.

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Lord Henry » 13 nov. 11, 00:08

Tommy Udo a écrit :Nancy Drew... Detective (1938), Nancy Drew... Reporter (1939), Nancy Drew... Trouble Shooter (1939) et Nancy Drew and the Hidden Staircase (1939)


A noter que dans les années soixante-dix, Nancy Drew a été associée dans une série télévisée à d'autres détectives amateurs créés par le même auteur, Edward Stratemeyer:
Image

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3590
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar monk » 14 nov. 11, 07:14

Image

Meet John Doe de Franck Capra

De l'interet de peu lire sur les films que je n'ai jamais vus: quand la surprise est bonne, elle l'est d'autant plus !
Je connaissais le pitch de départ et une excellente réputation mais ça s'arrêtait là. Je croyais voir un film noir mais j'ai eu un film politique ! Les dérivent individualistes, la manipulation du peuple par la classe politique, le sensationalisme à tout prix de la presse, etc. Tous les travers du monde capitaliste y passent. (side note: nous ne sommes qu'en 1941, qu'est qu'on devrait dire sur le monde d'aujourd'hui !) Si le propos final se veut assez manichéen (mais de manière tout à fait logique), le film développe les personnages et leur évolution respective avec beaucoup d'intelligence. Et, nous n'avons pas droit qu'à deux idéologies qui se disputent l'icone, mais plusieurs (à part DB Norton qui cache bien son jeux, le Colonel, le père d'Ann, et John ou le rédacteur en chef, même), rendant le film plus riche qu'à l'acoutumé.
Le final est cohérent, mais j'avoue que j'aurais préféré la fin original
Spoiler (cliquez pour afficher)
où John saute.

J'ai aussi été complétement charmé par Barbara Stanwick, magnifique et d'une beauté rare; et par Cooper, que j'avais l'habitude de voir toujours très (trop ?) sérieux.
Enorme. Je garde !

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar Kevin95 » 14 nov. 11, 11:15

monk a écrit :Meet John Doe de Franck Capra

Si le propos final se veut assez manichéen (mais de manière tout à fait logique)


La logique de ce manichéisme vient du fait que le conte est le type de récit ou de narration adopté par Capra pour son film Meet John Doe (c'est sa marque de fabrique en quelque sorte).

Dès lors ce terme de "manichéen" me gène un peu car ce final (très beau par ailleurs) s'apparente à une morale (si l'on suit la logique du conte) où le bonheur est la seule issue possible au récit. Cela devient presque un pléonasme que de préciser le manichéisme du film tant il presque affiché dès le générique.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

riqueuniee
Mogul
Messages : 10077
Inscription : 15 oct. 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar riqueuniee » 14 nov. 11, 11:25

le terme me semble d'autant plus inapproprié que "manichéen", ça ne se refère pas forcément à une conclusion optimiste (après des passages plus sombres), mais plutôt à une opposition très tranchée entre le bien et le mal, les "gentils" et les "méchants", qu'on peut trouver , par exemple, dans des polars très sombres .

Avatar de l’utilisateur
monk
Décorateur
Messages : 3590
Inscription : 21 juin 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas - Novembre 2011

Messagepar monk » 14 nov. 11, 11:33

Image
Laura d'Otto Preminger

Voilà le genre de classique pour lequel j'ai pris une sacrée claque, mais à l'envers. Une sacrée déconvenue quoi. J'ai trouvé le film d'une froideur rare: les acteurs n'expriment aucune émotion, ils récitent leur texte plus qu'ils ne le jouent. Seul Lydecker amuse par sa verge bien tranchée, mais pour le reste...bouhh ! Aucune émotion ne transparait. McPherson est sensé tomber amoureux de Laura à enquêtant sur elle, c'est ça ? En tout cas, c'est ce que j'ai cru comprendre lors d'un coup dialogue avec Lydecker, sinon, je ne me serais rendu compte de rien ! Dana Andrews n'est pas en under playing, il est robot playing. Même pour le twist principal, seule la gouvernante Bessie exprime un peu quelque chose. SInon rien. Electrocardiograme plat.
Le scénario accumule les twists; et trop de twists tue le twist: j'ai perdu tout interet avant la moitié du film, ayant compris qu'on allait me balader d'une personne à l'autre sans arrêt. Je n'avais plus qu'à attendre patiement la fin, où tout me serait révélé d'une traite de toute façon. Vraiment pas la peine de me sentir concerné. De toute façon, ça n'est pas arrivé. Le fin est bien, et juste grace à Vincent Pryce.
Voilà. Je n'ai tiré du film qu'ennuie et agacement. Et une grande frustration aussi. Rien de bon en somme.