Votre film du mois d'Octobre 2013

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
HAL 9000
Doublure lumière
Messages : 441
Inscription : 4 oct. 06, 18:10

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar HAL 9000 » 5 oct. 13, 09:01

OCTOBRE 2013

Film du mois
Gravity (Alfonso Cuaron)

Films (re)découverts
Gravity (Alfonso Cuaron) 8.5/10
Tueurs de dames (Alexander Mackendrick) 8.5/10
Les aventuriers de l'arche perdue (Steven Spielberg) 8/10
Les Croods (Chris Sanders & Kirk De Micco) 8/10
Moi moche et méchant 2 (Chris Renaud) 8/10
Conjuring : les dossiers Warren (James Wan) 7.5/10
The Pillow Book (Peter Greenaway) 7.5/10
Perfect Sense (David MacKenzie) 7/10
Justice League : The Flashpoint Paradox (Jay Oliva) 6/10
We want sex equality (Nigel Cole) 6/10
Room 237 (Rodney Ascher) 5/10
Pacific Rim (Guillermo Del Toro) 4/10
Un baiser s'il vous plaît (Emmanuel Mouret) 4/10

Séries TV
Alphas saison 1 (Michael Karnow & Zak Penn) épisode 2/11 5/10
Dragon Ball (Akira Toriyama) épisode 10/153 7/10
GTO, Great Teacher Onizuka (Torû Fujisawa) épisode 2/43 7.5/10
La quatrième dimension saison 3 (Rod Serling) épisode 13/37 8.5/10
Star Trek - The Next Generation saison 2 (Gene Roddenberry) épisode 16/22 (Gene Roddenberry) 5.5/10

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2013 : Pirates (Roman Polanski)
Août 2013 :[ b]Niagara[/b] (Henry Hathaway)
Juillet 2013 : Rivière sans retour ( Otto Preminger)
Juin 2013 : Frankenweenie (Tim Burton)
Mai 2013 : Gone Baby Gone (Ben Affleck)
Avril 2013 : Dans l'ombre de San Francisco - Woman on the Run (Robert Foster)
Mars 2013 : Argo (Ben Affleck)
Février 2013 : Le rôdeur (Joseph Losey)
Janvier 2013 : The Dark Knight Returns : Part 2 (Jay Oliva)
Décembre 2012 : Le Hobbit : un voyage inattendu (Peter Jackson)
Novembre 2012 : Les nuits rouges du bourreau de jade (Julien Carbon & Laurent Courtiaud)
Octobre 2012 : The Dark Knight Returns - Part 1 (Jay Oliva)
Septembre 2012 : La cabane dans les bois (Drew Goddard)
Août 2012 : The Dark Knight Rises (Christopher Nolan)
Juillet 2012 : Thirst (Park Chan-Wook)
Juin 2012 : Good Morning England (Richard Curtis)
Mai 2012 : Star Wars : The Clone Wars saison 2 (Dave Filoni)
Avril 2012 : Game of Thrones saison 1 (David Benioff & D. B. Weiss)
Mars 2012 : Caprica (Ronald D. Moore, Remi Aubuchon, David Eick)
Février 2012 : Drive (Nicolas Winding Refn)
Janvier 2012 : Valérie au pays des merveilles (Jaromil Jireš)
Décembre 2011 : Les demoiselles de Rochefort (Jacques Demy)
Novembre 2011 : Mad Men saison 3 (Matthew Weiner)
Octobre 2011 : CIA Guerres Secrètes (William Karel)
Septembre 2011 : Mais qu'avez-vous fait à Solange ? (Massimo Dallamano)
Août 2011 : La planète des singes : les origines (Rupert Wyatt)
Juillet 2011 : Quatre mouches de velours gris (Dario Argento)
Juin 2011 : X-Men : le commencement (Matthew Vaughn)
Mai 2011 : L'étoffe des héros (Philip Kaufman)
Avril 2011 : Black Death (Christopher Smith)
Mars 2011 : La grande évasion (John Sturges)
Février 2011 : Angel Heart (Alan Parker)
Janvier 2011 : Brainstorm (Douglas Trumbull)
Août 2010 : Kick-Ass (Matthew Vaughn)
Juillet 2010 : Inception (Christopher Nolan)
Juin 2010 : Les 3 jours du Condor (Sydney Pollack)
Mai 2010 : Conversation secrète (Francis Ford Coppola)
Mars 2010 : Shutter Island (Martin Scorsese)
Février 2010 : La rue rouge (Fritz Lang)
Janvier 2010 : Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (Robert Aldrich)
Décembre 2009 : La route (John Hillcoat)
Novembre 2009 : Un éléphant ça trompe énormément (Yves Robert)
Octobre 2009 : La baronne de minuit (Mitchell Leisen)
Septembre 2009 : L'âge de glace 3 (Carlos Saldhana)
Août 2009 : Departures (Yojiro Takita)
Juillet 2009 : Terminator Renaissance (McG)
Juin 2009 : Coraline (Henry Selick)
Mai 2009 : Ghost in the Shell : stand alone complex - 2nd Gig (Kenji Kamiyama)
Avril 2009 : Histoires de fantômes chinois (Ching Siu-Tung)
Mars 2009 : L'année du dragon (Michael Cimino)
Février 2009 : Nuages flottants (Mikio Naruse)
Janvier 2009 : Yakuza (Sydney Pollack)
Décembre 2008: Battlestar Galactica - saison 1
Novembre 2008 : La Belle et la Bête (Jean Cocteau)
Octobre 2008 : Katie Tippel (Paul Verhoeven)
Septembre 2008 : Casablanca (Michael Curtiz)
Août 2008 : The Dark Knight - Le chevalier noir (Christopher Nolan)
Juillet 2008 : Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir)
Juin 2008 : La légende de Beowulf (Robert Zemeckis)
Mai 2008 : Rome saison 1 (John Milius, William J. MacDonald & Bruno Heller)
Avril 2008 : Bug (William Friedkin)
Mars 2008 : J'ai le droit de vivre (Fritz Lang)
Février 2008 : Peur(s) du noir (Charles Burns, Blutch, Marie Caillou, Lorenzo Mattotti, Richar McGuire, Pierre Discuillo)
Janvier 2008 : Into the Wild (Sean Penn)
Décembre 2007 : Les proies (Don Siegel)
Novembre 2007 : Je sais où je vais (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Octobre 2007 : Les forbans de la nuit (Jules Dassin)
Septembre 2007 : L'inspecteur Harry (Don Siegel)
Août 2007 : Ratatouille (Brad Bird)
Juillet 2007 : Babel (Alejandro Gonzalez Inarritu)
Juin 2007 : Narc (Joe Carnahan)
Mai 2007 : Zodiac (David Fincher)
Avril 2007 : Les tueurs (Robert Siodmak)
Mars 2007 : Mad Max 2 (George Miller)
Février 2007 : Suspiria (Dario Argento)
Janvier 2007 : The Fountain (Darren Aronofsky)
Décembre 2006 : La bête aveugle (Yasuzo Masamura)
Novembre 2006 : Les hommes du Président (Alan J. Pakula)
Octobre 2006 : Que le spectacle commence (Bob Fosse)
Septembre 2006 : Les enfants du Paradis (Marcel Carné)
Août 2006 : Le tigre du Bengale/Le Tombeau Hindou (Fritz Lang)
Juillet 2006 : Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia (Sam Peckinpah)
Juin 2006 : L'homme qui rétrécit (Jack Arnold)
Dernière édition par HAL 9000 le 3 nov. 13, 15:21, édité 11 fois.

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar vic » 5 oct. 13, 11:01

Image

Ninja III: The Domination (Sam Firstenberg, 1984) 6.5/10
Blood Diner (Jackie Kong, 1987) 6.5/10
I wish (Hirokazu Kore-eda, 2011) 8.5/10
The Big Knife (Robert Aldritch, 1955) 6.5/10
Class of 1984 (Mark L Lester, 1984) 6.5/10
Framed (Phil Karlson, 1975) 7.5/10
The One-Armed Swordsman (Chang Che, 1967) 8/10
Purple Rain (Albert Magnoli, 1984) 7/10
The 13th Warrior (John McTiernan, 1999) 7/10
Body of lies (Ridley Scott, 2008) 4/10
The Bastard (Chu Yuan, 1973) 5/10
Class of 1999 (Mark L Lester, 1990) 7/10
Une séparation (Asghar Farhadi, 2010) 7.5/10
Carnival of Souls (Herk Harvey, 1962) 7.5/10
Lost Highway (David Lynch, 1996) 9/10
Return of the One-Armed Swordsman (Chang Che, 1969) 8/10
The New One-Armed Swordsman (Chang Che, 1971) 8/10
The Raid - Redemption (Gareth Huw Evans, 2011) 7.5/10
Werner Herzog eats his shoe (Les Blank, 1980) 8/10
Cisko Pike (Bill L. Norton, 1971) 7/10
Fast Five (Justin Lin, 2011) 1/10
Dreaming the reality (Wong Chun-Yeung, 1991) 5/10
Le sel de la mer (Annemarie Jacir, 2008) 8/10
The Bad Lieutenant - Port of call: New Orleans (Werner Herzog, 2009) 8/10
Re-Animator (Stuart Gordon, 1985) 8/10
La Balance (Bob Swain, 1982) 6/10
Zebraman (Takashi Miike, 2004) 5.5/10
Viens chez moi, j'habite chez une copine (Patrice Leconte, 19841) 7/10
Godzilla: Final Wars (Ryuhei Kitamura, 2004) 6.5/10
King Kong contre Godzilla (Ishiro Honda, 1962) 7/10
La chatte à deux têtes (Jacques Nolot, 2002) 8.5/10
Godzilla (Ishiro Honda, 1954) 8/10
The Beast from 20,000 Fathoms (Eugène Lourié, 1953) 8/10
Them! (Gordon Douglas, 1954) 7.5/10
Le Retour de Godzilla (Motoyoshi Oda, 1955) 5/10
Rodan (Ishiro Honda, 1956) 7.5/10
Heat (Michael Mann, 1995) 7/10
Kronos (Kurt Neumann, 1957) 4/10
The Black Dahlia (Brian De Palma, 2006) 7.5/10
Prisonnière des Martiens (Ishiro Honda, 1957) 7/10
Behemoth, the Sea Monster (Eugène Lourié, 1958) 7.5/10
The Boat that rocked (Richard Curtis, 2009) 6/10
The Giant Claw (Fred F. Sears, 1957) 7.5/10
Battle in Outer Space (Ishiro Honda, 1959) 5/10
Gorgo (Eugène Lourié, 1961) 8/10
Mothra (Ishiro Honda, 1961) 3/10
Incident at Loch Ness (Zack Penn, 2004) 7.5/10
Tightrope (Richard Tuggle, 1984) 4/10
Prey for rock & roll (Alex Steyermark, 2003) 6.5/10
Reptilicus (Sidney W. Pink, 1961) 1/10
Gorath (Ishiro Honda, 1962) 5/10
The Rapture (Michael Tolkin, 1991) 6/10
Mothra contre Godzilla (ishiro Honda, 1964) 7.510
Ghidrah, le monstre à trois têtes (Ishiro Honda, 1964) 4/10
Be Kind Rewind (Michel Gondry, 2008) 7/10
The Proud Ones (Robert D Webb, 1956) 7/10
Gamera (Noriaki Yuasa, 1965) 5/10
Balada triste de trompeta (Alex de la Iglesia, 2010) 4/10
Red Sundown (Jack Arnold, 1956) 7.5/10
Invasion Planète X (Ishiro Honda, 1965) 7/10
Monrak Transistor (Pen-Ek Ratanaruang, 2001) 7/10
Raphaël ou le Débauché (Michel Deville, 1971) 8.5/10
A Better Tomorrow (John Woo, 1986) 8/10
Dernière édition par vic le 1 nov. 13, 13:33, édité 15 fois.
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Avatar de l’utilisateur
MJ
Conseiller conjugal
Messages : 11276
Inscription : 17 mai 05, 19:59
Localisation : Chez Carlotta

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar MJ » 5 oct. 13, 13:31

OCTOBRE 2013

Film du mois

Image

Films des Mois Précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2005: Lost Highway (David Lynch)
Juin 2005: Sur la route de Madison (Clint Eastwood)
Juillet 2005: Shining (Stanley Kubrick)
Aout 2005: Starship Troopers (Paul Verhoeven)
Septembre 2005: Les Proies (Don Siegel)
Octobre 2005: The Hitcher (Robert Harmon)
Novembre 2005: Stalker (Andréi Tarkovski)
Décembre 2005: Saraband (Ingmar Bergman)

Janvier 2006: Sueurs froides (Alfred Hitchcock)
Février 2006: La Nuit du Chasseur (Charles Laughton)
Mars 2006: Chinatown (Roman Polanski)
Avril 2006: Le parrain - 2ème partie (Francis Ford Coppola)
Mai 2006: Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Juin 2006: Andréi Roublev (Andréi Tarkovski)
Juillet 2006: The Blade (Tsui Hark)
Août 2006: Crìa Cuervos (Carlos Saura)
Septembre 2006: Barton Fink (Joel & Ethan Coen)
Octobre 2006: Crimes et Délits (Woody Allen)
Novembre 2006: Hors d'Atteinte (Steven Soderbergh)
Décembre 2006: The Devil's Rejects (Rob Zombie)

Janvier 2007: Edvard Munch (Peter Watkins)
Février 2007: Coeurs (Alain Resnais)
Mars 2007: Cet obscur objet du désir (Luis Bunuel)
Avril 2007: The Brown Bunny (Vincent Gallo)
Mai 2007: Tristana (Luis Bunuel)
Juin 2007: Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson)
Juillet 2007: Le Labyrinthe de Pan (Guillermo Del Toro)
Aout 2007: Zodiac (David Fincher)
Septembre 2007: Duel au Soleil (King Vidor)
Octobre 2007: Manon des Sources (Marcel Pagnol)
Novembre 2007: Election 2 (Johnnie To)
Décembre 2007: The Naked Kiss (Samuel Fuller)

Janvier 2008: A Nos Amours (Maurice Pialat)
Février 2008: The River (Frank Borzage)
Mars 2008: Shoah (Claude Lanzmann)
Avril 2008: La Cérémonie (Claude Chabrol)
Mai 2008: Le fond de l'air est rouge (Chris Marker)
Juin 2008: Drowning by Numbers (Peter Greenaway)
Juillet 2008: Sabrina (Billy Wilder)
Août 2008: Le Chagrin et la Pitié (Marcel Ophüls)
Septembre 2008: La Stratégie de l'Araignée (Bernardo Bertolucci)
Octobre 2008: Dr. Folamour (Stanley Kubrick)
Novembre 2008: Madame de... (Max Ophuls)
Décembre 2008: Les Nuits Blanches (Luchino Visconti)

Janvier 2009: Husbands (John Cassavetes)
Février 2009: Chien Enragé (Akira Kurosawa)
Mars 2009: Colonel Blimp (Michael Powell & Emeric Pressburger)
Avril 2009: Le Tombeau des Lucioles (Isao Takahata)
Mai 2009: Millenium Mambo (Hou Hsiao Hsien)
Juin 2009: La Fièvre dans le Sang (Elia Kazan)
Juillet 2009: Le Point de Non-Retour (John Boorman)
Août 2009: Twin Peaks - Saison 2 (David Lynch & Mark Frost)
Septembre 2009: Profession: Reporter (Michelangelo Antonioni)
Octobre 2009: Ma Nuit Chez Maud (Eric Rohmer)
Novembre 2009: Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento)
Décembre 2009: Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu)

Janvier 2010: Cérémonie Secrète (Joseph Losey)
Février 2010: Panique à Needle Park (Jerry Schatzberg)
Mars 2010: New Rose Hotel (Abel Ferrara)
Avril 2010: Sérénade à Trois (Ernst Lubitsch)
Mai 2010: Le Verdict (Sidney Lumet)
Juin 2010: Un ange à ma table (Jane Campion)
Juillet 2010: L'Ami Américain (Wim Wenders)
Août 2010: Soldier of Orange -Director's Cut (Paul Verhoeven)
Septembre 2010: Afriques: Comment ça va avec la douleur? (Raymond Depardon)
Octobre 2010: Les Deux Anglaises et le Continent (François Truffaut)
Novembre 2010: Eve (Joseph L. Mankiewicz)
Décembre 2010: Tiresia (Bertrand Bonello)

Janvier 2011: Experiment in Terror (Blake Edwards)
Février 2011: Poetry (Lee Chang-Dong)
Mars 2011: Safe (Todd Haynes)
Avril 2011: Nowhere (Gregg Araki)
Mai 2011: La Maman et la Putain (Jean Eustache)
Juin 2011: La Loi du Milieu (Mike Hodges)
Juillet 2011: To Sleep With Anger (Charles Burnett)
Août 2011: Melancholia (Lars Von Trier)
Septembre 2011: L'Apollonide - Souvenirs de la Maison Close (Bertrand Bonello)
Octobre 2011: Le Cercle Rouge (Jean-Pierre Melville)
Novembre 2011: A Star is Born (George Cukor)
Décembre 2011: Assaut (John Carpenter)

Janvier 2012: Taking Off (Milos Forman)
Février 2012: Take Shelter (Jeff Nichols)
Mars 2012: Requiem pour un Massacre (Elem Klimov)
Avril 2012: Irène (Alain Cavalier)
Mai 2012: Family Life (Ken Loach)
Juin 2012: Le Fleuve (Jean Renoir)
Juillet 2012: White Dog (Samuel Fuller)
Août 2012: Place aux Jeunes (Leo McCarey)
Septembre 2012: Mishima (Paul Schrader)
Octobre 2012: My Own Private Idaho (Gus Van Sant)
Novembre 2012: Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks)
Décembre 2012: Milestones (Robert Kramer & John Douglas)

Janvier 2013: Umberto D. (Vittorio De Sica)
Février 2013: Sorcerer (William Friedkin)
Mars 2013: Spring Breakers (Harmony Korine)
Avril 2013: Into the Abyss (Werner Herzog)
Mai 2013: Sans Toit Ni Loi (Agnès Varda)
Juin 2013: Cutter's Way (Ivan Passer)
Juillet 2013: Eurêka (Shinji Aoyama)
Août 2013: Pension d'Artistes (Gregory LaCava)
Septembre 2013: Nobody's Daughter Haewon (Hong Sang-soo)
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum

Avatar de l’utilisateur
manuma
Accessoiriste
Messages : 1548
Inscription : 31 déc. 07, 21:01

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar manuma » 6 oct. 13, 20:11

Films vus / Films revus

LEOLO - Jean-Claude Lauzon (1992) : 3.9/5
PARKER - Taylor Hackford (2013) : 3.0/5
PLANES TRAINS & AUTOMOBILES - John Hughes (1987) : 3.7/5
CLOUD ATLAS - Lana Wachowski, Tom Tykwer & Andy Wachowski (2012) : 2.4/5
ONCE UPON A CRIME - Eugene Levy (1992) : 3.6/5
COWBOYS & ALIENS - Jon Favreau (2011) : 2.3/5
THE WATCH - Akiva Schaffer (2012) : 3.5/5
MEGA PHYTON VS GATOROID - Mary Lambert (TV)(2011) : 1.8/5
THOR - Kenneth Branagh (2011) : 3.0/5
GIRL WITH A PEARL EARRING - Paul Webber (2003) : 2.6/5
UNA RAGIONE PER VIVEVERE E UNA PER MORIRE - Tonino Valerii (1972) : 3.3/5
INCENDIES - Denis Villeneuve (2010) : 3.9/5
LONESOME DOVE - Simon Wincer (TV)(1989) : 4.0/5
LES PARAPLUIES DE CHERBOURG - Jacques Demy (1963) : 4.7/5
CAMEL SPIDERS - Jim Wynorski (2011) : 1.8/5
LOS JINETES DEL ALBA - Vicente Aranda (TV)(1990) : 3.4/5
LIBERTARIAS - Vicente Aranda (1995) : 4.0/5
CARMEN - Vicente Aranda (2003) : 3.5/5
TIRANTE EL BLANCO - Vicente Aranda (2006) : 3.2/5
SI TE DICEN QUE CAI - Vicente Aranda (1989) : 2.6/5
SOLO CON TU PAREJA - Alfonso Cuaron (1991) : 3.3/5
GOTO, L'ILE D AMOUR - Walerian Borowczyk (1969) : 2.3/5
LA VIE D ADELE - CHAPITRE 1 ET 2 - Abdellatif Kechiche (2013) : 4.2/5
CONVICTION - Tony Goldwyn (2010) : 2.9/5
THE LAST PATROL - Shelton Lettich (2000) : 2.7/5
PACIFIC RIM - Guillermo De Toro (2013) : 2.5/5
REQUIESCANT - Carlo Lizzani (1967) : 3.5/5
SAN BABILA ORE 20: UN DELITTO INUTILE - Carlo Lizzani (1976) : 3.7/5
MANUALE D'AM3RE - Giovanni Veronesi (2011) : 1.3/5
GONE FISHIN' - Christopher Cain (1997) : 3.0/5
THE ARTIST - Michel Hazanavicius (2011) : 3.5/5
DOLPHIN TALE - Charles Martin Smith (2011) : 2.7/5
CACCIA ALLA VOLPE - Vittorio De Sica (1966) : 3.0/5
SHOUT AT THE DEVIL - Peter R. Hunt (1976) : 2.8/5
LEPRECHAUN 3 - Brian Trenchard-Smith (1995) : 2.7/5
LEPRECHAUN 4: IN SPACE - Brian Trenchard Smith (1996) : 2.1/5
STUPEUR ET TREMBLEMENTS - Alain Corneau (2002) : 3.0/5
LUCA IL CONTRABBANDIERE - Lucio Fulci (1980) : 3.8/5
FURIOUS 6 - Justin Lin (2013) : 2.6/5
SOMEWHERE IN THE NIGHT - Joseph L. Mankiewicz (1946) : 3.4/5
MASK OF THE NINJA - Bradford May (TV)(2008) : 2.5/5
Dernière édition par manuma le 31 oct. 13, 16:44, édité 10 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5183
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Thaddeus » 6 oct. 13, 23:44

City girl (Friedrich Wilhelm Murnau, 1930)
Le film commence dans le bourdonnement du milieu urbain et s’achève dans la quiétude rurale des champs de blé, avec l’acceptation tardive, par le fermier bourru, de la serveuse de la ville que son fils a épousée. Évoluant encore vers le dépouillement et l’intimisme, Murnau filme les moissons, les étendues, les ciels et les nuits orageuses du Minnesota comme prises des feux de la passion, point nodal des rapports entre les personnages, sources de rivalités et de rancœurs tissant un contrepoint à l’exaltation de la nature. Plus qu’un trait d’union entre la candeur de L’Aurore et l’appel mystique traversant Tabou, ce superbe mélo préfigure, dans sa miraculeuse congruence, l’infiniment petit de ses épis de blé et l’infiniment grand de son horizon, le classique d’un démiurge texan réalisé cinquante ans plus tard. 5/6

Rush (Ron Howard, 2013)
Va-va-voum, ça vrombit sur la piste, les commentateurs s’excitent au micro sur le mode "ah-la-la-quel-retournement-c’est-incroyable", les lumières filtrées et les gros cuivres de Zimmer achèvent de noyer l’entreprise dans cet académisme pompier et néo-bruckheimerien qui cherche moins à stimuler le spectateur qu‘à le mettre sans risque dans sa poche. Si l’on est pas trop regardant sur la lourdeur psychologisante de l’affaire, le gros trait des caractères (Hunt est un roi de la com’ queutard et joyeux qui baise dans les WC des avions, Lauda un psychorigide teuton raide comme un piquet), ou la superficialité avec laquelle il traite son sujet (ça fait beaucoup), on peut prendre un plaisir tout éphémère à ce produit de consommation fast food. 3/6

Les deux cavaliers (John Ford, 1961)
Il est de notoriété publique que Ford ne portait pas ce western dans son cœur. Ça peut se comprendre tant il accumule les scories, les gags hasardeux, les fautes de goût dans la superposition hasardeuse des registres convoqués. Reprenant les thèmes du déracinement, du racisme et de l’antagonisme culturel qu’il avait développés avec La Prisonnière du Désert, le cinéaste confronte deux caractères opposés (dont James Stewart dans un rôle inhabituel de shérif cynique et opportuniste) mais ressentant une même amertume face à la violence et aux préjugés de leurs congénères. Si le film s’inscrit logiquement dans le parcours idéologique de l’auteur, sa facture quelque peu brouillonne est loin d’en faire une pièce capitale. 3/6

Désir meurtrier (Shōhei Imamura, 1964)
Oyez, oyez l’histoire de Sadako, servante épousée de façon illégitime par un homme qui la méprise, puis violée par un voisin dont elle deviendra l’amante malheureuse. C’est la joie. L’intrigue est digne d’un mélodrame bourgeois, Imamura en fait une tragédie gelée par les fumées, la grisaille, la neige, la rengaine des trains qui passent et les sons inhumains d’une ville aliénante. Chaque image reflète le désespoir d’une femme dont l’épanouissement semble impossible, constamment agressée par ce et ceux qui l’entourent. La sophistication discrète de la mise en scène, les monologues intérieurs, le rapprochement de l’émancipation sociale et de la libération sexuelle apportent à cette œuvre cafardeuse son identité bien particulière. 4/6

Le cardinal (Otto Preminger, 1963)
Entre l’apprentissage de l’humilité dans les bas quartiers de Boston et l’accession au cardinalat, Preminger raconte le cheminement sacerdotal d’un prêtre dont il nous fait partager les doutes et les interrogations, et c’est en accordant à nouveau la dimension personnelle de son sujet à un cadre collectif qu’il impose l’admirable sagacité de son discours. De la fin de la Première guerre mondiale à l’avènement du nazisme, de la survivance du racisme sudiste à l’hypocrisie de l’appareil vatican, il étudie les tensions et les ambiguïtés de l’Église, ses conflits intérieurs, ses contradictions politiques. La vigilance constante du cinéaste, son sens de l’équilibre, sa rigueur analytique offrent toute sa valeur à cette œuvre complexe, captivante, d’une scrupuleuse précision. 5/6

Œdipe roi (Pier Paolo Pasolini, 1967)
L’inspiration résolument composite du cinéaste, à la fois marxiste et existentielle, impose un traitement de choc à la tragédie de Sophocle, qu’elle catapulte entre deux épisodes contemporains parmi les dunes antiques du désert marocain. Mais qu’il soit soumis au châtiment d’un père militaire, dans la banlieue romaine des années 60, ou qu’il règne sur un peuple de trognes tannées, en son royaume de sable et de raphias, Œdipe demeure cet être en quête d’ablution, tourmenté par une faute qu’il n’a pas commise. Tout en vision sauvages et hétéroclites, traversé par une volonté d’insoumission dont la grossièreté fournit une caution paradoxale à la noblesse des idées, cet exercice de corde raide est exécuté avec une témérité qui force l’admiration. 5/6

Le principe de l’incertitude (Manoel de Oliveira, 2002)
Comme d’habitude avec Oliveira, un saut de foi est nécessaire pour franchir l’austérité de sa mise en scène et goûter un minimum à sa méditation sur le doute de tous sur tout. Il faut également admettre ne pas comprendre l’exhaustivité de ce qui motive les personnages, et accepter le traitement peu glamour d’une intrigue faite d’orgueils et de vertus, de passions et de sacrifices, où chacun psalmodie ses pensées avec le regard dans le vide (heureusement que la langue portugaise est belle à l’écoute). Malgré tout, une certaine fascination opère sur la durée, qui surgit de cet apprêt sans aspérités, de ces affrontements feutrés hérités de Laclos, de cette glaciation altière, de l’ambiguïté trouble des comportements (surtout celui de Leonor Silveira). 3/6

La rue rouge (Fritz Lang, 1945)
En remakant La Chienne de Renoir dans le Greenwich Village des années 40, Fritz Lang s’intéresse au cheminement du crime dans l’esprit d’un honnête homme, souligne la fragilité de l’innocence, et prend un malin plaisir à filmer le lent travail de l’aveuglement amoureux sur la conscience et la liberté individuelles. Un looser vieillissant tombe raide dingue d’une oie coquette qui le plume, elle-même manipulée par le gidon dont elle est éprise : tableau de duperie généralisé dont le cinéaste tire un drame passionnel où la morsure de la culpabilité se charge de châtier ce que les coups ironiques du destin ont laissé impuni. Maîtrise impeccable, propos moraliste et sans illusion : doublé gagnant. 4/6

La forêt interdite (Nicholas Ray, 1958)
On pourrait qualifier cette œuvre de tellurique tant elle semble aux prises avec les éléments premiers de l’univers – joncs méandreux et arbres centenaires, oiseaux colorés, rivières endormies et miasmes entêtants. Un garde-chasse aux idées écologistes et un braconnier attifé comme un pirate, portant un serpent en guise de collier, y font évoluer les notions de bien et de mal, de brutalité et de civilisation, s’affrontent et se défient jusqu’à fraterniser dans une même soumission aux splendeurs cruelles de la nature. A en croire le producteur et scénariste Budd Schulberg, Ray participa peu au tournage. Peu importe : la diffuse et sauvage poésie du film, sa beauté onirique en rupture avec tous les canons hollywoodiens, s’imposent d’elles-mêmes. 5/6

Haewon et les hommes (Hong Sang-soo, 2013)
Finies les promenades ensoleillées, l’heure est désormais à la blême incertitude. La méthode du cinéaste gagne toujours en minimalisme, dans une logique de rimes, de reprises et de répétitions infinies : un plan par scène, agrémenté ici d’un zoom, là d’un panoramique. On y suit une héroïne très attachante, étudiante toute en grâce inquiète gagnée par un doute sentimental, une douleur sourde, un désarroi fébrile que rien ne semble pouvoir apaiser. Son journal intime prend ainsi la forme d’une balade amère dont même les moments de sérénité (tel cet instant superbe où les deux amants se prenant la main devant l’arche d’un parc, tandis qu’une radio crachote la 7ème symphonie de Beethoven) sont gagnés par la tristesse. 4/6

9 mois ferme (Albert Dupontel, 2013)
L’impertinence est toujours là, toutes les têtes habituelles répondent à l’appel (Nicolas Marié, Philippe Uchan..) mais il y a quelque chose de nouveau chez Dupontel, une sorte de bienveillance attendrie qui contrebalance les outrances trash et les saillies gentiment gore de son cinéma. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose car ce qu’il perd en méchanceté corrosive il le gagne peut-être en sincérité de discours. L’éternelle thématique du rapprochement entre deux êtres mal assortis n’est évidemment pas traitée de façon bouleversante mais elle fournit un matériau suffisamment consistant pour offrir une comédie bien balancée, disjonctée juste ce qu’il faut, et ponctuée de quelques moments de délire franchement hilarants. 4/6

Sept ans de réflexion (Billy Wilder, 1955)
Que reste-t-il de cette comédie frivole et allusive, au-delà de l’image universellement connue de la robe de Marilyn Monroe soulevée par l’air frais du métro new-yorkais ? Une ribambelle de séquences burlesques, moites et corrosives qui démontent en profondeur les désirs et les fantasmes du mâle américain, ses techniques de drague rouillées, ses frustrations endormies. Le cadre ne se défait jamais des origines théâtrales du sujet mais Wilder n’a pas son pareil pour subvertir la morale étriquée des années 50, exprimer les pulsions de son personnage en introduisant des images mentales comment autant de rêveries équivoques, et battre en brèche la tabou de l’adultère en le confrontant à la sensualité animale de son actrice. Ne nous laisse pas succomber à la tentation… 4/6

La cérémonie (Nagisa Ōshima, 1971)
4 Mariages et 1 Enterrement à la sauce Ōshima. Peu de place pour la cocasserie et la bagatelle, mais un enregistrement au scalpel des codes sociaux reconduits comme autant de rituels immuables, une peinture glacée des comportements soumis aux impératifs familiaux et des aspirations individuelles sacrifiées par le poids des traditions. Stylisée et peu amène, d’une beauté plastique parfois à la lisière de l’abstraction, la mise en scène organise tout un jeu de flashbacks éclairant une poignée de destins individuels, et fait effleurer la violence muette des situations en analysant sur 25 ans, de la fin de la guerre et la reconstruction faisandée du Japon, la lente désagrégation d’une famille patricienne. Une chronique austère mais assez fascinante. 4/6

Quatre nuits d’un rêveur (Robert Bresson, 1971)
Visconti avait déjà porté à l’écran, de façon inégale, la nouvelle de Dostoïevski. Bresson l’adapte à son tour et en fait l’un de ces assommoirs radicaux dont il est le plus constant spécialiste. Avec un art infaillible du sabordage, il en transforme la triste histoire de rencontre malheureuse et de désaccord amoureux en une litanie de scènes évidées, aussi flasques qu’un morceau de viande froide. Ces déambulations monotones sont-elles censées être émouvantes ? Ces bateaux-mouches glissant sur la Seine sont-ils les vecteurs d’une quelconque poésie ? Cette littéralité proprement cadavérique est-elle porteuse de vérité ? Au fond, la seule question qui vaille est celle-ci : qu’a-t-on fait à Bresson pour qu’il nous inflige une telle souffrance ? 1/6

Gravity (Alfonso Cuarón 2013)
On pourrait prendre le titre au pied de la lettre et s’amuser de la logique avec laquelle, plombée par tous les clichés du blockbuster, l’aventure décline inexorablement pour finir dans la lourdeur la plus totale, avec chœurs emphatiques et métaphore d’une kolossale finesse. Pas très finaud sur le plan de l’allégorie, empêtré dans une symbolique lourdingue autour de la renaissance et du dépassement de soi, lesté par les poncifs psychologiques, le film bande les muscles et accumule les tours de force techniques ponctués de gênants passages-émotion. Quant au petit frisson de la simulation spatiale en mode Space Mountain, il est flingué le plus souvent par une musique péniblement omniprésente, et donne moins l’impression d’être au cinéma que devant la dernière attraction foraine à la mode. 3/6

Snowpiercer, le transperceneige (Bong Joon-ho, 2013)
Malgré certaines coutures un peu grossières dans la greffe, la personnalité de Bong Joon-ho ne s’est pas fait bouffer par le passage à la superproduction internationale. La forme impure et le déséquilibre déroutant mais fructueux de la narration attestent de la générosité et de la frénésie créatrices d’un artiste qui écluse toutes les potentialités graphiques et politiques de son sujet. Entre des vigiles cagoulés éventrant un poisson et une institutrice sous amphét’ qui défouraille à tout va, la parabole offre son lot de visions baroques, se soumet à la logique segmentée (un wagon, un principe esthétique) d’un véritable film-monde, et reconfigure les thèmes du pouvoir, de la quête individuelle et de la lutte des classes avec ironie et ambigüité. Mais la conclusion lourdement explicative déçoit. 4/6


Et aussi :

La vie domestique (Isabelle Czajka, 2013) - 4/6
Nuages flottants (Mikio Naruse, 1955) - 5/6
Prisoners (Denis Villeneuve, 2013) - 4/6
Le chagrin et la pitié (Marcel Ophüls, 1969) - 4/6
L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978) - 5/6
Akira (Katsuhiro Otomo, 1988) - 4/6

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Juin 2011 - Ten (Abbas Kiarostami, 2002)
Dernière édition par Thaddeus le 1 nov. 13, 21:12, édité 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
francesco
Accessoiriste
Messages : 1515
Inscription : 28 juin 06, 15:39
Localisation : Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar francesco » 13 oct. 13, 20:37

Films découverts :


Schéhérazade (Reisch - 1947 - DVD gravé sans st) Un de ces films qui rappellent pourquoi on aime le cinéma des années 40. C'est une fantaisie, absolument somptueuse, autour de la musique de Rimsky-Korsakov (joué par Jean-Pierre Aumont !). Marin russe et compositeur, il rencontre à Morocco une danseuse (Yvonne de Carlo) qui l'inspirera ... Rien n'est sérieux et rien n'est historique mais le technicolor Universal (qu'on devine dans ma copie) et les ravissants décors de studio, les moments de ballet kistch à souhait, la bonne humeur communicative et l'interprétation d'Eve Arden, en maman à la cervelle de piaf, vous mettent de (très) bonne humeur. 9/10

Tendre est la nuit (King - 1962 - DVD gravé VF). Redécouverte dans de bonnes conditions de ce magnifique film sur la fin d'un mariage (scènario très riche et nuancé, inspiré par le roman homonyme de Fitzgerald), sublimé par les décors en extérieur (la Riviera et la Suisse principalement), l'incroyable élégance des costumes 20's, la BO inoubliable et follement romantique de B.Hermann et l'interprétation de Jennifer Jones, qu'on sent (même en VF) d'une justesse remarquable. King mène tout ça d'une main de maître, c'est décidemment un grand réalisateur dans ce registre. 9/10

Gravity (Cuaron - 2013 - Cinéma). Wow. A revoir sans aucun doute pour mieux comprendre, mieux percevoir plutôt, mais on a vraiment du mal à respirer pendant le visionnage. Clooney fait du Clooney mais Bullock est incroyable, même si son personnage n'est pas très bien écrit. 8,5/10

L'Affaire du collier de la reine (L'Herbier - 1946 - DVD gravé) Très belle évocation de la période immédiatement pré-révolutionnaire, portée par une mise en scène inspiré qui ne relache jamais l'attention mais permet aussi des pauses poétiques presque féériques (la rencontre entre le cardinal et la fausse Marie-Antoinette). La reconstitution est un plaisir pour l'oeil, les dialogues sont parfaits et l'interprétation au dessus de tout éloge (en particulier Viviane Romance, parfaite). 8,5/10

Hélène de Troie (Wise - 1956 - DVD commerce). Un poil moins bon que ce que j'espérais (sans doute à cause des acteurs, très capables mais pas follement charismatiques) mais d'une intelligence rare, qui fait de ce peplum à la fois un drame guerrier et un beau film d'amour. Wise tient son scenario d'une main de maître et le résultat, sans être spectaculaire au sens premier du terme, est toujours captivant. Un peplum pas kistch du tout, c'est inédit. 8/10

La fille la plus riche du monde (Seiter - 1934 - DVD commerce). Le film est intéressant dans sa rareté. C'est un portrait de femme, un Women's picture sans doute, mais pas un mélodrame. Et ce n'est pas du tout une comédie finalement, contrairement à ce que prétend le marketing. En fait on dirait un thème de Marivaux, mis à la sauce hollywoodienne (une jeune fille fait passer une épreuve à l'homme qu'elle veut épouser, en prétendant n'être que la secrétaire de la femme la plus riche du monde - en fait elle-même - et en le poussant dans les bras de la fausse plus riche femme du monde - en fait sa secrétaire). Je me demande si ce n'est pas le meilleur rôle de Miriam Hopkins. 8/10

Esther et le roi (Walsh - DVD gravé -VF). Très beau péplum biblique, intimiste et poétique, filmé avec une élégance remarquable par Walsh. La plastique du film est vraiment somptueuse, sans être pharaonique. Ca pourrait décevoir les amateurs d'action pure, mais la délicatesse du traitement m'a vraiment surpris. 8/10.

Diana (Hirschbiegel - 2013 - Ciné). Incroyable la haine que ce woman's picturen plutôt beau à regarder et extrêmement bien joué par Naomi Watts (qui ne fait pas un numéro d'imitatrice) a suscité en Angleterre. Pour moi c'est plutôt une réussite. 7,5/10

Les Millers, une famille en herbe (Thurber - 2013 - ciné). Sympathique et grasse comédie américaine qui chante les valeurs de la famille, de l'amour, du soutien etc ... Quelques scènes sont vraiment drôles et les blagues font mouche. Bande son agressive et omniprésente mais casting talentueux. 7,5/10


Films revus

La terre des pharaons (Hawks - 1955 - DVD commerce). Chef d'oeuvre (et meilleur rôle de Joan Collins !) 9/10.

L'Egyptien (Curtiz - 1954 - DVD commerce). Confirme bien que les peplums les plus contestés à leur sortie sont souvent les plus beaux et les plus profonds. 8,5/10

Nicolas et Alexandra (Schaffner - 1971 - DVD espagnol avec STA). Toujours aussi ému pendant le visionnage d'un film qui rend vraiment anti-communiste ( :mrgreen: ). BO absolument sublime à l'image du sujet et de l'interprétation. 8,5/10

Le fils prodigue (Thorpe - 1955 - DVD commerce). Excellent peplum, aux décors fascinants et rendu indispensable par une Lana Turner sidérante, à tous les sens du terme. 8/10

La Petite sirène ( Musker- 1989 - DVD commerce) A l'inverse de La Belle et la Bête, à nouveau sous le charme du film, plus lent, plus contemplatif, malgré un rythme musical spectaculaire. 8/10

Suez (Dwan - 1939 - DVD gravé). Beau film historique, à la reconstitution soignée et agréable à l'oeil. Loretta Young est la quintessence de ce que doit être une impératrice en crinoline et les effets speciaux sont très réussies.

Cendrillon (Geronimy - 1950 - DVD commerce) - 8/10

La Belle et la bête (Trousdale - 1991 - DVD commerce). Toute petit déception en revoyant un film très aimé, dont les décors de synthèse (très discutés à l'époque) n'ont pas l'éclat que j'espérais à la TV. La grâce n'y est pas autant que dans mon souvenir, même si la BO est décidemment superbe. 7,5/10
Dernière édition par francesco le 29 oct. 13, 20:06, édité 7 fois.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young

Avatar de l’utilisateur
Cortez The Killer
Accessoiriste
Messages : 1540
Inscription : 11 mars 10, 11:01
Localisation : Quelque part dans Bedford Falls

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Cortez The Killer » 16 oct. 13, 13:11

Film(s) du Mois

Films découverts:

Ciné

Prisoners (Denis Villneuve) : 8/10

Lettre à Momo (ももへの手紙) (Hiroyuki Okiura) : 7,5/10

Gravity (Alfonso Cuaron) : 7/10

Blu ray

The Invisible Man (James Whale) : 8,5/10
Bride of Frankenstein (James Whale) : 8,5/10

Wolfman (George Waggner) : 6/10

The Mummy (Karl Freund) : 5/10

DVD

Bubba Ho Tep (Don Coscarelli) : 6/10

Henry : Portrait of a Serial Killer, Part 2 (Chuck Parello) : 3/10

Série

Films revus :

Blu Ray

The Impossible (Juan Antonio Bayona) : 8/10

A Nightmare of Elmstreet (Wes Vraven) : 7,5/10

A Nightmare of Elmstreet 3 : Dreams Warriors (Chuck Russel) : 7/10

A Nightmare of Elmstreet 2 : Freddy's Revenge (Jack Sholder) : 6,5/10

A Nightmare of Elmstreet 4 : The Dream Master (Renny Harlin) : 4/10

A Nightmare of Elmstreet 5 : The Dream Child (Stephen Hopkins) : 3/10

DVD

Trick 'r Treat (Michael Dougherty) : 8/10

The Empire Strikes Back (Irvin Kershner) : 8/10
Gods and Monsters (Bill Condon) : 8/10

25th Hour (Spike Lee) : 7,5/10

Arachnophobia (Frank Marshall) : 6,5/10

Films des mois précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Septembre 2013 : The Miracle Worker (Arthur Penn)
Août 2013 : Double indemnity (Billy Wilder)
Juillet 2013 : Funny People (Judd Appatow)
Juin 2013 : Before MIdnight (Richard Linklater)
Mai 2013 : Mud (Jeff Nichols)
Avril 2013 : Heaven's Gate(Michael Cimino)
Mars 2013 : Cloud Atlas (Andy and Lana Wachowski)
Février 2013 : Obsession (Brian de Palma)
Janvier 2013 : Django Unchained (Quantin Tarantino) ex-aequo Little Odessa (James Gray)
Décembre 2012 : On Her majesty's Secret Service (Peter Hunt) ex-aequo Bonnie and Clyde (Arthur Penn)
Novembre 2012 : Looper(Rian Johnson)
Octobre 2012 Skyfall (Sam Mendes)
Septembre 2012 : Peeping Tom (Michael Powell)
Août 2012 : The Reflecting Skin (Philip Ridley)
Juillet 2012 : The Red Shoes (Michael Powell and Emeric Pressburger)
Juin 2012 : De rouille et d'os (Jacques Audiard)
Mai 2012 : Moonrise Kingdom (Wes Anderson) ex aequo A l'origine (Xavier Giannoli)
Avril 2012 : Mysterious Skin (Gregg Arraki) ex-æquo The Barber (Coen brother)
Mars 2012 Shadow of a doubt (Alfred Hitchcock)
Février 2012 Punch Drunk Love (Paul Thomas Anderson)
Janvier 2012 : Cool Hand Luke (Stuart Rosenberg)
Décembre 2011: Soylent Green (Richard Fleischer)
Novembre 2011: City Lights (Charles Chaplin)
Octobre 2011: Drive (Nicolas Winding Refn)
Septembre 2011: After Hours (Martin Scorsese)
Août 2011: Paris, Texas (Wim Wenders)
Juillet 2011: The Offense (Sidney Lumet)
Juin 2011: Midnight in Paris (Woody Allen)
Mai 2011: The Tree Of life (Terrence Malick)
Avril 2011: Man on the Moon (Milos Forman)
Mars 2011: Out Of Africa (Sydney Pollack)
Février 2011: Fargo (Joel and Ethan Coen) / The Way Back (Peter Weir)
Janvier 2011: Let The Right One In (Tomas Alfredson)/Running On Empty (Sidney Lumet)
Décembre 2010: The Graduate (Mike Nichols)
Novembre 2010: Rosemary's Baby (Roman Polanski)/Harry Potter and the deathly Hallows (David Yates)
Octobre 2010: Norma Rae (Martin Ritt) / Taking Off (Milos Forman)
Septembre 2010: L'homme qui voulait savoir (George Sluizer)
Août 2010: Gallipoli (Peter Weir)/ Torn Curtain (Alfred Hitchcock)
Juillet 2010: Picnic at Hanging Rock(Peter Weir)
Dernière édition par Cortez The Killer le 2 nov. 13, 11:46, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar someone1600 » 16 oct. 13, 17:57

Film du mois d'octobre 2013

Film du mois

Image

Films découverts

Rush (2013) 8.5 / 10
Prisonner (2013) 8.5 / 10
Oz the Great and Powerful (2013) 7 / 10
Argo (2012) 7.5 / 10

Films redécouverts

Films des mois précédents de JUIN 2008 à AOUT 2013

Année 2008
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImage


Année 2009
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2010
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2011
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


Année 2012

Spoiler (cliquez pour afficher)
(Pas de film du mois en février, aucune découverte)

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage


[b]Année 2013[/b]

ImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Messages : 139
Inscription : 22 janv. 13, 17:10

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Mr-Orange » 26 oct. 13, 10:13

Je ne pense pas voir d'autres films d'ici la fin du mois, je poste donc mon récapitulatif maintenant :

Tant qu'on a la santé - Pierre Etaix - 1966 = Rarement un film à sketchs n'a été aussi cohérent et avec des segments d'une valeur égale. Le premier, Insomnie, est un formidable hommage à Nosferatu ; le second (le moins bon mais très bien quand même) se moque de la publicité faisant l'apologie de la consommation ; le troisième met en avant avec humour le stress (sûrement de la population parisienne ?) des citadins, avec les chantiers de travaux, les restos du midi blindés de monde, les bouchons, les places de parkings occupées... et le dernier, le plus irrésistible, sur des gens de la ville qui ont des mésaventures à la campagne, absolument hilarant (le passage du bûcheron qui dandine en se fait électriser, sous les yeux exaspérés des citadins qui commencent à en avoir ras-le-cul des champs, j'en ris encore...).
Pourquoi tout ceci est cohérent ? Parce que Etaix a concocté un mixage sonore absolument parfait, d'une précision incroyable, surpassant tous les exercices de style de Godard dans ce domaine, qui traduit parfaitement l'atmosphère stressante et pesante des lieux où vivent les personnages : la chambre d'un insomniaque qui cherche à tromper l'ennui car il n'arrive pas à dormir, des personnages qui cherchent à fuir le vampire, la ville en pleine activité ; puis deux personnes de la ville inquiétés par les bruits bizarres et le climat totalement différent de la campagne. Enfin bref, ce film est un chef d'oeuvre, un film assez expérimental même, mélangeant plusieurs ambiances (dramatiques, horrifiques, humoristiques, réalistes...) et qui peut sûrement compter parmi mes films favoris. Grandiose et mésestimé. 6/6

Sur le chemin de l'école - Pascal Plisson - 2013 : Ce n'est ni un film, ni un documentaire... Censé nous montré la rudesse et la dureté d'aller à l'école dans les régions les plus défavorisées au niveau scolaire, Pascal Plisson se plante complètement en suivant la mode des "documentaires" censurés pour attirer tout public. Au final, nous ne voyions rien, nous savions déjà tout, tout est fabriqué alors que ça se veut documentaire, ce qui ruine l'intérêt de l'oeuvre. Une simple leçon de vie digne d'un cours pour élèves de section primaire "vous n'imaginez pas la chance que vous avez d'aller à l'école !". Naïf, rien ne vole plus haut, rien n'est approfondi, le film est une vraie guimauve, bien rose, et puis tout cela entraîne irrémédiablement de l'ennui. Franchement, si vous avez plus de dix ans, ne vous déplacez pas, zappez Arte qui vous proposera sûrement quelque chose d'aussi construit... 2/6

Crimes à Oxford - Alex de la Iglesia - 2008 : la preuve que la vérité n'est pas mathématique, c'est que j'ai deviné la trame bien avant le petit scientifique qui aime réciter ce qu'il a appris dans son manuel de maths édition Nathan et qu'au final le film admet que la Science ne peut pas détenir la vérité humaine, car ce sont les hommes qui ont crée les mathématiques, ceci un instrument du mensonge parmi tant d'autres.
Et c'est ça qui est intéressant dans le film : les personnages les plus jeunes pensent que la science mathématique est la source du savoir absolu, et en face, le personnage plus âgé (John Hurt, excellent) - ancien professeur brillant à Oxford qui a passé sa vie à démontrer l'importance des maths pour comprendre la psychologie humaine - s'est rendu compte par expérience et par lassitude que les maths sont une soi-disant vérité superficielle créée par les hommes.
Et c'est sur ce conflit de générations, ayant chacune une vision différente des mathématiques, que le film est intéressant. Savoir qui est le tueur est au final assez secondaire, d'ailleurs De la Iglesia le sait très bien car les rebondissements finaux prennent une tournure bien plus simple que l'on pouvait imaginer, comme une réponse ironique du cinéaste himself à ses personnages principaux sur le rapport entre la vérité humaine et la vérité mathématique. Ceux qui s'attendaient à un thriller haletant ont dû tomber des nues, car comme dit précédemment, l'intrigue ne sert à qu'à exploiter le propos du réalisateur. Bon, il y a quand même pas mal de défauts : des scènes de sexe un peu longues, un plan-séquence vers la vingtième minute un peu brouillon, quelques improbabilités, mais à côté de ça le fond est tout de même assez passionnant. 4/6

Le fantôme de l'opéra - Rupert Julian - 1925 : Je suis entièrement d'accord avec ce qu'a dit Obben sur cette oeuvre. Il existe dans ce bas monde des films parfaits objectivement, avec une bonne utilisation de la musique, une photographie élégante, une bonne mise en scène, mais ça ne suffit pas forcément pour faire un bon film. Récemment, on a eu La Taupe d'Alfredson dans ce style - parfait techniquement mais assez chiant - et plus de huit décennies en arrière, Le fantôme de l'Opéra, qui souffre d'un problème de rythme assez conséquent, certains plans ou quelques scènes ne s'étirent plus qu'il ne le faut, sont trop longs, ce qui rend le film ennuyeux. De plus, nous avons eu depuis moultes relectures du roman adapté, comme la folle version baroque de De Palma, et le film de 1925 parait bien trop classique et fade pour qu'on puisse l'apprécier sans le trouver trop longuet par rapport à ses homologues plus récents. Mais à côté de ça, le film est, objectivement, de qualité tout de même. Belle mise en scène, très belles musiques qui accompagnent judicieusement le film. Là où Rupert Julian s'est planté par contre, c'est dans son traitement du fantôme. D'abord présenté comme un être malveillant mais romantique, il sera ensuite montré comme un monstre banal, méchant, l'adversaire du preux chevalier qui aime sa belle.
Bref, tous les bons ingrédients étaient réunis mais mal exploités. 3/6

Répulsion - Roman Polanski - 1966 : Il est un peu difficile de regarder Répulsion sans le comparer aux suites de la trilogie des appartements (Rosemary's Baby, Le Locataire) qui sont quand même bien meilleures, ce qui nuit un peu à notre jugement du film. J'ai également eu l'impression de voir un peu de Psychose dans ce film - Janet Leigh et Catherine Deneuve ayant quelques traits de caractères en commun - en moins puissant également. De plus, Polanski n'est pas encore au sommet de son art artistiquement, et les gros plans omniprésents qu'il nous inflige sont à mon goût pas très judicieux, ce n'est pas en filmant seulement le visage de l’héroïne tourmentée qu'on y percevra davantage d'intérêt pour sa névrose. Au contraire, filmer de manière plus large les figurants, le monde extérieur, aurait été davantage intéressant, cela aurait permit un véritable rapport entre Deneuve et le monde extérieur. Mais soit, Polanski doit avoir ses raisons, c'est lui qui décide après tout, tant pis pour moi.
Quand au traitement des personnages, le cinéaste nous a habitué à bien mieux par la suite. Carol (Deneuve) fait pâle figure par rapport à Trelkovski (Polanski dans Le Locataire), il n'y a aucune (ou très peu d') évolution dans le traitement du personnage, et dès que le cinéaste ne veut plus que se concentrer sur elle et non pas sur sa soeur, son amant, celui qui la désire, une vague sensation de creux s'empare du film.
Malgré beaucoup de défauts, le film se suit quand même facilement et agréablement (à son grand damn peut-être) et j'ai trouvé ça correct bien que un peu simpliste par rapport au reste de l'oeuvre de son auteur. 3/6

Le Jour des Morts-Vivants - George A. Romero - 1986 : Après avoir vu le très crépusculaire "Night of The Living Dead" lors d'Halloween l'année dernière, je me suis attaqué à son film au titre antonyme, Le Jour des Morts-Vivants. Ici, point de subtilité, tout est crasseux, l'Humanité n'existe plus et n'existera point, les soldats sont de gros enfoirés qui abusent de leur pouvoir désormais illégitime, et un scientifique passe son temps à expérimenter sur des cadavres humains sans le moindre respect pour ses morts. Le film m'a fait encore plus froid dans le dos que le premier, la misanthropie est à son horrible apogée, il y a un côté très "années 80" qui rend toute cette violence hyper décomplexée, le dernier quart d'heure est un moment de boucherie sanglante et gore (dur de passer du premier film de la saga des morts-vivants, qui joue davantage sur l'atmosphère, à celui-ci, plus dans le démonstratif) où tous se font déchiqueter en deux, arrachés les cordes vocales... Style série B des années 80 oblige, le film est un peu ringard, la musique aussi, c'est bourré de défauts mais j'ai plutôt bien aimé cet opus d'une noirceur sale, ses personnages dénués de tout humanisme, et cette critique de la Société, qui cherchera toujours le pouvoir même dans les moments les plus difficiles. Vous répugner ou vous faire rire, le film ne peut vous laisser intact. 4/6

Diary of the Dead - George A. Romero - 2008 : Nous pouvons certainement reprocher pas mal de choses à Romero, mais nous ne pouvons pas ne pas reconnaître qu'il y a, au fil de ses films, une parfaite cohérence dans ses propos. Cette fois, c'est aux médias que s'attaque le cinéaste, à la sincérité du journalisme, au voyeurisme de celui qui tient à tout prix à montrer la vérité. Contrairement aux autres films du réalisateur, la critique est ici bien plus explicite, loin des sous-entendus très discrets de ses précédents films. Le film se suit avec intérêt, tantôt survival, tantôt moralisateur, nous retrouvons également dans quelques scènes la même violence absurde de l'armée que dans Le Jour des Morts-Vivants. Romero n'a pas pu s'empêcher de suivre la mode de la shaky cam mais cette fois-ci c'est réussi, et le réalisateur alterne entre les effets de cette technique et les méthodes cinématographiques habituelles. Film très intéressant, moins subtil peut-être au niveau de la critique mais pertinent tout de même, Romero se met à la page de l'époque actuelle sans trahir ce qu'il a instauré des décennies avant. 5/6

Kwaidan - Masaki Kobayashi - 1965 : Comme je l'ai déjà dit pour La Taupe et Le Fantôme de l'Opéra, il ne suffit pas d'un esthétisme très pointilleux pour faire un bon film. Kwaidan rejoint à mon grand regret cette catégorie. La photographie est sublime oui, la mise en scène est parfaitement maîtrisée certes, forme parfaite donc, cependant le cinéaste s'est tellement préoccupé de la forme qu'il en a oublié le fond. Quatre histoires sans liens qui les rattachent. La première est insignifiante, magnifique visuellement mais insignifiante. La seconde est encore mieux au niveau plastique, avec un peu plus d'intérêt pour le fond mais il manque un petit quelque chose, puis c'est trop prévisible (à l'instar de toutes les parties). La troisième est assez intéressante elle, peut-être la meilleure des quatre (heureusement, c'est la plus longue...) mais cela dit, en deçà au niveau de la forme. La quatrième est la pire, la moins belle, il y avait énormément de potentiel mais elle est ratée. Ce qu'il manque aussi au film, c'est l'ambiance orientale si particulière des contes asiatiques, qui est totalement absente tout au long de l'oeuvre. Pour en revenir à la forme, je n'ai rien contre les films contemplatifs où les cinéastes se regardent filmer hein, sauf que pour justifier l'absence totale de fond, il faut que le film appartienne au genre de l'expérimental, ce qui n'est pas le cas ici. Kobayashi est un grand esthète, tout comme l'était Andrei Tarkovski, sauf que Tarkovski ne se contentait pas de magnifiques fulgurances et travellings, il y avait une richesse d'esprit dans son oeuvre, ce qui n'est pas le cas de Kwaidan. Dommage, le film aurait pu être parfait. 3/6

L'Ile de la Terreur - Terence Fisher - 1966 : : Les films de la Hammer ont toujours eu un petit charme en plus que les séries B extérieurs n'avaient pas. Sûrement car ce sont les premiers pros de la débrouille dans le genre, dont les moyens ne pouvaient pas forcément satisfaire la qualité du maquillage et des effets spéciaux au genre, mais ils se sont toujours bien débrouillés pour accomplir leur but. Ce film là parle d'une mutation d'organes, censé guérir le cancer, qui se retourne contre les hommes et qui s'avère pratiquement indestructible. Peter Cushing est excellent, comme d'habitude, les autres acteurs font le job, il y a également un petit questionnement sur l'évolution de la science et son potentiel danger que les hommes ne puissent contrôler. C'est un film tout à fait honnête, peut-être un peu trop cheap mais qui révèle un vrai travail d'artisan. 4/6
Nouveau sur ce site.

Avatar de l’utilisateur
JeanLucGodardIV
Stagiaire
Messages : 77
Inscription : 28 oct. 13, 00:40

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar JeanLucGodardIV » 29 oct. 13, 12:13

Dur, dur de pouvoir trancher parmi la quantité de films enquillée ce mois ci y compris les nouveaux films mais bon je retiens celui-ci que je n'avais jamais vu et qui on va le dire est "magnifique"

Image

Par ailleurs, est-ce que quelqu'un est en mesure de me fournir des informations sur la disponibilité du film "Permanent Vacation" sur le support blu ray ou dvd (tiens que vaut le dvd de rnac?) La copie que j'ai vue récupérée sur le net était ignoble. Merci
Image

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Anorya » 31 oct. 13, 00:38

Octobre


Keith Jarrett - October 17, 1988.


======


Film du mois


Image
Gravity - Alfonso Cuaron, 2013.


Film vus



● Gravity - Image
● Blue Jasmine - Image
● Prisoners - Image
● Lettres de Sibérie - Image
● Commando - Image
● The stuff - Image
● Ne vous retournez pas - Image
● Le mystère Koumiko - Image
● Dimanche à Pékin - Image
● Le magicien d'Oz - Image
● La vie d'Adèle - Image


A part, série Albator 78 (en cours) - Image


Film revus/redécouverts



● Gravity - Image
● Last Action Hero - Image
● Si j'avais quatre dromadaires - Image
● Shaun of the dead - Image
● The Grandmaster - Image


A part, série DUNE - Image
Image

Avatar de l’utilisateur
origan42
Régisseur
Messages : 3323
Inscription : 2 févr. 07, 17:22

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar origan42 » 31 oct. 13, 08:20

FILM DU MOIS D’OCTOBRE 2013 :
THE MAGDALENE SISTERS (Paul Mullan, 2002) *****


Ensuite par ordre de préférence :
Une histoire vraie (David Lynch, 1999) *****
De l’autre côté (Fatih Akın, 2007) *****

Oslo, 31 août (Joachim Trier, 2011) ****
La dame et le toréador (Budd Boetticher, 1951) ****
La vie à l’envers (Alain Jessua, 1964) ****
Point limite (Sidney Lumet, 1964) ****
Le fils unique (Yasujirō Ozu, 1936) ****
Gravity (Alfonso Cuarón, 2013) ****
Blue Jasmine (Woody Allen, 2013) ****
Yema (Djamila Sahraoui, 2012) ****

La vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2 (Abdellatif Kechiche, 2013) ***
Les deux cavaliers (John Ford, 1961) ***
Les frères Rico (Phil Karlson, 1957) ***
Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison, 1967) ***
Un moment d’égarement (Claude Berri, 1977) ***
Marie Poupée (Joël Séria, 1977) ***
Toute la ville en parle (John Ford, 1935) ***
La belle personne (Christophe Honoré, 2008) ***
Elle s’en va (Emmanuelle Bercot, 2013) ***
Thomas l’imposteur (Georges Franju, 1965) ***
La brigade du suicide (Anthony Mann, 1947) ***
The impossible (Juan Antonio Bayona, 2012) ***
Master and commander – De l’autre côté du monde (Peter Weir, 2003) ***
Minuit à Paris (Woody Allen, 2011) ***
Tout ce qui brille (Géraldine Nakache / Hervé Mimran, 2010) ***
La P… respectueuse (Marcello Pagliero / Charles Brabant, 1952) ***
Aventure à Paris (Marc Allégret, 1936) ***
Hannah Arendt (Margarethe von Trotta, 2012) ***
Au cœur du mensonge (Claude Chabrol, 1999) ***
La Tour de Nesle (Abel Gance, 1955) ***

White House down (Roland Emmerich, 2013) **
L’attentat (Ziad Doueiri, 2012) **
La guerre des cerveaux (Byron Haskin, 1968) **
Tirez la langue, mademoiselle (Axelle Ropert, 2013) **
Mauvaise passe (Michel Blanc, 1999) **
Ceux qui m’aiment prendront le train (Patrice Chéreau, 1998) **
Crime passionnel (Otto Preminger, 1945) **
Le veilleur de nuit (Ole Bornedal, 1997) **
La fille du 14 juillet (Antonin Peretjako, 2013) **

Le saut de l’ange (Yves Boisset, 1971) *
Scandale aux Champs-Élysées (Roger Blanc, 1949) *
Les brigades du Tigre (Jérôme Cornuau, 2006) *
No pain no gain (Michael Bay, 2013) *

RE-VISIONS :
Les tueurs (Robert Siodmark, 1946) *****
Manon des Sources / Ugolin (Marcel Pagnol, 1952) ****
Le feu follet (Louis Malle, 1963) ****
L’homme de Rio (Philippe de Broca, 1964) ****
Merlusse (Marcel Pagnol, 1935) ****
D.O.A. – Mort à l’arrivée (Rudolph Maté, 1950) ***

Avatar de l’utilisateur
Abronsius
Producteur Exécutif
Messages : 7286
Inscription : 23 oct. 04, 12:29
Localisation : Los Angeles

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Abronsius » 31 oct. 13, 18:36

(Films vus en salle)

Films vus :

We Need to Talk About Kevin (2011) Lynne Ramsay : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/we-need-to-talk-about-kevin-2011-lynne.html
Une nuit (2012) Philippe Lefebvre : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/une-nuit-2012-philippe-lefebvre.html
La reine de la prairie (1954) Allan Dwan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/cattle-queen-of-montana-la-reine-de-la.html
L'éternel mirage (1947) Ingmar Bergman : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/skepp-till-india-land-leternel-mirage.html
L'appel de la forêt (1935) William Wellman : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-call-of-wild-lappel-de-la-foret.html
Le mari de la femme à barbe (1964) Marco Ferreri : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/la-donna-scimmia-le-mari-de-la-femme.html
Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch (2010) Anne Linsel, Rainer Hoffmann : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/tanztraume-les-reves-dansants-sur-les.html
Blue Jasmine (2013) Woody Allen : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/blue-jasmine-2013-woody-allen.html
Prisoners (2013) Denis Villeneuve : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/prisoners-2013-denis-villeneuve.html
Gloria (1980) John Cassavetes : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/gloria-1980-john-cassavetes.html
Je suis un évadé (1932) Mervyn LeRoy : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/i-am-fugitive-from-chain-gang-je-suis.html
Basic (2003) John McTiernan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/basic-2003-john-mctiernan.html
Musique dans les ténèbres (1948) Ingmar Bergman : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/musik-i-morker-musique-dans-les.html
Dark Horse (2011) Todd Solondz : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/dark-horse-2011-todd-solondz.html
Le voyou (1970) Claude Lelouch : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/le-voyou-1970-claude-lelouch.html
Jeunesse droguée ! (1958) Jack Arnold : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/high-school-confidential-jeunesse.html
Fureur sur la ville (1950) Cy Endfield : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/try-and-get-me-aka-sound-of-fury-fureur.html
Mise à sac (1967) Alain Cavalier : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/mise-sac-1967-alain-cavalier.html
Crashout (1955) Lewis R. Foster : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/crashout-1955-lewis-r-foster.html
Chicago Calling (1951) John Reinhardt : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/chicago-calling-1951-john-reinhardt.html
Le bonheur (1934) Marcel L'Herbier : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/le-bonheur-1934-marcel-lherbier.html
L'ami retrouvé (1989) Jerry Schatzberg : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/reunion-lami-retrouve-1989-jerry.html
Le propriétaire (1970) Hal Ashby : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-landlord-le-proprietaire-1970-hal.html
Des gens sans importance (1955) Henri Verneuil : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/des-gens-sans-importance-1955-henri.html
Le retour (1978) Hal Ashby : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/coming-home-le-retour-1978-hal-ashby.html
Les furies (1950) Anthony Mann : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-furies-les-furies-1950-anthony-mann.html
Polytechnique (2009) Denis Villeneuve : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/polytechnique-2009-denis-villeneuve.html
Monte Walsh (1970) William A. Fraker : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/monte-walsh-1970-william-fraker.html
Nos héros sont morts ce soir (2013) David Perrault : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/nos-heros-sont-morts-ce-soir-2013-david.html
Ligne rouge 7000 (1965) Howard Hawks : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/red-line-7000-ligne-rouge-7000-1965.html
Bus Stop (1956) Joshua Logan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/bus-stop-arret-dautobus-1956-joshua.html
Les hommes de la mer (1940) John Ford : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-long-voyage-home-les-hommes-de-la.html
A la poursuite d'octobre Rouge (1990) John McTiernan : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-hunt-for-red-october-la-poursuite.html
Le sabre et la flèche (1953) André De Toth : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/last-of-comanches-le-sabre-et-la-fleche.html
Remorques (1941) Jean Gremillon : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/remorques-1941-jean-gremillon.html
Le kid de Cincinnati (1965) Norman Jewinson : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-cincinnati-kid-1965-norman-jewinson.html

Films revus :

Le convoi des braves (1950) John Ford : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/wagon-master-le-convoi-des-braves-1950.html
Une souris verte (1996) Orso Miret : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/une-souris-verte-1996-orso-miret.html
La colline a des yeux (1977) Wes Craven : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/the-hills-have-eyes-la-colline-des-yeux.html
Le chat (1971) Pierre Granier-Deferre : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/le-chat-1971-pierre-granier-deferre.html
La strada (1954) Federico Fellini : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/la-strada-1954-federico-fellini.html
My Beautiful Laundrette (1985) Stephen Frears : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/my-beautiful-laundrette-1985-stephen.html

Film du mois :

Remorques (1941) Jean Gremillon : http://myimaginarylandscapes.blogspot.fr/2013/10/remorques-1941-jean-gremillon.html
Dernière édition par Abronsius le 31 oct. 13, 22:29, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15287
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar Profondo Rosso » 31 oct. 13, 21:13

Film du mois

1 Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l'été de Lina Wertmüller

Image

2 The Swimmer de Frank Perry

Image

3 The Garden of Words de Makoto Shinkai

Image

4 Les Inconnus dans la ville de Richard Fleischer

Image

5 Sylvie et le fantôme de Claude Autant-Lara

Image

Avatar de l’utilisateur
nicofromtheblock
Doublure lumière
Messages : 408
Inscription : 9 déc. 06, 13:07
Localisation : Nancy

Re: Votre film du mois d'Octobre 2013

Messagepar nicofromtheblock » 1 nov. 13, 12:11

OCTOBRE 2013


Film du mois

Image

Coups de coeur du mois

Image Image Image Image
Image Image Image Image


Films découverts

- Double indemnity - Billy Wilder [DVD, VOST] 8/10
- Notorious - Alfred Hitchcock [DVD, VOST] 8/10
- The killing - Stanley Kubrick [DVD, VOST] 7,5/10
- T-Men - Anthony Mann [DVD, VOST] 7,5/10
- The incredible Burt Wonderstone - Don Scardino [DVD, VOST] 7/10
- Machete kills - Robert Rodriguez [Ciné, VF] 7/10
- Parkland - Peter Landesman [Ciné, VOST] 6/10
- Momo e no tegami - Hiroyuki Okiura [Ciné, VOST] 7,5/10
- Insidious : Chapter 2 - James Wan [Ciné, VF] 6,5/10
- Dark touch - Marina de Van [DivX, VOST] 6/10
- A horrible way to die - Adam Wingard [TV, VOST] 4,5/10
- The Canyons - Paul Schrader [DivX, VO] 6,5/10
- In-lyu-myeol-mang-bo-go-seo - Kim Jee-Woon & Yim Pil-Sung [DivX, VOST] 6/10
- The sting - George Roy Hill [DVD, VOST] 7,5/10
- Berberian sound studio - Peter Strickland [DVD, VOST] 6,5/10
- What Richard did - Lenny Abrahamson [DVD, VOST] 7/10
- As I lay dying - James Franco [Ciné, VOST] 6/10
- Sweetwater - Logan Miller [Ciné, VOST] 5/10
- Prisoners - Denis Villeneuve [Ciné, VOST] 7/10
- The frozen ground - Scott Walker [DVD, VOST] 6/10
- The way way back - Nat Faxon & Jim Rash [DivX, VOST] 7/10
- Metallica Through the never - Nimród Antal [Ciné, VF] 4/10
- La vie d'Adèle - Abdellatif Kechiche [Ciné, VF] 7,5/10
- Jamón, jamón - Bigas Luna [DVD, VOST] 6,5/10
- Blue Caprice - Alexandre Moors [DivX, VO] 6,5/10
- Kanashimi no Belladonna - Eiichi Yamamoto [TV, VOST] 8/10
- Vandal - Hélier Cisterne [Ciné, VF] 5,5/10
- Pontypool - Bruce McDonald [DVD, VOST] 6/10
- Kevin & Perry go large - Ed Bye [DVD, VOST] 4,5/10
- An oversimplification of her beauty - Terence Nance [DivX, VO] 7/10
- L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet - Jean-Pierre Jeunet [Ciné, VOST] 6,5/10
- 9 mois ferme - Albert Dupontel [Ciné, VF] 7/10
- Dog day afternoon - Albert Dupontel [DVD, VOST] 8/10
- Omar - Hany Abu-Assad [Ciné, VOST] 5,5/10
- Turbo - David Soren [Ciné, VF] 6/10
- Au bonheur des ogres - Nicolas Bary [Ciné, VF] 5/10
- Kicking and screaming - Noah Baumbach [TV, VOST] 7/10
- Gravity - Alfonso Cuarón [Ciné, VOST] 8/10
- The mortal instruments : City of bones - Harald Zwart [DivX, VOST] 3,5/10
- Nordvest - Michael Noer [DivX, VOST] 6,5/10
- The family - Luc Besson [Ciné, VF] 3/10
- La danza de la realidad - Alejandro Jodorowsky [Ciné, VOST] 7,5/10
- La playa DC - Juan Andrés Arango Garcia [DVD, VOST] 6,5/10
- Baikonur - Veit Helmer [Ciné, VOST] 6,5/10
- Nos héros sont morts ce soir - David Perrault [Ciné, VF] 6/10
- Licence to drive - Greg Beeman [DVD, VF] 5,5/10
- Possession - Andrzej Zulawski [DVD, VOST] 7/10
- Post Tenebras Lux - Carlos Reygadas [DVD, VOST] 8/10
- Haunter - Vincenzo Natali [DivX, VOST] 6/10
- Madison County - Eric England [DivX, VOST] 4/10
- Apartment 1303 - Michael Taverna [DivX, VOST] 3/10
- American Mary - Jen & Sylvia Soska [DivX, VOST] 6/10
- Snowpiercer - Bong Joon-Ho [Ciné, VOST] 6,5/10
- Thor : The dark world - Alan Taylor [Ciné, VF] 5,5/10
- Prince Avalanche - David Gordon Green [Ciné, VOST] 6,5/10

Films revus

- One hundred and one dalmatians - Clyde Geronimi & Wolfgang Reitherman [Ciné, VF] 7,5/10
- This is the end - Evan Goldberg & Seth Rogen [Ciné, VF] 7,5/10
- Spring breakers - Harmony Korine [BR, VOST] 8,5/10
- Gummo - Harmony Korine [DVD, VOST] 8/10