Votre film du mois de Juin 2012

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
julien
Oustachi partout
Messages : 9045
Inscription : 8 mai 06, 23:41

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar julien » 30 juin 12, 12:47

Image

Le film documentaire qui enterre tous les autres fait sur le même sujet, grâce notamment à une voix off d'une intelligence rare.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.

Avatar de l’utilisateur
Profondo Rosso
Howard Hughes
Messages : 15290
Inscription : 13 avr. 06, 14:56

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar Profondo Rosso » 30 juin 12, 22:24

Film du mois

Le Dernier rivage de Stanley Kramer

Image

2 La Croisée des destins de George Cukor

Image

3 Les Jours et les nuits de China Blue de Ken Russell

Image

4 Cœurs Insondables de Robert Stevenson

Image

5 La fille de la cinquième avenue de Gregory La Cava

Image

Avatar de l’utilisateur
locktal
Assistant opérateur
Messages : 2156
Inscription : 19 mars 11, 01:03
Liste de DVD
Localisation : Dijon

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar locktal » 1 juil. 12, 01:10

Film du mois de juin 2012 :

1) Guerre et paix (Sergueï Bondartchouk, 1967)
Image


Puis :
2) Faust (Alexandre Sokourov, 2011 [sortie cinéma en France : 2012])
Image

3) Journal de France (Raymond Depardon, Claudine Nougaret, 2012)
Image

4) Mes meilleures amies / Bridesmaids (Paul Feig, 2011)
Image

5) Les nuits rouges du bourreau de jade (Julien Carbon, Laurent Courtiaud, 2009)
Image


Autres films marquants :

- The man from Earth (Richard Schenkman, 2007)
Image

- Margin call (J. C. Chandor, 2011)
Image
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"

Avatar de l’utilisateur
Harkento
Assistant opérateur
Messages : 2676
Inscription : 12 oct. 11, 18:05
Liste de DVD
Localisation : Lyon

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar Harkento » 1 juil. 12, 01:37

Le Top5 de Juin plus les quatre coups de coeur !

1. Cabeza de Vaca de Nicolas Echevarria
Image

2. The bells of death de Feng Yueh
Image

3. L.627 de Bertrand Tavernier
Image

4. Daisy Clover (Inside Daisy Clover) de Robert Mulligan
Image

5. Underworld Beauty de Seijin Suzuki
Image


6. Miracle en Alabama (The Miracle worker) de Arthur Penn
Image

7. Les grands espaces (The big country) de William Wyler
Image

8. Scandale (Shubun) de Akira Kurosawa
Image

9. Les grandes espérances (Great Expectations) de David Lean
Image

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar vic » 1 juil. 12, 02:10

Image

The Legend of Hell House (John Hough, 1973) ++
Dead and buried (Gary Sherman, 1981) +++
Incubus (John Hough, 1982) 0
Men suddenly in black (Pang Ho-Cheung, 2003) +
Passions junéniles (Kô Nakahira, 1956) +++
Wing Commander (Chris Roberts, 1999) +
Le Rose et le Blanc (Robert Pansard-Besson, 1982) ++
Flaming Star (Don Siegel, 1960) ++
Trespass (Walter Hill, 1992) +
Streets of Fire (Walter Hill, 1984) ++
The Driver (Walter Hill, 1978) +++
Resurrection of the Little Match Girl (Sun-Woo Jang , 2002) +++
The day he arrives (Hong Sang-soo, 2011) +++
Message from Space (Kinji Fukasaku, 1978) +
Peking Opera Blues (Tsui Hark, 1986) +++
Dragons Forever (Samo Hung & Corey Yuen, 1988) +
Marley (Kevin Macdonald, 2012) ++
Niagara (Henry Hathaway, 1953) +
Invasion of the Body Snatchers (Philip Kaufman, 1978) +++
Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994) +++
Cape Fear (J. Lee Thompson, 1962) 0
Pedicab Driver (Samo Hung, 1989) +++
36 vues du Pic Saint Loup (Jacques Rivette, 2009) +
Dazed and confused (Richard Linklater, 1993) +
Prometheus (Ridley Scott, 2012) 0
Eternal Family (Kōji Morimoto, 1997) +
The Body Snatcher (Robert Wise, 1945) +++
Alien (Ridley Scoot, 1979) ++++
Devil Hunters (Wong Chun-Yeung, 1989) ++
Cowboy Bebop: Knockin' in Heaven's Door (Shinichirō Watanabe, 2001) +++
The Spooky Bunch (Ann Hui, 1980) +++
On the run (Cheung Kin-Ting, 1988) +++
Holy Flame of the Martial World (Tony Liu Jun-Guk, 1983) +++
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Avatar de l’utilisateur
johell
1/10 à chaque oeil
Messages : 5404
Inscription : 3 janv. 07, 10:20
Localisation : Suisse

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar johell » 1 juil. 12, 10:20

Film du mois :
Image
L'EDEN ET APRES de Alain Robbe-Grillet (1970)


Films découverts
L'EDEN ET APRES de Alain Robbe-Grillet (1970) : 9/10
SCORE de Radley Metzger (1974) : 8/10
THE QUEEN OF BLACK MAGIC (Ratu Ilmu Hitam) de Liliek Sudjio (1983) : 8/10
DES SAUMONS DANS LE DESERT (Salmon Fishing In The Yemen) de Lasse Hallström (2011) : 7/10
CONTREBANDE (Contraband) de Baltasar Kormákur (2012) : 7/10
GAMERA : LA REVANCHE D'IRIS (Gamera 3: Iris Kakusei) de Shûsuke Kaneko (1999) : 6/10
GAMERA : L'ATTAQUE DE LEGION (Gamera 2: Region Shurai) de Shûsuke Kaneko (1996) : 6/10
BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR (Snow White And The Huntsman) de Rupert Sanders (2012): 6/10
LA PROMISE (The Bride) de Franc Roddam (1985) : 5/10
PERFECT de James Bridges (1985) : 4/10
THE DEEP BLUE SEA de Terence Davies (2011) : 4/10
INDIAN PALACE (The Best Exotic Marigold Hotel) de John Madden (2011) : 4/10
BIENVENUE PARMI NOUS de Jean Becker (2012) : 2/10
THE DICTATOR de Larry Charles (2012) : 1/10
UN BONHEUR N'ARRIVE JAMAIS SEUL de James Huth (2012) : 1/10
LE GRAND SOIR de Gustave de Kervern & Benoît Delépine (2012) : 1/10


Films revus
POINT BREAK de Kathryn Bigelow (1991) : 10/10
UN JOUR SANS FIN (Groundhog Day) de Harold Ramis (1993) : 10/10
L'ENFER DES ZOMBIES (Zombi 2) de Lucio Fulci (1979) : 10/10
BLACK SWAN de Darren Aronofsky (2010) : 9/10
TORSO (I Corpi Presentano Tracce Di Violenza Carnale) de Seregio Martino (1973) : 8/10
PHENOMENA de Dario Argento (1985) : 8/10
L'AVENTURE INTERIEURE (Innerspace) de Joe Dante (1987) : 8/10
RABBIT HOLE de John Cameron Mitchell (2010) : 8/10
RAZORBACK de Russell Mulcahy (1984) : 7/10
KING KONG de Peter Jackson (2005) : 7/10
MAN ON FIRE de Tony Scott (2004) : 7/10
MICHAEL CLAYTON de Tony Gilroy (2007) : 7/10
SKATE GANG (Thrashin') de David Winters (1986) : 6/10
GAMERA : GARDIEN DE L'UNIVERS (Gamera Daikaijû Kuchu Kessen) de Shûsuke Kaneko (1995) : 6/10
THE GIRL NEXT DOOR de Luke Greenfield (2004) : 6/10
VOLCANO de Mick Jackson (1997) : 6/10
TOUCHE PAS A MA FILLE (She's Out Of Control) de Stan Dragoti (1989) : 4/10



ROUGE = Films vus en salles


Films des mois précédents/

Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2007 = A BOUT DE COURSE / RUNNING ON EMPTY de Sidney Lumet (1988)
Février 2007 = THE HOST / GWOEMUL de Joon-ho Bong (2006)
Mars 2007 = MAD COWGIRL de Gregory Hatanaka (2006)
Avril 2007 = BOULEVARD DU CREPUSCULE / SUNSET BLVD. de Billy Wilder (1950)
Mai 2007 = LES SEPT SAMOURAIS / SHICHININ NO SAMURAI de Akira Kurosawa (1954)
Juin 2007 = HOT FUZZ de Edgar Wright (2007)
Juillet 2007 = MUSHISHI de Katsuhiro Ôtomo (2006)
Août 2007 = DANGER : DIABOLIK! / DIABOLIK de Mario Bava (1968)
Septembre 2007 = LA VENGEANCE DANS LA PEAU / THE BOURNE ULTIMATUM de Paul Greengrass (2007)
Octobre 2007 = VA, VA, VIERGE POUR LA DEUXIEME FOIS / YUKE YUKE NIDOME NO SHOJO de Koji Wakamatsu (1969)
Novembre 2007 = JUDEX de Georges Franju (1963)
Décembre 2007 = SINGAPORE SLING / SINGAPORE SLING: O ANTHROPOS POU AGAPISE ENA PTOMA de Nikos Nikolaidis (1990)
Janvier 2008 = POLICE SPECIALE / THE NAKED KISS de Samuel Fuller (1964)
Février 2008 = HÄXAN, LA SORCELLERIE A TRAVERS LES ÂGES / HÄXAN de Benjamin Christensen (1922)
Mars 2008 = THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson (2007)
Avril 2008 = LES INNOCENTS / THE INNOCENTS de Jack Clayton (1961)
Mai 2008 = LE VISAGE D'UN AUTRE / TANIN NO KAO de Hiroshi Teshigahara (1966)
Juin 2008 = LE FANTÔME DE MILBURN / GHOST STORY de John Irvin (1981)
Juillet 2008 = LET THE RIGHT ONE IN / LAT DEN RÄTTE KOMMA IN de Tomas Alfredson (2008)
Août 2008 = BIENVENUE DANS L'AGE INGRAT / WELCOME TO THE DOLLHOUSE de Todd Solondz (1995)
Septembre 2008 = REBELLION / JÔ-UCHI : HAIRYÔ TSUMA SHIMATSU de Masaki Kobayashi (1967)
Octobre 2008 = VINYAN de Fabrice Du Welz (2008)
Novembre 2008 = THE VISITOR de Thomas McCarthy (2007)
Décembre 2008 = ORGIES SADIQUES DE L'ERE EDO / ZANKOKU IJÔ GYAKUTAI MONOGATARI: GENROKU ONNA KEIZU de Teruo Ishii (1969)
Janvier 2009 = HOUSE / HAUSU de Nobuhiko Obayashi (1977)
Février 2009 = LE DUO DE LA MORT / FEMINA RIDENS de Piero Schivazappa (1969)
Mars 2009 = LA MALEDICTION DES WHATELEY / THE SHUTTERED ROOM de David Greene (1967)
Avril 2009 = PONYO SUR LA FALAISE/ GAKE NO UE NO PONYO de Hayao Miyazaki (2008)
Mai 2009 = POSSESSION de Andrzej Zulawski (1981)
Juin 2009 = LES PROIES / THE BEGUILED de Don Siegel (1971)
Juillet 2009 = LEFT BANK / LINKEROEVER de Pieter Van Hees (2008)
Août 2009 = COLLEGE ROCK STARS / BANDSLAM de Todd Graff (2009)
Septembre 2009 = DEMINEURS / THE HURT LOCKER de Kathryn Bigelow (2008)
Octobre 2009 = LA NUIT DES SANGSUES / NIGHT OF THE CREEPS de Fred Dekker (1986)
Novembre 2009 = L'OEUF DE L'ANGE / TENSHI NO TAMAGO de Mamoru Oshii (1985)
Décembre 2009 = LOVE LETTER de Shunji Iwai (1995)
Janvier 2010 = UNE NUIT A NEW YORK / NICK & NORAH : INFINITE PLAYLIST de Peter Sollett (2008)
Février 2010 = A SINGLE MAN de Tom Ford (2009)
Mars 2010 = THIRST / BAKJWI de Chan-wook Park (2009)
Avril 2010 = SPIDER BABY de Jack Hill (1968)
Mai 2010 = ORLANDO de Sally Potter (1992)
Juin 2010 = MARIANNE DE MA JEUNESSE de Julien Duvivier (1955)
Juillet 2010 = STEFANIES GESCHENK de Mathieu Seiler (1995)
Août 2010 = L'ENFANT MIROIR / THE REFLECTING SKIN de Philip Ridley (1990)
Septembre 2010 = CANINE / KYNODONTAS de Yorgos Lanthimos (2009)
Octobre 2010 = MES NUITS AVEC...ALICE, PENELOPE, ARNOLD, MAUD ET RICHARD de Michel Barny & Frédéric Lansac (1975)
Novembre 2010 = LA RANDONNEE / WALKABOUT de Nicolas Roeg (1971)
Décembre 2010 = ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPCON / INDAGINE SU UN CITTADINO AL DI SOPRA DI OGNI SOSPETTO de Elio Petri (1970)
Janvier 2011 = POUPOUPIDOU de Gérald Hustache-Mathieu (2011)
Février 2011 = DEAD PEOPLE / MESSIAH OF EVIL : THE SECOND COMING de Willard Huyck (1973)
Mars 2011 = MARIE POUPEE de Joël Seria (1976)
Avril 2011 = LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE / NORUWEI NO MORE deTran Anh Hung (2010)
Mai 2011 = LA SOLITUDE DES NOMBRES PREMIERS / LA SOLITUDINE DEI NUMERI PRIMI de Saverio Costanzo (2010)
Juin 2011 = LE ORME de Luigi Bazzoni (1975)
Juillet 2011 = HANNA de Joe Wright (2011)
Août 2011 = AUPRES DE MOI TOUJOURS / NEVER LET ME GO de Mark Romanek (2010)
Septembre 2011 = JEUX INTERDITS DE L'ADOLESCENCE / MALADOLESCENZA de Pier Giuseppe Murgia (1977)
Octobre 2011 = DEATH BED - THE BED THAT EATS de George Barry (1977)
Novembre 2011 = LA FEMME DU VEME / THE WOMAN IN THE FIFTH de Pawel Pawlikowski (2011)
Décembre 2011 = LES NEIGES DU KILIMANDJARO de Robert Guediguian (2011)
Janvier 2012 = LE SAMOURAÏ de Jean-Pierre Melville (1967)
Février 2012 = THE DAY HE ARRIVES / BOOK CHON BANG HYANG de Sang-Soo Hong (2011)
Mars 2012 = JOHNNY S'EN VA-T-EN GUERRE / JOHNNY GOT HIS GUN de Dalton Trumbol (1971)
Avril 2012 = TWIXT de Francis Ford Coppola (2011)
Mai 2012 = LISA ET LE DIABLE / LISA E IL DIAVOLO de Mario Bava (1974)

Avatar de l’utilisateur
nicofromtheblock
Doublure lumière
Messages : 408
Inscription : 9 déc. 06, 13:07
Localisation : Nancy

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar nicofromtheblock » 1 juil. 12, 11:38

JUIN 2012


Film du mois

Image

Coups de coeur du mois

Image Image Image
Image Image Image


Films découverts

- Prometheus - Ridley Scott [Ciné, VF] 7/10
- Gone - Heitor Dhalia [Ciné, VF] 3,5/10
- Goon - Michael Dowse [DVD, VOST] 7/10
- Wong gok ka moon - Wong Kar-Wai [DVD, VOST] 7/10
- Woody Allen : A documentary - Robert B. Weide [Ciné, VOST] 7/10
- 7 días en La Habana - Gaspar Noé, Elia Suleiman, Pablo Trapero, ... [Ciné, VOST] 4,5/10
- The company of wolves - Neil Jordan [DVD, VOST] 6/10
- Couleur de peau : Miel - Jung & Laurent Boileau [Ciné, VF] 6,5/10
- Sønner av Norge - Jens Lien [Ciné, VOST] 6,5/10
- 678 - Mohamed Diab [Ciné, VOST] 7/10
- Salmon fishing in the Yemen - Lasse Hallström [Ciné, VF] 5/10
- 21 Jump Street - Phil Lord & Chris Miller [Ciné, VF] 7/10
- Fingers - James Toback [Ciné, VOST] 7/10
- Love and death - Woody Allen [DVD, VOST] 6,5/10
- Mizu no nai puuru - Kôji Wakamatsu [DVD, VOST] 6,5/10
- Jûbê ninpûchô - Yoshiaki Kawajiri [DVD, VOST] 7/10
- Kuma - Umut Dag [Ciné, VOST] 5,5/10
- Almanya : Willkommen in Deutschland - Yasemin Samdereli [Ciné, VOST] 7/10
- The sitter - David Gordon Green [DivX, VOST] 6,5/10
- Snow White and the huntsman - Rupert Sanders [Ciné, VF] 5/10
- Marley - Kevin McDonald [Ciné, VOST] 7/10
- Journal de France - Raymond Depardon & Claudine Nougaret [Ciné, VF] 6,5/10
- Le grand soir - Benoît Delépine & Gustave Kervern [Ciné, VF] 6,5/10
- Trishna - Michael Winterbottom [Ciné, VOST] 6/10
- Madagascar 3 : Europe's most wanted - Eric Darnell, Tom McGrath & Conrad Vernon [Ciné, VF] 6/10
- Bitch slap - Rick Jacobson [DVD, VOST] 6,5/10
- The deep blue sea - Terence Davies [Ciné, VOST] 4/10
- Días de gracia - Everardo Gout [Ciné, VOST] 7,5/10
- Quand je serai petit - Jean-Paul Rouve [Ciné, VF] 6/10
- The dictator - Larry Charles [Ciné, VF] 6,5/10
- What to expect when you're expecting - Kirk Jones [Ciné, VF] 5/10
- Adieu Berthe - Bruno Podalydès [Ciné, VF] 6,5/10
- Piranha 3DD - John Gulager [DivX, VOST] 3/10
- Serbuan maut - Gareth Evans [Ciné, VF] 6,5/10
- Faust - Aleksandr Sokurov [Ciné, VOST] 5,5/10
- Toomelah - Ivan Sen [TV, VOST] 6/10
- Scum - Alan Clarke [DVD, VOST] 8/10
- Don't be afraid of the dark - Troy Nixey [DVD, VOST] 4,5/10
- The angel's share - Ken Loach [Ciné, VOST] 7/10
- Starbuck - Ken Scott [Ciné, VF] 7/10
- La clinique de l'amour ! - Artus de Penguern [Ciné, VF] 6,5/10
- Bel Ami - Declan Donnellan & Nick Ormerod [Ciné, VF] 5,5/10
- Safe - Boaz Yakin [Ciné, VF] 6/10
- TiMER - Jac Schaeffer [DVD, VOST] 6,5/10
- Just like the son - Morgan J. Freeman [TV, VOST] 7/10

Films revus

- The vow - Michael Sucsy [Ciné, VF] 6,5/10
- Take shelter - Jeff Nichols [BR, VOST] 8/10
- Ferris Bueller's day off - John Hughes [DVD, VOST] 7/10
- Project X - Nima Nourizadeh [DVD, VOST] 7/10
- Moonrise kingdom - Wes Anderson [Ciné, VOST] 8/10
- Prometheus - Ridley Scott [Ciné, VF] 7/10

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21586
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar tenia » 1 juil. 12, 13:26

Juin 2012 :

Film du mois :

Image Image



Top 5 :

Image Image Image Image Image



Films découverts :

Prometheus 4/10
The Dictator 6.5/10
Shallow Grave 7.5/10
War Horse 5/10
Maniac 7/10
Forbidden Zone 6/10
Ugetsu Monogatari 9/10
The Enforcer 6/10
Summer With Monika 7.5/10
Topsy-Turvy 7.5/10
Un tramway nommé Désir 7.5/10
King Of New York 7.5/10
Harold & Maude 9/10
Gray's Anatomy 8.5/10
Le grand soir 6.5/10
Summer Wars 9/10


Films revus :

Charade 8.5/10
Idiocracy 6.5/10
The Darjeeling Limited 8.5/10


Mois précédents de 2012 :

Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2012 : Tokyo Drifter (Suzuki)
Février 2012 : Godzilla (Honda)
Mars 2012 : Anatomy Of A Murder (Preminger) / Raging Bull (Scorsese)
Avril 2012 : The War Room (Hegedus / Pennebaker)
Mai 2012 : Rushmore (Anderson)

Avatar de l’utilisateur
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Messages : 10298
Inscription : 21 avr. 03, 16:18

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar -Kaonashi Yupa- » 3 juil. 12, 10:47

-Kaonashi Yupa- a écrit :Juin 2012

Film du mois
De rouille et d'os
Image

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5183
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar Thaddeus » 3 juil. 12, 20:17

Petit récap' de ce que j'ai découvert en juin.



Allemagne, année zéro (Roberto Rossellini, 1947)
Le dernier volet de la trilogie consacrée à l’Europe d’immédiat après-1945 est celui qui, enfin, me touche vraiment, au point de me donner envie de redécouvrir les précédents, que je n'avais que moyennement goûté. Dans un Berlin en ruines, cité éventrée et exsangue renvoyant l’image à la fois ponctuelle et unanimiste d’un peuple humilié, Rossellini se livre à un poignant lamento sur le calvaire d’un enfant livré à lui-même. Son regard est toujours vecteur du plus grand respect pour les personnages qu’il filme ; son inspiration s’en tient à une sécheresse de constat tenant à distance aussi bien la fioriture d’esthète que le misérabilisme, et puise dans une forme de spiritualisme chrétien la dimension presque christique qu’il confère au parcours de son petit héros, victime expiatoire de la guerre et de l’idéologie nazie. 5/6

Inquiétude (Manoel de Oliveira, 1998)
Au théâtre ce soir… C’est l’impression donnée par le premier quart d’heure de ce triptyque figé dans sa litanie littéraire, avant qu’une pirouette inattendue ne réveille soudain l’attention. Très ponctuellement, car les deux segments qui suivent ne font que dérouler, avec la même austérité, ruminations existentielles et pensées méditatives sur le sentiment de finitude et la prescience angoissée de la mort. Le texte est peut-être très beau, la mise en scène sans doute rigoureuse dans son ascèse monastique ; en attendant, ce genre de proposition cinématographique me donne une certaine idée de la chiantitude absolue, en mode grabataire. 2/6

Luke la main froide (Stuart Rosenberg, 1967)
Ce film, c’est avant tout deux choses. Paul Newman d’abord, son sourire nonchalant, ses attitudes désinvoltes, son charisme tranquille qui confèrent à son personnage d’asocial révolté une douceur paradoxale. Et puis la magnifique photographie de Conrad L. Hall ensuite, tirant le parti le plus photogénique d’une Floride gorgée d’espaces ouverts et de lumières orangées, au lendemain de la Grande dépression. A elles seules, ces qualités habillent le récit carcéral, somme toute classique mais rondement mené, d’une densité particulière : le film trouve sa voix et offre de belles variations aux thèmes usés de l’anticonformisme, de la recherche d’orientation et de la révolte sans cause, très prisés par le cinéma américain. 4/6

Le grand soir (Benoît Delépine & Gustave Kervern, 2012)
Un peu le film de la dernière chance pour moi qui n'avait pas aimé les deux précédents opus des zigotos. Pour la première fois, Delépine et Kervern mettent la pédale douce sur le cynisme, privilégiant une approche un peu plus tendre de leur histoire et de leurs personnages. Le propos est dans l’exacte lignée des opus précédents, interrogeant le malaise social et dressant un instantané férocement nihiliste du monde du travail et des relations humaines à l’heure de la crise, mais du désarroi que le film tente de cerner, émerge une étincelle d’humanité. Sans éluder les limites de la philosophie punk, les cinéastes s’en approprient la colère insurrectionnelle en peaufinant un humour du désespoir, ubuesque, désenchanté, qui ne fonctionne pas toujours complètement mais tient à distance tout misérabilisme. 4/6

The day he arrives (Hong Sang-soo, 2011)
C’est mon premier Hong Sang-soo, et j’espère que ce ne sera pas le dernier car j’ai été plutôt séduit par cette indolence infinitésimale, cette recherche permanente du creux et du délié, de l’attente et de la suspension, qui fait de l’anti-dramatisation un vecteur de vérité émotionnelle. Il y a beaucoup d’humour dans la peinture des atermoiements amoureux vécus par ce héros immature et inconséquent, beaucoup de charme dans la manière dont le cinéaste organise les chassés-croisés de ses personnages comment autant de possibilités inabouties, de rencontres en suspens, de concordances éphémères. J’ai souvent entendu dire que HSS était l’héritier coréen de Rohmer, et je perçois ce que cette hypothèse recèle de vérité. 4/6

Peter Ibbetson (Henry Hathaway, 1935)
C’est une œuvre en forme de profession de foi, un poème d’un romantisme fou, qui ose représenter en des termes extrêmement figuratifs, et donc ô combien casse-gueule, le lien passionnel indéfectible qui lie un homme et une femme par-delà les barrières du temps et de l’espace. Le film est relativement court, compressé en plusieurs parties d’inégale intensité. Et si le segment central est un peu en-dessous, il convient d’affirmer deux choses. D’abord, que le premier quart d’heure, et notamment grâce aux larmes de la petite Ida Lupino, étreint le cœur en cinq secs. Ensuite, que le bouleversant dernier tiers, emprunt d’un lyrisme sans aucun garde-fou, constitue l’un de ces mouvements ascensionnels, de ces percées de pure féérie, que seuls le cinéma est capable d’offrir. 5/6

A travers le miroir (Ingmar Bergman, 1961)
Bergman opère dès ce film une série de retraitements, privilégie le quatuor à cordes, entame une conquête inédite de l’espace intérieur. Le motif de l’insularité, magnifié par les compositions très picturales de Sven Sykvist, confère un supplément de concentration à un film qui fait vivre la crise spirituelle de ses protagonistes de la façon la plus physique qui soit. Papier peint ouvrant sur un autre monde, entrailles inondées d’une épave où éclate le delirium tremens, Dieu-araignée aux yeux rouges : la folie schizophrène de l’héroïne (Harriet Andersson en pleine désagrégation psychique) interroge la religion, l’incommunicabilité des êtres, l’impuissance des proches… Mais le dialogue renoué lors du final, qu’éclaire un disque solaire incandescent, affirme une foi vibrante en l’amour salvateur. 5/6

Le marchand des quatre-saisons (Rainer Werner Fassbinder, 1971)
D’emblée, Fassbinder tourne le dos aux impératifs habituels de la narration pathétique : cette étude socio-psychologique d’apparence assez ingrate, économe de ses moyens techniques, n’a pas peur de s’intéresser à des êtres veules, violents ou misérables, et de doubler le caractère disgracieux de ce qu’elle filme par une forme sans attrait (agencements figés, zooms bien cheap…). Le cinéaste y analyse sans mépris, parfois avec une ironie froide, l’univers culturel d’un petit-bourgeois étouffé par ses frustrations et l’hypocrisie de sa classe, qui consume sa déchéance jusqu’à l’autodestruction. L’approche est intéressante mais peu séduisante – si ce n’est le joli minois d’Hanna Schygulla dans un rôle chaleureux. 4/6

L’amour à mort (Alain Resnais, 1984)
"Simon, ne sois pas mort !" hurle Élisabeth, désemparée, au début du film. "Nous ressusciterons..." affirme son amie Judith à la fin. A sa façon, Resnais s’inscrit dans l’héritage romantique de l’amour absolu, celui prisé par les surréalistes, au travers d’une méditation intense, frémissante, dépouillée, où dialoguent la foi de ceux qui croient et le désarroi de ceux qui veulent savoir. Comme les pulsations d’un au-delà onirique, des images sombres et floconneuses scandent le parcours spirituel d’un couple lié par-delà la frontière du vivant : l’homme attiré par la mort après l’avoir entraperçue, la femme n’aspirant qu’à le rejoindre, portée par un espoir irraisonné. Rien de morbide, de funèbre n’émane pourtant de ce poème spectral, peut-être l’un des films les plus intimes et émouvants de son auteur. Magnifique interprétation. 5/6

Le petit criminel (Jacques Doillon, 1990)
Un adolescent révolté, malade d’un amour qu’il ne sait ni donner ni recevoir, prend malgré lui un flic en otage pour le forcer à l’amener à sa sœur, dont il vient d’apprendre l’existence. Le flic a les traits compréhensifs, profondément humains, de Richard Anconina ; la sœur ceux d’une Clotilde Courau juvénile ; Doillon, quant à lui, se place assez explicitement dans le sillage d’un Pialat, mais sur un mode moins âpre, plus lumineux. Des éclats de douleur tourmentée, des manifestations de sensibilité blessée, il n’y a pourtant que ça dans ce périple désenchanté, mais le cinéaste choisit un optimisme raisonnable, et adopte un regard dont la bienveillance préserve de toute noirceur malvenue. Très beau film. 5/6

Journal de France (Raymond Depardon & Claudine Nougaret, 2012)
Construire un film autour de l’agencement d’innombrables chutes restées pendant des années dans l’ombre comportait le risque de l’éparpillement, de la dispersion et du manque de cohésion. Il n’en est rien, car la coréalisatrice Claudine Nougaret vise la déambulation temporelle, le croisement des souvenirs et des rapports d’échelle (intime/collectif, rural/international, plastique/politique). Ici la confession bouleversante de Françoise Claustre retenue en otage, là quelques images précieuses de Rohmer et Marie Rivière sur le tournage du Rayon Vert, ailleurs des visions abstraites et fascinantes du désert ou, vers la fin, un montage autour de visages pris aux quatre coins du monde, dont le lyrisme symphonique distille quelques chose de malickien… Une superbe et passionnante mosaïque. 5/6

Pink Floyd : The wall (Alan Parker, 1982)
Film-culte, emblème d’une décennie placée sous l’égide de l’impact visuel permanent, cette transposition de l’album-phare de Pink Floyd est fidèle à sa réputation. Pour mettre en images les souvenirs déformés, les fantasmes, les cauchemars de son héros, Parker vise une saturation formelle qui place chaque scène dans une logique paroxystique – et certaines sont vraiment sidérantes. Plus qu’un clip d’une heure et demie, l’opéra-rock s’offre comme une transe, un trip psychédélique aux plans impossibles et à l’imaginaire torturé, dont les délires hallucinatoires revêtent des accents d’apocalypse prophétique. Je comprends que pour certains, le découvrir à quinze ans au moment de sa sortie ait pu faire quelque chose comme un gros choc. 4/6

Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Au cœur du bush australien, un mont volcanique millénaire s’élève comme une porte ouverte sur l’infra-sensible, faisant ressentir, sous le regard d’une faune complice et tels des émanations d’outremonde, le murmure de la terre, les chuchotements de la roche, la caresse du vent. Répondant à ses insidieuses tentations, trois nymphes angéliques sont littéralement absorbées par la nature. De cette poétique de la dissolution, Weir tire un film apollinien, sensuel, alangui dans une torpeur hypnotique, dont la suavité et la beauté iridescentes ne se défont jamais d’une angoisse diffuse. Envoûtement total : ce songe entêtant brode autour de la douceur sororale, de la grâce éthérée de ses fragments de paradis, de l’abolition des repères rationnels, une fascinante trajectoire initiatique. Assez sublime. 5/6

Un homme dans la foule (Elia Kazan, 1957)
C’est dans une veine d’engagement et de dénonciation un peu appuyée que le cinéaste brocarde ici le milieu frelaté de la politique et du show-business, faisant le procès à charge de la démagogie rampante et de la folie publicitaire à travers le parcours édifiant d’un homme du peuple autoproclamé leader d’opinion, gangrené par le cynisme du système médiatique qu’il utilise. Très solidement écrit, le film n’hésite pas à charger la mule, souffre d’une certaine raideur démonstrative que n’arrange pas la prestation tonitruante d’Andy Griffith, mais la critique sociale est d’une telle virulence que la plupart de ses facilités sont ingérées par la vigueur de sa logique pamphlétaire. 4/6

Adieu Berthe ou l’enterrement de mémé (Bruno Podalydès, 2012)
Après une longue séparation, voici la joie de mes retrouvailles avec Denis Podalydès chez son frère, alourdi du poids de l’expérience conjugale et familiale, avec Isabelle Candelier également, belle, épanouie, la cinquantaine rayonnante. Si le film est à nouveau très drôle, peaufinant un comique de poche aux effets savoureux et aux seconds rôles très payants (Villermoz et Arditi sont hilarants), il offre aux interrogations habituelles de nouvelles perspectives, plus graves peut-être, en faisant entrer la mort et le deuil dans la problématique. L’épouse comme meilleure amie, le double sens du texto final : altruisme généreux et papillonnage lunaire, peut-être les deux credos d’une œuvre émouvante, chaleureuse, vibrante, qui distille une morale de l’indécision sans jamais renier la valeur de l’engagement, du courage et de la fidélité. 5/6

La ronde de l’aube (Douglas Sirk, 1957)
Un an après Écrit sur du vent, Sirk reprend la même distribution, confirme son intérêt pour Faulkner en adaptant son Pylône, et use d’un noir et blanc sobre et délicat en contre-pied des couleurs lyriques affichées précédemment. Cernés par la proximité de la mort, ses personnages sont comme des déclinaisons tourmentées des anges de Hawks, cherchant à conquérir des espaces ouverts qui ne sont que les reflets trompeurs et dérisoires d’une trajectoire inéluctable. Convoitée par tous, la femme de l’aviateur suicidaire y concentre les rêves d’amour, les aspirations au bonheur, les regrets des vies manquées, le long d’un carnaval crépusculaire fait de voltes et de masques, où même les atours de la fête ont des accents de danse macabre. 5/6

Les communiants (Ingmar Bergman, 1962)
Comme engourdie par le froid neigeux de son cadre hivernal, cette étude introspective autour d’une demi-journée de sacerdoce ecclésiastique fait du doute existentiel, de la crise de foi, les sujets d’une méditation inquiète et austère. L’éternelle angoisse des hommes, le désarroi engendré par le silence divin et l’absurdité du monde s’y expriment dans les voix de pratiquants tourmentés, auxquels le pasteur, miné par l’échec de sa vie et la mort de son épouse, est incapable d’apporter quelque réconfort. Bergman rappelle ici à quel point le refus de l’engagement affectif conduit à la solitude, à l’assèchement du cœur, comme dans cette scène cruelle qui voit l’institutrice humiliée et rejetée par celui qu’elle aime. 4/6

Faust (Alexandre Sokourov, 2011)
Je redoutais un peu le syndrome Béla Tarr, qui représente à mes yeux ce qui se fait de pire dans le registre du Super-Auteur nous écrasant de son Génie. A mon heureuse surprise, il n’en est rien, car Sokourov, loin des poses sentencieuses du Hongrois, pratique au contraire un cinéma volontiers sarcastique, grinçant, mu par un sens du grotesque noir, et surtout traversé de bout en bout par une inspiration expressionniste franchement saisissante. Nœuds de chair agglutinés dans les nappes du lavoir, homoncule de glaire, amas organiques à la prégnance presque tactile… Les préoccupations métaphysiques du cinéaste se traduisent à travers une plasticité exacerbée, des distorsions permanentes, des formes labiles, des associations monstrueuses entre horreur et beauté. Tout cela est assez fascinant, malheureusement plombé par une heure centrale qui patine comme pas possible. Mais la dernière demi-heure, déambulation hypnotique au milieu des spectres dans un décor de début du monde, rattrape pas mal de choses. 4/6

La part des anges (Ken Loach, 2012)
C’est toujours dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. L’humeur souriante et les accents de conte social affichés dans Looking for Eric, Loach les réactive à travers une fausse pochade en forme de trompe-l’œil malicieux, qui choisit d’offrir à ses laissés-pour-compte aussi joyeux que cabossés l’opportunité d’une sortie royale. Une fois de plus, il suffit de quelques traits à l’auteur pour dresser un portrait, de quelques notations pour faire comprendre la cruauté d’un destin, de quelques plans pour rappeler le poison du regret, la difficulté à s’arracher à son passé ou à se créer un avenir d’espoir. Mais le ton est ici à la comédie revigorante, et si elle est loin d’être décisive, parfois un peu facile, un peu démago, elle procure un plaisir synchrone avec la générosité sans fard du cinéaste. 4/6

Les affameurs (Anthony Mann, 1952)
Une caravane pleine de vivres, deux groupes qui s’affrontent pour sa possession, un homme au passé trouble servant de guide au convoi : situations d’une pureté exemplaire, qu’Anthony Mann s’attache une fois de plus à modeler, à révéler dans leurs dilemmes et leurs tiraillements les plus élémentaires, à configurer dans un mouvement qui soit à la fois celui de l’horizontalité (gommer le superflu) et de la verticalité (mettre en relief les sous-couches de l’histoire). Le récit commence dans l’immensité des prairies, se pose dans une ville en construction, s’élève au sommet enneigé d’une montagne ou plonge dans les flots tumultueux d’un fleuve sauvage : la ligne est claire et captivante, c’est celle d’un film d’aventures mettant aux prises les questions de l’engagement, de la survie et de la morale. 5/6

Martha (Rainer Werner Fassbinder, 1974)
A peine sortie de la douleur passionnelle de Petra von Kant, Margit Carstensen plonge dans un nouvel enfer, victime d’une autre forme de dépossession de la conscience. Fassbinder, quant à lui, met ses pas dans ceux d’Hitchcock, brodant un thriller domestique dont la perversité insidieuse tient de signaux infimes, d’une multitude de petites tortures psychologiques, d’un tempo très calculé dans le développement de ses effets. Loin du drame sentimental, c’est un véritable film d’horreur, le cas d’étude presque clinique d’une jeune femme à peine adulte qui, tout juste sortie du joug parental, se voit asservie par un monstre raffiné. La virtuosité très pensée de la mise en scène confère à cette œuvre cruelle une tonalité glaçante, mais aussi une forme de distanciation qui m’empêche d’être totalement enthousiaste. 4/6

Avatar de l’utilisateur
BB_Vertigo
Stagiaire
Messages : 40
Inscription : 11 févr. 12, 08:55
Localisation : Lille

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar BB_Vertigo » 4 juil. 12, 10:17

Film du mois

Image

L'insoutenable légèreté de l'être (Philip Kaufman – 1988)

Nouveautés

De rouille et d’os (Jacques Audiard – 2012) Image
Men in black 3 (Barry Sonnenfeld – 2012) Image
Le grand soir (Gustave de Kervern & Benoît Delépine – 2012) Image
Prometheus (Ridley Scott – 2012) Image
The raid (Gareth Evans – 2011) Image

Découvertes

Les émotifs anonymes (Jean-Pierre Améris – 2010) Image
Adventureland - Job d'été à éviter (Greg Mottola – 2009) Image
Un parcours de légende (Bill Paxton – 2005) Image
The losers (Sylvain White – 2010) Image
Hors du temps (Robert Schwentke – 2009) Image
Butcher (Adam Green – 2006) Image
Détective (Jean-Luc Godard – 1985) Image
Elektra (Rob Bowman – 2005) Image
Un flic (Jean-Pierre Melville – 1972) Image
Unstoppable (Tony Scott – 2010) Image
Réussir ou mourir (Jim Sheridan – 2005) Image
Freaky friday - Dans la peau de ma mère (Mark Waters – 2003) Image
Mélodie pour un tueur (James Toback – 1978) Image
Ninja assassin (James McTeigue – 2009) Image
Une aussi longue absence (Henri Colpi – 1961) Image
Qui a tué le chevalier? (Jim McBride – 1995) Image
Callan (Don Sharp – 1974) Image
Un condé (Yves Boisset – 1970) Image
L'insoutenable légèreté de l'être (Philip Kaufman – 1988) Image
La grande muraille (Frank Capra – 1933) Image
Les baroudeurs (Peter Collinson – 1970) Image
Un amour de Swann (Volker Schlöndorff – 1984) Image
Meurtre par décret (Bob Clark – 1979) Image
L’assassin (Elio Petri – 1961) Image
Picnic (Joshua Logan – 1955) Image
Mes meilleures amies (Paul Feig – 2011) Image

Déjà vus

Le solitaire (Michael Mann – 1981) Image
Police story 3 (Stanley Tong – 1992) Image

Films des mois précédents

Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2012: Devine qui vient dîner? (Stanley Kramer – 1967)
Avril 2012: Pas de lauriers pour les tueurs (Mark Robson – 1963)
Mars 2012: Plein la gueule (Robert Aldrich – 1974)
Février 2012: Cheval de guerre (Steven Spielberg - 2011)
Image

Avatar de l’utilisateur
wontolla
mon curé chez les forumistes
Messages : 6913
Inscription : 14 mars 10, 14:28
Liste de DVD
Localisation : Bruxelles

Re: Votre film du mois de Juin 2012

Messagepar wontolla » 6 sept. 12, 09:10

Juin 2012

Film du mois :
- Moonrise Kingdom, Wes Anderson, 2012

Image


Image
1. Moonrise Kingdom, Wes Anderson, 2012
2. A perdre la raison, Joachim Lafosse, 2012
3. The Lord of the Rings: The Return of the King (Le Seigneur des anneaux, le retour du roi), Peter Jackson, 2003
3. Meek's Cutoff (La dernière piste), Kelly Reichardt, 2010

Image
- Cosmopolis, David Cronenberg, 2012
- Shutter Island, Martin Scorsese, 2010
- Splendor in the Grass (La fièvre dans le sang) Elia Kazan, 1961
- Across the universe, Julie Taymor, 2007
- Prometheus, Ridley Scott, 2012
- Fantastic mister Fox, Wes Anderson, 2009
- The royal Tenenbaums (La famille Tenenbaum), Wes Anderson, 2001
- Mission: Impossible - Ghost Protocol (Mission impossible: protocole fantôme), Brad Bird, 2011
- Down by law, Jim Jarmusch, 1986

Image
- The sign of the cross (Le signe de la croix), Cecil B. Demille, 1932
- Stargate, Roland Emmerich, 1994
- Iron Man, Jon Favreau, 2008
- Star Trek VI : The Undiscovered Country (Star Trek 6: terre inconnue), Nicholas Meyer, 1991
- Antares, Götz Spielmann, 2004
- The cheat, George Abbott, 1931 (pre code)
- Search for beauty, Erle C. Kenton, 1934 (pre code)

Image
- Back to the Future (Retour vers le Futur), Robert Zemeckis, 1985
- Snow white and the huntsman (Blanche-Neige et le Chasseur), Rupert Sanders, 2012
- Cold Comfort Farm (La ferme du mauvais sort), John Schlesinger, 1995

Image

Image

Films côtés antérieurement ou vus plusieurs fois ce mois
(classés dans l'ordre de vision!)
- Moonrise Kingdom
- Tintin et le secret de la Licorne
- Cosmopolis
- Prometheus
- The tree of life
- The Artist

Films hors compétition

Films des mois précédents
Spoiler (cliquez pour afficher)
- Mai 2012: The man from the earth, Richard Schenkman, 2007
- Avril 2012: High Noon (Le train sifflera trois fois), Fred Zinnemann, 1952
- Mars 2012: Irina plam, Sam Garbarski, 2007
- Février 2012: Lars and the Real Girl (Une fiancée pas comme les autres), Craig Gillespie, 2007
- Janvier 2012: Shame, Steve McQueen, 2011
- décembre: Singin' in the Rain (Chantons sous la pluie), Stanley Donen & Gene Kelly, 1952
- Novembre: Stay, Marc Foster, 2005
- Octobre: Letter from an Unknown Woman (Lettre d'une inconnue), Max Ophüls, 1948
- Septembre: Control(Anton Corbijn, 2007)
- Août Old Joy de Kelly Reichardt (2006)
- Juillet Atmen Karl Markovics (2011)
- Juin: Le nouveau monde (The New World), Terrence Malick, 2005
- Mai: The tree of life, Terrence Malick, 2011
- Avril: Shattered glass (Le mystificateur), Billy Ray, 2003.
- Mars: Rango, Gore Verbinski (2011)
- Février: The king Speech (Le discours d’un roi) Tom hooper, 2011
- Janvier 2011: [b]Shortbus
, John Cameron Mitchell, 2006 9,5/10
- Décembre: Tarnation Jonathan Caouette (2003) 10/10
- Novembre: In the mood for love, Wong Kar Wai (2000) 10/10
- Octobre: Biruma no tategoto (La harpe de Birmanie); Kon Ichikawa (1956) 9/10
- Septembre Vozvrashchenie (Le retour) ; Andrei Zvyagintsev (2003) 9/10
- Août 2010 - Reds (Warren Beatty) (1981) 9/10