L'exercice de l'Etat (Pierre Schoeller - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Karras
Mogul
Messages : 10705
Inscription : 15 avr. 03, 18:31
Liste de DVD
Localisation : La cité du Ponant

L'exercice de l'Etat (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Karras » 10 nov. 11, 12:30

Image

Synopsis :
Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique… Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. A quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un Etat qui dévore ceux qui le servent ?

2501 a écrit :L'Exercice de l'Etat : (7/10) Irrégulier, un peu trop froid et clinique. Mais de vrais choix de mise en scène, et une efficace illustration du personnage politique, qui ne tombe pas dans le piège du verbiage aux dépens de l'image.


Dunn a écrit :L'exercice de l'Etat:5,5/10
En plein coeur de ce ministre des transports, par son réalisme, sa mise en scène, ses acteurs tous parfait, un scénario limite actuel, ce film montre que l'on peut faire de très bon film politique et que cet univers est impitoyable.Manque pour moi une vraie implication de ma part dans l'histoire.


Nestor Almendros a écrit :L'EXERCICE DE L'ETAT

J'ai peu de souvenirs de VERSAILLES mais j'ai une certitude, après visionnage de son second long métrage: Pierre Schoeller est un cinéaste à suivre de très près, exigeant dans le propos et le traitement, parcouru par une certaine audace, souvent inspiré. Il y a par exemple plusieurs scènes qui sont à la fois originales dans le texte et la forme. Schoeller a des idées, pas seulement sur le papier (comme le discours murmuré à l'église). C'est quelqu'un attaché à l'ambiance, qui réfléchit visiblement beaucoup à la forme (d'ailleurs pour l'avoir lu dans la presse, il voudra essayer de jouer davantage sur le visuel, comme le font plus systématiquement les américains par rapport aux français) et qui pourra donner dans un futur proche quelque chose d'ambitieux et de marquant, j'en suis certain. Il a un style qui montre une capacité énorme et une vision du medium assez rare dans le cinéma français d'aujourd'hui.

Sur le film, je rejoindrais presque mon avis sur VERSAILLES à propos de l'austérité de l'ensemble. Ce n'est peut-être pas vraiment de l'austérité mais plutôt une sécheresse qui semble commune. Il est vrai que le tableau que cherche à peindre Schoeller trouve davantage ses marques dans une certaine épure à peine distanciée, puisque c'est un peu l'un des thèmes du film. Le but ici n'est pas de chasser le scoop (comme l'a fait maladroitement LA CONQUETE) mais de révéler à travers des personnages le fonctionnement d'un système qui broie les individus, écrase les personnalités, nourrit les ambitions. En un mot le gouvernement et la politique agissent surtout pour leur propre conservation, pour que ce système devenu obsolète et inactif perdure encore un peu plus.
Je retiendrai un Olivier Gourmet habité qui illustre bien cette ambivalence actuelle du politique tiraillé entre une certaine humanité nécessaire pour exister, d'abord dans cet univers cloisonné puis également aux yeux du peuple, qui émerge ponctuellement, qui voudrait se manifester plus souvent, et qui se bloque contre une ambition qui annule toute vie au profit de la réussite et de l'ascension personnelle. Pétri de bonnes valeurs, d'une gouaille indispensable, Saint-Jean apparait finalement aussi opportuniste et calculateur que les autres.
L'aspect humain est assez bien vu. Il y a l'homme qui tente de se raccrocher à la vie, à sa vie, par rapport au rythme politique, à ces existences vouées au système (c'est Michel Blanc, très inspiré de Claude Guéant, qui en guise de vie personnelle écoute des discours de Malraux), privées de vies privées justement. Ce qui est logiquement montré ici, et assez touchant, ce sont les relations avec le staff, l'équipe, le premier cercle d'hommes et de femmes autour de cet homme isolé, car évolue en vase clos, enfermé dans sa voiture blindée aux vitres fumées. Il doit se trouver un allié proche et c'est le temps qui fait l'affaire: c'est le tandem d'amitié Blanc-Gourmet qui sera logiquement brisé par les obligations de l'Etat.

Un film subtil, certainement trop pour moi d'ailleurs, qui m'a donné envie de revoir VERSAILLES et de surveiller de très très près ce monsieur Schoeller décidément très talentueux derrière ce cadre un peu trop auteurisant (pour l'instant?).


Karras a écrit :L'exercice de l'état (8/10) : Entre être et paraitre, une saisissante plongée dans les arcanes du pouvoir servie par un Olivier Gourmet magistral.

Avatar de l’utilisateur
Joe Wilson
Entier manceau
Messages : 5463
Inscription : 7 sept. 05, 13:49
Localisation : Entre Seine et Oise

Re: L'exercice de l'état ( Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Joe Wilson » 10 nov. 11, 23:50

Un film passionnant dans sa volonté d'exprimer l'incarnation des corps, des souffrances, à travers un édifice politique dont le quotidien est vécu comme une dépendance. Pierre Schoeller pose beaucoup de questions, ne tranche pas en cernant la complexité de cet univers, ballotté entre complaisance, compromissions et la rigidité du lien hiérarchique.
La mise en scène offre une remarquable ampleur, à la fois dans la minutie de cette reconstitution de la machine étatique, et dans l'évocation d'ambiances presque irréelles et fantomatiques.
Schoeller surcharge à plusieurs reprises son propos en accentuant une symbolique, utilisant des scènes à la portée sursignifiante : c'est frustrant, sans ternir cependant la rigueur et la ferveur de l'ensemble.
Image

Avatar de l’utilisateur
Tony Hunter
Lord of the Dance
Messages : 1724
Inscription : 14 avr. 03, 19:39
Localisation : Paris

Re: L'exercice de l'état ( Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Tony Hunter » 13 nov. 11, 14:10

Grosse surprise pour ma part tant la mise en scène est brillante, le scénario intelligent et passionnant.
Un gros travail sur le son et les musiques est à noter. Olivier Gourmet est génial comme d'habitude et Blanc superbe.
Probablement dans mon top 10 de l'année.

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Eusebio Cafarelli » 2 mars 12, 21:33

Moyennement convaincu...
Gourmet est habité, Blanc et l'ensemble du casting sont excellents. La mise en scène est intelligente, comme l'idée générale (la politique comme course permanente, avec des accidents, amusant pour un ministre des Transports) et le travail sur la musique.
Je trouve certains passages intéressants (discussions de cabinet, isolement des politiques, intrigues), mais d'autres convenus (la représentation de l'homme politique intime aux toilettes ou faisant l'amour, les figurants représentant le peuple et qui font "peuple" de cinéma) ou peu crédibles (il n'a jamais d'escorte, ce ministre, dans ses déplacements ?). La longue scène de la caravane ne me convainc pas du tout, ni les scènes de rêve.
Image

Avatar de l’utilisateur
locktal
Assistant opérateur
Messages : 2175
Inscription : 19 mars 11, 01:03
Liste de DVD
Localisation : Dijon

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar locktal » 2 mars 12, 23:42

J'ai beaucoup apprécié ce film de Pierre Schoeller qui dissèque avec beaucoup de justesse le jeu politique, où le ministre n'est qu'un pion de l'échiquier...

La scène de l'accident, très forte, a en plus une valeur métaphorique : il correspond tout bonnement à la sortie de route du ministre, finissant par brader ses convictions sur l'autel de la machine administrative et politique qui finit toujours par littéralement broyer les plus défavorisés (le chauffeur)...
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"

Avatar de l’utilisateur
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Messages : 25470
Inscription : 15 avr. 03, 14:22
Localisation : Forêt d'Orléans

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Ouf Je Respire » 14 avr. 12, 00:39

Je viens de voir ce film. Excellent. Gourmet est exceptionnel, Blanc, pas en reste. La mise en scène oscille entre le vernis des moulures de l'Etat et la nervosité des décisions-hachoirs. Le fond du propos ne sombre pas dans le simplisme. Bref, j'ai kiffé.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21971
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar tenia » 14 avr. 12, 13:35

Vu aussi. C'est beau, c'est classe, c'est rigoureux, mais les métaphores visuelles sont parfois trop appuyées, tout ça pour une histoire qui n'a, en fait, que peu d'enjeux à nous faire suivre.

Ca se boit comme du petit lait malgré tout, grâce à une narration qui ne laisse jamais de temps mort s'installer, mais une fois fini, je me suis demandé quand même ce qu'il y avait à en retenir...

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18325
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar gnome » 15 avr. 12, 19:51

Moi, j'ai personnellement trouvé que l'utilisation des kurokos japonais dans les scènes de rêve est intéressante. Gourmet a d'ailleurs confirmé lorsque j'ai posé la question lors de la rencontre après le film que ces personnages étaient beaucoup plus présents dans le script original. J'ai tout de suite pensé au Double suicide à Amijima de Shinoda et les remerciements dans les crédits à la fin du film me l'ont confirmé puisque Shinoda est remercié. J'ai vu ça comme une façon intelligente de symboliser le côté pantin de certains politiques...

Image

Dans Double suicide :
Image

Par contre la symbolique du croco...
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Messages : 7819
Inscription : 25 juil. 03, 14:58
Localisation : J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Eusebio Cafarelli » 1 mai 12, 10:38

La symbolique du crocodile ? Une photo d'Helmut Newton
Crocodile Eating Ballerina, from the Pina Bausch Ballet 'Keushleitslegende', Wuppertal, 1983

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Messages : 18325
Inscription : 26 déc. 04, 18:31
Localisation : sleeping in the midday sun...

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar gnome » 1 mai 12, 16:37

Eusebio Cafarelli a écrit :La symbolique du crocodile ? Une photo d'Helmut Newton
Crocodile Eating Ballerina, from the Pina Bausch Ballet 'Keushleitslegende', Wuppertal, 1983

Image

Ok, merci de m'éclairer... :D
Image Image Image

Avatar de l’utilisateur
Anorya
Laughing Ring
Messages : 11859
Inscription : 24 juin 06, 02:21
Localisation : LV426

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Anorya » 8 mars 13, 00:22

L'exercice de l'état - Pierre Schoeller - 2011).


Image



Un film que je voulais voir depuis un bon moment, comme tant d'autres et que j'ai vu quasiment en même temps que The human centipede (le jour d'après en fait. J'y viens dans un autre topic dans un instant). S'il n'y a rien de neuf sous le soleil (la vie d'un politique vue à travers son prisme), le film est assez fascinant dans sa mise en scène, entre onirisme flagrant (l'ouverture-crocodile ou ce passage brutal au montage où Gourmet manque de se faire étrangler en haut d'un escalier) et vie toujours pressée, toujours plus rapide où les choix cachent des discours de façades, beaucoup de renoncements et des prises de positions étouffées par la logique d'état.

Olivier Gourmet est très bon dans le rôle de cet homme broyé par le système et qui n'a d'autre choix que de s'y plier (la fameuse privatisation des gares qu'il ne voulait pas lancer). Les autres rôles (notamment Zabou Breitman et Michel Blanc) sont aussi au taquet. Le reste du film se distille comme un vénéneux poison duquel on devrait quand même se méfier (l'impressionnante séquence de l'accident qui arrive au moment où on s'y attend le moins), toujours ambigü aussi bien envers les personnages que le système politique en place : on pourrait par exemple du coup à la vision du film penser qu'on a affaire à un gouvernement de droite mais comme le rappelle le cinéaste dans un excellent document audio avec Michel Ciment livré en bonus, la privatisation est tout autant l'apanage de la gauche que de la droite.

En outre, jamais un parti ne sera nommé, le président de la république étant abrégé P.R, mais que tous les acteurs prononcent "père" (intéressant là aussi ce côté patriarcal assumé d'autant plus que le "père" en question n'est visible que pendant quelques minutes sur tout le film mais "hante" justement par son absence). On notera aussi de petites piques faciles et assumées (la sncf s'en prend un peu la gueule :fiou: ). Très bon film donc qui à le mérite de gratter plus la surface que d'autres même si l'on se doute déjà de tout ça quand on voit le cirque continuel des "puissants" et nantis de la politique au journal, radio ou télé. Il faudra que je voie prochainement Une affaire d'état qui apparemment fait un bon complément dans un diptyque politique de qualité auquel le cinéma français ne nous avait pas autant habitué ces dernières années.

5/6.
Image

Avatar de l’utilisateur
Mr-Orange
Assistant(e) machine à café
Messages : 142
Inscription : 22 janv. 13, 17:10

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Mr-Orange » 9 mars 13, 00:03

Pour moi, ce film est un chef d'oeuvre.
Débutant avec une ouverture onirique assez troublante mais judicieuse car elle nous plonge de force dans le film par la curiosité qu'elle crée. L'Exercice de l'Etat mitraille le système politique français, mais quel système ? tiré par les ficelles de qui avec quelles orientations politiques ? Schoeller réussit à critiquer sans se jeter à corps perdu dans son film avec un climat à la limite du malsain et féroce, là où beaucoup ont échoué dans le genre. Il réussit son tour de force aussi grâce aux interprétations parfaites d'Olivier Gourmet et de Michel Blanc, ces deux-là campant des personnages dépassés par leur boulot, Blanc joue un personnage
qui inspire le malaise, l'inquiétude, la fatigue face à ces coups-bas alors que Gourmet s'adapte, tant bien que mal, à ces attaques et à la révolte du peuple. Glaçant et dérangeant par son réalisme inquiétant.
Nouveau sur ce site.

homerwell
Assistant opérateur
Messages : 2490
Inscription : 12 mars 06, 09:57

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar homerwell » 8 juin 13, 23:54

Je découvre ce soir cette belle réussite du cinéma français et du cinéma tout court qui n'est pas mort. J'aime sans réserve ce film de Pierre Schoeller parce que c'est un film courageux qui ne cède rien à la facilité et à la démagogie.
Sur la forme tout d'abord par laquelle toutes les spécialités du cinéma sont mises au service de l'histoire à relater, musique, photographie, direction d'acteurs, montage, trucage (les sms incrustés dans l'écran), pas de concession pour rendre le résultat plus facile à "vendre" ; au contraire tout est froid, glaçant même, précis, mais avec le dosage exact pour la véracité du récit.
Et le fond rejoint la forme dans son exactitude et dans son refus de la moindre compromission.
L’Exercice de l’État est un film politique sur les hommes politiques, et non sur la politique, pas question d'opposer droite et gauche, ni même d'un discours fleurant le tous pourris, sans leur chercher d'excuses et sans préjugés pesants non plus, Pierre Schoeller filme ce que peuvent être quelques journées de l'emploi du temps d'un ministre du transport et de sa garde rapprochée, du pouvoir, de l'utilisation du pouvoir, du cirque aurait dit mon aïeul.
Pour cela, il vous suffira juste d'accepter de vous faire avaler tout cru par un vieux crocodile de palais dont la lente digestion sera la clef du scénario, mais c'est déjà un peu ce qui nous arrive dans notre vie tous les jours... Et peut être qu'il nous arrive aussi de faire les vieux crocodiles !

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18379
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: L'exercice de l'état (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar Rick Blaine » 14 août 13, 10:17

homerwell a écrit :Je découvre ce soir cette belle réussite du cinéma français et du cinéma tout court qui n'est pas mort. J'aime sans réserve ce film de Pierre Schoeller parce que c'est un film courageux qui ne cède rien à la facilité et à la démagogie.


Bien d'accord avec ça!
C'était justement ma crainte de voir le film tomber dans le simplisme et la démagogie, écueils très menaçants compte tenu du sujet, et bien non, Schoeller mène parfaitement sa barque, se consacrant à l'humanité de ses personnages tout en restant toujours passionnant. un film très bien emballé, rythmé, remarquablement interprété -Gourmet et Blanc son d'une justesse épatante- c'est une excellente surprise.

Avatar de l’utilisateur
hansolo
David O. Selznick
Messages : 12613
Inscription : 7 avr. 05, 11:08
Localisation : In a carbonite block

Re: L'exercice de l'Etat (Pierre Schoeller - 2011)

Messagepar hansolo » 2 oct. 18, 22:26

Dispo sur Prime vidéo depuis aujourd'hui
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)