Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés après 1980

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Thaddeus
Ewok on the wild side
Messages : 5129
Inscription : 16 févr. 07, 22:49
Localisation : 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Thaddeus » 1 mars 15, 10:36

Film du mois de février 2015


1. La Femme Modèle (Vincente Minnelli, 1957)


Image


2. Edvard Munch (Peter Watkins, 1974)


Image


3. It Follows (David Robert Mitchell, 2014)


Image



Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Rêves de femmes (Ingmar Bergman, 1955)
Même troupe d’acteurs (construite sur le triangle Dahlbeck/Andersson/Björnstrand), mêmes interrogations autour du lien conjugal, de l’engagement, de la frivolité et de la passion, même sophistication discrète dans l’alliage de gravité amère et de légèreté libertine. Deux héroïnes, deux aventures sentimentales mises en parallèle, deux éclairages complémentaires sur la désillusion et la jalousie : une jeune modèle est courtisée par un consul d’âge mûr qui la couvre de cadeaux avant d’être confronté à sa fille froidement calculatrice, tandis que sa directrice de studio tente de ranimer la flamme de l’homme marié qu’elle n’a jamais cessé d’aimer. Au terme de cette journée en forme de mise au point, le constat sans noirceur de la faiblesse de ces messieurs et de la fragilité surmontée de ces dames. 4/6

La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Comme dans toute comédie minnellienne qui se respecte, les malentendus ne sont ici que des accélérateurs de sentiments, et le mince quiproquo boulevardier est avant tout le catalyseur de tout un réseau d’échanges culturels, artistiques ou affectifs. C’est pourquoi ce bijou est peut-être le "film de couple" idéal de son auteur, celui où il parvient le mieux à décrire, derrière les relations liant un homme et une femme, l’antagonisme entre deux mondes. Le changement d’habitude et de milieu social en est la partie la plus apparente, qui fait éclater des tensions narratives devenues inextricables et résout du même coup les conflits psychologiques. Menée tambour battant, remplie de situations hilarantes et de personnages secondaires mémorables, la réussite est aussi jubilatoire qu’étincelante. 5/6

La maison des otages (William Wyler, 1955)
Le pavillon bourgeois et coquet d’un banal quartier résidentiel, une famille modèle avec papa poule, maman au foyer compréhensive, aînée émancipée et fiston bravache. Une fois la situation posée, Wyler fait entrer le loup dans la bergerie, sous les traits d’un Bogart cruel et sans pitié, flanqué d’un bouledogue sadique. Et il laisse infuser l’angoisse au compte-gouttes, dans un régime de suspense constamment retardé qui, à défaut d’inventer quoi que ce soit, fonctionne avec l’efficacité toute éprouvée d’un jeu d’usure psychologique. Davantage que pour ses effets de surprise ou ses élans de perversité, c’est donc par sa violence sèche, l’habileté avec laquelle il exprime les mécanismes de l’anxiété, du stress et de l’épuisement nerveux que ce polar assez rondement mené emporte l’adhésion. 4/6

La blonde platine (Frank Capra, 1931)
À travers l’aventure d’un reporter désinvolte en proie aux affres de la struggle for life, qui aliène son indépendance en frayant avec les nouveaux riches, Capra esquisse déjà des ressemblances aigües avec celles de M. Deeds ou de la famille Vanderhof. Il affirme un contenu et une morale qui lui sont propres : conflit entre le conventionnel et le naturel, vanité de l’argent et du pouvoir. Reste une question parcourant toute la comédie jusqu’à la jolie prise de conscience finale : comment ce héros cynique et prêt au compromis, brillamment interprété par un sosie de Jeremy Renner, qui lutte contre le capitalisme corrupteur mais que l’on sent à chaque instant prêt de glisser vers l’arrangement social, peut-il préférer Jean Harlow au rayonnement nacré de la ravissante et sensible Loretta Young ? 4/6

Vacances à Venise (David Lean, 1955)
Il paraît que le globe-trotter David Lean considérait cette œuvre comme sa préférée, celle dans laquelle il avait mis le plus de lui-même. En jouant du contraste entre l’austère Katharine Hepburn, vivant un amour éphémère avec un latin lover archétypal, et une Venise luxuriante photographiée dans une palette à la Canaletto, en déployant autour des boutiques, des grandes places et des gondoles un brillant de carte postale, il cherche à construire une sorte d’evergreen britannique où le romantisme est indissociable d’une certaine amertume. Boom naissant du tourisme de masse, détérioration conséquente de la beauté de la Sérénissime sont dépeints avec un joyeux pessimisme qui évoquent, contre toute attente, le Tati de M. Hulot. Mais les conventions alourdissent l’entreprise. 4/6

Jungle fever (Spike Lee, 1991)
Les films de Spike Lee ont beau prendre le pouls de l’opinion publique sur des thèmes d’actualité sociale, ils agissent comme des tests pas du tout neutres et même consciemment provocateurs de révoltes imprévisibles contre le statu quo. La preuve avec ce tourbillon coloré qui remélange mille stéréotypes ethniques, enfonce le clou de la croissance chorale, des ruées horizontales ou verticales de la caméra, des insultes en slang truffant les dialogues comme des salves, logorrhées contre l’ennemi par laquelle chacun affirme son identité et fixe son territoire individuel. C’est le problème de l’incompatibilité et des préjugés interraciaux qui intéresse l’auteur, non son accommodement, et si son propos est parfois brouillon et schématique, le pessimisme de son constat s’exprime avec une séduisante combativité. 4/6

Edvard Munch (Peter Watkins, 1974)
Entre le précurseur du reportage fictif et le fils de Loeten qui ouvrit la voie de l’expressionnisme, tous deux rebelles et intellectuels, tour deux briseurs d’images pour qui créer, c’est démanteler une tradition perceptive, plastique ou filmique, la rencontre est plus que fructueuse. Watkins pénètre le mental d’un artiste révolutionnaire, visualise l’omniprésence mortifère des traumatismes de son enfance comme ceux de sa vie amoureuse, dissèque le rapport organique qu’il entretient à la peinture. La modernité de ses dispositifs lui permet d’englober les mutations culturelles et les carcans socio-psychologiques, les engagements politiques et les turbulences intimes, et d’analyser en profondeur, avec une puissance esthétique blafarde et hallucinée, la douloureuse conscience de l’homme au monde. 5/6

Beau fixe sur New York (Stanley Donen & Gene Kelly, 1955)
Retour des trois soldats d’Un Jour à New York, pour une suite dont le ton amer et sarcastique tranche sur son époque. Sur le plan de la production six ans ont passé – le temps est long pour un genre qui amorce déjà son déclin. Le postulat est assez grinçant, donc original, qui fait des retrouvailles entre camarades après dix ans de séparation l’objet d’une sévère désillusion, de macérations moroses, d’allégations cafardeuses et mesquines, complètement à rebours de l’ode attendue à l’amitié (avant que la pirouette finale ne remette les choses dans le droit chemin). Si l’on ajoute à cela que la télévision-spectacle a prend savoureusement pour son grade et que la drôlerie tient du décalage entre les conventions et leur traitement, cette comédie musicale affiche suffisamment d’atouts pour emporter l’adhésion. 4/6

American sniper (Clint Eastwood, 2014)
On l’a compris depuis longtemps, ce n’est pas sur ses vieux jours qu’Eastwood cessera d’être le défricheur des ambigüités de son pays. En se penchant sur le dernier conflit dans laquelle les USA se sont impliqués, il livre un film de guerre d’une solide efficacité, tord le cou aux clairons triomphalistes et adopte un regard oblique, déformé, imprégné par une idéologie inoculée de génération en génération. L’amertume de Zero Dark Thirty n’est finalement pas si loin, mais elle ne se s’exprime pas avec la même sécheresse ni avec la même densité : souscrivant à une fonctionnalité parfois un peu fade aux lieux communs de tout récit de retour traumatique, le cinéaste n’en développe pas moins un propos dont l’équivocité de point de vue et le flou politique demeurent paradoxalement la principale qualité. 4/6

Diner (Barry Levinson, 1982)
Baltimore, décembre 1959. Cinq adolescents traînent dans leur resto favori, bullent les lendemains de cuite, cumulent les paris idiots, refont le monde, parient sur les équipes de foot. Ça discute, ça déconne, ça délire sur le boulot, les études, les parents, les films, le célibat contre le mariage, Sinatra contre Presley, les Colts contre les Giants et – en fait – la difficulté de devenir raisonnable et responsable. Une vraie chronique donc, avec Cadillac pistache, look American Graffiti et BO nostalgique, comme l’étape intermédiaire entre American College (en moins régressif) et Les Copains d’abord (en moins chaleureux). Levinson réussit plutôt bien le jump pour chacun de ses personnages, qu’il soit puceau ou tombeur, futur père ou barjot : les multiples facettes d’un pays à la recherche de son proche passé. 4/6

Le doulos (Jean-Pierre Melville, 1962)
Par la complexité du récit, l’alternance des points de vue et des ellipses, ce film peut être pris pour de la manipulation alors qu’il s’agit d’un jeu de reconstruction mentale, comme un puzzle que le spectateur assemblerait différemment à chaque vision. Difficile de résumer son intrigue toute en sinuosités, trompe-l’œil et bifurcations, qui finit par atteindre au tragique pur. Le cinéaste y dévoile sa fascination pour les personnages doubles, organisant une valse de menteurs où les gangsters se jouent de la police mais ont intérêt à rester le dos au mur. L’œuvre est parfaitement accomplie et maîtrisée, plongeant dans une sorte de léthargie envoûtante, mais je ne peux m’empêcher d’être mal à l’aise devant un propos qui semble légitimer les pires saloperies (torture et meurtres) au nom de l’honneur et de l’amitié. 4/6

Rétribution (Kiyoshi Kurosawa, 2006)
S’il est un adjectif qui définit le cinéma de Kurosawa, dans tous les sens du terme, c’est bien spectral. Chaque élément, des ambiances vaporeuses à la contamination des images par des outre-mondes inquiétants, conduit à l’impression diffuse d’une réalité en doublure de la notre. Dans cette enquête policière pleine de directions tronquées et de pistes inabouties, où le décor de Tokyo devient consubstantiel d’une introspection engourdie par l’oubli et la culpabilité, les fantômes constituent les ombres vengeresses d’un passé sinistre. L’enjeu est donc abstrait, symbolique, mais il est transcendé par l'angoisse latente infusée dans chaque plan, par l'esthétique ténébreuse d’une image zébrée d'un rouge d'enfer, par le poids d’une trajectoire individuelle minée par une solitude, un abandon tout contemporains. 5/6

Médée (Pier Paolo Pasolini, 1969)
Après Œdipe Roi, Pasolini poursuit sa représentation des civilisations antiques qui éclairent tout à la fois ce que nous sommes aujourd’hui que et ce que nous avons perdu. Cette Médée dévastée par la confrontation avec une culture étrangère symbolise la nostalgie consciente du cinéaste pour le rapport qu’entretenaient les êtres mythiques avec la Nature. De ce conflit, le Centaure bifrons, tantôt païen soumis aux dieux, tantôt homme et sceptique moderne, est le reflet. L’originalité de l’esthétique, surtout sensible dans la dimension "art brut" du monde barbare, le style archaïsant associé aux niveaux allégoriques de la mise en scène, le mélange ou la réitération des temps et des espaces (voir la scène prémonitoire qui se répète dans son accomplissement réel), tout participe d’une certaine fascination. 4/6

J’entends plus la guitare (Philippe Garrel, 1991)
Même avec de la bonne volonté, même lorsqu’on se surprend de temps en temps à apprécier tel mouvement du cœur, telle assertion poétique sur l’amour-la solitude-le regret, rien n’y fait : se frotter à l’approche littéraire de Garrel tient davantage de l’épreuve d’endurance que de l’abandon émotionnel. Parce que filmer les effluves d’un bonheur enfui, cette harmonie violente des années soixante dans laquelle le temps a mordu, l’amante qui reste quelque part dans la vie, comme une épine de vérité, les mots qui se vident et les regards qui s’échappent, dans l’idée, c’est joli. Mais se coltiner tous ces clichés moroses sur le couple qui se délite et la passion qui fait mal, baragouinés par des personnages neurasthéniques au sein de taudis sinistres, c’est la plupart du temps assez pénible. 3/6


Et aussi :

It follows (David Robert Mitchell, 2014) - 5/6
Je suis un évadé (Mervyn Leroy, 1932) - 4/6
L'enquête (Vincent Garenq, 2014) - 4/6
Vincent n'a pas d'écailles (Thomas Salvador, 2014) - 4 /6
Hungry hearts (Saverio Costanzo, 2014) - 4/6



Image



Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Janvier 2015 - Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014 - Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014 - Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014 - Zardoz (John Boorman, 1974)
Septembre 2014 - Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014 - Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Dernière édition par Thaddeus le 17 mars 17, 09:46, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Vic Vega
Lee Marvin Fan
Messages : 3260
Inscription : 15 avr. 03, 10:20
Localisation : South Bay

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Vic Vega » 1 mars 15, 11:51

Mois de février plus consacré aux séries. Peu de films vus en conséquence. Mais un film du mois en forme de grosse surprise. Les productions du studio Kadokawa ont en effet rarement brillé par leur tenue artistique. Et, même s'il établissait Matsuda Yusaku en tant qu'icône du macho cool nippon de la fin des années 70, Resurrection of the golden wolf, signé du même Murakawa Toru, était très loin d'être du bon cinéma. Mais The Beast to die se révèle une déclinaison convaincante d'un sujet qui fit les beaux jours du cinéma américain des années 70, celui du retour (pas forcément facile) au pays après avoir cotoyé l'horreur de la guerre. Il le doit un peu à la mise en scène cette fois potable de Murakawa et beaucoup à l'interprétation de Matsuda. Lequel n'avait donc pas attendu de bifurquer vers le cinéma d'auteur pour montrer ses capacités d'acteur.
ImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
cinéfile
Machino
Messages : 1153
Inscription : 19 avr. 10, 00:33
Localisation : Bourges

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar cinéfile » 1 mars 15, 13:01

Mon TOP du mois :

1- It Follows (David Robert Mitchell, 2015)

Image

2- Mysterious Skin (Gregg Araki, 2005)

Image

3- Phoenix (Christian Petzold, 2015)

Image

4- Les Marchands de Sable (Pierre Salvadori, 2000)

Image

5- L'Ami de Vincent (Pierre Granier-Deferre, 1983)

Image

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17628
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Kevin95 » 1 mars 15, 13:42

Un mois de février plutôt "sec" en raison d'un mois plus court certes, mais aussi d'un taf qui occupe un terrain très (trop) important.

Top 5 Découvertes :

1. A la mémoire du rock (François Reichenbach, 1963)

Image

Couronnement donc de ce petit bijoux d'une quinzaine de minutes se posant comme à la fois un échantillon et un témoignage au présent des années 60 et en même temps, un regard amusé (à la limite de l'ironie) et mélancolique (il plane comme un malaise autours de cette joie adolescente) sur la jeunesse française du début de la décennie. On peut y sentir un parfum pré-68 dans le contraste entre un trop plein d’énergie juvénile et l'incompréhension totale des figures de l'autorité.

2. Le Bossu (Philippe de Broca, 1997)

Image

On pourra toujours discuter les qualités ou non (coucou Mr Fox) de la version "patrinoinesque" d'André Hunebelle, cette version ci qui n'a pas connue des honneurs de la reconnaissance ni critique ni public (semi-succès en salles de mémoire) est pourtant une des plus belles réussites du cinéma populaire et romanesque de ces dernières années. Alors que sa décennie 80-90 est en dents de scie, de Broca retrouve le Panache de Cartouche et propose une lecture du roman de Paul Féval plus fun ("j'ai glissé sur un macaron, ça amuse quelqu’un ?"), plus émouvante (ahhh l'utilisation du Cavalleria rusticana), plus trépidante. Ce Bossu n'a vraiment pas à rougir mis à coté des films de Jean-Paul Rappeneau de la même époque.

3. Gunfight at the O.K. Corral (John Sturges, 1957)

Image

Classique du western que je découvre seulement maintenant dans une copie flamboyante (BR oblige), Gunfight at the O.K. Corral propose les ingrédients principales du western de haute tenue : duo de comédiens à tomber, une musique tonitruante, une réalisation carrée et des passages obligés succulents (l'intro avec Lee Van Cleef est topissime). Du très très bon boulot.

4. Out of the Blue (Dennis Hopper, 1980)

Image

Un film punk sans les artifices grossiers des films ayant voulut retranscrire les thèmes liés à ce courant. Non Hopper ne filme pas des anglais crâne rasé mais une ado paumée dans une Amérique de bouseux (là même qui sait si bien accueillir les motards d'Easy Rider). Pas de mélancolie mais une rage et une détresse plutôt marquants et au final peut être le film le plus touchant de son auteur. A noter une fin qui fait échos au film phare d'Hopper (Easy Rider donc).

5. Hombre (Martin Ritt, 1967)

Image

Malgré un rythme par moment lent, Hombre est un excellent western porté principalement par un Paul Newman charismatique en métis froid comme un glaçon. La formule est tarte à la crème mais ce récit pourtant très classique (celui du convoi attaqué par des bandits) se laisse par moment aller vers une modernité (une nymphomane, une violence frontale) héritière des italiens qui annonce tout le courant dit crépusculaire des années 70. Martin Ritt est décidément un cinéaste très intéressant.

Rayon flop pas grand chose (vu le nombre de film) hormis un film trouvé à un euro dans un Noz affichant la promesse d'une comédie fun made in 80's mais qui s'avère être qu'une production nunuche pour adolescente de l'époque à peine sauver de l'ennui par une bande son sympa et le cabotinage James Deanesque de Nicolas Cage (à ses débuts) : Valley Girl.

Spoiler (cliquez pour afficher)
Liste des films découverts (ou presque) :

9,5/10

A la mémoire du rock (François Reichenbach, 1963)

9/10

Le Bossu (Philippe de Broca, 1997)

8,5/10

Gunfight at the O.K. Corral (John Sturges, 1957)
Out of the Blue (Dennis Hopper, 1980)

8/10

Hombre (Martin Ritt, 1967)
Temporale Rosy (Mario Monicelli, 1980)
J'ai tout donné (François Reichenbach, 1972)
Lover Come Back (Delbert Mann, 1961)
Red Scorpion (Joseph Zito, 1988)

7,5/10

Cover Girl (Charles Vidor, 1944)
Find Me Guilty (Sidney Lumet, 2006)

7/10

Quella dannata pattuglia (Roberto Bianchi Montero, 1969)
Pari e dispari (Sergio Corbucci, 1978)
Thunder (Fabrizio De Angelis, 1983)

6,5/10

Black Eagle (Eric Karson, 1988)
Medicine Ball Caravan (François Reichenbach, 1971)

4/10

Valley Girl (Martha Coolidge, 1983)


Liste des films revisionnés :

7,5/10

Silent Rage (Michael Miller, 1982)
Silent Running (Douglas Trumbull, 1972)

7/10

The Keep (Michael Mann, 1983)
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 1 mars 15, 13:45

Oui le De Broca est une belle réussite. Content aussi pour le Sturges ainsi que pour Lover come Back 8)

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17628
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Kevin95 » 1 mars 15, 14:20

Jeremy Fox a écrit :Content aussi pour le Sturges ainsi que pour Lover come Back 8)


Sans être dans cette secte étrange des adorateurs de cette cabotine de Doris Day, ce fut effectivement un très agréable surprise. Je l'ai trouvé plus drôle et fou que Pillow Talk (alors qu'en gros on a la même histoire) surtout grâce à Rock Hudson qui fait le film puisque la Day est mise en retrait à la fois par le scénario mais aussi par le show du comédien masculin... mais est-ce vraiment un mal (et heureusement Tony Randall n'a qu'un rôle anecdotique) ? :uhuh:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
semmelweis
Accessoiriste
Messages : 1688
Inscription : 10 févr. 09, 21:30
Localisation : Bordeaux

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar semmelweis » 1 mars 15, 14:23

Mon top du mois de février:

FILM DU MOIS
Image
Réalité,Quentin Dupieux

2/
Image
It follows,David Robert Mitchell

3/
Image
American Sniper,Clint Eastwood

4/
Image
The Shout,Jerzy Skolimowski

5/
Image
Rubber,Quentin Dupieux

6/
Image
Demolition Man,Marco Brambilla

Prix du nanar:
Image
Cyborg,Albert Pyun

Récapitulatif du mois:
Film découverts
Rush,Ron Howard(DVD) 6/10
Imitation Game,Morten Tyldum(Ciné) 5/10
Raw Deal,John Irvin(Blu Ray) 4/10
Cyborg,Albert Pyun(DVD) 3/10 (note nanar)
The Specialist,Luis Llosa(Blu Ray) 5/10
Frank,Lenny Abrahamson(Ciné) 6,5/10
The Shout,Jerzy Skolimowski(Ciné) 7,5/10
It follows,David Robert Mitchell(Ciné) 8/10
Tango and Cash,Andrei Konchalovsky(DVD) 6,5/10
Jupiter Ascending,Andy et Lana Wachowski(Ciné) 3,5/10
Demolition Man,Marco Brambilla(Blu Ray) 7/10
The Theory of Everything,James Marsh(Ciné) 6/10
Rubber,Quentin Dupieux(DVD) 7/10
American Sniper,Clint Eastwood(Ciné) 8/10
Réalité,Quentin Dupieux(Ciné) 8/10
Fifty Shades of Grey,Sam Taylor-Johnson(Ciné) 2/10

Films revus:
Die hard,John McTiernan(Blu ray) 8,5/10

Séries TV:
Borgia saison 1 en cours
Hannibal saison 2 en cours

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 1 mars 15, 14:28

Kevin95 a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Content aussi pour le Sturges ainsi que pour Lover come Back 8)


Sans être dans cette secte étrange des adorateurs de cette cabotine de Doris Day, ce fut effectivement un très agréable surprise. Je l'ai trouvé plus drôle et fou que Pillow Talk (alors qu'en gros on a la même histoire) surtout grâce à Rock Hudson qui fait le film puisque la Day est mise en retrait à la fois par le scénario mais aussi par le show du comédien masculin... mais est-ce vraiment un mal (et heureusement Tony Randall n'a qu'un rôle anecdotique) ? :uhuh:



Si j'avais su :evil:


Spoiler (cliquez pour afficher)
:mrgreen:


Mais sinon oui nous serons au moins d'accord là-dessus : Rock Hudson avait vraiment un don pour la comédie. Il faut voir le film de Mulligan aussi avec Lollobrigida. Il y est hilarant.

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17628
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Kevin95 » 1 mars 15, 14:33

Sans parler d’allergie, disons que ses grimaces (même lorsque la situation est dramatique comme dans le Hitchcock) m'exaspèrent. Mais alors je suis de plus en plus sceptique quand au Hudson bashing tant le bonhomme ne cesse de m'étonner (faut dire, en deux mois je passe du brutal Hornets' Nest à la friandise Lover Come Back).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 1 mars 15, 14:34

Kevin95 a écrit :Sans parler d’allergie, disons que ses grimaces (même lorsque la situation est dramatique comme dans le Hitchcock) m'exaspèrent. Mais alors je suis de plus en plus sceptique quand au Hudson bashing tant le bonhomme ne cesse de m'étonner (faut dire, en deux mois je passe du brutal Hornets' Nest à la friandise Lover Come Back).



Oui donc je te conseille aussi rendez-vous de septembre : en plus c'est sacrément dépaysant : l'Italie estivale

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17628
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Kevin95 » 1 mars 15, 14:40

Jeremy Fox a écrit :
Kevin95 a écrit :Sans parler d’allergie, disons que ses grimaces (même lorsque la situation est dramatique comme dans le Hitchcock) m'exaspèrent. Mais alors je suis de plus en plus sceptique quand au Hudson bashing tant le bonhomme ne cesse de m'étonner (faut dire, en deux mois je passe du brutal Hornets' Nest à la friandise Lover Come Back).



Oui donc je te conseille aussi rendez-vous de septembre : en plus c'est sacrément dépaysant : l'Italie estivale


Je note même si... Gina Lollobrigida quoi. :fiou:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85676
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jeremy Fox » 1 mars 15, 14:42

Kevin95 a écrit :
Jeremy Fox a écrit :
Kevin95 a écrit :Sans parler d’allergie, disons que ses grimaces (même lorsque la situation est dramatique comme dans le Hitchcock) m'exaspèrent. Mais alors je suis de plus en plus sceptique quand au Hudson bashing tant le bonhomme ne cesse de m'étonner (faut dire, en deux mois je passe du brutal Hornets' Nest à la friandise Lover Come Back).



Oui donc je te conseille aussi rendez-vous de septembre : en plus c'est sacrément dépaysant : l'Italie estivale


Je note même si... Gina Lollobrigida quoi. :fiou:


Oui moi aussi ça ne me plaisait pas trop mais franchement le film est très drôle.

Si ça peut te donner envie
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jeremy Fox a écrit :Image

Rendez-vous de septembre (Come September, 1961)

Cathy a écrit :Un homme d'affaires américain vient en villégiature dans sa villa italienne plus tôt que prévu. En effet chaque septembre, il vient et retrouve sa compagne d'un mois, une italienne passionnée. Son majordome transforme également sa villa en hôtel de luxe quand il n'est pas là et l'accueil de deux groupes de jeunes gens va perturber toutes ces habitudes.
Robert Mulligan signe une comédie sans prétention mais fort agréable sur fond de cette Italie qui séduit tant le cinéma américain, avec ses paysages noyés de soleil, ses villas somptueuses, ses vespas, mais aussi avec ces personnages, bien caractérisés. L'homme d'affaires qui a des principes et des habitudes et dans lequel Rock Hudson est particulièrement à l'aise. Certes la scène de la poursuite dans un camion de volatiles est un hommage à Howard Hawks, comment ne pas penser en voyant cette scène à Bringing up Baby. Evidemment Rock Hudson est là encore utiliser comme un Cary Grant de substitution, mais il est quand même excellent dans le rôle. A ses côtés Gina Lollobrigida est séduisante à souhait dans son rôle d'italienne passionnée. Robert Mulligan prouve aussi avec l'excellent Walter Slezak qu'on peut être un second rôle drôle sans en faire des tonnes. Sandra Dee et Bobby Darin complètent parfaitement le casting, avec leurs rôles de jeunes dans lequel se retrouvent en écho les deux "adultes". C'est donc une comédie sympathique, plutôt drôle même si ce n'est pas hilarant qui fait passer un très agréable moment. A noter que les passages en italien ne sont pas sous-titrés volontairement ce qui permet le quiproquo final. Alors certes, certains rebondissements sont attendus, mais le film est fort agréable.


Merci de m'avoir donné envie de voir ce film :D

Le genre de comédie (sans prétention autre d'amuser pendant 2 heures -mais je n'en attends pas plus non plus-) dont je raffole avec un script d'un des scénaristes les plus doués dans le genre, Stanley Shapiro (Operation Peticoat, Pillow Talk, Lover come back...) en duo avec celui des Panthères roses, Maurice Richlin. Comédie qui prend son temps pour présenter les personnages, installer les situations et les quiproquos et qui ne laisse ensuite aucun répit sans pour autant être trépidante, se délectant au passage des paysages, laissant les acteurs s'amuser. J'ai trouvé cette comédie lumineuse (sublime photographie de William Daniels qui se délecte, et nous aussi, des paysages italiens baignés de soleil), charmante (superbe casting de jeunes et de moins jeunes avec une Gina Lollobridgida que je ne m'attendais pas à voir aussi pétillante) et très drôle (les dialogues sont excellents et Rock Hudson prouvait à nouveau que la comédie était son genre de prédilection) sans effectivement que ce soit hilrarant. Mais si on ne rit pas sans cesse, le sourire est constamment présent et c'est pour moi l'essentiel ; ce sont d'ailleurs les comédies que je revois le plus souvent sans me lasser contrairement aux Screwballs dont je me lasse généralement dès la deuxième vision.

Dernière chose : j'ai rarement vu une copie aussi belle sur support DVD. La photo de William Daniels et la campagne italienne bénéficient du plus bel écrin possible.

Avatar de l’utilisateur
Frances
Assistant opérateur
Messages : 2592
Inscription : 3 oct. 12, 20:24

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Frances » 1 mars 15, 14:44

cinéfile a écrit :Mon TOP du mois :


2- Mysterious Skin (Gregg Araki, 2005)

Image




Il faut vraiment que je les vois celui-là. J'attends que le br fasse partie d'une promo.

Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Messages : 19947
Inscription : 31 déc. 04, 14:17
Localisation : Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Jack Carter » 1 mars 15, 14:47

sorti en blu, tu es sur ?

Avatar de l’utilisateur
Frances
Assistant opérateur
Messages : 2592
Inscription : 3 oct. 12, 20:24

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Messagepar Frances » 1 mars 15, 15:07

Jack Carter a écrit :sorti en blu, tu es sur ?


ah bah après vérification il existe qu'en dvd mais il est cher :?