Le Cinéma muet

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Kurtz

Messagepar Kurtz » 3 avr. 04, 15:25

Calino veut être cow-boy, 1911
Onésime sur le sentier de la guerre, 1913
Pendaison à Jefferson City, 1911
Le railway de la mort, 1912
Coeur ardent, 1912


Tous réalisés par Jean Durand.
Ce sont des westerns tournés en Camargue et interprétés par Joë Hamman, star de l'époque dont beaucoup ont oublié le nom aujourd'hui (sauf Jeremy Fox qui est le père de Joë Hamman). Joë Hamman dont la vie, comme celle de beaucoup de pionniers du cinéma est un véritable roman. Né à Paris, parti de chez lui à 17 ans pour aller vivre au Far-West avant de revenir en France pour tourner des films, il a notamment cotoyé Buffalo Bill et Maupassant.
Il mettra son expérience d'aventurier de l'ouest (de cow-boy quoi...) au service de ses films, les premiers westerns français. Les historiens du cinéma affirment d'ailleurs souvent que les premiers westerns français, bien que tournés en Camargue, sont plus authentiques que les premiers westerns américains tournés aux alentours de New-York avec des acteurs qui ne savaient souvent pas monter à cheval.
Voilà pour les éclaircissements sur le personnage.

Maintenant les films...Bon, bah c'est pas très brillant. Durand n'était pas vraiment un génie de la caméra. Il a du mal à raconter une histoire avec sa caméra. Ses histoires, bien que toujours très simples, sont peu claires à cause d'un montage (peut-on parler de montage ? ) trop elliptique. En fait, les images ne signifient pas grand chose, le scénario est raconté avec les cartons. or, il y a peu de cartons. ce qui pourrait être un gage de qualité si on comprenant malgré tout correctement l'histoire. ne pas chercher trop de cohérence...
Quant à la "star", Joë Hamman, ce n'est pas un monstre de charisme. Cependant, c'est à ses talents de cascadeur que l'on doit les meilleurs moments de ces films. Sauter d'un cheval sur un train en marche, traverser une rivière à cheval...bref, plein de trucs de cow-boys.
A ce titre, le meilleur film des cinq est sans doute Le railway de la mort. un film en plus assez pessimiste car il se termine par la mort des deux protagonistes dévorés par leur cupidité. 15 avant Von Stroheim et ses Rapaces.


Image


james, tu connais Joë Hamman ?

Stéphane Derdérian
Stagiaire
Messages : 31
Inscription : 30 mars 04, 22:24

et moi et moi et moi

Messagepar Stéphane Derdérian » 5 avr. 04, 23:07

Bon, je me lance, car après on me dire que je parle que de Bava.

1) L'HOMME QUI RIT DE PAUL LENI (peut-être le plus beau film de tous les temps)

Puis sans ordre de préférence (quoi que...)

2) LE GOLEM (troisième version de PAUL WEGENER)
3) L'AURORE
4) NOSFERATU
5) L'INCONNU + WEST OF ZANZIBAR
6) LA CHARETTE FANTÔME
7) LES PREMIERS FILMS DE OZU (lesquels sont les précurseurs du néo-réalisme italien, si l'on puis dire !)
8) LE CABINET DU DOCTEUR CALIGARI
9) LE MONDE PERDU
10) ?

Bon voilà.

A+

Avatar de l’utilisateur
Xavier
BJCQJVFMGMM
Messages : 6532
Inscription : 5 juin 03, 01:49

Messagepar Xavier » 6 avr. 04, 01:28

J'ai justement accompagné l'Homme qui rit la semaine dernière au Centre Wallonie Bruxelles; petit compte-rendu: il n'y avait pas grand monde mais les gens présents avaient l'air ravis.
Je ne mettrais pas le film aussi haut que toi mais je trouve également que c'est un très beau film; pendant une scène de concert au palais où on voit nombre des sujets de la reine en train de bailler je me suis amusé à faire une fugue bien académique sur le God save the Queen!
Sinon la scène de poursuite finale est difficile à tenir, car elle est très longue, difficile dans l'accompagnement de ne pas s'essoufler et de se renouveller.
C'est avec un grand plaisir que je l'accompagnerai de nouveau au festival d'Anères (dans les Pyrénées) en mai.
Sinon le Monde perdu passe demain soir dans ce même centre Wallonie Bruxelles (coordonnées dans mon topic rubrique Littérature et Musique), accompagné par mon prof, Jean-François Zygel; avant d'y aller j'avais peur que ce film soit mauvais, apparemment pas tant que ça? :wink:

Stéphane Derdérian
Stagiaire
Messages : 31
Inscription : 30 mars 04, 22:24

Messagepar Stéphane Derdérian » 6 avr. 04, 08:46

J'ai vu L'homme qui rit en copie restaurée et muet à la Cinémathèque Française. J'ai trouvé le film beau à en pleurer. Visuellement magnifique, certes, mais touchant, très intense au niveau émotionnel.

Conrad Veidt est digne des plus grands (mais n'est-il pas tout simplement un des plus grands ?).

Comme je l'expliquais à mon entourage parès la vision de ce film, le cinéma aurait pu s'arrêter en 1928.

Mais pour être franc, je pense que ce genre de film n'a pas besoin d'accompagnement, ou plutôt que l'accompagnement doit intégralement respecter la partition de l'époque, si il y en avait une à l'époque.

J'ai cependant l'impression que vous jugez ce film en tant qu'accompagnateur, ce qui me semble très décevant de la part d'un artiste. Vous parlez de la longueur d'une scène d'un point de vue "d'un musicien", ce qui est curieux, voire inquiétant.

Lorsque je vois un film muet, j'évite les accompagnements souvent indignes. Imaginez la version muette des DIX COMMANDEMENTS avec du bricolage ou une improvisation ; je crois que cela aurait été à l'encontre du travail de DeMille.

Pour en revenir à L'HOMME QUI RIT, lors de la scène du tribunal, j'ai eu les larmes aux yeux (et pas que moi d'ailleurs ! ). Comme quoi un muet n'a pas besoin de surplus. Si c'est un film rarissime, ou bien projeté dans des conditions exceptionelles je veux bien faire l'effort. Mais j'ai souvent été très en colère par des compositeurs qui s'engoufraient dans leurs propres créations débiles et souvent inaudibles pour un spectateur et qui se moquaient éperdument des émotions qu'ils foutaient en l'air à cause de leurs mépris pour le cinéma.

J'ai quand même vu LARMES DE CLOWNS avec de la musique életronique expérimentale, et c'est vrai que cela fonctionnait plutôt bien. Je crois surtout que les auteurs étaient conscients du genre de film qu'ils voyaient et qu'ils sont particulièrement bien appliqués. C'est un peu l'exception qui confirme la règle, à mon sens.

Sinon, lors de la rétrospective sur Tod Browning qui a eu lieu à Paris il trois ou quatre ans, j'ai (re re re) vu L'INCONNU dans les mêmes conditions et c'était un massacre total. En fait, il s'agissait d'une improvisation faite par un fils de pute qui n'a pas compris le sens du film. Plus grave : le public était uniquement venu plus pour écouter cette andouille massacrer un chef d'œuvre que pour découvir ou redécouvrir un film tout bonnement immense.

Dans les films muets préférés il y a LA CHUTE DE LA MAISON USHER (mais pas la version sonorisée, attention !) qui est l'un des plus remarquables films d'angoisse jamais fait en France. J'ai revu une version écourtée et sonorisée. Mais le montage était différent. Il faut donc faire attention à la version qui est projetée.

LE MONDE PERDU est un très grand classique. C'est un film merveilleux aux trucages splendides. Je ne l'ai pas indiqué, mais c'est un de mes préférés. J'avais même achté un cassette aux USA il y a bien douze ans de cela. Je le condidère plus comme un film "de dinosaures". Le coté muet muet pour moi, n'en fait pas un film "muet" ! Comprenne qui voudra !
C'est un tour de force technique et artistique. Spielberg n'a qu'a bien se tenir ! Peut-être ce genre de film accpete-t-il mieux des accompagnements modernes du fait qu'il absolument ludique !

Stéphane Derdérian

Kurtz

Messagepar Kurtz » 6 avr. 04, 10:05

tu écris que tu n'as pas été gêné par l'accompagnement électronique de Larmes de clown mais il faut dire que celui-ci est très discret. il ne dessert pas le film mais il ne le sert pas beaucoup non plus...

Enfin, le pire accompagnement que je me suis tapé, ça a été avec Le procès de Jeanne d'arc de Dreyer. Un truc contemporain expérimental atroce à base de cris d'oiseaux ( ! ). c'est horrible de bousiller la travail d'un réalisateur du muet à cause de pseudo expérimentations sonores.
j'ai d'ailleurs coupé le son au bout de quelques dizaines de minutes, j'ai mis Wish you were here de Pink Floyd à la place :lol: ça m'a quand même saboté ce film, que je déteste toujours d'ailleurs.

Avatar de l’utilisateur
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Messages : 14624
Inscription : 19 nov. 03, 11:32
Localisation : Au manoir de Ban

Messagepar Cathwoman » 6 avr. 04, 10:23

Je pense que c'est en partie pour ça que les films de Chaplin sont géniaux : vers la fin de sa vie, il a repris tous ses films un par un pour composer lui-même une musique qui colle à l'action.
En les voyant, on a presque pas l'impression de regarder un muet tellement la musique fait partie intégrante du film. :D

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Messagepar phylute » 6 avr. 04, 10:25

Stéphane Derdérian a écrit :Mais pour être franc, je pense que ce genre de film n'a pas besoin d'accompagnement, ou plutôt que l'accompagnement doit intégralement respecter la partition de l'époque, si il y en avait une à l'époque.


Un peu agressif Mr. Derdérian...

Rien n'interdit à un musicien de faire une composition sur un film muet. Même dans le cas extrème ou le film ne sert que de support à cette composition, je ne vois vraiment pas où est le mal. Excuses-moi, mais j'ai toujours un peu de mal avec les gardiens du temple.

J'ai cependant l'impression que vous jugez ce film en tant qu'accompagnateur, ce qui me semble très décevant de la part d'un artiste. Vous parlez de la longueur d'une scène d'un point de vue "d'un musicien", ce qui est curieux, voire inquiétant.


Xavier parle de son ressenti face à l'accompagnement qu'il a du faire sur ce film, il n'en a pas fait une critique ! Avoir eu du mal à tenir son accompagnement durant la scène de poursuite est une remarque sur son travail et non sur celui de Paul Leni.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Avatar de l’utilisateur
Xavier
BJCQJVFMGMM
Messages : 6532
Inscription : 5 juin 03, 01:49

Messagepar Xavier » 6 avr. 04, 11:55

Alors Stéphane:
1/ Je te trouve très agressif: je n'ai absolument pas critiqué la scène finale, j'ai dit (mais apparemment phylute l'a compris donc je ne m'étais pas mal exprimé) qu'elle était difficile à tenir, il faut soutenir l'action sans la surcharger ni s'essouffler.
Tu critiques presque d'avance mon travail sans m'avoir écouter.
Sache que justement notre travail est de respecter le film et de soutenir par moments l'action, par moments la psychologie, et par moments d'offrir un contrepoint à l'image, sans jamais la noyer ni la dénaturer.
Sur tous les films que j'ai vus la semaine dernière accompagnés au piano, je peux te dire que ce que j'ai entendu est 100 fois meilleur que ce qu'on a sur des DVDs comme Caligari ou le dernier des hommes.

2/ Tu es complètement à côté de la plaque.
Tu sembles être une sorte de puriste; tu veux ce qui se faisait à l'époque. Eh bien sache que la plupart du temps c'était pas jojo.
Lorsqu'il y avait une scène d'amour par exemple, le chef regardait dans ses tirois, il avait 10 scènes d'amour à sa disposition, il en prenait une et basta! Si la durée n'était pas bonne on la coupait à l'arrache, et si durant la scène d'amour en question il se produit un évènement particulier eh bien la musique ne suit plus du tout ce qui se passe, et le décalage peut être choquant. Les seuls moments qui étaient mieux adaptés c'était justement ceux où le pianiste improvisait car là il pouvait coller à l'image.
Quand on voit le DVD de Caligari par exemple, justement la musique qui s'y trouve est un exemple de ce qui se faisait à l'époque; des extraits de musique composée à l'avance et pas pour ce film, dans un style wagnérien-straussien ampoulé très mal fichu qui ne convient pas du tout au film, et qui le détruit même carrément; je me suis appliqué en l'accompagnant à chercher un style qui collait à l'esthétique du film, quelque chose d'étrange, mais surtout sans surcharger car le film n'en a pas besoin.
Va écouter des musiciens comme Escaich, Zygel, Eric Le Guen (les 2 premiers sont mes profs), et tu verras que notre soucis en tant qu'improvisateur est de servir le film, et non notre musique (même si des bribes du style de chacun peut ressortir inévitablement), il y a la composition et l'improvisation libre pour ça!

Avatar de l’utilisateur
Xavier
BJCQJVFMGMM
Messages : 6532
Inscription : 5 juin 03, 01:49

Messagepar Xavier » 6 avr. 04, 12:00

Cathwoman a écrit :Je pense que c'est en partie pour ça que les films de Chaplin sont géniaux : vers la fin de sa vie, il a repris tous ses films un par un pour composer lui-même une musique qui colle à l'action.
En les voyant, on a presque pas l'impression de regarder un muet tellement la musique fait partie intégrante du film. :D


En effet je trouve ses musiques assez bonnes. (quoiqu'il faut savoir qu'il avait des arrageurs, orchestrateurs, etc... ce n'est pas vraiment lui qui composait la musique)
Elles comportent toutefois la particularité d'être faites de "numéros", c'est un système qui peut bien marcher mais qui a ses limites, car les morceaux sont évidemment tout à fait dans le ton, mais la musique ne suit pas toujours de près l'image; ce qui n'est pas forcément non plus gênant, mais c'est une technique qui a ses limites.
Evidemment il faut également se méfier de l'excès de description, surtout dans un film qui n'est pas comique ou burlesque.

Kurtz

Messagepar Kurtz » 6 avr. 04, 12:04

Xavier a écrit :Sur tous les films que j'ai vus la semaine dernière accompagnés au piano, je peux te dire que ce que j'ai entendu est 100 fois meilleur que ce qu'on a sur des DVDs comme Caligari


:shock: :shock: :shock: :shock:

La musique sur le DVD de Caligari tue la gueule !!!

Je crois même que c'est la partition originale.

En tout cas, cette musique symphonique contribue grandement à l'ambiance exceptionnelle du film.

Kurtz

Messagepar Kurtz » 6 avr. 04, 12:08

Xavier a écrit :
Cathwoman a écrit :Je pense que c'est en partie pour ça que les films de Chaplin sont géniaux : vers la fin de sa vie, il a repris tous ses films un par un pour composer lui-même une musique qui colle à l'action.
En les voyant, on a presque pas l'impression de regarder un muet tellement la musique fait partie intégrante du film. :D


En effet je trouve ses musiques assez bonnes. (quoiqu'il faut savoir qu'il avait des arrageurs, orchestrateurs, etc... ce n'est pas vraiment lui qui composait la musique)


Si.
En effet, il ne savait pas écrire une partition, mais les arrangeurs et orchestrateurs étaient réellement soumis à sa volonté.
Ils étaient chargés d'écrire les mélodies que Chaplin jouait au piano ou avec un autre instrument.

Avatar de l’utilisateur
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Messages : 14624
Inscription : 19 nov. 03, 11:32
Localisation : Au manoir de Ban

Messagepar Cathwoman » 6 avr. 04, 12:10

Xavier a écrit :
Cathwoman a écrit :Je pense que c'est en partie pour ça que les films de Chaplin sont géniaux : vers la fin de sa vie, il a repris tous ses films un par un pour composer lui-même une musique qui colle à l'action.
En les voyant, on a presque pas l'impression de regarder un muet tellement la musique fait partie intégrante du film. :D


En effet je trouve ses musiques assez bonnes. (quoiqu'il faut savoir qu'il avait des arrageurs, orchestrateurs, etc... ce n'est pas vraiment lui qui composait la musique)
Elles comportent toutefois la particularité d'être faites de "numéros", c'est un système qui peut bien marcher mais qui a ses limites, car les morceaux sont évidemment tout à fait dans le ton, mais la musique ne suit pas toujours de près l'image; ce qui n'est pas forcément non plus gênant, mais c'est une technique qui a ses limites.
Evidemment il faut également se méfier de l'excès de description, surtout dans un film qui n'est pas comique ou burlesque.


Il faut savoir que Chaplin ne savait pas lire la musique (mais il jouait très bien du piano et du violon) ! Il fredonnait ou jouait au piano la mélodie à son arrangeur et lui disait si à telle scène il voyait plus des cuivres, des cordes, des percus... L'arrangeur la reproduisait sur une partition, la rejouait, Chaplin donnait son accord.
Puis le résultat était joué par l'orchestre avec le film projeté en même temps, et rien n 'était enregistré sans son accord !

Maintenant, concernant la technique de synchronisation, tu as l'air de t'y connaître mieux que moi, donc je te laisse juge :wink: . Mais moi, je trouve le résultat parfait...

Avatar de l’utilisateur
Xavier
BJCQJVFMGMM
Messages : 6532
Inscription : 5 juin 03, 01:49

Messagepar Xavier » 6 avr. 04, 12:16

Kurtz a écrit :
Xavier a écrit :Sur tous les films que j'ai vus la semaine dernière accompagnés au piano, je peux te dire que ce que j'ai entendu est 100 fois meilleur que ce qu'on a sur des DVDs comme Caligari


:shock: :shock: :shock: :shock:

La musique sur le DVD de Caligari tue la gueule !!!

Je crois même que c'est la partition originale.

En tout cas, cette musique symphonique contribue grandement à l'ambiance exceptionnelle du film.


Ca m'étonnerait que ça soit la partition originale (je ne crois pas qu'il y en ait), pour ma part je sens bien que ce sont des bouts accrochés sans transition, avec environ 3-4 morceaux seulement qui sont répétés inlassablement (morceau "foire", morceau "suspense", etc...), c'est intenable pour moi au bout d'une demi-heure je n'en peux plus.
Tu trouves logique de mettre du faux Wagner-Strauss à 2 balles sur un film aussi étrange et aux décors cubistes?? Moi non.
Mais bon tu as le droit d'aimer, simplement ça me semble contraire à l'esprit du film, qui est me semble-t-il davantage quelque chose d'halluciné, cauchemardesque, une vision de fou, pas quelque chose d'aussi réel et incarné que la musique qu'on trouve sur le DVD.

Kurtz

Messagepar Kurtz » 6 avr. 04, 12:24

Xavier a écrit :
Ca m'étonnerait que ça soit la partition originale (je ne crois pas qu'il y en ait),.


Si

c'est celle de Giuseppe Becce (qui a aussi signé celle du dernier des hommes, musique qui ne m'a pas autant marqué que celle de Caligari, si ce n'est celle la scène finale, horripilante).

et bien sûr qu'on retrouve des mêmes thèmes tout au long du film, c'est le cas avec toutes les bandes originales. je ne vois pas où est le problème.

Avatar de l’utilisateur
Xavier
BJCQJVFMGMM
Messages : 6532
Inscription : 5 juin 03, 01:49

Messagepar Xavier » 6 avr. 04, 12:30

Non on ne retrouve pas les même thèmes tout au long du film, on retrouve les mêmes morceaux recollés dans des scènes qui n'ont rien à voir!... :lol:
Ce n'est pas parce que c'est la musique d'époque qu'elle est bonne de toute façon; comme je l'ai déjà dit elle est pour moi en profond décalage avec le film.
D'ailleurs ce qui est marrant c'est que justement la musique de Caligari et celle du dernier des hommes se ressemblent énormément, preuve du talent (!) de ce "compositeur", puisqu'il n'est même pas capable de faire la différence entre le style des 2 films. (c'est quand même pas tout à fait le même genre non??...)