Le Cinéma muet

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Messages : 22026
Inscription : 13 avr. 03, 10:10
Localisation : into the sky, into the moon

Messagepar Alex Blackwell » 7 mars 04, 19:02

je pense également que l'adjonction de la voix ne fut pas un progrès venant à combler un manque expressif d'un cinéma jusque là handicapé: nouvelles possibilités certes mais les cimes expressives du muet sont assez indépassables. Le corpus muet de Borzage est ce à quoi j'attache le plus d'importance.
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.

Avatar de l’utilisateur
Beule
Décorateur
Messages : 3801
Inscription : 12 avr. 03, 22:11

Messagepar Beule » 8 mars 04, 10:01

Un peu honte, mais plutôt réfractaire au muet qui reste d'ailleurs dans son ensemble pour moi une terre inconnue.
Mais pour ce que j'en connais, il existe une très courte période, située vers l'avénement du talkie, qui me semble insurpassable par ses audaces de styles comme de narration. Sinon je rejoins Alex quant à l'oeuvre muette de Borzage (pour ce que j'en connais là aussi). Au niveau de la grâce cinégénique Seventh Heaven et The River représentent sans doute ce que j'ai pu voir de plus pur et troublant sur un écran. Vivement la découverte de Street angel.
Image

Avatar de l’utilisateur
Fatalitas
Bête de zen
Messages : 38662
Inscription : 12 avr. 03, 21:58

Messagepar Fatalitas » 8 mars 04, 10:08

Beule a écrit :Mais pour ce que j'en connais, il existe une très courte période, située vers l'avénement du talkie, qui me semble insurpassable par ses audaces de styles comme de narration. .


oui, je suis assez d'accord, effectivement peut-etre la partie muette que je prefere, qui atteint son apogée du point de vue formel et narratif entre 1926 et 1930 aux Etats-Unis avec des oeuvres comme Le Vent, Sunrise, Solitude, La Foule, Tabou (1931)
Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86040
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Messagepar Jeremy Fox » 8 mars 04, 10:12

fatalitas a écrit :
Beule a écrit :Mais pour ce que j'en connais, il existe une très courte période, située vers l'avénement du talkie, qui me semble insurpassable par ses audaces de styles comme de narration. .


oui, je suis assez d'accord, effectivement peut-etre la partie muette que je prefere, qui atteint son apogée du point de vue formel et narratif entre 1926 et 1930 aux Etats-Unis avec des oeuvres comme Le Vent, Sunrise, Solitude, La Foule, Tabou (1931)



C'est évident : il faudra attendre pas mal de temps avant qu'on arrive ensuite à atteindre une telle perfection.

Kurtz

Messagepar Kurtz » 8 mars 04, 10:25

Jeremy Fox a écrit :
fatalitas a écrit :
Beule a écrit :Mais pour ce que j'en connais, il existe une très courte période, située vers l'avénement du talkie, qui me semble insurpassable par ses audaces de styles comme de narration. .


oui, je suis assez d'accord, effectivement peut-etre la partie muette que je prefere, qui atteint son apogée du point de vue formel et narratif entre 1926 et 1930 aux Etats-Unis avec des oeuvres comme Le Vent, Sunrise, Solitude, La Foule, Tabou (1931)



C'est évident : il faudra attendre pas mal de temps avant qu'on arrive ensuite à atteindre une telle perfection.


Oui. Des réalisateurs de génie arrivés à maturité et profitant de la perfection technique des studios hollywoodiens alors très audacieux.

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Messagepar phylute » 8 mars 04, 11:10

Juste un top inutile sans phrases d'accompagnement ni rien (j'ai une minute chrono pour faire ce post) :

Les Rapaces
L'Aurore
Les Lumières de la ville(et tous les Chaplin muets avec, sinon le top 10 ne contiendrait que des films de ce génie).
Le Lys brisé(A revoir cependant, je reste sur une impression datant au bas mot d'une quinzaine d'années).
Le Trésor d'Arne
Tabou
Un chien Andalou
A travers l'orage
Folies de femme
Metropolis
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Philip Marlowe
murder on the dance floor
Messages : 7287
Inscription : 13 avr. 03, 18:33
Localisation : Bonne question...

Re: Le cinéma muet et vous ?

Messagepar Philip Marlowe » 8 mars 04, 18:16

Kurtz a écrit :
Philip Marlowe a écrit :
Kurtz a écrit : 9/ Metropolis (Fritz Lang): énorme classique. Plus que la mise en scène et les effets spéciaux qui m'avaient semblé désuets quand je l'ai vu, c'est le scénario hyper riche et complexe qui m'a frappé.
Tout le contraire pour moi :o
J'avais trouvé le scénario ultra simpliste


:shock:
quand même, quelle richesse thématique !!!


En disant simpliste je parlais de sa morale à 2 balles sur le coeur :P

Avatar de l’utilisateur
phylute
La France peut être fière
Messages : 25848
Inscription : 2 janv. 04, 00:42
Localisation : Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Messagepar phylute » 8 mars 04, 20:20

Les muets de Borzage qui transcendent ce qui pourrait n'être que des bluettes mélodramatiques en monuments de lyrisme intense. Des odes à l'amour d'un romantisme absolu.
La Femme au corbeau, Lucky Star, L'Ange de la rue, Secrets...
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)

Kurtz

Messagepar Kurtz » 21 mars 04, 18:40

phylute a écrit :Les muets de Borzage qui transcendent ce qui pourrait n'être que des bluettes mélodramatiques en monuments de lyrisme intense. Des odes à l'amour d'un romantisme absolu.
La Femme au corbeau, Lucky Star, L'Ange de la rue, Secrets...


je rêve de découvrir la femme au corbeau.

Sinon j'ai vu L'homme à la caméra aujourd'hui.

j'ai détesté.
Vertov voulait "purifier le cinéma en faisant abstraction de la littérature et du théâtre qui embourgeoisent le cinéma".
Concept révolutionnaire et prétentieux auquel je n'adhère pas du tout. Comme s'il n'y avait pas eu de vrais films avant cette mascarade d'homme à la caméra.
L'aurore sortie deux ans avant est un chef d'oeuvre de pur cinéma. Mais la Murnau n'est pas un théoricien. c'est un cinéaste.

Avatar de l’utilisateur
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Messages : 14624
Inscription : 19 nov. 03, 11:32
Localisation : Au manoir de Ban

Messagepar Cathwoman » 21 mars 04, 19:05

Chaplin, Chaplin, et encore Chaplin... :D :D

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Messagepar vic » 27 mars 04, 22:49

Kurtz a écrit :Ben-Hur (Fred Niblo, 1925)

Quel film !

5/6


Ah oui, j'aimerais bien le revoir !

Il y a un dvd ?
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Kurtz

Messagepar Kurtz » 27 mars 04, 22:54

vic a écrit :
Kurtz a écrit :Ben-Hur (Fred Niblo, 1925)

Quel film !

5/6


Ah oui, j'aimerais bien le revoir !

Il y a un dvd ?


nan mais il est passé hier matin sur Arte :lol:

Avatar de l’utilisateur
vic
viking
Messages : 3497
Inscription : 26 avr. 03, 18:37
Localisation : IHTFP

Messagepar vic » 27 mars 04, 23:05

Kurtz a écrit :
vic a écrit :
Kurtz a écrit :Ben-Hur (Fred Niblo, 1925)

Quel film !

5/6


Ah oui, j'aimerais bien le revoir !

Il y a un dvd ?


nan mais il est passé hier matin sur Arte :lol:


Et m..., je suis vert !
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.

Avatar de l’utilisateur
Gentleman Jim
Electro
Messages : 984
Inscription : 1 févr. 04, 18:40
Localisation : 44

Messagepar Gentleman Jim » 28 mars 04, 21:21

+ 1 pour Ben Hur

Un vrai chef d'oeuvre du muet, passionant de bout en bout, une superbe musique et un acteur parfait avec un jeu très fin et très moderne contrairement à son partenaire (Messala) qui surjouait un peu trop comme souvent dans le cinéma muet.
Rarement des séquences en couleurs auront été aussi émouvantes!

Avatar de l’utilisateur
Requiem
David O. Selznick
Messages : 12124
Inscription : 13 avr. 03, 10:37
Localisation : In the veins of the Dragon

Messagepar Requiem » 28 mars 04, 22:22

vic a écrit :
Kurtz a écrit :
vic a écrit :
Kurtz a écrit :Ben-Hur (Fred Niblo, 1925)

Quel film !

5/6


Ah oui, j'aimerais bien le revoir !

Il y a un dvd ?


nan mais il est passé hier matin sur Arte :lol:


Et m..., je suis vert !


Pas de redif ? :?
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11