Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Demi-Lune » 4 juin 10, 18:43

ImageImageImage

SPOILERS. J'avoue que c'était avec crainte que je me suis penché sur cette première découverte godardienne pour moi qu'est Le Mépris. Godard jouit en effet d'une réputation complexe, et ce ne sont pas les avis très partagés à son égard (oscillant invariablement entre les louanges et les rejets massifs), et à l'égard de son œuvre, qui facilitent la tâche du cinéphile en herbe, désireux de se confronter à un film aussi acclamé et influent que celui dont il est question ici. Pourtant, malgré ces craintes, nourries par l'écartèlement entre l'adulation de générations de cinéphiles et l'idée souvent véhiculée d'un cinéma godardien inaccessible et prétentieux, je suis rentré dans Le Mépris pour y trouver un film tout bonnement magnifique. Je suis pourtant loin d'avoir assimilé tous les messages que Godard tente de partager.
D'abord, intéressons-nous à l'aspect formel : un choc. J'ai rarement vu un Cinémascope aussi bien utilisé. Maîtrise du cadre au service d'une mise en scène inspirée (les "échanges" où la caméra se déplace de visage à visage, par exemple), Godard m'a d'abord impressionné par la réussite esthétique dont il fait preuve dans Le Mépris, sachant pleinement tirer parti des lieux enchanteurs du tournage (Capri, ces hautes falaises qui se meurent dans une eau turquoise) pour illuminer le format étiré du Scope des couleurs chaudes, variées, de Raoul Coutard, pour un résultat parfois un peu vieilli (les expérimentations avec les bustes grecs teintés ou les acteurs du film de Lang), mais toujours fascinant. Un Scope qui joue également beaucoup sur la rencontre entre la verticalité et l'horizontalité, que cela soit dans le jeu de mise en scène qu'orchestre Godard dans l'appartement de Paul et Camille, ou avec les falaises et les lignes de la villa Malaparte, se confondant avec celle de la mer. S'apposant à ces images avec grâce et naturel, comme si elle coulait de source, la partition inoubliable de George Delerue finit d'hypnotiser le spectateur. Ample, bouleversante, entêtante, répétée au point de se demander si Godard ne cherche pas à lasser le spectateur comme Camille est lassée de Paul, cette musique porte en elle toute la détresse latente qui émane de cette histoire, cette déchirure sentimentale intervenant fatalement, comme ça.

ImageImageImage

"C'est la vie", dira Camille à Paul, qui lui demande pourquoi elle ne l'aime plus. Le Mépris est donc avant tout un drame conjugal. La perte de la flamme amoureuse, possiblement née d'un quiproquo, quoique nous n'en serons jamais tout à fait sûrs. Cette incertitude, c'est bien là l'essence du film et de ce qu'il s'attache à dépeindre : incertitude sur la pérennité du sentiment amoureux, sur la responsabilité du conjoint qui n'aime plus, sur la cause de cette faille dans le couple qui, renforcée par l'incommunicabilité (Paul et Camille ne parviennent que rarement à discuter véritablement, dans le film), conduirait au mépris, à l'extinction de la flamme. Là aussi, le propos est intelligent, fort. Mais Godard étire fâcheusement ces scènes dialoguées dans l'appartement. Même si l'on voit bien comment de simples petites conversations anodines peuvent dégénérer, la longueur de ces scènes m'apparaît comme un petit défaut. Je pourrais également pointer l'inégalité du jeu de Brigitte Bardot (alors que Piccoli est impeccable), parfois agaçante dans ses poses gnangnantes. Mais rétrospectivement, je me dis qu'elle était idéale dans ce rôle, que je ne m'imaginerais pas une autre actrice que Bardot dans le rôle de Camille. Le choix de Bardot est également subtil dans la mesure où - c'est là la seconde dimension du film - elle incarne une certaine modernité du cinéma face à la figure imposante du vieux briscard qu'est Fritz Lang. Film dans le film, L'Odyssée d'Homère par Fritz Lang est autant une métaphore sur la situation que vivent Paul et Camille qu'une occasion pour Godard de faire confronter (et non coexister, si l'on se réfère à l'issue tragique qui est accordée à l'icône BB à la fin) l'ancien cinéma et celui de la Nouvelle Vague, dont Godard est évidemment l'un des prophètes. Ce qui conduit le spectateur à s'interroger : dès Le Mépris, dès 1963, Godard prophétise-t-il l'échec et la vanité du mouvement ? La mort du cinéma dans son entier (décès du producteur et de sa star) ? Quel est le sens profond de cette mise en abîme convoquant Lang (un spécialiste de la culpabilité), l'industrie hollywoodienne par le biais du producteur Jack Palance, et les écrits d'Homère ? Demeure ainsi l'énigme, envoûtante. Demeure aussi une œuvre sublime, inoubliable, libre, parcellée de menus défauts qui n'amenuisent cependant pas la qualité fulgurante de l'ensemble. Chef-d'oeuvre.

ImageImageImage
Dernière édition par Demi-Lune le 8 avr. 14, 10:11, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
NotBillyTheKid
Tout le monde en parle
Messages : 5692
Inscription : 15 avr. 06, 08:56
Localisation : fait le larron

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar NotBillyTheKid » 4 juin 10, 21:47

allez zou ! un apprenti Godardien de plus ! :D
"Je ne veux pas rester dans l'histoire comme le gars qui a détruit l'Univers"
Dude, where's my car
Tears in my beers

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Demi-Lune » 5 juin 10, 09:58

NotBillyTheKid a écrit :allez zou ! un apprenti Godardien de plus ! :D

Disons que Le Mépris m'encouragera désormais à me pencher avec moins d'appréhension sur la filmographie du cinéaste. :wink:

Avatar de l’utilisateur
makaveli
Doublure lumière
Messages : 442
Inscription : 13 mai 09, 10:21

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar makaveli » 10 déc. 10, 12:57

je commence à découvrir godard donc après à bout de souffle et pierrot le fou je viens de regarder le mépris et comment dire c'est fabuleux,splendide,impressionnant,... et cette musique magnifique, un gros choc.
je suis tout à fait d'accord avec ton analyse demi-lune pour l'instant mon préféré de godard légèrement devant pierrot
qui est quand même un peu plus difficile d'accès.
en bref oui godard c'est spécial mais si on entre dedans c'est grand ,très grand.

ps: demi-lune retentes pierrot le fou :D
Dernière édition par makaveli le 10 déc. 10, 19:34, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Demi-Lune
Bronco Boulet
Messages : 13025
Inscription : 20 août 09, 16:50
Localisation : Avec Dr. Jones dans une pièce qui se rétrécit à vue d'oeil

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Demi-Lune » 10 déc. 10, 13:05

makaveli a écrit :ps: demi-lune retentes pierrot le fou :D

Mmmm... nan, merci. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85974
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Jeremy Fox » 10 déc. 10, 13:59

Revu justement la semaine dernière ; pas mieux :wink: Admirable, sublime, poignant, beau, intelligent, maîtrisé à la perfection... chef-d'oeuvre !

Pierrot le Fou n'est pas loin derrière

Avatar de l’utilisateur
tenia
Le Choix de Sophisme
Messages : 21528
Inscription : 1 juin 08, 14:29

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar tenia » 10 déc. 10, 18:02

Le mépris, c'est le film qui m'a fait comprendre que j'aimais ma copine. :oops:

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14736
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Père Jules » 10 déc. 10, 19:34

Personnellement je n'y arrive pas. C'est une purge innommable, frimeur comme pas possible.
Lui et Resnais m'horripilent au plus au point.

Première et unique intervention sur ce topic donc :mrgreen:


Spoiler (cliquez pour afficher)
Pas taper !

Avatar de l’utilisateur
Watkinssien
Etanche
Messages : 14408
Inscription : 6 mai 06, 12:53
Localisation : Xanadu

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Watkinssien » 10 déc. 10, 20:53

Père Jules a écrit :Personnellement je n'y arrive pas. C'est une purge innommable, frimeur comme pas possible.
Lui et Resnais m'horripilent au plus au point.

Première et unique intervention sur ce topic donc :mrgreen:


Spoiler (cliquez pour afficher)
Pas taper !


Pas crédible... :mrgreen:
Image

Mother, I miss you :(

Avatar de l’utilisateur
NotBillyTheKid
Tout le monde en parle
Messages : 5692
Inscription : 15 avr. 06, 08:56
Localisation : fait le larron

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar NotBillyTheKid » 10 déc. 10, 22:34

Père Jules a écrit :Personnellement je n'y arrive pas. C'est une purge innommable, frimeur comme pas possible.
Lui et Resnais m'horripilent au plus au point.

Première et unique intervention sur ce topic donc :mrgreen:


Spoiler (cliquez pour afficher)
Pas taper !

Ne jamais dire jamais.. (surtout avec du Vigo en avatar...)
Spoiler (cliquez pour afficher)
si, si, taper ! :mrgreen: Tu cours vite ?


si tu appréhendes Godard (à tort) comme frimeur, attaque-toi peut-être à de jolis films plus humbles et "sobres" comme "vivre sa vie"...
"Je ne veux pas rester dans l'histoire comme le gars qui a détruit l'Univers"
Dude, where's my car
Tears in my beers

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 85974
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Jeremy Fox » 10 déc. 10, 22:56

NotBillyTheKid a écrit :si tu appréhendes Godard (à tort) comme frimeur, attaque-toi peut-être à de jolis films plus humbles et "sobres" comme "vivre sa vie"...



Ou Bande à part voire Le Petit soldat

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14736
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Père Jules » 11 déc. 10, 00:17

Jeremy Fox a écrit :
NotBillyTheKid a écrit :si tu appréhendes Godard (à tort) comme frimeur, attaque-toi peut-être à de jolis films plus humbles et "sobres" comme "vivre sa vie"...



Ou Bande à part voire Le Petit soldat


Rembourses-tu si déception ? :mrgreen:
C'est bien parce que c'est vous hein. Parce que pour l'instant A bout de souffle, Le mépris, Pierrot le fou et Alphaville m'ont fortement irrité.

Avatar de l’utilisateur
pak
Machino
Messages : 1010
Inscription : 23 mars 08, 00:25
Localisation : Dans une salle, ou sur mon canapé, à mater un film.

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar pak » 11 déc. 10, 00:25

Ah oui, Alphaville... Oups, je sors... Pas cogner NotBillyTheKid... :D
Le cinéma : "Il est probable que cette marotte disparaîtra dans les prochaines années."

Extrait d'un article paru dans The Independent (1910)

http://www.notrecinema.com/

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Federico » 11 déc. 10, 01:00

Jeremy Fox a écrit :
NotBillyTheKid a écrit :si tu appréhendes Godard (à tort) comme frimeur, attaque-toi peut-être à de jolis films plus humbles et "sobres" comme "vivre sa vie"...


Ou Bande à part voire Le Petit soldat


Peut-être aussi Les carabiniers* et Masculin-Féminin...

(*)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le premier film d'Emmanuelle Béart. Non créditée. :lol:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Le Mépris (Jean-Luc Godard - 1963)

Messagepar Federico » 11 déc. 10, 01:01

pak a écrit :Ah oui, Alphaville... Oups, je sors... Pas cogner NotBillyTheKid... :D


Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz