Le Western américain : Parcours chronologique II 1950-1954

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
someone1600
Euphémiste
Messages : 8853
Inscription : 14 avr. 05, 20:28
Localisation : Québec

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar someone1600 » 16 mars 12, 14:57

Surtout qu'apres Impitoyable il y a eu genre 7 ou 8 films... mais tout de meme l'excellent Open Range de Costner.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87304
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Ride Clear of Diablo

Messagepar Jeremy Fox » 19 mars 12, 08:51

Image



Chevauchée avec le diable (Ride Clear at Diablo, 1954) de Jesse Hibbs
UNIVERSAL


Avec Audie Murphy, Dan Duryea, Susan Cabot, Paul Birch, William Pullen, Jack Elam, Abbe Lane, Denver Pyle
Scénario : George Zuckerman et D.D. Beauchamp pour les dialogues additionnels
Musique : Milton Rosen & Herman Stein
Photographie : Irving Glassberg (Technicolor)
Un film produit par John W. Rogers pour la Universal


Sortie USA : 10 février 1954

Ne pouvant raisonnablement pas considérer Red Garters comme étant un véritable western, c’est pour la troisième fois Universal qui se retrouve seul à animer le genre depuis le début de l’année 1954. Après les deux ratages constitués par la mauvaise cuvée George Sherman (War Arrow et Border River), le studio relève un peu la tête sans pour autant nous proposer un indispensable. Sans génie et avec pas mal de conventions, Ride Clear of Diablo n’en est pas moins est une série B très plaisante qui nous permet de faire connaissance avec le réalisateur Jesse Hibbs qui, avec une petite filmographie constituée de seulement 11 films, œuvrera surtout dans le domaine qui nous intéresse ici, tournant principalement avec l’acteur Audie Murphy. C’est d’ailleurs Hibbs qui, l’année suivante, mettra en scène ce dernier alors qu’il interprète son propre rôle dans un film basé sur sa vie de soldat et de héros de la Seconde Guerre Mondiale : L'enfer des hommes (To Hell and Back). Avant de passer derrière la caméra, Jesse Hibbs aura été footballeur avant de devenir assistant réalisateur auprès, entre autres, de John Ford et Anthony Mann (avec ce dernier pour Winchester 73 sur le tournage duquel il a rencontré Dan Duryea) ; on aurait pu rêver pire comme formation ! Chevauchée avec le diable (traduction fantaisiste puisque ‘Diablo’ dans le film est le nom d’une ville) est le deuxième film du cinéaste et son premier western.


Image


Clay O’Mara (Audie Murphy), ingénieur des chemins de fer, reçoit un télégramme lui annonçant la mort de son père et de son jeune frère. Paisibles fermiers, ils ont été assassinés par des voleurs de bétails alors qu’ils les poursuivaient afin de récupérer leurs bêtes. Débarqué à Santiago pour régler les droits de succession, Clay décide de mener l’enquête afin de retrouver les assassins et de venger les membres de sa famille. Pour se faire plus aisément, il postule pour le poste d’adjoint du shérif Fred Kenyon (Paul Birch). Ce dont Clay ne se doute pas une seconde est que le shérif fait partie du gang des assassins avec entre autres, le notaire Tom Meredith (William Pullen). Tous deux lui indiquent un coupable potentiel, le dangereux Whitey Kincaid (Dan Duryea). En le lançant sur cette fausse piste, les deux complices sont persuadés s’être débarrassé de l’importun, pensant que Clay, en allant l’arrêter à Diablo, va se faire descendre par la fine gâchette qu’est Whitey. Ils tombent des nues quand quelques jours plus tard, ils voient arriver Clay avec Whitey, ce dernier menotté. Ils sont désormais encore plus pressé de faire passer Clay de vie à trépas d’autant que ce dernier est tombé amoureux de la ravissante Laurie Kenyon (Susan Cabot) qui est non seulement la nièce du shérif mais également la fiancée du notaire…


Image


Il n’était aucunement gênant de dévoiler d’emblée au sein du sujet le nom des coupables puisque le spectateur est mis au courant dès la première séquence du film. Les 'Bad Guy' sont les notables de la ville, aussi bien représentants du pouvoir exécutif que législatif, d'où une petite réflexion (guère novatrice) sur la corruption des personnalités haut placées. Connaissant cette donnée, nous avons ainsi toujours de l’avance sur le héros vengeur joué par Audie Murphy, sa candeur nous semblant du fait encore beaucoup plus flagrante. Car si l’acteur n’endosse plus à cette occasion la défroque d’un bandit malgré lui ou d’une victime du destin, son personnage n’en reste pas moins toujours aussi gauche et naïf, ce qui nous le rend une nouvelle fois assez attachant, pouvant aisément s’identifier à lui. Maladroit avec les femmes, crédule comme ce n’est pas permis, la vérité ne lui sera révélée qu’à la toute fin du film lors d'un dénouement assez inattendu grâce au personnage joué avec truculence par un Dan Duryea déchainé. Les amateurs du comédien cabotin et de son rire de hyène en auront pour leur argent car ici, il s'en donne à cœur joie. Face à Audie Murphy, il fait des étincelles d’autant plus que D.D. Beauchamp lui a concocté de savoureux dialogues, des répliques cinglantes et pleines de verve. Whitey s’amuse de l’imperturbable sérieux de son 'adversaire', de son incroyable aplomb ; c’est pour cette raison qu’il se laisse d’abord arrêter sans faire de vagues, pour voir jusqu’où ce frêle homme de loi va pouvoir aller. Ce duo 'Lawman/Outlaw' se révèle éminemment sympathique et même assez réjouissant, le roublard Whitey ("Je ne connais qu'une seule loi, celle du plus malin") riant de toutes les situations dans lesquels il se trouve. Puis, se prenant d'amitié pour Clay, respectueux de sa ténacité inébranlable, il finira par rejoindre son camp et l'aider à éclaircir la vérité qu'il connait lui aussi, comme nous, depuis le début.


Image


En plus de ce très bon duo d'acteur, le reste du casting est plutôt bien choisi et assez homogène. On y trouve les trognes très connues de Jack Elam ou Denver Pyle mais aussi la ravissante Susan Cabot qui en avait fini pour un temps d'endosser les rôles d'indienne. Cette classique histoire de vengeance n'est guère surprenante mais hormis quelques moments de flottement, quelques invraisemblances (cet ingénieur nommé shérif du jour au lendemain) et un manque flagrant d'intensité dramatique, l'intrigue est plutôt très bien ficelée par George Zuckerman, le futur auteur de deux films de Douglas Sirk : La Ronde de l'aube (The Tarnished Angels) ainsi que de Ecrit sur du vent (Written on the Wind). Pas mal d'humour, des situations assez réjouissantes et un final auquel nous ne nous attendions pas. Une intrigue qui nous réserve aussi pas mal de chevauchées et de fusillades, toutes très efficacement mises en scène par un Jesse Hibbs qui arrive sans problème à imposer un bon rythme à son film. Du très bon travail d'artisan consciencieux qui nous donne l'occasion d'apprécier entre autres une superbe poursuite à cheval, Audie Murphy caracolant à cru sur un magnifique étalon blanc, une fusillade finale sacrément bien fichue et quelques nerveux pugilats du plus bel effet, Audie Murphy se révélant à l'occasion sacrément dynamique. Le réalisateur réussit même de très beaux mouvements de caméra comme ce plan séquence qui voit Audie Murphy et Denver Pyle descendre une colline à pied tout en discutant, la caméra opérant un travelling arrière les précédant.


Image


On sent le manque de moyens, les productions John W. Rogers étant à priori bien plus chiche niveau budget, dans le domaine du western, que celles de ses autres collègues à la Universal. Les décors sont plus austères et dépouillés, les femmes changent moins souvent de costumes, la figuration est assez faible... Mais les amateurs de série B devraient apprécier notamment pour la rencontre contrastée entre un Audie Murphy toujours sobre et un Dan Duryea truculent ne pouvant supporter qu'on lui trouve une once d'humanité.
Clay : "Vous êtes en train de devenir humain"
Whitey : "Ce jour là, je me ferais sauter la cervelle"
Agréable, au moins autant que le joli minois de Susan Cabot.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18650
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Rick Blaine » 19 mars 12, 09:42

Nous sommes (à nouveau) d'accord, c'est un des excellents Audie Murphy.

Jeremy Fox a écrit :Agréable, au moins autant que le joli minois de Susan Cabot ci-dessous.


Image




J'avais oublié cette image, c'est vrai qu'elle est mignonne. :oops:

Chip
Electro
Messages : 769
Inscription : 22 oct. 08, 10:26

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Chip » 19 mars 12, 13:00

Jolie petite brunette , qui mourut assassiner par son fils en 1986, elle avait eu en 1959, une relation avec le roi Hussein de Jordanie, qui l'abandonna quand il découvrit qu'elle était juive.

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18650
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Rick Blaine » 19 mars 12, 13:03

Chip a écrit :Jolie petite brunette , qui mourut assassiner par son fils en 1986, elle avait eu en 1959, une relation avec le roi Hussein de Jordanie, qui l'abandonna quand il découvrit qu'elle était juive.



:(

Je ne connaissais pas cette histoire, ce n'est pas joyeux...

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Howard Hughes
Messages : 15049
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Supfiction » 19 mars 12, 14:57

someone1600 a écrit :Surtout qu'apres Impitoyable il y a eu genre 7 ou 8 films... mais tout de meme l'excellent Open Range de Costner.


J'approuve. "Open Range" est d'ors et déjà un classique, un très grand western.
Le western n'est pas mort. COSTNER en prépare d'autres (s'il trouve les sous). Tarantino tourne actuellement un spaghetti. On a eu droit il y a peu à "L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford" en 2007 ainsi qu'à l"excellente série "Deadwood".

Et ne serait-ce qu'en 2011, je passe les ratés (et dérivés) Cowboys & aliens ou Jonah Hex, on a eu droit à True grit (que j'apprécie moyennement) et surtout à un grand cru : "La dernière piste".

Image

Chip
Electro
Messages : 769
Inscription : 22 oct. 08, 10:26

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Chip » 19 mars 12, 16:59

Excellente "dernière piste " dont le dvd se fait attendre.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87304
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Jeremy Fox » 21 mars 12, 22:17

Juste pour effacer la déception que Chip a du avoir à la lecture de mon avis sur Jack Slade. :oops: J'ai heureusement adoré l'un de ses autres westerns préférés (Joe Dakota donc) et j'ai désormais hâte de voir d'autres films de Richard Bartlett. Un deuxième est d'ailleurs prévu en mai dans la prochaine fournée Sidonis :wink:

Avatar de l’utilisateur
daniel gregg
Producteur Exécutif
Messages : 7073
Inscription : 23 févr. 04, 23:31

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar daniel gregg » 22 mars 12, 00:43

Jeremy Fox a écrit :Juste pour effacer la déception que Chip a du avoir à la lecture de mon avis sur Jack Slade. :oops: J'ai heureusement adoré l'un de ses autres westerns préférés (Joe Dakota donc) et j'ai désormais hâte de voir d'autres films de Richard Bartlett. Un deuxième est d'ailleurs prévu en mai dans la prochaine fournée Sidonis :wink:


Tu avais vu juste Jeremy ! 8)
Ce film a tout pour me plaire, et à mon avis, ce sera le cas pour beaucoup d'autres ici. (je viens de voir que Rick avait beaucoup apprécié aussi)
Tout d'abord ce ton serein, un tantinet décalé de Jock Mahoney qui confère au film une atmosphère nonchalante (c'est Tavernier qui évoque justement ce qualificatif dans son commentaire), tout en abordant avec justesse un sujet assez grave, la cupidité et l'avidité des hommes comme responsable de la gangrène d'une société, en l'occurence ici, une communauté.
D'ailleurs, l'interprétation dans son ensemble, est au diapason, brillamment tenue par Richard Bartlett, qui donne du coup encore plus de relief et de sens à ce scénario singulier.
Vraiment un film délicieux ! :D

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18650
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Rick Blaine » 22 mars 12, 00:55

daniel gregg a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Juste pour effacer la déception que Chip a du avoir à la lecture de mon avis sur Jack Slade. :oops: J'ai heureusement adoré l'un de ses autres westerns préférés (Joe Dakota donc) et j'ai désormais hâte de voir d'autres films de Richard Bartlett. Un deuxième est d'ailleurs prévu en mai dans la prochaine fournée Sidonis :wink:


Tu avais vu juste Jeremy ! 8)
Ce film a tout pour me plaire, et à mon avis, ce sera le cas pour beaucoup d'autres ici. (je viens de voir que Rick avait beaucoup apprécié aussi)
Tout d'abord ce ton serein, un tantinet décalé de Jock Mahoney qui confère au film une atmosphère nonchalante (c'est Tavernier qui évoque justement ce qualificatif dans son commentaire), tout en abordant avec justesse un sujet assez grave, la cupidité et l'avidité des hommes comme responsable de la gangrène d'une société, en l'occurence ici, une communauté.
D'ailleurs, l'interprétation dans son ensemble, est au diapason, brillamment tenue par Richard Bartlett, qui donne du coup encore plus de relief et de sens à ce scénario singulier.
Vraiment un film délicieux ! :D


Grand succès ce soir pour ce film! 8)

Avatar de l’utilisateur
Best
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5595
Inscription : 9 août 04, 13:47
Localisation : 742 Evergreen Terrace, Springfield

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Best » 22 mars 12, 11:42

Je sens que je vais bientôt faire une apparition dans la topic "Nos boules à mythes de mars 2012" :)

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Howard Hughes
Messages : 15049
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Supfiction » 22 mars 12, 12:43

Rick Blaine a écrit :
daniel gregg a écrit :
Jeremy Fox a écrit :Juste pour effacer la déception que Chip a du avoir à la lecture de mon avis sur Jack Slade. :oops: J'ai heureusement adoré l'un de ses autres westerns préférés (Joe Dakota donc) et j'ai désormais hâte de voir d'autres films de Richard Bartlett. Un deuxième est d'ailleurs prévu en mai dans la prochaine fournée Sidonis :wink:


Tu avais vu juste Jeremy ! 8)
Ce film a tout pour me plaire, et à mon avis, ce sera le cas pour beaucoup d'autres ici. (je viens de voir que Rick avait beaucoup apprécié aussi)
Tout d'abord ce ton serein, un tantinet décalé de Jock Mahoney qui confère au film une atmosphère nonchalante (c'est Tavernier qui évoque justement ce qualificatif dans son commentaire), tout en abordant avec justesse un sujet assez grave, la cupidité et l'avidité des hommes comme responsable de la gangrène d'une société, en l'occurence ici, une communauté.
D'ailleurs, l'interprétation dans son ensemble, est au diapason, brillamment tenue par Richard Bartlett, qui donne du coup encore plus de relief et de sens à ce scénario singulier.
Vraiment un film délicieux ! :D


Grand succès ce soir pour ce film! 8)


Remake d'"Un homme est passé" de John Sturges ?

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18650
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Rick Blaine » 22 mars 12, 12:52

supfiction a écrit :
Remake d'"Un homme est passé" de John Sturges ?


Remake ce n'est pas le mot. Le fond de l'histoire est le même, un homme qui arrive dans une ville, cherchant quelqu'un. Le ton, le traitement sont très différent, le Sturges est plus en tension, celui-ci moins. Le personnage principal à un caractère très différent, et finalement comme le dit Tavernier dans le bonus, on fini par oublier le parallèle.

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Howard Hughes
Messages : 15049
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Supfiction » 22 mars 12, 13:04

Rick Blaine a écrit :
supfiction a écrit :
Remake d'"Un homme est passé" de John Sturges ?


Remake ce n'est pas le mot. Le fond de l'histoire est le même, un homme qui arrive dans une ville, cherchant quelqu'un. Le ton, le traitement sont très différent, le Sturges est plus en tension, celui-ci moins. Le personnage principal à un caractère très différent, et finalement comme le dit Tavernier dans le bonus, on fini par oublier le parallèle.


Merci. ça me tente bien. En prime, une superbe Barbara Lawrence.
Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
Howard Hughes
Messages : 15049
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Have you seen the bridge?

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Messagepar Supfiction » 22 mars 12, 13:10

Je crois que j'ai confondu avec Luana Patten..

Image
Image
Dernière édition par Supfiction le 22 mars 12, 13:13, édité 1 fois.