Notez les films naphtas - Juin 2010

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Kevin95 » 7 juin 10, 13:20

Image

Les Sept Péchés Capitaux (1962) (Collectif) Image

C'est en parcourant la récente biographie sur Godard que l'envie m'est venue de jeter un œil sur ce film à sketchs typique de ces années 60, où en panne d'inspiration les producteurs français lancent à tout va des films de ce calibre comme les voisins italiens, gain de stars devant et/ou derrière la caméra.
Autant le dire que comme à l'accoutumé le film est inégal (vous me direz, normal pour un film à sketch) mais aussi mollasson (surtout comparé aux italiens) et les grands noms de metteurs en scène n'y changent pas grand chose... bon heureusement il y a de bonnes choses mais l'ensemble n'est pas inoubliable.
Le premier "la colère" sur un texte de Ionesco, commence comme une agréable comédie satirique (bonne idée d'un monde où tout le monde est joyeux) mais se termine dans un n'importe quoi qui se voudrait politique mais qui apparait comme bordélique et loin d'être aussi pertinent qu'il le voudrait.
Vient ensuite "l'envie" par Edouard Molinaro, un tantinet longuet mais qui permet (oh surprise) de constater que Dany Saval peut être une bonne comédienne (le plan final sur son regard est touchant). A noter un tout jeune Claude Brasseur.
"La gourmandise" par Philippe de Broca est sans doute le meilleur sketch du film car très bien écrit et interprété par un Georges Wilson génial en paysan qui bouffe tout les cinq minutes. Deux trois scènes sont grandioses et touchent à la qualité italienne dans sa douce ironie.
Puis Jacques Demy réalise "la luxure" essentiellement axé sur l'enfance et le tabou du mot. Ainsi le réalisateur contourne ce que l'on attendait pour ce segment et c'est plutôt pas mal malgré quelques digressions et des plans fantasmagoriques sur l'enfer assez kitchs, aidé par le couple Laurent Terzieff / Jean-Louis Trintignant et la musique de Michel Legrand.
La fameuse "paresse" par Jean-Luc Godard est le segment le plus stylisé (paradoxalement, un des films les plus "sobre" de JLG) et porté par un Eddie Constantine merveilleusement naturel (loin de son image de gros bras) et sa réplique finale vaut le détour.
"L'orgueil" par Roger Vadim est très faible et s'oublie en cinq minutes.
Enfin Chabrol réalise "l'avarice" sur un ton léger ce qui s'avère payant car le sketch est fort sympathique par son humour cynique malgré une chute prévisible.
Donc un film pas génial mais qui se laisse regarder.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Wagner » 9 juin 10, 11:16

Paper Moon: j'ai trouvé ce film particulièrement beau, il n'y a pas un zoom arrière qui ne soit juste. C'est une sorte de Kid avec un véritable sens esthétique du muet.
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
Tancrède
J'suis un rebelle, moi !
Messages : 1602
Inscription : 18 janv. 07, 11:12

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Tancrède » 9 juin 10, 11:46

Wagner a écrit :Paper Moon: j'ai trouvé ce film particulièrement beau, il n'y a pas un zoom arrière qui ne soit juste. C'est une sorte de Kid avec un véritable sens esthétique du muet.

le sentimentalisme de Chaplin en moins.

Avatar de l’utilisateur
Wagner
Assistant opérateur
Messages : 2258
Inscription : 2 oct. 04, 19:21
Localisation : Dans le temps

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Wagner » 9 juin 10, 13:11

Tancrède a écrit :
Wagner a écrit :Paper Moon: j'ai trouvé ce film particulièrement beau, il n'y a pas un zoom arrière qui ne soit juste. C'est une sorte de Kid avec un véritable sens esthétique du muet.

le sentimentalisme de Chaplin en moins.


oui, et la fin est à cet égard exemplaire.
Image

Ego sum qui sum

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 47836
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Boubakar » 13 juin 10, 18:53

Le syndrome chinois (James Bridges, 1979)

Image

Film assez visionnaire sur les dangers du nucléaire, c'est porté par une excellente interprétation de Jane Fonda et Michael Douglas, et surtout celle du génial Jack Lemmon, justement récompensé à Cannes.
Ça met en exergue la collusion entre les médias et les sujets dits "sensibles", avec une sacrée force. Et en voyant ce film, assez minimaliste au fond (on n'a par exemple aucune musique), proche du documentaire, il y a une certaine vérité qui n'est pas pas beaucoup arrangé plus de 30 ans après.
C'est vraiment un des exemples réussis du film à message au sein d'un divertissement (on a ainsi droit à plusieurs poursuites automobiles pour faire taire les témoins gênants).

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Federico » 17 juin 10, 00:46

Boubakar a écrit :Le syndrome chinois (James Bridges, 1979)

Image

Film assez visionnaire sur les dangers du nucléaire, c'est porté par une excellente interprétation de Jane Fonda et Michael Douglas, et surtout celle du génial Jack Lemmon, justement récompensé à Cannes.
Ça met en exergue la collusion entre les médias et les sujets dits "sensibles", avec une sacrée force. Et en voyant ce film, assez minimaliste au fond (on n'a par exemple aucune musique), proche du documentaire, il y a une certaine vérité qui n'est pas pas beaucoup arrangé plus de 30 ans après.
C'est vraiment un des exemples réussis du film à message au sein d'un divertissement (on a ainsi droit à plusieurs poursuites automobiles pour faire taire les témoins gênants).


Je l'ai récemment revu en DVD et je confirme l'impression de Boubakar quant à l'aspect documentaire (ou téléfilm) plus que rééllement cinématographique. C'est au moins autant un film sur les risques de l'industrie nucléaire que sur le pouvoir des média, même si c'est traité beaucoup plus sagement que ne le fit le pamphlet Network. A défaut d'un chef-d'oeuvre, c'est honnêtement interprété par d'excellents comédiens. Le postulat de base du titre est 100% farfelu et ce petit film (produit par Michael Douglas) n'aurait sans doute pas eu le succès que l'on sait si sa sortie n'avait coïncidé avec l'accident de la centrale américaine de Three Miles Island. Accident qui fut une des causes de l'impopularité du président Jimmy Carter (ancien ingénieur en nucléaire) et donc de l'élection du cowboy Reagan (ancien très moyen acteur). Les poursuites automobiles sentent quand même un peu les séquences obligées pour redonner du rythme à un ensemble assez bavard.

Il reste que le film ne doit pas figurer dans la dévédéthèque d'Anne Lauvergeon, omnipotente présidente du colosse Areva (vous savez, cette sympathique entreprise qui sponsorise des sportifs et des marins à voile)... ou alors juste pour servir d'exemples à suivre et à éviter pour son staff d'attachés de presse.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Kevin95 » 17 juin 10, 13:25

Image

Sans sommation (Bruno Gantillon) Image

Ahhh les années 70 réservent toujours de bonnes surprises même dans notre cinéma hexagonal.
Voici Sans sommation, film totalement inconnu réalisé par un certain Gantillon (futur réalisateur d'épisodes pour Sous le soleil et Louis la brocante... ça donne envie !) et avec de bons comédiens mais en général spécialistes des seconds rôles. Le film narre l'histoire d'un flic sans le sou et alcoolique (Maurice Ronet) qui infiltre un groupe de paras terroristes afin d'éliminer son chef, un ancien d'Indochine (Mario Adorf). Un film courageux sur cette guerre sans nom ? Du tout, un prétexte pour cette coproduction italo-française pour un thriller froid et tendu. Pour le tendu c'est loin d'être très réussi, mais pour ce qui est de l'ambiance froide, forcez de constater que le metteur en scène à sut avec talent retranscrire le paysage grisâtre des banlieues parisiennes (de l'époque) et le nid de vipères que peux constituer le système politique français sous Giscard. Maurice Ronet essaye tant bien que mal de porter le film sur ses épaules (dur dur car l'homme est loin d'être charismatique surtout dans ce type de rôle) aidé par un Mario Adorf génial, passant du pathos à la fureur en un claquement de doigts, le tout entouré d'un Bruno Cremer comme toujours excellent.
Un agréable thriller donc, que vous pourrez trouver en dvd en fouillant bien dans les bacs promos de vos supermarché.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
Major Dundee
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5791
Inscription : 15 mai 06, 13:32
Localisation : Bord de la piscine de "Private Property"

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Major Dundee » 17 juin 10, 18:48

Kevin95 a écrit :Image

Sans sommation (Bruno Gantillon) Image

Ahhh les années 70 réservent toujours de bonnes surprises même dans notre cinéma hexagonal.
Voici Sans sommation, film totalement inconnu réalisé par un certain Gantillon (futur réalisateur d'épisodes pour Sous le soleil et Louis la brocante... ça donne envie !) et avec de bons comédiens mais en général spécialistes des seconds rôles. Le film narre l'histoire d'un flic sans le sou et alcoolique (Maurice Ronet) qui infiltre un groupe de paras terroristes afin d'éliminer son chef, un ancien d'Indochine (Mario Adorf). Un film courageux sur cette guerre sans nom ? Du tout, un prétexte pour cette coproduction italo-française pour un thriller froid et tendu. Pour le tendu c'est loin d'être très réussi, mais pour ce qui est de l'ambiance froide, forcez de constater que le metteur en scène à sut avec talent retranscrire le paysage grisâtre des banlieues parisiennes (de l'époque) et le nid de vipères que peux constituer le système politique français sous Giscard. Maurice Ronet essaye tant bien que mal de porter le film sur ses épaules (dur dur car l'homme est loin d'être charismatique surtout dans ce type de rôle) aidé par un Mario Adorf génial, passant du pathos à la fureur en un claquement de doigts, le tout entouré d'un Bruno Cremer comme toujours excellent.
Un agréable thriller donc, que vous pourrez trouver en dvd en fouillant bien dans les bacs promos de vos supermarché.

J'avais ce film sous le coude depuis un bon moment mais les deux ou trois films de Gantillon que j'avais vu ne m'incitait guère au visionnage.
J'ai lu ta petite notule et cela m'a donné envie. Eh bien voilà c'est fait, malheureusement je dois dire que je ne suis pas du tout d'accord avec toi. Le scénario pouvait laisser prévoir quelque chose d'intéressant, mais Gantillon à la réalisation c'est carrément du sous Charles Gérard.
En plus les dialogues (et la plupart des scènes) frisent le ridicule.
Louper un film avec un scénar qui aurait pu être intéressant s'il avait été bien développé. Avec un bon trio d'acteurs qui plus est.
Non vraiment Gantillon c'est le nul de chez nul.
Il y en a encore deux que je n'ai pas vu : "L'intruse" et "La chica" mais je ne suis vraiment pas pressé.
T'as noté le film 4/5 mais moi je lui mets un petit 1/10 et c'est largement payé pour un ratage aussi complet :shock:
Charles Boyer (faisant la cour) à Michèle Morgan dans Maxime.

- Ah, si j'avais trente ans de moins !
- J'aurais cinq ans... Ce serait du joli !


Henri Jeanson

Avatar de l’utilisateur
Grimmy
Assistant opérateur
Messages : 2831
Inscription : 1 févr. 04, 11:25

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Grimmy » 17 juin 10, 22:59

"La Chica" de Bruno Gantilon, je l'ai vu !! C'est avec la sublime Marine Delterme. Mais c'est nul. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Major Dundee
Réalisateur de seconde équipe
Messages : 5791
Inscription : 15 mai 06, 13:32
Localisation : Bord de la piscine de "Private Property"

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Major Dundee » 17 juin 10, 23:13

Grimmy a écrit :"La Chica" de Bruno Gantilon, je l'ai vu !! C'est avec la sublime Marine Delterme. Mais c'est nul. :mrgreen:

:uhuh: Ben ouai, ça m'étonne pas trop !
Charles Boyer (faisant la cour) à Michèle Morgan dans Maxime.



- Ah, si j'avais trente ans de moins !
- J'aurais cinq ans... Ce serait du joli !




Henri Jeanson

Avatar de l’utilisateur
Federico
Producteur
Messages : 9499
Inscription : 9 mai 09, 12:14
Localisation : Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Federico » 17 juin 10, 23:58

Kevin95 a écrit :Image

Sans sommation (Bruno Gantillon) Image

Ahhh les années 70 réservent toujours de bonnes surprises même dans notre cinéma hexagonal.
Voici Sans sommation, film totalement inconnu réalisé par un certain Gantillon (futur réalisateur d'épisodes pour Sous le soleil et Louis la brocante... ça donne envie !) et avec de bons comédiens mais en général spécialistes des seconds rôles. Le film narre l'histoire d'un flic sans le sou et alcoolique (Maurice Ronet) qui infiltre un groupe de paras terroristes afin d'éliminer son chef, un ancien d'Indochine (Mario Adorf). Un film courageux sur cette guerre sans nom ? Du tout, un prétexte pour cette coproduction italo-française pour un thriller froid et tendu. Pour le tendu c'est loin d'être très réussi, mais pour ce qui est de l'ambiance froide, forcez de constater que le metteur en scène à sut avec talent retranscrire le paysage grisâtre des banlieues parisiennes (de l'époque) et le nid de vipères que peux constituer le système politique français sous Giscard. Maurice Ronet essaye tant bien que mal de porter le film sur ses épaules (dur dur car l'homme est loin d'être charismatique surtout dans ce type de rôle) aidé par un Mario Adorf génial, passant du pathos à la fureur en un claquement de doigts, le tout entouré d'un Bruno Cremer comme toujours excellent.
Un agréable thriller donc, que vous pourrez trouver en dvd en fouillant bien dans les bacs promos de vos supermarché.


Malgré Maurice Ronet, un film plus soporifique que les intégrales réunies (avec bonus et bétisier) de Derrick et de L'Homme du Picardie. :mrgreen:
Gantillon était vraiment fait pour filmer un Tube Citroën.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz

Avatar de l’utilisateur
Kevin95
Footix Ier
Messages : 17633
Inscription : 24 oct. 04, 16:51
Localisation : Devine !

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Kevin95 » 18 juin 10, 12:51

Federico a écrit :
Kevin95 a écrit :Image

Sans sommation (Bruno Gantillon) Image


Malgré Maurice Ronet, un film plus soporifique que les intégrales réunies (avec bonus et bétisier) de Derrick et de L'Homme du Picardie. :mrgreen:
Gantillon était vraiment fait pour filmer un Tube Citroën.


Wa wa wa, je vous trouve bien dur avec ce pauvre employé qui (pour Sans sommation) essaye tant bien que mal de donner vie à ce thriller qui à première vue sent bon le déjà vu. La première scène du film, celle de la descente de flics est punchy et les personnages de second plan intéressants (cf. la prostitué dans le bar miteux). C'est évidemment pas une réussite du genre, mais moi qui n'attendait rien de ce film je fus agréablement surpris d'y voir un assez bon policier, avec deux trois scènes biens senties et des comédiens de qualités. Après oui j'en conviens sur certains passages c'est mou du genou mais la force du personnage du militaire me les a fait vite oublier.
Non, j'assume un film assez sympathique.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)

Avatar de l’utilisateur
hellrick
David O. Selznick
Messages : 12472
Inscription : 14 mai 08, 16:24
Liste de DVD
Localisation : Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar hellrick » 22 juin 10, 10:56

Soirée western "jeremy fox approved" :D

Deux western très efficaces:

Image

Personnage intéressant et casting luxueux pour ce film dans lequel une bande de hors la loi vient troubler l'ordre dans une ville composée de "ratés" dont un James Stewart sherAf ( :wink: ) payé 2 dollars par mois et dont la femme va accoucher sous peu...Va t'il se dresser contre les hors la loi ou pas, voilà la question...
5/6

Image

Très bon western B qui fonctionne en "huis clos" en rassemblant un honnête homme, une femme mure, son mari lâche et uniquement intéressé par l'argent, deux crapules et un bandit tenté par un changement de vie...Cela suffit pour maintenir la tension durant 75 minutes. Du tout bon!

5/6
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 86015
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Jeremy Fox » 22 juin 10, 11:09

hellrick a écrit :Soirée western "jeremy fox approved" :D



:mrgreen:
Approuvé effectivement, le premier ayant d'ailleurs été une excellente surprise alors que je n'en attendais pas grand chose.

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation : 17 Paseo Verde

Re: Notez les films naphtas - Juin 2010

Messagepar Lord Henry » 24 juin 10, 21:13

Bloody New Year
Image

De jeunes plaisanciers en goguette échouent sur les rivages d'une île et trouvent refuge dans un hôtel en apparence déserté. Ils découvrent dans les environs l'épave d'un avion, vestige d'une expérience scientifique ratée dont les effets persistent depuis des décennies.


Après s'être confondu avec le gothique rutilant de la Hammer, le cinéma fantastique britannique fit la part belle dans les années soixante-dix à un naturalisme fruste cultivant les atmosphères malsaines et ne ménageant pas les effets peu ragoûtants. Les deux hérauts de cette nouvelle ère avaient pour nom Peter Walker et Norman J. Warren. Cinéastes médiocres, ils n'en bâtirent pas moins des filmographies cohérentes que réunit une même virulence contre l'establishment sous toutes ses formes.
Les Mutants de la Saint-Sylvestre clôt la carrière cinématographique de Norman J. Warren et il serait quelque peu exagéré d'en parler comme d'une apothéose. Produit avec des bouts de ficelle et confié à une distribution au talent incertain, le film eût exigé de son réalisateur une inspiration inhabituelle afin de remédier à cette infortune. Néanmoins, on croit déceler une modeste ambition dans un scénario où se mêlent les trames temporelles. Une velléité dont atteste la seule véritable idée de mise en scène qui traverse le film: éclairer le spectateur sur les événements passés au moyen de vieux programmes d'actualité, apparaissant et disparaissant tels des spectres sur les écrans des postes de télévision disséminés dans l'hôtel.
Quant au résultat d'ensemble, chacun, selon qu'il se réclamera ou non d'un esprit de charité, en attribuera l'extrême confusion aux aléas de la production ou aux défaillances du réalisateur.
Image