Blast of Silence (Allen Baron - 1961)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 12068
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Blast of Silence (Allen Baron - 1961)

Messagepar Jack Griffin » 19 août 06, 19:20

Image

Blast of silence

Ciné classic a récemment sorti ce film de l'oubli en le proposant dans une belle copie restauré. Allen Baron, ici acteur/ scénariste/ réalisateur, se perdra par la suite dans beaucoup de réalisations télés (des épisodes de Charlie's angel entre autres). Quid donc de cette première réalisation, produite par Universal, vendu comme une perle méconnue du film noir et faisant parti des new-york city films préférés de Martin Scorsese (encore lui).
Le film commence sur les chapeaux de roue...Une voix off, celle de Lionel Stander, racontant la venue au monde du personnage principal et un accouchement dans la douleur, tandis qu'à l'écran, accroché à une locomotive nous traversons un tunnel sombre dont nous apercevons la sortie au loin.
Le film se passe à New York et raconte la dernière mission d'un tueur à gage, Frankie Bono. Personnage dont le mutisme et la solitude cache en réalité une haine, un dégoût des autres et de la société. Ses pensées sont livrées par une voix off omniprésente. Elle tutoie le personnage et agit comme ces petits démons de cartoon quand un dilemme se présente.
Allen Baron soucieux de donner une grande expressivité à son film blinde sa bande-son de voix off, de musique et apporte un soin extrême à la photo et au cadrage. Même si le travail sonore finit par donner un effet de saturation, la beauté des plans, le noir et blanc et la captation de l'atmosphère de New york laisse admiratif. On visite à peu près tout : gare, appartement miteux, bar, boite de nuit, port...Les décors sont saisi d'un point de vue presque documentaire et résolument moderne pour l'époque. On pense à certains films noirs des années 40 mais aussi déjà à Point Blank, dans un mode mineur cela dit.
L'histoire est très classique, provoque parfois un peu lassitude mais l'univers finit par bien imprégner la rétine.
Assez court (1h15) et suffisamment rythmé pour ne pas trop relâcher notre attention.

A voir.
Image

Avatar de l’utilisateur
Fatalitas
Bête de zen
Messages : 38662
Inscription : 12 avr. 03, 21:58

Messagepar Fatalitas » 19 août 06, 21:22

Vu en juillet, et je confirme, c'est tres bon.
Image

Avatar de l’utilisateur
Fatalitas
Bête de zen
Messages : 38662
Inscription : 12 avr. 03, 21:58

Blast of silence (Allen Baron - 1961)

Messagepar Fatalitas » 27 sept. 06, 18:57

Ce film noir, qui a beneficié d'une sortie salles cet été se retrouvera dans les bacs le 10 janvier 2007, edité par MK2

Image

il doit exister un avis de Jack Griffin dans les profondeurs du forum :wink:

Avatar de l’utilisateur
Jack Griffin
Goinfrard
Messages : 12068
Inscription : 17 févr. 05, 19:45

Messagepar Jack Griffin » 28 sept. 06, 01:03

Yep, bonne -j'acheterai pas le dvd- nouvelle. :)
Film à découvrir.

Avatar de l’utilisateur
Tom Peeping
Assistant opérateur
Messages : 2301
Inscription : 10 mai 03, 10:20

Re: Blast of silence (Allen Baron - 1961)

Messagepar Tom Peeping » 12 avr. 08, 10:31

Un film dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à très récemment (je n'avais malheureusement pas lu le post de Jack Griffin ci-dessus) et dont j'ai trouvé le DVD MK2 en occase. Et qui prouve une fois de plus qu'il y a encore tellement de films géniaux à redécouvrir...

De l'intrigante première scène (au début, on ne sait même pas ce qu'on voit) à la fin brutale, Blast of Silence est une sorte de tragédie individuelle qui reprend les codes du théâtre antique en les transposant dans un film noir de 1961. C'est le résumé de l'histoire d'un tueur dont la fin transforme l'existence en destin. Un film noir qui parle de la naissance, du chemin de la vie, de la mort. Le tout porté par un choeur - une voix off qui pourrait être celle de Dieu ou pas - qui commente, parle au héros et fait avancer le récit. Une arrivée à Manhattan, des rencontres avec quelques créatures des bas-fonds et d'ami(e)s d'un autre temps, une sortie dans une boîte de jazz, la réalisation incertaine d'un contrat crapuleux et le jugement sans appel : le film ne perd pas son temps dans des chemins de traverse mais fonce vers son but en 76 minutes d'une rare sécheresse. Sans doute réalisé dans l'urgence et la dèche, les contraintes du réalisateur et principal acteur (Allen Baron, une présence), ont aussi été ses meilleures alliées : filmé en N&B pendant Noël 1960 dans les rues de Manhattan, sur le ferry et dans la zone de Staten Island, le parcours du solitaire "Baby Boy" Frankie est aussi un quasi documentaire sur un New-York disparu. Tout dans le film est crépusculaire : l'histoire, la photo, la voix-off. Et les seuls instants de répit conduisent le personnage principal à sa plus cruelle désillusion. Excellence de tous les acteurs, du montage et de l'illustration musicale. Si il y a un archétype de film noir existentiel (et les films noirs le sont presque tous), c'est bien celui-là, qui fait le pont en 1961 entre le cinéma classique d'avant les années 60 et le jeune cinéma à venir des années 70. Concis, rageur, désespéré, poétique, sans cesse surprenant et d'une profondeur métaphysique rare, Blast of Silence est entré d'un coup dans le haut du panier de mes films préférés du genre. Et que titre génial que ce Blast of Silence ("Détonation de Silence"), qui évoque parfaitement la densité du film, un titre bien meilleur que Baby Boy Frankie, autrement plus faible. Un film que je vous recommande sans réserve.

L'édition MK2 est excellente, avec un documentaire d'une heure (retour sur les lieux du tournage en 1990 avec le réalisateur) que je n'ai pas encore vu. Criterion vient de l'éditer aussi en DVD en Z1.

Image
Dernière édition par Tom Peeping le 12 avr. 08, 11:45, édité 1 fois.
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Boubakar
Mécène hobbit
Messages : 48013
Inscription : 31 juil. 03, 11:50

Re: Notez les films naphtas - Septembre 2009

Messagepar Boubakar » 30 sept. 09, 22:39

Baby boy Frankie (Allen Baron, 1961)

Image

Petit polar, mais grand dans sa qualité d'un jeune réalisateur new-yorkais (dont il joue le rôle principal et c'est le premier film), dont le départ, narré en voix-off nous indique que ce tueur n'est pas ordinaire (la façon dont il raconte sa naissance...). C'est très court, on sent bien que Scorsese l'a beaucoup étudié (certains plans rappellent Means Streets), mais d'une énergie impressionnante, sans "gras".
La ville de New-York est très bien filmée (avec des plans qu'on sent comme "volés"), et un apport décisif du jazz durant le film rendent le film très intéressant, en plus d'avoir une ambiance assez sombre.

angel with dirty face
Six RIP Under
Messages : 4606
Inscription : 7 mars 07, 22:23

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar angel with dirty face » 8 févr. 10, 22:51

Mon coup de cœur du mois...

Image


Blast Of Silence (1961) que je ne connaissais que de réputation est une découverte importante. Merci à MK2 pour ce petit ovni oscillant entre plusieurs genres : Documentaire, film noir, film intimiste... Qu'il soit inclassable, on s'en fout parce qu'au final ce qu'on retient de cette histoire classique, c'est la justesse des plans, la beauté de la photographie, une voix off décalée de Lionel Stander (non crédité au générique) qui ne manque pas d'humour, la présence d'un homme (Allen Baron), du très bon jazz à volonté et the Big Apple à consommer sans modération. Sublime! Martin Scorsese l'a aimé, l'a loué, l'a pillé : On repense à It's Not Just You, Murray! (1964), Who's That Knocking At My Door (1967), Mean Streets (1973), Taxi Driver (1976) et même Raging Bull (1980)! Allen Baron a signé un film sur la solitude, la frustration et le désespoir, qu'il a traité avec beaucoup de poésie. Du très grand cinéma avec des petits moyens... On en redemande!

Les bonus sont à la hauteur du film. Sur ce coup, on peut dire à MK2 : Chapeau!

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar Rick Blaine » 16 août 11, 15:14

J'ai eu pour Blast of Silence un véritable coup de cœur. Ce film oscillant entre documentaire et film noir psychologique est une véritable réussite.
Nous suivons Frankie Bono, tueur à gage de son état, dans l’exécution d'un contrat. L'histoire nous est narrée par une voix off parlant à la 2ème personne du singulier. Le procédé donne évidement un aspect documentaire au film, mais le tutoiement offre d'autre dimensions. Tout d'abord un rapport direct avec la conscience de Frankie, tueur professionnel et souvent froid, dont les états d'âmes sont exprimé par cet voix off, mais aussi une identification forte avec ce personnage, le tutoiement pouvant aussi est dirigée vers le spectateur, invité à se mettre dans la peau du protagoniste, impression soutenu par quelques plans "dans les yeux" du héros. Et de ce point de vue, la réussite est extraordinaire. Je ne sais pas si cette manière de nous faire rentrer dans la peau du personnage était l'intention première de Baron (il n'évoque pas ce point dans le documentaire, mais en tout cas cela fonctionne à merveille et à ce titre, on pourrait voir Blast of Silence comme une formidable réponse au défi que se lançait Robert Montgomery dans Lady in the Lake et auquel à mon sens il échouait à répondre.
Par ces différents aspects combinés, le spectateur va se retrouver comme rarement projeté dans l'esprit du protagoniste, ce qui génère naturellement une forte empathie pour le personnage de Frankie, ce qui n'est pas immédiatement naturel lorsqu'il s'agit d'un tueur à gages.

Le personnage principal bénéficie également de la forte personnalité d'Allen Baron, acteur que l'on pourra trouver maladroit, notamment dans les premières scènes, mais qui tire vraiment profit de cet aspect de son jeu et qui surtout emporte l'adhésion par son charisme. Il est intéressant de noter que le rôle aurait du revenir à Peter Falk, qui finalement tourna Murder, Inc. tout simplement parce que cela lui permettait d'être payé. Baron s'est alors tourné vers, je cite, "le moins mauvais des acteurs qu'il pouvait s'offrir" : lui même. Force est de constater que la réussite est au rendez-vous, et que les seconds rôles sont au diapason notamment l'épatant Larry Tucker.

Durant les quelques jours que nous décrit le film, nous voyons les préparatifs minutieux à l’exécution du contrat durant la période de noël, à New York. Filatures, poursuites, bagarres, Blast of Silence ne manque pas d'action, mais n'oublie pas de dresser le riche portrait psychologique d'un tueur solitaire et mal dans sa peau, dans un décor formidable, sur fond de musique jazz. A ce titre, Blast of Silence apparait comme un pont entre tradition du noir et nouvelle vague New-Yorkaise. Cette production à petit budget (de l'ordre de 50000$ si mes calculs sont bons d'après le documentaire) fait évidement penser en premier à Cassavetes, et notamment à Shadows. Mais chez Baron l'étroitesse budgétaire n'est pas si flagrante. Si la caméra n'est pas aussi libre, car la dramaturgie est plus écrite, c'est au profit d'une photographie remarquable et de plans superbes, qui épatent lorsque l'on sait qu'il s'agit du premier film d'un quasi-autodidacte.

Ne tournons pas plus longtemps autour du pot, je n'ai vu que d'immenses qualités qualité à ce film, sec, nerveux, poétique et touchant, à tel point que j'ai déjà envie de le revoir 24h après l'avoir découvert. Après un premier film aussi puissant, il est dommage de constater que Baron ait du se résoudre à travailler majoritairement pour des série télés durant sa carrière. Je serais toutefois curieux de voir son second film, Terror in the City (qui semble quasi invisible), même s'il est difficile de faire mieux, lorsque l'on a placé la barre aussi haut.
Dernière édition par Rick Blaine le 16 août 11, 15:42, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 87059
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar Jeremy Fox » 16 août 11, 15:24

Belle unanimité autour d'un film dont j'entends parler pour la première fois ; je note dans un coin de ma tête.

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11422
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar bruce randylan » 16 août 11, 15:27

Encore un film qui fait partie des 1900 que j'ai à voir :mrgreen:
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
land of hope and dreams

Avatar de l’utilisateur
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Messages : 14745
Inscription : 30 mars 09, 20:11

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar Père Jules » 16 août 11, 15:29

Commandé à l'instant. Non mais ! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar Rick Blaine » 16 août 11, 15:51

bruce randylan a écrit :Encore un film qui fait partie des 1900 que j'ai à voir :mrgreen:


Je vois que je ne suis pas le seul à avoir ce genre de problèmes. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
El Dadal
Cadreur
Messages : 4278
Inscription : 13 mars 10, 01:34

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar El Dadal » 16 août 11, 16:22

Rick Blaine a écrit :Je serais toutefois curieux de voir son second film, Terror in the City (qui semble quasi invisible), même s'il est difficile de faire mieux, lorsque l'on a placé la barre aussi haut.


Tout aussi invisible semble avoir été Blast of Silence, jusqu'à sa récente (re)sortie. Je me souviens l'avoir vu sur Arte, qui en faisait la promo en grandes pompes et nous présentait le film comme un inédit total, limite un rescapé. Je ne sais pas si les suppléments mettent l'accent sur cette redécouverte du film, ça serait intéressant d'en connaitre les intentions (j'arrive pas à l'acheter, j'espère toujours secrètement un update blu chez Criterion...).

Avatar de l’utilisateur
bruce randylan
Mogul
Messages : 11422
Inscription : 21 sept. 04, 16:57
Localisation : lost in time and lost in space

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar bruce randylan » 16 août 11, 16:30

Rick Blaine a écrit :
bruce randylan a écrit :Encore un film qui fait partie des 1900 que j'ai à voir :mrgreen:


Je vois que je ne suis pas le seul à avoir ce genre de problèmes. :mrgreen:


Pffffiou, on se dit que ça va se tasser un moment, qu'on commence à avoir fait le tour de la filmographie d'un Fritz Lang, d'un Duvivier, d'un Bergman ou d'un Ozu... et puis paf, on se penche sur un Hathaway, le cinéma Tchèque, Anthony Asquith ou Kihachi Okamoto :?

J'étais ravi d'arriver au mois d’août avec la cinémathèque fermée en me disant que j'allais enfin me pencher sur mes DVD. Pas de chance, plein de boulot non prévu au 4 coin de la France... Et la cinémathèque ouvre dans 1 semaine :|
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"

land of hope and dreams

Avatar de l’utilisateur
Rick Blaine
Howard Hughes
Messages : 18491
Inscription : 4 août 10, 13:53
Last.fm
Localisation : Paris

Re: Baby boy frankie (Allen Baron - 1961)

Messagepar Rick Blaine » 16 août 11, 16:33

El Dadal a écrit :
Rick Blaine a écrit :Je serais toutefois curieux de voir son second film, Terror in the City (qui semble quasi invisible), même s'il est difficile de faire mieux, lorsque l'on a placé la barre aussi haut.


Tout aussi invisible semble avoir été Blast of Silence, jusqu'à sa récente (re)sortie. Je me souviens l'avoir vu sur Arte, qui en faisait la promo en grandes pompes et nous présentait le film comme un inédit total, limite un rescapé. Je ne sais pas si les suppléments mettent l'accent sur cette redécouverte du film, ça serait intéressant d'en connaitre les intentions (j'arrive pas à l'acheter, j'espère toujours secrètement un update blu chez Criterion...).


Le supplément est justement en partie constitué de matériau réalisé à l'occasion de sa "redécouverte", qui eu lieu au milieu des années 2000, mais n'en explique pas exactement les raisons.

D'après ce que dit Baron, l'accueil critique du film à sa sortie fut très bon, mais Universal n'a pas fait grand chose du film, le cantonnant à une diffusion confidentielle, sans promotion publicitaire. Le film est ensuite tombé dans l'oubli. Ce n'aurait sans doute pas été le cas s'il avait été presenté à Cannes en 1961 comme prévu. Le directeur du festival semblait y tenir beaucoup, mais le film n'était pas tout à fait fini.

Je ne sais pas si il a été vu en dehors des Etats Unis à l'époque, mais c'est tout de même possible. Je ne l'ai pas évoqué plus haut car je ne l'ai pas revu depuis longtemps, mais j'ai fortement pensé au Samouraï de Melville devant Blast of Silence. C'est a confirmer, et ça me ferait un excellent prétexte pour revoir les deux films sous peu, mais ça ne m'étonnerait pas un instant si j’apprenais que Melville avait vu et apprécié le Baron.

A propos du DVD, la copie est superbe. Je ne sais pas si un Blu Ray apporterait beaucoup plus, et du coup si un éditeur tentera la sortie, surtout pour un film qui reste relativement confidentiel.