Kay Francis (1905-1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980...

Modérateurs : Karras, Rockatansky, cinephage

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 12310
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Supfiction » 4 sept. 18, 18:55

Sybille a écrit :à l'âge de 35 ans à peine, elle est déjà en train de jouer la mère de Deanna Durbin (qui a environ 20 ans) dans It's a date


Et il l'avait pas gatée en lui mettant une perruque blonde au début du film.

Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 12310
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Supfiction » 14 avr. 19, 21:35

Sybille a écrit :J'ai pu découvrir beaucoup plus largement la filmographie de Kay Francis au cours de ces dernières années et je l'apprécie beaucoup. Vraiment classieuse, impertinente et moderne tout en gardant évidemment cette 'touche' années 30 tellement fascinante. J'ai lu un ouvrage critique où l'auteur dit platement et avec conviction qu'elle "ne sait pas jouer", étrange et peu convainquant.

Sinon c'est dommage que sa carrière ait périclité aussi vite, au contraire d'actrices comme Stanwyck, Davis, etc. Quand on voit qu'à l'âge de 35 ans à peine, elle est déjà en train de jouer la mère de Deanna Durbin (qui a environ 20 ans) dans It's a date (petit film plutôt sympa par ailleurs, dont Jane Powell fera un remake avec Nancy goes to Rio) !


Tavernier en parle dans son dernier billet :
Kay Francis (dont la sexualité élégante ne survécut pas à l’imposition du Code)


Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une question de sexualité mais plutôt du fait de films de plus en plus centrés sur les personnages masculins dans la seconde partie des années 30 et au delà où les femmes indépendantes telles que les jouaient Kay Francis (qui n’hésite pas par exemple à demander le divorce comme dans Girls about town) furent plus rares au profit des femmes fatales et des épouses. Tavernier cela dit a raison si l’on considère une femme normal (ni femme fatale ni girl next door) et indépendante à la fois comme une menace sexuelle.

Image

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Accessoiriste
Messages : 1742
Inscription : 23 juin 05, 14:06

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Sybille » 14 avr. 19, 23:12

Supfiction a écrit :Tavernier en parle dans son dernier billet :
Kay Francis (dont la sexualité élégante ne survécut pas à l’imposition du Code)


Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une question de sexualité mais plutôt du fait de films de plus en plus centrés sur les personnages masculins dans la seconde partie des années 30 et au delà où les femmes indépendantes telles que les jouaient Kay Francis (qui n’hésite pas par exemple à demander le divorce comme dans Girls about town) furent plus rares au profit des femmes fatales et des épouses. Tavernier cela dit a raison si l’on considère une femme normal (ni femme fatale ni girl next door) et indépendante à la fois comme une menace sexuelle.


Oui, apparemment la guerre 39/45 et peut-être encore plus les années juste après ont porté un coup fatal aux personnages féminins et aux "women's pictures" en général, du moins dans le cinéma américain.

Quant à la situation plus spécifique de Kay Francis, c'est peut-être aussi provenu d'un manque de volonté de sa part à réellement poursuivre sa carrière d'actrice ? Pas comme Bette Davis ou Joan Crawford ou quelques autres qui étaient vraiment prêtes à se montrer tenace et souhaitaient avoir des rôles (y compris en vieillissant). Cependant il semble quand même clair qu'elle a en effet été freinée dans son développement par les studios.

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 5347
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Alexandre Angel » 15 avr. 19, 18:55

Image

Que dire?

Image

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 12310
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Supfiction » 15 avr. 19, 19:37

Alexandre Angel a écrit :
Que dire?



Image

Avatar de l’utilisateur
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Messages : 5347
Inscription : 18 mars 14, 08:41

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Alexandre Angel » 15 avr. 19, 19:43

Image
s'cusez moi

Avatar de l’utilisateur
Supfiction
David O. Selznick
Messages : 12310
Inscription : 2 août 06, 15:02
Localisation : Pottersville
Contact :

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Supfiction » 15 avr. 19, 20:04

Ce qui est remarquable chez elle, ce n’est pas tant sa beauté (certains y seront plus sensibles que d’autres) que son sens de la mode et le soin qu’elle met dans le choix de ses tenues, accessoires, maquillage, coiffure. La recherche du glamour et de la sophistication est évidente.
Dans Girl about town (1931) que je viens de voir, elle porte une tenue leopard hallucinante.
Norma Shearer était un peu dans le même cas mais avec beaucoup moins d’audace.
Elle avait aussi un look parfois androgyne qui fait que certains se sont fait de fausses idées.

Image

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Accessoiriste
Messages : 1742
Inscription : 23 juin 05, 14:06

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar Sybille » 16 avr. 19, 20:07

Peut-être que ça a déjà été évoqué sur le topic, mais j'ai lu qu'elle était relativement grande (encore plus pour l'époque sans doute), genre 1m75. D'ailleurs ça se remarque assez face à ses partenaires, homme ou femme.
Et c'est sûr qu'elle savait porter ses tenues !

Avatar de l’utilisateur
joe-ernst
Décorateur
Messages : 3659
Inscription : 20 mars 06, 15:11
Localisation :

Re: Kay Francis (1905-1968)

Messagepar joe-ernst » 20 avr. 19, 18:29

Supfiction a écrit :Ce qui est remarquable chez elle, ce n’est pas tant sa beauté (certains y seront plus sensibles que d’autres) que son sens de la mode et le soin qu’elle met dans le choix de ses tenues, accessoires, maquillage, coiffure. La recherche du glamour et de la sophistication est évidente.


C'est d'ailleurs pour cela qu'elle était surnommée le porte-manteau de la Warner... :wink:
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie