Voir ensemble

Un DVD à vendre ? Un film que vous cherchez à tout prix ? Vous souhaitez aussi vous présenter en arrivant ? C'est ici que ça se passe !

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 27 mars 20, 21:46

Alphonse Tram a écrit :Pas mal cette petite chronique, félicitations :wink:

Merci :D

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 29 mars 20, 16:39

Ce soir, dimanche 29 mars, je vous propose de voir ensemble Le deuxième souffle (Jean-Pierre Melville, 1966) avec Lino Ventura à 20h55 sur Arte. On y vérifiera, comme le souligne Youri Deschamps dans le volume d'Eclipses-revue de cinéma consacré au cinéaste :

"Les scènes d'action sont par exemple le plus souvent vidées de tout contenu spectaculaire : seule "l'exécution" l'intéresse, c'est à dire la façon dont les professionnels s'y prennent, la précision des gestes, la droiture des âmes et la solitude qui accompagne l'excellence acquise dans tel ou tel domaine. C'est pourquoi chez Melville, toute action s'accompagne d'une certaine ritualisation, d'une solennité qui confine à l'ascèse."

Image

jean lamarche
Stagiaire
Messages : 5
Inscription : 7 août 17, 14:40

Re: Voir ensemble

Messagepar jean lamarche » 29 mars 20, 18:51

C'est entendu, je vais le revoir 54 ans plus tard.

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 29 mars 20, 23:21

jean lamarche a écrit :C'est entendu, je vais le revoir 54 ans plus tard.

Bienvenue Jean

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 29 mars 20, 23:31

J'avais gardé un souvenir bien trop flou du film. Critique à réécrire. S'en tenir donc à cela : Thématique et stylistique

A chaud quand même : Gu et Blot veulent faire advenir une vérité. Elles sont tragiquement incompatibles sans l'échec de l'un ou l'autre. Les autres, hormis les fidèles jusqu'au bout (Manouche, Alban, Orloff), errent dans le noir. Bonne nuit, à demain.

Jylin
Stagiaire
Messages : 2
Inscription : 30 mars 20, 10:47

Re: Voir ensemble

Messagepar Jylin » 30 mars 20, 11:26

L honneur perdu de Gu dans LE DEUXIEME SOUFFLE
J'ai revu ce film hier et même si la mise en scène de Melville est au cordeau, je dois dire que ces histoires de truands et flics m'ont laissé de marbre. Je ne peux pas entrer dans la logique du code de l'honneur d'un truand qui abat ses victimes de sang froid.
En revanche, je trouve le casting du film époustouflant. Hormis les deux stars, Ventura et Meurisse, Melville nous régale des meilleurs seconds rôles du cinéma français des années 50-60: Constantin, Frankeur, Bozuffi, Manuel.;. Et c'est aussi hélas une véritable nécrologie.
La seule actrice du film dans ce monde viril a un rôle ambigu: il est dit qu'elle est la sœur de Gu, mais leur relation est plutôt celle d'amants. Cette ambiguïté est un des intérêts du film.

Avatar de l’utilisateur
John Holden
Assistant opérateur
Messages : 2470
Inscription : 1 sept. 14, 21:41
Localisation : Aux basques de Carter

Re: Voir ensemble

Messagepar John Holden » 30 mars 20, 12:06

Vous n'oublierez pas de laisser la clé dans la boîte aux lettres en partant ? Merci :D

Avatar de l’utilisateur
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Messages : 88755
Inscription : 12 avr. 03, 22:22
Localisation : Contrebandier à Moonfleet

Re: Voir ensemble

Messagepar Jeremy Fox » 30 mars 20, 12:57

John Holden a écrit :Vous n'oublierez pas de laisser la clé dans la boîte aux lettres en partant ? Merci :D

:o :uhuh:

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2822
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: Voir ensemble

Messagepar moonfleet » 30 mars 20, 13:16

Jylin a écrit :La seule actrice du film dans ce monde viril a un rôle ambigu: il est dit qu'elle est la sœur de Gu, mais leur relation est plutôt celle d'amants. Cette ambiguïté est un des intérêts du film.

Bonjour, à propos de Manouche, Gu la fait passer pour sa soeur devant certaines personnes, mais il est évident qu'elle est/fut sa maitresse.
D'ailleurs qui aurait l'idée de préparer un diner aux chandelles pour sa propre soeur ?? Je sais c'est une convention, mais Gu est très tradition :)
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Messages : 9035
Inscription : 13 avr. 03, 20:28
Localisation : A la recherche de Zoltar

Re: Voir ensemble

Messagepar Joshua Baskin » 30 mars 20, 18:03

Allez je me lance aussi, ce soir je vous propose sur TFX, appels d'urgence à 21h05 (durée 1h05).

Agressions, accidents de la route, différends familiaux, cambriolages, les hommes de «Police Secours» sont les premiers à intervenir après un appel passé au 17. Ces policiers ne savent jamais vraiment à quoi s'attendre en arrivant sur les lieux de l'intervention. Cette incertitude rend leur métier difficile. Une équipe a suivi les 64 hommes et femmes qui quadrillent la ville de Lille pour assurer la sécurité des citoyens.

J'attends vos commentaires à la fin de l'émission et nous ouvrirons le débat tel Alain Jérôme, les dossiers de l'écran.

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 30 mars 20, 20:32

Jylin a écrit :L honneur perdu de Gu dans LE DEUXIEME SOUFFLE
J'ai revu ce film hier et même si la mise en scène de Melville est au cordeau, je dois dire que ces histoires de truands et flics m'ont laissé de marbre. Je ne peux pas entrer dans la logique du code de l'honneur d'un truand qui abat ses victimes de sang froid.
En revanche, je trouve le casting du film époustouflant. Hormis les deux stars, Ventura et Meurisse, Melville nous régale des meilleurs seconds rôles du cinéma français des années 50-60: Constantin, Frankeur, Bozuffi, Manuel.;. Et c'est aussi hélas une véritable nécrologie.
La seule actrice du film dans ce monde viril a un rôle ambigu: il est dit qu'elle est la sœur de Gu, mais leur relation est plutôt celle d'amants. Cette ambiguïté est un des intérêts du film.

Jean-Yves, je comprends bien tes réticences. Pour avoir un peu d'empathie avec Gu (C'est plus facile avec Blot !) il faut compter sur la capacité de Melville à faire entrer le genre film noir dans le cadre plus grand de la tragédie. Pas unité de temps ou de lieu mais épure de l'action, réduite à quelques scènes mais surtout personnages vus en grand. Gu n'a rien d'un tueur (il a tué une fois il y a quinze ans) mais, aux abois, il est contraint d'accepter un projet ou il devra tuer un homme. Orloff, son alter ego, a bien compris que ce marché ne peut convenir à quiconque et s'est désisté ,même s'il a hésité sur l'instant vu la somme allouée mais en comprenant ensuite la conséquence meurtrière. Ce dépassement tragique dans le meurtre est l'objet de l'unique séquence de solidarité entre Gu et Antoine Ripa : "les flics c'est nous deux et personne d'autre" Ainsi Orloff Alban et Manouche sont-ils vus en grand
Dans l'aspect tragique, possibilité d'inclure un inceste possible : baiser vu de dos, Gu habillé comme on reçoit une maitresse et diner aux chandelles. Qui plus est, Simone a abandonné ses gants qu'Alban ne se fera pas faute de prendre le matin pour lui ramener. Mais ils se connaissent depuis l'enfance et c'est Théo,le passeur qui la présente comme la soeur de Gu. Le roman de José Giovanni doit être moins ambigu. Qui vérifie ?

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2822
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: Voir ensemble

Messagepar moonfleet » 30 mars 20, 20:38

Joshua Baskin a écrit :Allez je me lance aussi, ce soir je vous propose sur TFX, appels d'urgence à 21h05 (durée 1h05).

Agressions, accidents de la route, différends familiaux, cambriolages, les hommes de «Police Secours» sont les premiers à intervenir après un appel passé au 17. Ces policiers ne savent jamais vraiment à quoi s'attendre en arrivant sur les lieux de l'intervention. Cette incertitude rend leur métier difficile. Une équipe a suivi les 64 hommes et femmes qui quadrillent la ville de Lille pour assurer la sécurité des citoyens.

J'attends vos commentaires à la fin de l'émission et nous ouvrirons le débat tel Alain Jérôme, les dossiers de l'écran.

Trop tard !!

Image
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 30 mars 20, 20:39

moonfleet a écrit :Bonjour, à propos de Manouche, Gu la fait passer pour sa soeur devant certaines personnes, mais il est évident qu'elle est/fut sa maitresse.
D'ailleurs qui aurait l'idée de préparer un diner aux chandelles pour sa propre soeur ?? Je sais c'est une convention, mais Gu est très tradition :)

D'un autre côté, elle est réduite à une fonction protectrice : elle soigne ses blessures, propose de faire le ménage, prépare la maison de Marseille. Si relation ambigue, elle est bien sa soeur à mon avis. Blot, qui connait son attachement néfaste à son frère, cherche à l'en détacher.

jllcineclubdecaen
Stagiaire
Messages : 30
Inscription : 25 mars 20, 07:03

Re: Voir ensemble

Messagepar jllcineclubdecaen » 30 mars 20, 20:42

Ce soir, lundi 30 mars, je vous propose de voir ensemble Arizona Junior (1987) le deuxième film des frères Coen à 20h55 sur Arte.
Et pour ceux à qui l'overdoses ne fait pas peur, toujours sur Arte, Down by Law (Jim Jarmusch, 1986) à 22h25 et Shiraz (Franz Osten, 1928) à 0h10, un mélodrame orientaliste muet sur la construction légendaire du Taj Mahal.

Bien vu Moonfleet !!

Avatar de l’utilisateur
moonfleet
Assistant opérateur
Messages : 2822
Inscription : 13 août 09, 21:46
Localisation : contrôlée par un cerveau malade

Re: Voir ensemble

Messagepar moonfleet » 30 mars 20, 20:45

jllcineclubdecaen a écrit :Dans l'aspect tragique, possibilité d'inclure un inceste possible : baiser vu de dos, Gu habillé comme on reçoit une maitresse et diner aux chandelles. Qui plus est, Simone a abandonné ses gants qu'Alban ne se fera pas faute de prendre le matin pour lui ramener. Mais ils se connaissent depuis l'enfance et c'est Théo,le passeur qui la présente comme la soeur de Gu. Le roman de José Giovanni doit être moins ambigu. Qui vérifie ?

Le passeur la présente comme sa soeur pour brouiller l'identification, mais ce n'est pas sa soeur, c'est évident. Déjà, vu la psychologie des deux personnages, l'inceste n'est même pas envisageable. Vous fantasmez complètement !! :roll:
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs

Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image