The Phantom of Hollywood (1974)

Tout sur les séries, à la TV ou en DVD : 24, Desperate Housewives, Six Feet Under, Le Prisonnier, Twin Peaks, Mission : Impossible, Seconde B, Plus Belle la Vie...

Modérateurs : cinephage, Karras, Rockatansky

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation

The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Lord Henry » 31 juil. 08, 14:01

Habitué des programmes de TCM, je vous invite à guetter son éventuelle diffusion.

Connaissez-vous la légende du fantôme d'Hollywood? On raconte que la nuit, il hante le légendaire plateau B des studios Worlwide, celui-là même où furent tournés les extérieurs de grands classiques tels que le Magicien d'Oz, Le Chant du Missouri ou encore Tous en Scène. Mais voilà, Worwilde a décidé de livrer ce témoin de son glorieux passé aux investisseurs immobiliers, au grand dam dudit fantôme.


Nul n'a besoin d'avoir écumé les bibliothèques pour comprendre que les scénaristes ont puisé leur inspiration chez Gaston Leroux. Mais à vrai dire, cette référence littéraire reste un vague prétexte, et le téléfilm s'avère incapable de secouer sa propre pusillanimité.

Non, l'intérêt se situe ailleurs et il mérite que l'on s'y arrête.

Ainsi que tout cinéphile moyen l'aura compris aux quelques titres susmentionnés, derrière Worldwide se cache – ou plutôt ne se cache pas – la MGM, alors en pleine déconfiture. Et par un effet de mise en abîme dont on devine qu'il a en grande partie échappé aux intéressés, le film va tirer parti des circonstances.

Produit par la firme au lion elle-même, Le Fantôme d' Hollywood s'ouvre sur le spectacle symbolique de certains de ses décors les plus prestigieux, livrés à une décrépitude mortifère – la gare de Waterloo Bridge, la place de A Tales of Two Cities, la maison familiale de Meet Me in St. Louis - entrecoupé d'extraits des oeuvres concernées.
En quelques minutes, le studio résume sa propre histoire, donne à voir son déclin et décide de se nourrir de ce dernier.
Le studio Worldwide au bord de la faillite doit liquider les emblèmes de sa gloire dilapidée? Alors, en guise d'illustration, sur un écran de télévision défilent les images de la mise aux enchères par la MGM des accessoires attachés à des décennies d'émotions cinématographiques.
Avant de mettre en pièce les plateaux d'extérieur, les futurs acheteurs bénéficient d'une ultime visite guidée où la fiction s'efface devant la réalité: "Regardez, c'est la maison d'Andy Hardy!", "Voici, les décors où furent tournés toutes les adaptations de Dickens!"
Et c'est d'ailleurs bien la réalité qui prend une revanche cruelle sur la fiction, lorsqu'à la fin le spectateur assiste à la destruction réelle des décors en question, réduits en poussière par l'acharnement des bulldozers.
D'une certaine façon la MGM filme sa propre mort, sans y voir autre chose qu'un exercice de nostalgie mercantile. A l'image des protagonistes dont l'esprit pratique n'est que fort peu affecté par la dimension symbolique des évènements.
On mesure ici l'évolution entre le Hollywood des pères fondateurs et celui des investisseurs, indifférent à son histoire et peu soucieux de reconnaissance artistique.
Sans doute plus symboliquement encore, ce crépuscule brutal est-il enregistré pour le bénéfice d'une production télévisuelle. La télévision qui se repaît sans vergogne de ce passé qu'elle aura contribué à mener au tombeau.

Bien sûr, le fantôme, lui-même vestige de ce passé qui se refuse à mourir, va tout essayer pour préserver son univers menacé: assassiner les ouvriers, saboter les travaux, enlever la fille du propriétaire. Mais rien n'y fera. Et dans l'une des rares vraies idées de mise en scène - qui n'en rend que plus coupable la banalité de l'ensemble - nous assistons à la chute mortelle de l'infortuné spectre, montée en parallèle avec les images des opérations de démolition.

Pour ce banquet funèbre, certains convives font figure de témoins historiques: Peter Lawford, Jackie Coogan, Elisha Cook Jr et l'actrice principale, Skye Aubrey, fille d'un ancien président de la MGM(!).


En voici le début, histoire aussi de rendre hommage à Leonard Rosenman dont la musique pouvait transcender la matière la moins remarquable:
Dernière édition par Lord Henry le 30 août 08, 10:55, édité 2 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Eleanor
Stagiaire
Messages : 58
Inscription : 28 mai 07, 18:45
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Eleanor » 31 juil. 08, 14:48

Ca a l'air très intéressant, tout ça ! Et c'est une série, alors ? Il y a combien d'épisodes ?
Tu dis que ça passe parfois sur TCM ? Je vais surveiller !
"What do you want, Joe, my life history ? Here it is in four words : big ideas, small results."

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Lord Henry » 31 juil. 08, 14:55

Chère Eleanor, il s'agit d'un téléfilm. Il est d'ailleurs proposé - avec le découpage habituelle - sur YouTube.
Image

Avatar de l’utilisateur
Burnett
Sévèrement
Messages : 783
Inscription : 11 mars 07, 12:46

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Burnett » 31 juil. 08, 18:04

Ah la la, je me souviens l'avoir découvert un dimanche après-midi, dans les années 70 ! :shock:
Merci Lord Henry pour ce petit rappel, mais à quand une édition DVD ?

Avatar de l’utilisateur
Eleanor
Stagiaire
Messages : 58
Inscription : 28 mai 07, 18:45
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Eleanor » 3 août 08, 18:08

Merci pour ces précisions, Lord Henry !
"What do you want, Joe, my life history ? Here it is in four words : big ideas, small results."

Avatar de l’utilisateur
Desertfox
Assistant(e) machine à café
Messages : 126
Inscription : 30 mai 07, 15:34
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Desertfox » 30 août 08, 10:46

Ils auraient pas également un peu copié The phantom of the paradise ?

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Lord Henry » 30 août 08, 10:49

Que l'on me pardonne de céder à la complaisance fastidieuse de l'autocitation:

Nul n'a besoin d'avoir écumé les bibliothèques pour comprendre que les scénaristes ont puisé leur inspiration chez Gaston Leroux


Source littéraire que l'on devine commune au film de Brian De Palma.
Image

Avatar de l’utilisateur
Desertfox
Assistant(e) machine à café
Messages : 126
Inscription : 30 mai 07, 15:34
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Desertfox » 30 août 08, 12:20

De Palma a quand même eu l'originalité de mélanger ce mythe avec celui de Faust :)
"Ah Ah, I know what you're thinking. 'Did he fire six shots or only five?' Well, to tell you the truth, in all this excitement I've kinda lost track myself. But being this is a .44 Magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you've got to ask yourself one question: 'Do I feel lucky?' Well, do ya, punk?"
Dirty Harry, de Don Siegel 1971 (Clint Eastwood)

Bugsy Siegel
Accessoiriste
Messages : 1675
Inscription : 1 sept. 07, 16:42
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Bugsy Siegel » 30 août 08, 14:57

Desertfox a écrit :De Palma a quand même eu l'originalité de mélanger ce mythe avec celui de Faust :)


...et de s'inspirer aussi du "Portrait de Dorian Gray" d'Oscar Wilde, qui n'est pas plus un mythe que "Le Fantôme de L'Opéra" de Leroux ! De Palma peut se féliciter que la législation américaine fasse tomber dans le domaine public les oeuvres littéraires 70 ans après la mort de leur auteur !
on faisait queue devant la porte des WC comme au ciné lors du passage de l'Atlantide à l'écran. Jean Ray, Hôtel de Famille, 1922

Avatar de l’utilisateur
Lord Henry
A mes délires
Messages : 9468
Inscription : 3 janv. 04, 01:49
Localisation

Re: The Phantom of Hollywood (1974)

Messagepar Lord Henry » 14 déc. 11, 21:13

A titre d'info, le film est à nouveau disponible sur YouTube.

Par ailleurs, il est proposé dans la collection Warner Archive:

Image
Image


Revenir vers « Séries TV »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité