Menu
Test dvd

Le Capitaine Fracasse

DVD - Région 2
René Chateau Vidéo
Parution : 9 / 1 / 2003

Image

Si René Château édite régulièrement des films dans des copies tout à fait respectables (sinon même très belles, notamment parmi leurs nombreux polars), on ne peut pas en dire autant de quelques titres pourtant importants. Le Capitaine Fracasse  n'est disponible que chez eux pour le moment, et il faudra être assez indulgent pour en profiter. Surtout à l'heure actuelle, où la HD et les restaurations diverses que connait le cinéma français de patrimoine redéfinissent la notion de qualité visuelle et auditive.

N'y allons pas par quatre chemins : Le Capitaine Fracasse est certes proposé en cinémascope respecté, dans une copie propre et respectant sans doute les teintes grisâtres d'origine voulues comme telles, mais c'est à peu près tout ce dont il faut se réjouir. Le transfert 4/3 est très dommageable (peu de gens ont encore une TV 4/3 de nos jours, et le scope en format vidéo 4/3 fait dès lors figure de timbre poste au centre de son écran), la compression relativement visible, la pixellisation insistante lors de certaines séquences sombres, et l'ensemble assez blafard. Sans parler des couleurs un brin délavées. La copie a vécu, et cela se sent, la cause principale en revenant au peu de pèche de l'image (blafarde, dénuée de contraste, peu profonde, floue par instants...). Un transfert 16/9 aurait pourtant déjà rendu ce DVD plus fréquentable. Faire l'acquisition du disque sans regretter son achat se fera nécessairement par l'acceptation de ces éléments. Il ne reste plus qu'à espérer une éventuelle mais très incertaine sortie blu-ray un jour ou l'autre, et pour laquelle une restauration sérieuse devrait s'imposer.

Son

La piste d'origine est plutôt bonne, sans souffle et peu parasitée. Reste une légère saturation des aigus assez déplaisante lors des scènes d'action. Bref, un son d'époque qui nécessiterait lui aussi un travail de restauration. Aucun sous-titre disponible.

Suppléments

Aucun supplément.

Par Julien Léonard - le 11 décembre 2015