Menu
Test blu-ray

La Brigade du suicide

BLU-RAY - Région B
Rimini Editions
Parution : 24 / 8 / 2021

Image

Rimini poursuit l'exploration des Films Noirs d'Anthony Mann avec La brigade du suicide, autre série B restaurée par l'éditeur américain ClassicFlix, fin 2017. Le traitement est assez comparable à celui mené pour Marché de brutes, sorti au début de l'été, avec une belle restauration 2K effectuée à partir des archives du British Film Institute. Le résultat est efficace, très agréable à l'oeil, et enterre nettement le vieux master analogique édité en son temps par Wild Side. Ce dernier souffrait notamment d'un tremblement de cadre peu discret, défaut désormais corrigé, et de contrastes très relâchés. La palette de gris est désormais bien plus nuancée et les contrastes se montrent extrêmement bien gérés, conservant à la fois de la profondeur et du détail, des caractéristiques indispensables à la très belle photographie régulièrement tranchante de John Alton. On ne relève que de très rares pulsations du niveau de noirs, limitées à quelques bords de cadres vite oubliés. La copie a été bien nettoyée, il ne reste plus que quelques infimes rayures verticales discrètes. Elle présente une bonne qualité définition et un niveau de détail palpable. Seuls les plans contenant un trucage (notamment les fondus enchaînés), issus d'éléments dupliqués entraînant une perte de génération, possèdent une finesse en retrait, plus ou moins accentuée selon les cas. Il vous faudra de toutes façons vous y habituer puisque ces plans plus épais restent assez nombreux au final (allez, disons sans doute un petit tiers du film au bas mot) et ce défaut d'origine ne pourra jamais être corrigé. L'ensemble bénéficie d'une belle texture argentique, un grain organique et non lissé, bien soutenu par un encodage quasi invisible (on repèrera un ou deux effets de postérisation négligeables). La brigade du suicide est présenté dans la plus belle restauration disponible à ce jour, il n'avait jamais été vu dans des conditions de visionnage aussi satisfaisantes. ClassicFlix a restauré à la même époque un troisième polar d'Anthony Mann, Il marchait la nuit, qui n'est pas encore prévu chez Rimini pour l'instant, mais qui sait...

comparatif DVD Wild Side (2005) vs. Blu-ray Rimini (2021) : 1 2 3 4 5 6 7

Son

Une restauration également convaincante au niveau du son. Malgré un spectre légèrement couvert, le rendu conserve suffisamment du détail des prises de son direct. L'ampleur des passages musicaux reste modéré et le niveau de détail en pâtit un peu mais l'ensemble reste encore de bonne facture. Les impuretés ont été nettoyées, le souffle est absent, les voix ne sont pas sujettes aux sifflantes.

Suppléments

La brigade du suicide est proposé dans un très élégant digipack avec fourreau, au visuel inspiré des affiches d'époque. Le film est présenté en DVD et en Blu-ray, accompagné d'un livret de 24 pages signé de l'excellent Christophe Chavdia, de l'agence La Plume, à qui l'on devait déjà les livres sur Richard Fleischer et John Milius, édités en supplément par Rimini. La Fureur des hommes est divisé en plusieurs parties, avec des récits relativement précis, détaillés et passionnants, comme à chaque fois. Un premier focus s'intéresse au réalisateur Anthony Mann, révélé par le genre du Film noir qui lui permet déjà de montrer un talent que la critique ressentira à l'époque comme de l'apprentissage, le cinéaste n'ayant été pris au sérieux que bien plus tard, au moment des cinq westerns tournés avec James Stewart. "Super Mann" débuta au théâtre, comme acteur puis metteur en scène et directeur de compagnie, passa même par la télévision et put enfin travailler pour le grand écran sur des petits budgets. Il se qualifiait lui-même de "faiseur", ce qui ne l'empêchait pas d'élaborer une mise en scène efficace et très stylisée malgré le budget à l'économie, créant un "monde mental et visuel à part"... qui fera sa renommée. Sa rencontre avec l'alter ego John Alton, célèbre directeur de la photographie, sera décisive. Pour la suite du livret, Christophe Chavdia s'intéresse justement à la carrière d'Alton, un "homme flamboyant" qui savait prendre ses distances avec un système des studios très conservateur. Influencé par Rembrandt, il pourrait être qualifié de co-auteur pour ses oeuvres avec Anthony Mann. Un chapitre est consacré à La brigade du suicide, que le cinéaste considère comme son "premier vrai film", une série B "de prestige" inspirée de polars semi-documentaires, au scénario qui dût se confronter aux codes rigoureux de la censure, mais dont "le triomphe" propulsera sa carrière, au final. Une partie du livret est également consacrée à Marché de brutes, sorti en juin dernier chez Rimini

Un Film Noir documentaire (15 min - HD)
Déjà présent sur le Blu-ray de Marché de brutes, le critique Jacques Demange évoque l'aspect formel du travail d'Anthony Mann dans La brigade du suicide, "le film de ses vrais débuts". Le réalisateur, artistiquement plus libre dans ces productions de séries B, a pu s'investir dans l'écriture du scénario et apporter un aspect documentaire et naturaliste très en vogue à l'époque. Il utilise parallèlement une forme très stylisée par la photographie contrastée de John Alton, l'utilisation dramaturgique des décors (la ville comme "entité tentaculaire"), l'approche visuelle verticale des compositions qui renvoie au tragique, ou en jouant avec les déplacements des acteurs pour dynamiser sa mise en scène. Jacques Demange revient entre autres sur le discours ambigu de La brigade du suicide, sa violence légitimée par l'action policière qui permet de surmonter la censure...


En savoir plus

Taille du Disque : 24 852 832 460 bytes
Taille du Film : 21 233 295 360 bytes
Durée : 1:32:34.590
Total Bitrate: 30,58 Mbps
Bitrate Vidéo Moyen : 27,14 Mbps
Video: MPEG-4 AVC Video / 27143 kbps / 1080p / 23,976 fps / 16:9 / High Profile 4.1
Audio: English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1824 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Subtitle: French / 21,247 kbps

Par Stéphane Beauchet - le 8 septembre 2021