Claude Sautet (1924-2000)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49912
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Boubakar »

J'ai peur que ça fasse doublon avec :

Image

qui avait fini chez Noz pour quelques euros.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48274
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Flol »

Sauf qu'ici, contrairement au "Sautet par Sautet", le bouquin ne consiste qu'en différentes conversations avec Sautet non ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92690
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16679
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Profondo Rosso »

Un mauvais fils (1980)

Image

Bruno Calgagni rentre en France. Toxicomane, parti six ans plus tôt pour les États-Unis, il y a purgé une peine de cinq ans de prison pour trafic d'héroïne. Pendant son absence sa mère est morte. Il se rend chez son père qui l'accueille, mais la situation devient vite invivable, son père l'accusant d'être responsable de la mort de sa mère. Bruno travaille comme manutentionnaire dans des conditions difficiles. Le contrat terminé il trouve un emploi dans une librairie, où officie également Catherine, une ancienne toxicomane...

Un mauvais fils marque une rupture et le début d’un nouveau cycle dans l’œuvre de Claude Sautet. Après une décennie à avoir exploré sous toutes les formes les affres des hommes de sa génération dans une série de désormais classiques du cinéma français (Les Choses de la vie (1969), Max et les ferrailleurs (1971), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul... et les autres (1974), Mado (1976), Une histoire simple (1978)), le réalisateur souhaite sortir de ce confort, dépeindre d’autres milieux sociaux, tranches d’âges et par conséquent type de personnage et situation. Cette réinvention passera notamment par un changement de scénaristes puisque les fidèles Jean-Loup Dabadie et Claude Neron ne seront pas cette fois de la partie. A leur place, le journaliste Daniel Biasini (alors époux d’une des égéries du cinéma de Sautet, Romy Schneider) et Jean-Paul Török, qui entre autres talent fut critique à Positif, revue qui n’eut de cesse de défendre Sautet à cette période. Au niveau du casting le réalisateur va chercher Patrick Dewaere (après avoir hésité avec son acolyte des Valseuses Gérard Depardieu, trop imposant et pas assez vulnérable pour le rôle) et son ami Yves Robert dans un magnifique contre-emploi de père taciturne.

Bruno Calgagni (Patrick Dewaere) est de retour en France après six années passées dans une prison américaine où il était condamné pour trafic d’héroïne. Le conflit paternel se devine dès les premières séquences et avant même les retrouvailles grâce au sens du détail de Sautet. Aux policiers qui l’accueillent et l’interrogent, il est capable de citer de mémoire la date de naissance de sa mère quand il n’a plus celle de son père (Yves Robert) en tête, preuve sous-jacente de la distance qui règne entre eux. Les retrouvailles seront effectivement froides et, si l’affection se devine dans les regards du père et du fils dans ce premier contact, le geste est maladroit et retenu. Un fantôme s’immisce en effet dans le renouement possible entre les deux hommes, celui de la mère disparue pendant la peine de Bruno. Peu à peu, cette retenue dévoilera une forme de rancœur du père pour Bruno qu’il considère comme responsable de la dérive puis de la mort de son épouse dans ce que l’on devine être un suicide. Yves Robert est un prolongement des hommes durs et « vieille école » des films précédents de Sautet mais ce trait de caractère s’exprime différemment ici. Les protagonistes masculins de milieux bourgeois des œuvres antérieures étaient des êtres froid, distant et souvent antipathique. En abordant un milieu ouvrier et populaire le sentiment n’est pas tout à fait le même, la difficulté à se dévoiler se révèle dans le geste incertain (Yves Robert cherchant toujours une occupation comme faire le café pour éviter le vrai tête à tête avec son fils) et plutôt qu’un silence glacial la détresse s’exprime dans des explosions de colères où les mots dépassent la pensée, où la rancœur se substitue à l’affection. Yves Robert, bougon et fier s’avère ainsi très attachant et vulnérable malgré la rigueur de son personnage.

Le salut ne peut donc venir que de la nouvelle génération, moins prête à s’insérer dans le monde mais aussi plus apte à se mettre à nu dans cette errance. On voit ainsi Bruno se chercher professionnellement et sentimentalement (entre relation tarifée et drague balourde) avant de trouver l’amour avec un pendant féminin aussi abimé que lui, la toxicomane repentie Catherine (Brigitte Fossey magnifique dont une scène d'aveur amoureux tout en retenue). L’équilibre ne peut cependant être atteint en dépit de ses efforts car il est rongé en son for intérieur par ce père qui le repousse. Ce manque se traduit chez Sautet par des corps traîtres - mais aussi des moments plus anodins comme lorsque Brun insite pour payer un verre à un quidam dans un bar -et prolongement d’une psyché malade, que ce soit le malaise de Bruno dans le métro ou la chute d’Yves Robert sur son chantier. La réaction de repli sur soi et d’autodestruction est également la même chez ces figures masculines, Bruno replongeant dans la drogue tandis que son père diminué physiquement s’isole du monde. La fragilité révèle néanmoins un caractère plus fort chez Bruno quand les bravades de René montre le manque de ces hommes mûrs pour qui s’ouvrir signifie perdre la face. Les trajectoires des deux protagonistes vont ainsi en parallèle, chaque chute précédant un redressement pour Bruno et au contraire un enlisement pour son père. L’ultime séquence exprime bien cela, avec un René seul et ayant chassé son amante (Claire Maurier) dont il refuse la pitié quand Bruno rappelle Catherine avec laquelle il aura partagé des démons communs. Cet élan est donc aux antipodes de la résignation désabusée qui accompagnait les derniers films du cycle précédent (Vincent, François, Paul... et les autres et Mado surtout ici l’énergie et la modernité du film l’éloigne de ces mélodrames figés ici l’énergie et la modernité du film l’éloigne de ces mélodrames figés) et s’inscrit plutôt dans la veine lumineuse de Une histoire Simple (1978). Seulement cette fois, Sautet semble enfin laisser pleurer ses hommes et ce sont les plus jeunes qui initieront cet abandon, le final sobre laissant une belle note d’espoir. 5/6
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21431
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Rick Blaine »

Découvert la semaine passée, j'ai été moins convaincu par un Mauvais Fils que par les précédents chef d’œuvres de Sautet. D'abord parce qu'on y retrouve pas cette notion de groupe de personnages qui fait la force de Vincent... ou d'Une Histoire Simple et que Sautet sait filmer à merveille. Ensuite et surtout, j'ai eu un peu de mal avec le casting. Avec Dewaere comme souvent notamment. Je suis convaincu qu'il s'agit d'un grand acteur, mais il me met mal à l'aise, et c'est le cas encore ici. Quand à Brigitte Fossey, je l'ai trouvée plutôt fade. Par contre Yves Robert est remarquable, c'est une grande idée que de lui avoir confié le rôle.
Les qualités habituelles du cinéma de Sautet sont là, cette immense sensibilité, cette capacité à filmer le quotidien et à créer une immense empathie pour le destin de personnages simples, et Un Mauvais Fils est un film réussi, mais je le classerai un cran en dessous des grands Sautet.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92690
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Jeremy Fox »

Moi un petit cran au-dessus ; mais probablement en grande partie aussi puisque Patrick Dewaere est mon comédien préféré. Alors tu imagines que le voir dans un Sautet... J'aime également assez Brigitte Fossey dans ce film.
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21431
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Rick Blaine »

Jeremy Fox wrote:Moi un petit cran au-dessus ; mais probablement en grande partie aussi puisque Patrick Dewaere est mon comédien préféré. Alors tu imagines que le voir dans un Sautet...
Effectivement, en voyant le film je me suis dit que tu devais l’apprécier beaucoup. :wink:
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16679
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Profondo Rosso »

Rick Blaine wrote:Découvert la semaine passée, j'ai été moins convaincu par un Mauvais Fils que par les précédents chef d’œuvres de Sautet. D'abord parce qu'on y retrouve pas cette notion de groupe de personnages qui fait la force de Vincent... ou d'Une Histoire Simple et que Sautet sait filmer à merveille. Ensuite et surtout, j'ai eu un peu de mal avec le casting. Avec Dewaere comme souvent notamment. Je suis convaincu qu'il s'agit d'un grand acteur, mais il me met mal à l'aise, et c'est le cas encore ici. Quand à Brigitte Fossey, je l'ai trouvée plutôt fade. Par contre Yves Robert est remarquable, c'est une grande idée que de lui avoir confié le rôle.
C'est justement la manière de bousculer le confort instauré dans les précédent films qui m'a plu, ça amene un renouveau plus percutant et Dewaere représente bien ça. On resserre tout pour une nouvelle énergie, j'ai bien aimé cette remise en question tout en gardant une continuité dans son style.
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by onvaalapub »

J'ai aussi beaucoup aimé ce film au ton si différent des précédents. Je m'étonne que pas un d'entre vous ne parle de dufilho qui lui aussi formidable dans son role. :(
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92690
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Jeremy Fox »

onvaalapub wrote:J'ai aussi beaucoup aimé ce film au ton si différent des précédents. Je m'étonne que pas un d'entre vous ne parle de dufilho qui lui aussi formidable dans son role. :(
Si si, il a été évoqué à plusieurs reprises : un personnage superbe :wink:
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21431
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Rick Blaine »

Effectivement Dufilho est très bon, et son personnage particulièrement intéressant.
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by onvaalapub »

Jeremy Fox wrote:
onvaalapub wrote:J'ai aussi beaucoup aimé ce film au ton si différent des précédents. Je m'étonne que pas un d'entre vous ne parle de dufilho qui lui aussi formidable dans son role. :(
Si si, il a été évoqué à plusieurs reprises : un personnage superbe :wink:
Ah alors désole je n'ai pas vu. Il faut dire que j'ai été particulierepent emballé par l'acteur dans ce film...
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48274
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Flol »

Rick Blaine wrote:Par contre Yves Robert est remarquable, c'est une grande idée que de lui avoir confié le rôle.
Cette scène d'engueulade avec son fils sous la pluie...fantastique.
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21431
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Rick Blaine »

Jeremy Fox wrote:
Watkinssien wrote: Dommage...
Car je trouve que le jeu de Montand dans ce magnifique Garçon ! est vraiment intelligent. Son cabotinage renforce le pathétique de sa situation à la fois privée et professionnelle et donne de l'ampleur au sujet principal du film...
Oui, et puis c'est le personnage qui veut ça : exubérance forcée qui cache des failles et qui nous le rend encore plus pathétique par la suite.
Ah oui, bien d'accord avec toi. Découvert Garçon hier soir, le jeu de Montand est remarquable et parfaitement en phase avec le personnage.
Un très bon film d'ailleurs, parfaitement dans la ligne du ton Sautet que j'apprécie par dessus tout, pour un résultat très attachant.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18168
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Claude Sautet (1924-2000)

Post by Kevin95 »

Pour ma part, c'est le jeu de Jacques Villeret qui me reste en tête. L'acteur a l'intelligence de jouer en retrait face à la tornade Montand et c'est tout à son honneur puisqu'il tient tête à la star (les scènes de tension entre lui, Bernard Fresson et Montand en spectateur sont magnifiques).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)