Notez les films - août 2011

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films - août 2011

Post by riqueuniee »

La piel que habito Le mélange de thriller horrifique et de mélo almodovarien peut laisser perplexe. D'autant que la première partie laisse craindre un "à la manière de", limite pastiche, des films de savants fous type Frnakenstein, voire Dr Jekyll (j'ai plus pensé aux films fantastiques type Hammer ou Universal qu'au film de Franju). Sans parler d'un auto-pastiche avec la scène de viol, qui rappelle un trop Kika. La suite est plus convaincante, jusqu'à un dénouement certes assez logique, mais qui fait un peu "il faut que je termine mon film". ( ceci dit, la dernière scène, dans le magasin, est plutôt réussie)
Ca, c'est pour le verre à moitié vide.
Pour le verre à moitié plein, on notera que les références et influences sont certes présentes, mais sans faire "catalogue cinéphile" comme dans Etreintes brisées, et que c'est toujours aussi brillant côté mise en scène. Sans parler d'une excellente interprétation.
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15872
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films - août 2011

Post by Profondo Rosso »

Le Château dans le Ciel de Hayao Miyazaki (1986)

Image

Dans le ciel flotte un château, vestige d'un royaume légendaire: Laputa. La jeune Sheeta possède la pierre qui pourrait y conduire mais elle fait l'objet de bien des convoitises. En l'aidant à échapper aux pirates de l'air et à l'armée, Pazu, jeune garçon d'une cité minière, est entraîné dans une fabuleuse aventure.

L'immense succès de Nausicaä (1984)avait signé l'indépendance d'un Miyazaki qui débarrassé des contraintes des grands studios avait enfin pu imposer un univers personnel et son perfectionnisme maladif à travers la splendeur visuelle du film. La production du film fut de longue haleine notamment l'obtention du financement puisque la mode étant à l'adaptation de manga plutôt qu'aux scripts originaux Miyazaki fut contraint suite à de multiples refus de coucher une version papier dont le succès permis de lancer le film dont le succès pose les fondations du futurs Studio Ghibli lancé dans la foulée.

Le Château dans le Ciel a donc la lourde tâche d'être le premier film produit au sein du Studio Ghibli et c'est en grande partie pour cette valeur historique qu'on le retient. C'est également un des chefs d'oeuvres de Miyazaki faisant le lien entre ses travaux précédents et l'évolution à venir dès Kiki la petite sorcière qui suivra. Le Château dans le Ciel est pour Miyazaki l'aboutissement d'une longue quête, celle du film d'aventures ultime.Le réalisateur y regroupe ainsi plusieurs éléments d'oeuvres antérieures. L'argument du récit lorgne ainsi largement vers la série Conan, le fils du futur, sorte de répétition générale de Laputa où on trouve déjà la quête d'un garçon intrépide et dur à cuire cherchant à protéger une jeune fille dont le pouvoir secret en fait la proie d'ennemis malfaisants. L'influence occidentale, allant de la littérature enfantine anglo-saxonne qu'il à étudié de près (le titre original Laputa vient notamment du nom de l'île volante du troisième récit des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift) à l'esthétique très steam punk et inspirée de l'épure d'un Moebius ou du Roi et L'Oiseau de Paul Grimault atteint également des sommets ici. Enfin, Miyazaki s'en donne à coeur joie dans son amour des machines volantes tandis que les multiples courses poursuiteset gags annexes (dont une mémorable bagarre) rappellent grandement la cultissime version canine de Sherlock Holmes dont il réalisa 6 épisodes.

Désormais son propre maître, Miyazaki peut donner le film somme de ce qu'il ne parvint à disséminer que par intermittences dans ces diverses commandes pour délivrer le récit d'évasion absolu après lequel il court, enrichi de ses thématiques. Depuis Le Voyage de Chihiro Miyazaki donne volontairement dans des récits plus décousus à la progression moins ouvertement élaborée laissant voguer son imaginaire. La construction magistrale de Laputa donne donc à voir le soin qu'il apporte dans une narration classique. La première partie dépeint avec un limpidité parfaite le lien tendre unissant Shiita et Pazu ainsi que leur passé les liant à Laputa. Les méchants et leur fourberies se révèlent dans l'action, l'aspect comique des pirates (dans la matrone dur au coeur tendre est inspirée de la propre mère de Miyazaki !) préparant leur rôles plus positif en opposition à l'implacable détermination des militaires menés par Muska alors que les moments d'accalmies dévoilent une poésie envoutante comme l'arrivée flottante de Shiita ou la séquence des pierres phosphorescente dans la caverne.

Enfant de la bombe atomique, Miyazaki exprime une vraie dualité quant aux technologies utilisés dans le film, avec une ampleur de plus en plus grande. Ainsi la carcasse du robot tombé de Laputa une fois ranimée sème une infernale destruction tandis que bien plus tard nos héros découvriront une autre machine du même modèle qui dernier survivant de la cité soigne la faune locale. De même l'émerveillement ressenti lors de l'arrivée à Laputa (porté par un score magique de Hisaishi pour sa deuxième collaboration avec Miyazaki) est contrebalancé par l'apocalypse final lorsque la forteresse volante déploie son arsenal de guerre. Le message écologique de Miyazaki se fait même philosophique à travers la description des merveilles abandonnées de l'ancienne civilisation de Laputa, disparue par sa volonté de se substituer aux Dieux alors que l'Homme est fait pour évoluer sur terre. C'est d'ailleurs vers cette terre que s'en vont au bout de leurs aventures Pazu et Shiita, nouveaux Adam et Eve d'un monde dont ils n'apprécieront que mieux les splendeur. D'une perfection technique ébourrifante qui n'a pas pris une ride (décors saisissant de détails, séquence aérienne et d'actions d'une fluidité stupéfiante...) Le Château dans le Ciel est donc bien l'évasion ultime promise par Miyazaki qui signe là tout simplement le plus beau film d'aventure des 80's. Ayant atteint son objectif, il pouvait logiquement passer à autre chose et si la touche occidentale demeure dans Kiki et Porco Rosso (et ne réapparaîtra que dans le mitigé Le Château Ambulant) à suivre, le Maître y explorera désormais de nouveaux territoires. 6/6
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45166
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Notez les films - août 2011

Post by Flol »

Hier soir, j'ai regardé Troll 2 de "Drake Floyd" (aka Claudio Fragasso).
Je crois n'avoir rien vu de pareil, dans le genre nanars sous acides, depuis Glen or Glenda. Même Mattéi me semble être battu, sur ce coup-là.
Et quelle surprise de constater qu'il n'en existe encore aucun topic...:o
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films - août 2011

Post by magobei »

Cowboys & Aliens (Jon Favreau, 2011)

Je m'attendais à un truc potache, genre Paul, mais non: à l'image de son titre frontal, Cowboys & Aliens c'est du 1er degré. Le film reprend toute la mythologie des OVNI - les lumières dans le ciel, les enlèvements par des extraterrestres - qu'il infuse au western, tendance spaghetti (on peut même y voir une référence - involontaire? - à Tire encore si tu peux de Giulio Questi). Dans Cowboys & Aliens, les cowboys sont sales et mal dégrossis, et les Aliens moches et sanguinaires.

Et c'est fait sans coups de coude, ni clins d'oeil appuyés, à peine un ton pince-sans-rire. Le film est à l'image de ses deux acteurs vedettes, Daniel Craig (dans une composition très underplay de desperado taciturne) et Harrison Ford, qui a réservé ses pitreries aux plateaux télé ( et ), et coiffe ici son galurin d'Indiana Jones, en plus vieux et à peine plus bourru.

C'est un peu comme si Favreau asseyait posément son postulat de départ, remettait les choses au point pour ceux qui auraient été alléchés par ce titre de série B: pas de blagues à deux balles, vous avez droit ici à un divertissement soigné avec des cowboys et des aliens (ben quoi, il y a bien un film avec des Rubik's cubes qui se transforment en vaisseau spatial). Et pour ça, pour l'action rythmée, avec ce petit plus de human touch, Favreau est assez doué (voir Iron Man).

7/10
Last edited by magobei on 26 Aug 11, 20:34, edited 1 time in total.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films - août 2011

Post by riqueuniee »

Excellente surprise en effet que ce film. Le titre ne ment pas : le film est en fait un western, dans lequel cowboys, Indiens, desperados et sherifs doivent s'unir pour affronter un ennemi commun : pas des super-méchants, mais des Aliens, presque aussi gluants et baveux que ceux des Alien (petite référence, sans doute).
Et il le font avec leurs moyens à eux (le film reste, sur ce point, hyper-réaliste : pas de rétro-futurisme, pas de savant en avance sur son temps).Et les termes aliens, extra-terrestres ou équivalent ne sont pas utilisés, les personnages parlant de "démons", faute de meilleur terme pour définir les créatures).
Même le motif de la venue des Aliens (rechercher de l'or) s'accorde avec la tonalité western de l'ensemble.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films - août 2011

Post by magobei »

riqueuniee wrote:Excellente surprise en effet que ce film. Le titre ne ment pas : le film est en fait un western, dans lequel cowboys, Indiens, desperados et sherifs doivent s'unir pour affronter un ennemi commun : pas des super-méchants, mais des Aliens, presque aussi gluants et baveux que ceux des Alien (petite référence, sans doute).
Et il le font avec leurs moyens à eux (le film reste, sur ce point, hyper-réaliste : pas de rétro-futurisme, pas de savant en avance sur son temps).Et les termes aliens, extra-terrestres ou équivalent ne sont pas utilisés, les personnages parlant de "démons", faute de meilleur terme pour définir les créatures).
Même le motif de la venue des Aliens (rechercher de l'or) s'accorde avec la tonalité western de l'ensemble.
Effectivement, aucune faute de goût. D'ailleurs, je rehausse un chouïa ma note.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films - août 2011

Post by riqueuniee »

Et puis, c'est un blockbuster qui n'est ni une suite, ni un remake, un reboot ou un prequel, ni même l'adaptation d'un roman et qui n'utilise pas la 3D !. C'est un scenario original (dans tous les sens du terme). Il paraît qu'à la base, il y a une idée lancée sur le ton de la plaisanterie : "qu'est-ce qui se passerait si les extra-terrestres débarquaient au far-west?" . Quelques années plus tard, on a le meilleur (ou l'un des meilleurs) blockbusters de l'été.
Aragorn Elessar
Accessoiriste
Posts: 1938
Joined: 17 Apr 06, 13:18

Re: Notez les films - août 2011

Post by Aragorn Elessar »

riqueuniee wrote:Et puis, c'est un blockbuster qui n'est ni une suite, ni un remake, un reboot ou un prequel, ni même l'adaptation d'un roman et qui n'utilise pas la 3D !. C'est un scenario original (dans tous les sens du terme). Il paraît qu'à la base, il y a une idée lancée sur le ton de la plaisanterie : "qu'est-ce qui se passerait si les extra-terrestres débarquaient au far-west?" . Quelques années plus tard, on a le meilleur (ou l'un des meilleurs) blockbusters de l'été.
Je crois que c'est l'adaptation d'un comics.
Image
Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
Ôtez le mensonge vital à un homme moyen, vous lui ôtez le bonheur, du même élan.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films - août 2011

Post by magobei »

Aragorn Elessar wrote:
riqueuniee wrote:Et puis, c'est un blockbuster qui n'est ni une suite, ni un remake, un reboot ou un prequel, ni même l'adaptation d'un roman et qui n'utilise pas la 3D !. C'est un scenario original (dans tous les sens du terme). Il paraît qu'à la base, il y a une idée lancée sur le ton de la plaisanterie : "qu'est-ce qui se passerait si les extra-terrestres débarquaient au far-west?" . Quelques années plus tard, on a le meilleur (ou l'un des meilleurs) blockbusters de l'été.
Je crois que c'est l'adaptation d'un comics.
Effectivement:
http://en.wikipedia.org/wiki/Cowboys_%2 ... 8comics%29

Mais c'est du comics indé, donc ça reste une grosse prise de risque.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
frédéric
1st Degree
Posts: 12982
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Notez les films - août 2011

Post by frédéric »

Cowboys & Envahisseurs

Beaucoup aimé aussi, c'est vrai que c'est plus un western qu'un film de SF, tous les clichés sont là, mais il y a aussi les aliens. Des aliens au look plutôt original, dans un scénario sans réelle surprise mais efficace, j'ai trouvé la bataille finale de jour beaucoup plus lisible que pour Iron Man 2. Bref, plutôt distrayant et je suis définitivement amoureux d'Olivia Wilde :oops: .
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Notez les films - août 2011

Post by monk »

J'aimais bien l'idée, mais j'étais sur que ça serait naze ! Cool ! :D

----------------------------

Sinon, cette après midi:

Image

Tetsuo the bullet man de Shinya Tsukamoto

Les reformations de groupes mythiques après 15 ans de séparations, c'est un peu quitte ou double, et toujours à prendre avec des pincettes. C'est un peu le cas ici, avec un Tsukamoto qui retourne à ce qu'il a été il y a 15 ans, à une époque où il a marqué le monde avec son diptique cyber abstrait à l'urgence punk. Qu'attendre d'un 3e Tetsuo aujourdh'ui ? Et bien visiblement pas grand chose tant Tsukamoto semble être passé à coté d'un peu tout:
Le film est hystérique, volontairement confu dans sa forme (la caméra devait être accrochée à un élastique pendant les scènes d'action) pour donner l'illusion de cette même urgence qui a fait les précédents Tetsuo, mais ça ne fonctionne pas...C'est juste hystérique et brouillon donc, très aggressif et sans patate, finalement.
Ensuite il essaye d'élargir son concept, de lui donner de l'ambition, donnant pour qui veut une explication aux deux autres films, réunissant ainsi les trois. Mais le charme des deux précédents tenait aussi dans le manque d'explications logiques, la transformation des héros étant alors purement allégorique. Ici on a droit à une histoire d'expériences scientifiques qui tournent mal. On perd l'irrationel, l'image pour un truc super terre à terre.
Enfin, il a succombé à la mode des films en anglais ! Ca ne sert pas vraiment l'histoire. Ce n'est qu'un artifice très superficiel, sans interet.
Moi qui ait toujours suivi Tukamoto, aimant sa filmographie de bout en bout (avec des hauts et...des moins hauts), je me retrouve devant ce qui est - pour moi - son film le plus supeficiel, le plus faible.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films - août 2011

Post by magobei »

monk wrote:Moi qui ait toujours suivi Tsukamoto, aimant sa filmographie de bout en bout (avec des hauts et...des moins hauts), je me retrouve devant ce qui est - pour moi - son film le plus supeficiel, le plus faible.
Comme ça, je sais que je peux m'en passer, vu que je n'ai pour ma part jamais réussi à entrer dans les films de Tsukamoto... Et ce n'est pas faute d'avoir essayé, puisque j'ai quand même vu les deux Tetsuo, Bullet Ballet et Tokyo Fist :|
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
shaman
Assistant(e) machine à café
Posts: 178
Joined: 1 May 05, 13:49

Re: Notez les films - août 2011

Post by shaman »

monk wrote: Tetsuo the bullet man de Shinya Tsukamoto

[...] Enfin, il a succombé à la mode des films en anglais ! Ca ne sert pas vraiment l'histoire. Ce n'est qu'un artifice très superficiel, sans interet. [...]
Le film était supposé (r)amener Tsukamoto sur la scène internationale/américaine. D'où aussi certains choix lourds, comme un récit très très didactique ou des choix de réalisation - caméra numérique hystérique - qui répètent voire singent tout simplement ceux visibles dans les 2 précédents Tetsuo. Sans prendre en compte les 15/20 années d'écart entre les films, ni le cheminement de certains effets largement digérés depuis (clips & co). Autant (re)voir l'original.

(ou les Nightmare Detective :mrgreen: )
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Notez les films - août 2011

Post by Jericho »

Cowboys & Envahisseurs

De la part de Jon Favreau je m'attendais à un blockbuster tout juste sympathique et c'est en gros ce que j'ai eu.
Au départ, j'ai cru que l'aspect SF serait plus prononcé, or Cowboys & Envahisseurs est davantage un western classique. En conséquence, le croisement des genres se fait tout naturellement.
Même si ça manque d'ampleur, d'audace, voire de personnalité, la mise en scène tient la route. La casting est pas mal du tout, avec des seconds couteaux de qualités (Sam Rockwell, Clancy Brown, Keith Carradine). Puis même si les personnages n'ont pas tant d’interactions entre eux, le duo Daniel Craig/Harrison Ford est plaisant à voir.
Le scénario n'est pas formidable (c'est plus le concept qui est accrocheur), mais il se laisse suivre. Il arrive même que certains personnages deviennent touchant sur certaines scènes, par exemple: quand l'indien de la bande témoigne, au chef de son peuple, toute son admiration à l'égard du Colonel Woodrow.
Grosso modo, c'est du pur produit Hollywoodien bien emballé, mais qui ne parvient pas à m'emporter totalement.
Image
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films - août 2011

Post by riqueuniee »

Tu seras mon fils (Gilles Legrand) Très belle surprise que ce film, un drame familial situé dans le vignoble bordelais. Un cadre peu montré,
( du moins de façon aussi précise) au cinéma, et qui fait évidemment penser à Mauriac.
Parmi une très belle distribution, dominée par Niels Arestrup, on notera la présence de Valérie Mairesse, qu'on ne voyait plus tellement au cinéma.
NB Un des personnages revient de Calfornie , où il travaillait aussi dans l'univers du vin. Mais pas n'importe où :chez Coppola...