La cité des ombres (Kim Nguyen, 2010)

Rubrique consacrée aux HD-DVD et Blu-ray de films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22909
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

La cité des ombres (Kim Nguyen, 2010)

Post by Commissaire Juve »

Image

édité par Elephant Films... à la limite, je devrais m'arrêter là, vous devriez deviner la suite.

Qu'il soit entendu que je n'ai aucun intérêt ni aucun plaisir à tirer sur les ambulances. Je préférerais de loin vous dire que ce transfert blu-ray est génial. Hélas, ce n'est pas le cas. :?

Techniquement :

En très bref : 1080i + festival de edge enhancement...

En temps ordinaire, le EE n'est pas un truc qui me gêne énormément, il faut donc qu'il y en ait une bonne dose pour que je m'en plaigne. Tout ce qui est plans moyens, plans larges et plans d'ensemble : ce n'est vraiment pas brillant. Sur les paysages désertiques rocailleux, la suraccentuation des contours semble surmultipliée... ça va de médiocre à "laid".

Cela dit, il y a énormément de plans rapprochés (plans poitrine, gros plans de visages), et là, l'image est potable.

artistiquement :

Je ne connaissais pas du tout, je l'ai acheté en me fiant à la bande annonce. Le film est court (1h17 générique inclus), les décors plutôt chouettes (hélas, mal servis par la HD), l'ambiance mystère pendant l'époque coloniale plutôt sympa. Et puis... patatras... Quand le récit entre dans la dernière ligne droite, on se met à entendre ce sifflement caractéristique de l'obus qui va nous tomber sur la tronche. Il monte, il monte, et... badabouuuuuum ! la phrase qui tue ! le message qui pèse trois tonnes ! On se regarde et on se dit : "C'était donc ça ! un long clip édifiant subventionné par le Mrap !"

Soit on adhère en levant son briquet allumé vers le plafond... soit on exhale un profond soupir. A titre perso, j'ai horreur des films qui nous servent du prêt-à-penser et qui nous font la morale.

Dommage. :?
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...