James Bond 007 : Sujet général

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22071
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Major Tom »

Anorya wrote:Permis de Tuer (Glen - 1989)
Image
4/6.
Content que tu apprécies toujours Dalton. ;) Effectivement, c'est dommage qu'il se soit arrêté là (il devait faire Property of a Lady qui a été abandonné, et GoldenEye). Je suis globalement d'accord avec toi. Ce film ressemble plutôt à un blockbuster us qu'à un film sur l'espion britannique. Mais avec le temps je l'apprécie de plus en plus (sa violence me choquait quand j'étais gamin). C'est le film qui a le moins bien marché au box-office.
Contrairement à Jacques2, je trouve Dalton parfait dans le rôle de Bond, très proche du profil des bouquins. Certes, Dalton est plus romantique mais l'agent 007 l'est aussi à certains égards dans les romans Au service secret de Sa Majesté et On ne vit que deux fois (deux épisodes où d'ailleurs il se marie). Disons que Dalton a une plus grande sensibilité et qu'il commet des erreurs, ce qui est très rare. Mais il est surtout nettement plus sérieux, donc plus proche des bouquins. Avec lui en tout cas, la saga était repartie sur une très bonne base...
Nass'
Assistant(e) machine à café
Posts: 154
Joined: 2 Aug 10, 15:46
Last.fm

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Nass' »

C'est aussi l'épisode qui allait préfigurer le Quantum Of Solace. Un espion évoluant en électron libre aux grand dame de ses employeurs. Permis de Tuer est un de mes Bond préférés simplement car ici, 007 veut mener une vengeance à son terme. La violence était inouïe pour la franchise. Comme toi, j'ai été secoué par des scènes aussi brutales que géniales comme en attestent les séquences où des mec se font croquer par un grand blanc, Benicio Del Toro shooté aux substances psychotropes broyé et Robert Davi (quel bad guy 8) ) aussi cruel qu'ambitieux dans sa volonté d'étendre son cartel de drogue. Nerveux, violent, bien réalisé, Permis de Tuer est le meilleur Timothy Dalton et certainement à placer aux côtés des épisodes les plus aboutis de la série. On aimera ce film, sauf si bien entendu vous êtes réfractaires au caractère expéditif du héros.

Quant à Quantum Of Solace, il aurait été de bon aloi de gueuler à Marc Forster de calmer ses plans. Dès la séquence d'ouverture de la course-poursuite, je croyais qu'il y avait un tremblement de terre qui frappait mon domicile. D'un découpage à chier, QOS est une purge visuelle.
ImageImage
Some day we’ll fall down and weep and we’ll understand it all. All things.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Anorya »

Au passage dans les parodies de Bond (voir pages d'avant), on a oublié d'évoquer celle-ci. :mrgreen:

Image

Où comment reprendre l'affiche de tuer n'est pas jouer avec un héros affublé d'une jeune fille... en baskets rouges. :mrgreen: :fiou:
Pas encore vu mais je me régale à l'avance, le dvd est sur ma grosse pile qui m'attend.
Image
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 13645
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by hellrick »

Perso j'ai pas aimé du tout du tout le Stephen Chow alors que j'adore Shaolin Soccer :(
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14635
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Demi-Lune »

Image
Au Service Secret de Sa Majesté (Peter R. Hunt, 1969)
ImageImageImage

Bien que connaissant tous les épisodes de la saga de fond en comble (au fil des rediffusions qui ont tout autant marqué mon enfance que les chansons-titres que j'écoutais en boucle dans ma chambre sur cassette audio), et les regardant encore volontiers au détour d'un jour férié, je ne crois pas pouvoir me désigner comme un fan des aventures de l'agent britannique, car au final, il n'y a que peu de Bond que j'aime vraiment. Mes Bond préférés ont toujours été ceux, paradoxalement, où l'image de l'agent secret invulnérable, bardé de gadgets improbables et entouré de belles pépés - c'est-à-dire la représentation commune du personnage dans l'imaginaire collectif -, était judicieusement malmenée. Logiquement, mes opus favoris sont donc ceux où Bond n'est qu'un être humain, faillible, doué de sentiments, et pas ce superman unidimensionnel qui fait tomber les filles dans ses bras en un battement de cil et qui trouve toujours un bon mot même dans les situations les plus difficiles (même si ce sont ces aspects qui ont précisément contribué à l'impact populaire du personnage). Les fans me tomberont probablement dessus, mais je trouve personnellement bien plus intéressant de suivre les péripéties d'un héros qui transpire, qui a peur, qui en bave. Cela ne veut pas dire que je n'aime pas tous les autres épisodes, mais si je ne devais qu'en garder qu'une poignée, ce serait sans hésiter Bons baisers de Russie, les deux Dalton et Au Service Secret de Sa Majesté. J'ai toujours eu beaucoup d'estime pour ce dernier et sa redécouverte, via le somptueux dvd Ultimate remasterisé, a achevé de me convaincre qu'il s'agissait bien du meilleur Bond de la saga. C'est vraiment l'épisode de tous les superlatifs. Le plus beau, le plus péchu, le plus ample, le plus romantique, le plus, quoi. Pourtant, il semble qu'il ne fasse toujours pas totalement consensus. La faute, à l'évidence, au blocage d'une partie des bondophiles vis-à-vis de l'Australien George Lazenby, jugé et évalué à l'aune de son incontournable prédécesseur, qui constitue encore et toujours, même aujourd'hui (et à raison), l'incarnation parfaite du personnage. Cependant, j'ai toujours trouvé le jugement des fans à l'égard de Lazenby sévère. Succéder à Connery n'était pas chose aisée et il a su apporter la fragilité et l'humanité nécessaires au personnage pour cet opus en particulier, ainsi qu'une allure solide et sensible. Comment Connery se serait débrouillé dans Au Service Secret de Sa Majesté ? Personne ne pourra jamais le dire, évidemment, et on entre ici dans des spéculations sans fin sans intérêt fondamental. Mais, bien que n'étant pas un exégète bondien, je pense quand même que la question mérite d'être posée dans la mesure où je suis intimement convaincu que Connery n'aurait tout simplement pas cadré dans ce film. Au vu du scénario, au vu des bouleversements que Bond connaît dans cette intrigue, il fallait un interprète différent, afin que l'identification émotionnelle du spectateur soit plus importante. Homme d'un seul opus, le malchanceux Lazenby peut avoir la fierté de dire qu'il a participé au meilleur de la série et que si c'est précisément le meilleur, c'est aussi, en partie (eh oui !), grâce à lui - grâce au changement bienvenu qu'il apportait, qui allait de paire à ceux que le scénario réserve à l'agent secret. D'ailleurs, pour poursuivre dans mes hérésies, j'avoue honnêtement que je regrette que l'on n'ait pas donné plus longtemps sa chance à cet acteur. Je pense qu'il aurait pu apporter de bonnes choses à la saga sur le long terme. Mais d'un autre côté, si OHMSS a ce statut si particulier dans le coeur des cinéphiles, c'est peut-être aussi parce qu'il est le seul permis de tuer de l'agent Lazenby. Je me demande si une récurrence de l'acteur dans la saga n'aurait pas, finalement, affaibli la force de cet unique opus.

ImageImageImage

Pourquoi est-ce, à mon sens, le meilleur de la série ? Parce qu'il se paie le luxe de renouveler la saga, le personnage, aussi bien sur le plan technique que scénaristique. La redécouverte d'OMHSS m'a fait prendre conscience à quel point la mise en scène de Peter Hunt était en avance sur le cinéma d'action. Le montage, référentiel, est d'une sécheresse assez impressionnante pour l'époque (1969) et même si certains zooms sont un peu superflus, la force que dégage ce travail demeure intacte. Par exemple, la castagne entre Bond et le Noir dans la chambre d'hôtel est d'une violence inaltérée, précisément due pour partie aux audaces d'un montage qui n'hésite pas à utiliser des jump-cuts pour décupler la puissance des coups assenés. De même, si les transparences lors du combat final sur le bobsleigh entre Bond et Blofeld prêtent maintenant gentiment à sourire, eh bien le spectateur n'en a jamais envie grâce à la brutalité d'un montage incroyablement dynamique et visionnaire pour son temps. Le montage et les prises de vue osées participent d'un sentiment de vitesse extrêmement bien foutu et remarquablement immersif. J'ai également été interpelé par ce montage très rapide, quasiment étourdissant, lors de la scène du repas entre Bond et les filles de Piz Gloria : une séquence vraiment curieuse, fascinante, où le cinéaste jongle entre les angles filmés, en plongée totale, entre les têtes et les assiettes qui se vident progressivement des différentes femmes. Je suis peut-être complètement pervers mais je trouve que ce montage, très inhabituel, accentue lourdement la sensualité qui se dégage de cette séquence, portée par les notes lascives de "Bond meets the girls" de Barry. Toujours côté technique, on ne pourra que louer la remasterisation du dvd, qui rend pleinement justice au travail photographique splendide de Michael Reed. Les Alpes suisses sont magnifiées, offrant des plans aériens vertigineux. Et que dire aussi de la B.O. de John Barry, sinon qu'il s'agit d'un petit chef-d'œuvre, dont les notes mélancoliques ("We have all... the time... in the world") restent à jamais en mémoire. C'est cette mélancolie qui élève selon moi ce Bond au sommet. Inutile de dévoiler les ressorts de l'histoire. Aussi, j'insisterai - comme tous - sur l'apport absolument déterminant de la resplendissante Diana Rigg, dont la Tracy Di Vicenzo, véritable alter-ego féminin de Bond, peut se targuer d'être la meilleure Bond Girl de toute la saga. Son apparition angélique, alors que Bond est aux abois (captures du bas : gros plan sur les pieds, plan sur Bond, travelling vertical sur les jambes puis le visage souriant de l'actrice) demeure à mon sens la plus belle apparition féminine de l'Histoire du cinéma, plus forte encore que celle de Lana Turner dans Le facteur sonne toujours deux fois. L'attachement au personnage est réel et la fragilité du couple Bond/Tracy, sincèrement épris, est habilement dosée sans qu'on ne tombe dans la guimauve. La tragique conclusion, toujours aussi déchirante même si on la connaît, en est la meilleure preuve. Telly Savalas, quant à lui, est également excellent. N'ayant jamais lu le roman original de Fleming, je ne sais pas quelle est l'importance du travail de scénarisation effectué pour le film mais je le trouve remarquable dans l'équilibre de sa construction, et sa volonté de pousser plus loin encore les acquis des précédents opus. Le scénario n'a pas peur des longueurs, des pauses romantiques, de bousculer le profil de l'agent secret, ni des énormes moments de bravoure (la course-poursuite de près d'une demi-heure à partir de l'évasion de Bond). Alors que les producteurs auraient pu jeter leur dévolu sur un roman plus "conventionnel" de Fleming, c'est celui-ci qu'ils ont choisi fort pertinemment. En résulte à mon sens un film mythique, grâce à l'addition de tous les talents réunis (mise en scène admirable, Bond Girl, BO, scénario approfondi). Le meilleur, vraiment. Et cette fin, bon sang, cette fin. D'ailleurs, le truc qui me fait grincer des dents à chaque fois, c'est le triomphal James Bond Theme sur le générique final. Totalement hors de propos!

ImageImageImage
Last edited by Demi-Lune on 21 Oct 10, 10:42, edited 1 time in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92367
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Jeremy Fox »

D'accord avec toi à la virgule près concernant ce Bond (le plus émouvant et mélancolique par dessus le marché avec un George Lazenby que je trouve pour ma part absolument parfait, la plus belle des James Bond Girl et un John Barry au sommet de sa forme) et content de voir que tes autres opus préférés sont les deux Timothy Dalton :)
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by someone1600 »

Je suis bien d'accord avec toi, Au service de sa majesté est aussi mon Bond préféré et pour les memes raisons que toi. :wink:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14635
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Demi-Lune »

Jeremy Fox wrote:D'accord avec toi à la virgule près concernant ce Bond (le plus émouvant et mélancolique par dessus le marché avec un George Lazenby que je trouve pour ma part absolument parfait, la plus belle des James Bond Girl et un John Barry au sommet de sa forme) et content de voir que tes autres opus préférés sont les deux Timothy Dalton :)
Merci Jeremy. :D :wink: Edit : et someone. :wink:
J'aime effectivement les deux Dalton qui renouaient avec la fibre délicate et romantique du Lazenby. Avec Dalton, on revenait avec bonheur à un Bond plus humain, moins héroïque, plus sérieux, tandis que les Bond Girls retrouvaient leurs lettres de noblesse via une écriture plus soignée. D'ailleurs, The Living Daylights est la meilleure B.O. bondienne de Barry depuis, justement, OHMSS.
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by julien »

Jeremy ne t'a pas dit aussi, qu'il adore en particulier cette chanson, que l'on entend furtivement dans le film :

Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14635
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Demi-Lune »

Plus sirupeux que ça, tu meurs. :mrgreen:
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by julien »

Bah tu sais les goûts de Jeremy... Dans le genre, ça me fait un peu penser au sing de Sesame Street, revisité par les Carpenters, avec les choeurs d'enfants par-dessus...

Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92367
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Jeremy Fox »

Touché ; j'aime beaucoup les deux :oops:
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Nomorereasons »

Tu as dit l'essentiel, Demi-Lune: Au service secret de sa majesté et Bons baisers de Russie sont les James bond préférés de ceux qui ne sont pas fans de James Bond :mrgreen:
Ce que tu vois comme une "humanisation" est pour moi une perversion du mythe. J'aime aussi les deux épisodes avec Dalton car c'est Dalton qui apporte de l'humanité à son personnage, avant même le scénario, et cela de façon naturelle, par son seul brillant talent d'acteur.
Pour moi, à mon humble avis, en tant qu'individu énonçant une opinion toute personnelle que j'espère pardonnable, car poussière je suis et poussière je retournerai, je trouve ce james Bond très surestimé à force d'être constamment re-re-redécouvert et cela depuis déjà un sérieux paquet de temps. Les critiques et une bonne partie des amateurs et du public en en parlent immanquablement comme d'un martyr avec un arrière-goût de repentance comme s'il s'agissait de s'excuser d'avoir laissé Vincent Van Gogh mourir de faim, or il suffit de regarder autour de soi, la réputation de ce film est faite et même confortablement faite et ce n'est absolument plus le vilain petit canard que les critiques s'entêtent à présenter, la canonisation n'est plus très loin maintenant.

Or ce film est bancal. Lazenby y est bien sûr pour quelque chose, les présentations n'ont probablement pas été suffisantes et laissent l'impression d'un brave type un peu nigaud avec une coupe ringarde, des bras trop longs et d'affreux jabots. Mais il baigne dans une ambiance romantique sirupeuse comme un bocal d'oreillons de pêches (les séquences d'idylle sont mignonnes mais un peu ringardes et j'ai déjà dit tout le bien que je pensais des scies de Barry et Armstrong) quant aux filles du Piz Gloria, elles sont tout bonnement intolérables et ouvrent le cycle des cruches bondiennes qui ne prendra fin qu'avec Maud Adams. Il y a quelques excentricités psyché pas toujours bienvenues dans les bagarres.
Cela ne mine pas un film mais le bride un peu. Hormis cela, l'image est parfaite, les décors aussi, l'action est équilibrée, excitante, les décors sont souvent superbes et la longue séquence de poursuite, qui débute lorsque Bond s'évade, est étonnante et vaut bien Butch Cassidy et le Kid à elle seule. Je regrette juste le poids dramatique excessif que représente l'enjeu sentimental du film, le transformant en mélo un peu le cul entre deux chaises.

Bref: en tant que Bond, ce film est une hérésie. Salutaire pour les uns, dommageable pour ceux dont je fais partie. L'apogée bondienne pour moi demeure "l'espion qui m'aimait" qui est sublime et ne comporte aucun défaut. Ici, au lieu d'affiner ou de mûrir le personnage, on lui colle une intrigue sentimentale. C'est plus un aveu d'impuissance qu'une gageure, mais il était nécessaire de remettre les choses à plat après la sophistication et le paroxysme des épisodes précédents. "Bons baisers de Russie", "Au service secret de sa majesté", "rien que pour vos yeux", "permis de tuer" et "Casino Royale" sont des Bond de rupture qui ancrent le personnage dans un réalisme salutaire après la surenchère des épisodes qui les précédaient. Je ne trouve pas qu'ils renouvellent la série dans la mesure où leurs innovations ne sont pas tenues en compte dans les épisodes suivants, disons qu'il s'agit de pauses agréables au sein d'une série qui de toute façon a trouvé son accomplissement dès le premier opus (mettons le troisième)
NotBillyTheKid
Tout le monde en parle
Posts: 5703
Joined: 15 Apr 06, 08:56
Location: fait le larron

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by NotBillyTheKid »

Demi-Lune wrote:
Jeremy Fox wrote:D'accord avec toi à la virgule près concernant ce Bond (le plus émouvant et mélancolique par dessus le marché avec un George Lazenby que je trouve pour ma part absolument parfait, la plus belle des James Bond Girl et un John Barry au sommet de sa forme) et content de voir que tes autres opus préférés sont les deux Timothy Dalton :)
Merci Jeremy. :D :wink: Edit : et someone. :wink:
J'aime effectivement les deux Dalton qui renouaient avec la fibre délicate et romantique du Lazenby. Avec Dalton, on revenait avec bonheur à un Bond plus humain, moins héroïque, plus sérieux, tandis que les Bond Girls retrouvaient leurs lettres de noblesse via une écriture plus soignée. D'ailleurs, The Living Daylights est la meilleure B.O. bondienne de Barry depuis, justement, OHMSS.
Moi aussi "Au service secret.." est mon Bond préféré et l'excellent "the living daylights" est peu derrière. Toutefois, je n'aime pas "License to kill", trop "ricain", trop d'explosions, trop peu de classe...
"Je ne veux pas rester dans l'histoire comme le gars qui a détruit l'Univers"
Dude, where's my car
Tears in my beers
User avatar
Burnett
Sévèrement
Posts: 1003
Joined: 11 Mar 07, 12:46

Re: James Bond 007 : Sujet général

Post by Burnett »

NotBillyTheKid wrote:Toutefois, je n'aime pas "License to kill", trop "ricain", trop d'explosions, trop peu de classe...
C'est tout à fait mon avis, j'ai eu beau essayer de le revoir il y a peu de temps, j'y arrive pas !! Pour moi, ce n'est même plus un Bond. On pourrait changer le personnage de Bond en n'importe quel flic, ce serait la même chose. Je n'aime pas ce Bond ! :|
Image