Voix off : j'aimerai vos avis

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Sergius Karamzin
Invité
Posts: 5977
Joined: 14 Apr 03, 11:54

Voix off : j'aimerai vos avis

Post by Sergius Karamzin »

J'imagine qu'on en a déjà parlé à un moment. Mais je voudrais vraiment des réponses des uns et des autres argumentées (même rapidement) et avec quelques exemples. Beaucoup la considère comme une facilité scénaristique, mais certains chefs d'oeuvre y font appel (La Jetée, pour des raisons techniques au moins - plans fixes, Blade Runner, Goodfellas, etc).

Dans quel cas appréciez-vous ou détestez-vous l'utilisation d'une voix off ?

Avez-vous des exemples où le réal s'en est passé alors qu'elle semblait s'imposer (je pense à la Moustache de Carrère) ?

Avez-vous des exemples où elle plombe le film ?

Où elle est omniprésente pour le plus grand plaisir (La Jetée, Seul contre tous) ?

Où elle n'intervient qu'à certains moments (Taxi driver, quand il écrit son journal) ?

Où elle n'est pas celle du personnage principal mais de quelqu'un qui raconte d'un point de vue objectif ?

Bref, je veux tout savoir de vos goûts et dégoûts en matière de voix off.
Vous voulez maroufler ? Je suis votre homme...
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26812
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

J'ai un a priori très négatif sur l'utilisation de la voix off en particulier lorsqu'elle décrit ce que l'on voir à l'image - Le fabuleux destin d'Amélie Poulain est particulièrement caractéristique

Je la tolère en revanche parfois lorsqu'à mon sens, le réalisateur ne pouvait procéder autrement et qu'elle est indispensable, c'est particulièrement rare, mais cela arrive - je pense à certains films de Wong Kar Waï ou Fight club par exemple

Pour ce qui est de Blade runner, je préfère la version sans la voix off justement
Everybody's clever nowadays
Johnny Rico
Assistant opérateur
Posts: 2125
Joined: 2 Jan 04, 14:45

Post by Johnny Rico »

Les différentes voix-offs dans Sin City me sont insupportables.
Sergius Karamzin
Invité
Posts: 5977
Joined: 14 Apr 03, 11:54

Post by Sergius Karamzin »

Tu penses à quel film de WKW ?
Vous voulez maroufler ? Je suis votre homme...
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26812
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

Sergius Karamzin wrote:Tu penses à quel film de WKW ?
Chunking express
Everybody's clever nowadays
kayman
Réalisateur
Posts: 6764
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

Sublime dans The Thin Red Line, une vraie symphonie du parlé en ce qui me concerne.
Seul contre tous.
top hebdo lastfm
Image
Margo

Re: Voix off : j'aimerai vos avis

Post by Margo »

Dans quel cas appréciez-vous ou détestez-vous l'utilisation d'une voix off ?
Franchement, je ne pense pas qu'il y ait une régle absolue de réussite ou de foirage en matière de voix-off. Exemple type que tu as cité, j'aime beaucoup la fin de Blade Runner Director's Cut, et je l'aime tout autant dans version studio avec la voix-off de Deckard. Preuve que pour un même film, les deux procédés produisent deux effets différents mais qui peuvent être tout aussi efficaces : plus poétique et mystérieux pour l'un, plus émouvant pour l'autre.
Où elle est omniprésente pour le plus grand plaisir ?
Chez Scorsese, notamment dans Les Affranchis, et summum du summum, dans Casino. La première heure doit une grande partie de sa fluidité et de sa majesté à la voix-off, au balancement de point de vue Pesci/DeNiro et à la qualité du texte tout simplement. Là, en une heure, t'est balancé une masse d'informations que l'image seule n'aurait pas suffi à donner, et qui aura une importance capitale par la suite.

Dernièrement, les voix-off des films de Jean Rouch, notamment Moi un noir, m'ont emballé par leur humour et le contrepoint qu'elles apportaient à l'image.

Sinon, les parodies de voix-off dans les Y'a-t-il un flic me font toujours hurler de rire : Drebin qui erre dans la nuit, laissant vagabonder ses pensées, et qui complétement paumé sur les collines de Los Angeles, termine par un "Mais au fait, je suis où, moi, là ?" :lol:

Je réfléchis au reste.
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

je songe à Barry Lyndon où elle est utilisée de manière remarquable: le détachement dans la diction du narrateur semble véritablement appeler l'image au lieu de la paraphraser.

La seconde partie parle d'elle-même: description du mariage, des moeurs décadentes de Barry, de la folie gagnant Lady lyndon, de l'affliction s'emparant de Barry

La voix possède quasiment une fonction de montage

Enfin bref c'est génial
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Carlito
Nouvelle étape de l'évolution
Posts: 4881
Joined: 16 Oct 04, 19:27

Post by Carlito »

Géniale chez Welles, Mankiewicz, Kubrick, Scorsese (quoique trop présente dans Casino) et dans les films noirs en général (notamment Carlito's Way), récemment excellente dans The Barber, Millennium Mambo et Million Dollar Baby.
gehenne
Howard Hughes
Posts: 19884
Joined: 19 May 04, 00:43
Location: sous une pierre...

Post by gehenne »

Comme Nikita.

J'aime beaucoup la voix off quand elle est un complément narratif, qu'elle apporte des élements ou sentiments que l'on ne voit ou perçoit pas. Fight club est effectivement un exemple représentatif d'une utilisation pertinente de la voix off. Il y a sûrement d'autre film à citer, mais je n'en vois pas là maintenant.

En revanche, quand elle ne fait que illustrer ce que l'on voit, ou ce que l'on devine explicitement, je la trouve encombrante voire désagréable. Je pense notamment à Stand by me, où la voix off est utilisée à mauvais escient.

Parfois, même si son utilisation est pertinente, elle peut être trop envahissante. C'était mon sentiment en regardant Casino. La voix off presque continuelle deviendrai fatiguante à la longue.

En revanche, elle est souvent caractéristique des films noirs américains, et je trouve son utilisation très agréable, elle donne un cachet supplémentaire et un charme aux films. (son utilisation involontairement ridicule dans le dernier recours avec Willis, étant l'exemple qui confirme la règle).

Sinon, comme Nikita, je préfère Blade runner sans la voix off. Elle lui enlève une partie de sa magie et de son mystère...
Ainsi, toujours et pourtant...
tewoz
Vuvuzelo
Vuvuzelo
Posts: 16296
Joined: 14 Apr 03, 10:20
Location: Au centre de tout ce qui ne le regarde pas...

Post by tewoz »

Nikita wrote:
Sergius Karamzin wrote:Tu penses à quel film de WKW ?
Chunking express
Et Fallen angels.
Les films de WKW sont pour moi de bons exemples d'une utilisation judicieuse de la voix off.
Vous venez de lire un message de tewoz, ca vous a pas rendu plus intelligent, mais ca aurait pu...
Image - Achetez mon livre sur Lulu : Image
Margo

Post by Margo »

Carlito wrote:The Barber
Marrant, c'est justement ce qui me rebute dans ce frère Coen.
Je préfère leurs voix-off un peu déconnante d'Arizona Jr.
Johnny Rico
Assistant opérateur
Posts: 2125
Joined: 2 Jan 04, 14:45

Post by Johnny Rico »

Elle est particulièrement savoureuse dans Barry lyndon.

Sinon j'adore celle de :

Danse avec les loups
Fight club
...

Il y en a trop.
Carlito
Nouvelle étape de l'évolution
Posts: 4881
Joined: 16 Oct 04, 19:27

Post by Carlito »

kayman wrote:Sublime dans The Thin Red Line, une vraie symphonie du parlé en ce qui me concerne.
Justement, autant le principe est tout à fait justifié et je dirais même primordial, puisqu'il s'agit d'un film de soldats introspectif, autant le texte n'est malheureusement pas toujours à la hauteur du film.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Pour l'avoir revu très récemment, j'ai justement été estomaqué par l'intelligence de son usage dans le Casino de Scorsese. Elle est largement prépondérante sur les scènes purement dialoguées (ou en tous cas elle en donne l'impression). Et le basculement entre De Niro et Pesci se fait en parfaite harmonie. De ce point de vue là, c'est peut-être plus balèze que Goodfellas.

Autre usage mémorable : Sunset boulevard, dont l'intro morbide (Le cadavre au fond de la piscine ? oui, c'est moi) est assez proche de l'ouverture de American beauty.

J'adore celle de Mad Max 2, donnant au protagoniste une dimension quasi mythologique, et ne laissant deviner qu'à la fin à qui elle appartient.


Dans la catégorie "j'aimerai bien lui fermer son clapet", la voix off du sorcier (Mako) dans Conan le barbare me gonfle à chaque fois tant elle semble paraphraser les images. On a l'impression d'un truc surexplicatif à destination des spectateurs neuneus, comme rajouté par la production.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...