Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2120
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Sybille »

Profondo Rosso wrote:Film du mois

1 Daisy Miller de Peter Bogdanovich

Image

6 My brilliant career de Gillian Armstrong

Image
Curieuse de ces 2 là :)
Le 1e après le quizz de Père Jules (en plus je m'intéresse assez aux livres d'Henry James)
Le 2nd parce que j'aime beaucoup Judy Davis et j'avais aussi lu le roman de Miles Franklin dont il est adapté, pas mal.
User avatar
Vic Vega
Roi du BITE
Posts: 3524
Joined: 15 Apr 03, 10:20
Location: South Bay

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Vic Vega »

C'est finalement Confession d’un commissaire de police au procureur de la république, son nihilisme foncier, son caractère fortement marqué par l'ambiances des Années de plomb italiennes qui a emporté le morceau en mars en dépit d'une direction d'acteurs inégale. Le Guerre et Paix de Bondarchuk fut un concurrent sérieux: d'un côté des scènes de bataille qui n'auraient pas dépareillé dans n'importe quel chef d'oeuvre du cinéma épique, de l'autre des moments intimes peu convaincants, pas assez à hauteur des personnages et, si Bondarchuk/Pierre Bezhukov s'en tire bien, Tikhonov/André Bolonski est trop monolithique pendant que Savelieva/Natacha Rostov exaspère.
ImageImageImageImage
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 22516
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Rick Blaine »

Vic Vega wrote:C'est finalement Confession d’un commissaire de police au procureur de la république, son nihilisme foncier, son caractère fortement marqué par l'ambiances des Années de plomb italiennes qui a emporté le morceau en mars en dépit d'une direction d'acteurs inégale.
Il est merveilleux ce film, Damiani est très fort dans ce type de film, à mi-chemin entre le film dossier et le polar, et celui-ci est une grande réussite.
C2302t
Electro
Posts: 963
Joined: 30 Nov 13, 17:40

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by C2302t »

Mon top 3 de mars

1 : circonstances atténuantes de Jean Boyer
2 : Berlin express de Jacques Tourneur
3 : Ulysse de Mario Camerini
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Thaddeus »

Film de mars
1. Comrades (Bill Douglas, 1986)


Image


2. Lenny and the Kids (Benny & Josh Safdie, 2009)


Image


3. En Avant (Dan Scanlon, 2020)


Image

Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Martin (George A. Romero, 1977)
Qui est Martin ? Un garçon timide, un peu ombrageux, ou bien un monstre sanguinaire, dernier avatar de Nosferatu ? Romero brouille les cartes en utilisant divers modèles narratifs, des éclairages différents, des séquences virées. Frappe l’approche documentaire d’un genre (le film de vampire) remis sur les rails d’un réalisme très sec : le jeune homme n’est rien moins qu’un junkie impuissant errant dans les faubourgs désolés de Pittsburgh. Mais également le discours de fond qui mobilise chaque scène : réclusion, solitude, goût pour un naturalisme blafard et désenchanté. Plus que jamais le monde apparaît ici comme un espace de claustration et de refus où le mal s’enfonce dans les replis d’une humanité vacillante, imposant une sorte d’horreur consommée et établie. Un film aussi troublant que singulier. 4/6

Le cri du sorcier (Jerzy Skolimowski, 1978)
Dans une campagne anglaise prolongée par l’évocation des colonies, l’auteur place sans difficulté les instruments du bizarre : un asile d’aliénés et son médecin-fou, une bâtisse déserte sous la pluie, un os taillé, des cailloux magiques et un cri qui tue. Plus tous les signes ruraux (animaux, végétaux, humains) du mystère. Cessant de n’être qu’un beau lieu symbolique, le Devon devient aux meilleurs moments celui de la marche, du sable sur les vêtements, d’un accord entre la carte postale, développée jusqu’à occuper tout le champ, et le corps d’un homme qui court vers le village ou la mer. Et cette parabole macabre et glacée, peut-être un peu trop habilement fabriquée, de voguer entre l’analyse du jeu continuel des parties, la démystification du charlatanisme et l’exaltation de l’antique sagesse de nos ancêtres. 4/6

Les bruits de Recife (Kleber Mendonça Filho, 2012)
Setubal, quartier le plus aisé de Recife, enclave d’urbanisme désordonné où se croisent bourgeois et domestiques, grands propriétaires et agents d’une entreprise de sécurité privée. Si le sujet se prêtait à l’approche documentaire, le réalisateur préfère convoquer la grammaire de la fiction pour faire accéder aux subjectivités troublées des résidents, ménager au cœur de sa matière réaliste des espaces oniriques, suggérer le substrat de féodalité qui préside toujours aux rapports de classe et de servitude. Il déroule une narration minimale avançant à pas chassés, raccorde des scènes en apparence disjointes mais comme parcourues d’une même irrationnelle inquiétude, au gré de l’enchevêtrement de tensions nouant ce sociotope d’une communauté craintive. Un premier long-métrage remarquablement maîtrisé. 4/6

A brighter summer day (Edward Yang, 1991)
Il arrive que, malgré la conjonction des nombreuses qualités réunies et d’une sensibilité que l’on identifie comme la sienne, la rencontre avec un film n’opère pas. Telle fut mon expérience devant cette vaste fresque intimiste consacrée à l’adolescence, son immaturité, ses rites de passage et d’initiation, sujets placés au sein du conflit entre l’individu et l’Histoire, et qui donne à voir sans explication ni graisse psychologique des sentiments, des actes, des trajets, du temps. Au fil d’un récit à la fois dense et elliptique, elle nourrit le sentiment mélancolique d’un irrémédiable tenace, d’un passé raconté au présent et pourtant inscrit dans les arcanes de la mémoire. Mais sa rigueur insaisissable n’évite pas une certaine glaciation émotionnelle – distance que le magnifique Yi Yi se chargera d’abolir définitivement. 4/6



Et aussi :

Listen un Philip (Alex Ross Perry, 2014) - 3/6
En avant (Dan Scanlon, 2020) - 5/6
La passante du Sans-Souci (Jacques Rouffio, 1982) - 4/6
Les compagnons de la nouba (William A. Seiter, 1933) - 2/6
Le festin de Babette (Gabriel Axel, 1987) - 4/6
Comrades (Bill Douglas, 1986) - 5/6
Lenny and the kids (Benny & Josh Safdie) - 5/6
Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Février 2010Hellzapoppin (H.C. Potter, 1941)
Janvier 2020Les filles du docteur March (Greta Gerwig, 2019)
Décembre 2019It must be heaven (Elia Suleiman, 2019)
Novembre 2019Les misérables (Ladj Ly, 2019)
Octobre 2019Bacurau (Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles, 2019)
Septembre 2019Driver (Walter Hill, 1978)
Août 2019Le coup de l’escalier (Robert Wise, 1959)
Juillet 2019 - La sorcellerie à travers les âges (Benjamin Christensen, 1922)
Juin 2019Parasite (Bong Joon-ho, 2019)
Mai 2019 - Mandingo (Richard Fleischer, 1975)
Avril 2019 - Les oiseaux de passage (Cristina Gallego & Ciro Guerra, 2018)
Mars 2019 - Le convoi (Sam Peckinpah, 1978)
Février 2019Les noces rouges (Claude Chabrol, 1973)
Janvier 2019Un jour dans la vie de Billy Lynn (Ang Lee, 2016)
Décembre 2018Une affaire de famille (Hirokazu Kore-eda, 2018)
Novembre 2018High life (Claire Denis, 2018)
Octobre 2018Nos batailles (Guillaume Senez, 2018)
Septembre 2018Les frères Sisters (Jacques Audiard, 2018)
Août 2018Silent voice (Naoko Yamada, 2016)
Juillet 2018 - L'homme qui voulait savoir (George Sluizer, 1988)
Juin 2018Sans un bruit (John Krasinski, 2018)
Mai 2018Riches et célèbres (George Cukor, 1981)
Avril 2018Séduite et abandonnée (Pietro Germi, 1964)
Mars 2018Mektoub my love : canto uno (Abdellatif Kechiche, 2017)
Février 2018Phantom thread (Paul Thomas Anderson, 2017)
Janvier 2018Pentagon papers (Steven Spielberg, 2017)
Décembre 2017Lettre de Sibérie (Chris Marker, 1958)
Novembre 2017L’argent de la vieille (Luigi Comencini, 1972)
Octobre 2017Une vie difficile (Dino Risi, 1961)
Septembre 2017Casanova, un adolescent à Venise (Luigi Comencini, 1969)
Août 2017La bonne année (Claude Lelouch, 1973)
Juillet 2017 - La fille à la valise (Valerio Zurlini, 1961)
Juin 2017Désirs humains (Fritz Lang, 1954)
Mai 2017Les cloches de Sainte-Marie (Leo McCarey, 1945)
Avril 2017Maria’s lovers (Andreï Kontchalovski, 1984)
Mars 2017À la recherche de Mr Goodbar (Richard Brooks, 1977)
Février 2017Raphaël ou le débauché (Michel Deville, 1971)
Janvier 2017La la land (Damien Chazelle, 2016)
Décembre 2016Alice (Jan Švankmajer, 1987)
Novembre 2016 - Dernières nouvelles du cosmos (Julie Bertuccelli, 2016)
Octobre 2016 - Showgirls (Paul Verhoeven, 1995)
Septembre 2016 - Aquarius (Kleber Mendonça Filho, 2016)
Août 2016 - Le flambeur (Karel Reisz, 1974)
Juillet 2016 - A touch of zen (King Hu, 1971)
Juin 2016 - The witch (Robert Eggers, 2015)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (John Boorman, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
User avatar
reuno
Assistant opérateur
Posts: 2352
Joined: 8 Oct 04, 10:25

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by reuno »

Mois de mars chargé, forcément, mais pas beaucoup de vrais prétendants au titre.

Découverte du premier (enfin je crois) Soderbergh, Sexe, Mensonges et Vidéo et du coup c'est lui...
Excellente surprise avec The Platform sur Netflix, autre prétendant. Mais comme fallait choisir...

Donc mon mois :

Image

ImageImageImageImage
ImageImageImageImage
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 16283
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Watkinssien »

G.T.O wrote: Car Flol aime le running gag.
Plus particulièrement le running elephant...
Image

Mother, I miss you :(
vic
viking
Posts: 3613
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by vic »

Mars 2020

46 films vus, soit presque 3 fois plus que d'habitude.
Dont 7 quasi ex aequo.

1. April Story (Shigatsu monogatari - Shunji Iwai, 1998)
Image

2. Dans l'ombre du loup (Kiryūin hanako no shōgai - Hideo Gosha, 1982)
3. L'Exilé (The Exile - Max Ophüls, 1947)
4. The Garden of Words (Kotonoha no Niwa - Makoto Shinkai, 2013)
5. Love Letter (Shunji Iwai, 1995)
6. Kabei: our mother (Kābē - Yoji Yamada, 2008)
7. Tengu-tô (Setsuo Yamamoto, 1969)


Redécouvertes du mois :
Chasseurs des Ténèbres (Yami no karyudo - Hideo Gosha, 1979)
Echec à Borgia (Prince of Foxes - Henry King, 1949)
Song of the exile (Kè tú qiū hèn - Ann Hui, 1990)
Image
Unité Ogami Ittô

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

*Insane Insomniac Team*
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4618
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

Thaddeus wrote:
Film de mars

1. Comrades (Bill Douglas, 1986)


Image
Ah oui, excellent choix Thaddeus ! Film extraordinaire. :D
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4976
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Beule »

vic wrote:Mars 2020

46 films vus, soit presque 3 fois plus que d'habitude.
Dont 7 quasi ex aequo.

1. April Story (Shigatsu monogatari - Shunji Iwai, 1998)
Image

2. Dans l'ombre du loup (Kiryūin hanako no shōgai - Hideo Gosha, 1982)
3. L'Exilé (The Exile - Max Ophüls, 1947)
4. The Garden of Words (Kotonoha no Niwa - Makoto Shinkai, 2013)
5. Love Letter (Shunji Iwai, 1995)
6. Kabei: our mother (Kābē - Yoji Yamada, 2008)
7. Tengu-tô (Setsuo Yamamoto, 1969)


Redécouvertes du mois :
Chasseurs des Ténèbres (Yami no karyudo - Hideo Gosha, 1979)
Echec à Borgia (Prince of Foxes - Henry King, 1949)
Song of the exile (Kè tú qiū hèn - Ann Hui, 1990)
Bon... Une chose est sûre, c''est pas dans un tel bilan que je vais piocher beaucoup d'idées de visionnages... :fiou:
Ah si, le Ann Hui :idea:
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17457
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Beule wrote:
vic wrote:Mars 2020

46 films vus, soit presque 3 fois plus que d'habitude.
Dont 7 quasi ex aequo.

1. April Story (Shigatsu monogatari - Shunji Iwai, 1998)
Image

2. Dans l'ombre du loup (Kiryūin hanako no shōgai - Hideo Gosha, 1982)
3. L'Exilé (The Exile - Max Ophüls, 1947)
4. The Garden of Words (Kotonoha no Niwa - Makoto Shinkai, 2013)
5. Love Letter (Shunji Iwai, 1995)
6. Kabei: our mother (Kābē - Yoji Yamada, 2008)
7. Tengu-tô (Setsuo Yamamoto, 1969)


Redécouvertes du mois :
Chasseurs des Ténèbres (Yami no karyudo - Hideo Gosha, 1979)
Echec à Borgia (Prince of Foxes - Henry King, 1949)
Song of the exile (Kè tú qiū hèn - Ann Hui, 1990)
Bon... Une chose est sûre, c''est pas dans un tel bilan que je vais piocher beaucoup d'idées de visionnages... :fiou:
Ah si, le Ann Hui :idea:
Bon en tout cas le lobbying Shunji Iwai fonctionne, ne jamais hésiter à faire le forceur :mrgreen:
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Max Schreck »

Film du mois
Image
The Lobster (Lánthimos), saisissant cauchemar en forme d'ode à l'amour fou, avec son petit côté humour froid à la Roy Andersson. Imprévisible et captivant poème cinématographique. L'occasion de renouveler mon respect pour Colin Farrell.


Films découverts
Kong : Skull island (Vogt-Roberts), étonnamment, j'ai trouvé le show assez réussi dans son peu de prétention, une fois acceptés l'inintérêt des persos (à l'exception d'un fabuleux JC Reilly) et l'absence de profondeur du script, et j'ai été plutôt client du ride proposé et des choix visuels du réal et son chef op' (à l'exception des gros méchants kaijus, là où j'aurais préféré de vrais dinosaures pour rester cohérent avec l'univers de l'île)
Dunkirk (Nolan), bien apprécié la démarche de Nolan de nous faire emboîter le pas de ses personnages, avec une efficace volonté d'épure audiovisuelle. Et pourtant, le film ne semble m'avoir laissé aucune empreinte.
Le Chien jaune de Mongolie, charmant
Paris-Brest (Lioret), bien


Films revus (Hors compétition)
Pulp fiction (Tarantino), ça m'a fait bien plaisir de revoir ce film qui tournait en boucle chez moi à une certaine époque. J'assume donc l'aspect madeleine et reconnais du bout des doigts qu'une fois passés la virtuosité de l'écriture et les coups de coude au spectateur, y'a pas grand chose derrière.
Blade runner (Scott), y replonger comme dans un rêve
M:I III (Abrams), toujours aussi efficace
Casino royale (Campbell), irréprochable
Le Château dans le ciel (Miyazaki), un chef-d'œuvre


Séries TV
Game of thrones (S.8), j'ai presque envie de n'en retenir que les 2 épisodes gonflés ras la gueule de batailles époustouflantes, tant le reste ne m'a pas semblé au niveau auquel la série m'avait habitué. Sur le dernier épisode, le peu d'inspiration de la mise en scène et des dialogues sont flagrants, aboutissant à un épilogue que je n'aurais pas imaginé si terne.
Baron noir (S.3), une série toujours aussi exceptionnelle, vertigineuse tant par ses machiavéliques péripéties feuilletonesques que par l'intelligence de son discours politique. L'action est ici essentiellement portée par la parole, les interprètes incarnent tous merveilleusement leurs personnages. Seul (petit) regret : l'impression que la réalisation ne sait plus trop comment accompagner ces scènes et les rendre cinégéniques (trop de gros plans et de déambulations en steadycam).
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
John Holden
Cadreur
Posts: 4172
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

Top 10 pour la circonstance (53 films vus ou revus) :

1. The Cobweb...Vincente Minnelli (1955)
Image

2. La Tête d'un homme...Julien Duvivier (1933)
Image

3. I'd Climb the Highest Mountain...Henry King (1951)
Image

4. Union Station...Rudolph Maté (1950)
Image

5. Romanzo popolare...Mario Monicelli (1974)
Image

6. L'Attentat...Yves Boisset (1972)
Image

7. Salon Mexico...Emilio Fernández (1949)
Image

8. Nachts, wenn der Teufel kam (Les SS frappent la nuit)...Robert Siodmak(1957)
Image

9. Bílá nemoc...Hugo Haas (1937)
Image

10. Il marito...Nanni Loy (1958)
Image
vic
viking
Posts: 3613
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by vic »

Beule wrote:
vic wrote:Mars 2020

46 films vus, soit presque 3 fois plus que d'habitude.
Dont 7 quasi ex aequo.

1. April Story (Shigatsu monogatari - Shunji Iwai, 1998)
2. Dans l'ombre du loup (Kiryūin hanako no shōgai - Hideo Gosha, 1982)
3. L'Exilé (The Exile - Max Ophüls, 1947)
4. The Garden of Words (Kotonoha no Niwa - Makoto Shinkai, 2013)
5. Love Letter (Shunji Iwai, 1995)
6. Kabei: our mother (Kābē - Yoji Yamada, 2008)
7. Tengu-tô (Setsuo Yamamoto, 1969)


Redécouvertes du mois :
Chasseurs des Ténèbres (Yami no karyudo - Hideo Gosha, 1979)
Echec à Borgia (Prince of Foxes - Henry King, 1949)
Song of the exile (Kè tú qiū hèn - Ann Hui, 1990)
Bon... Une chose est sûre, c''est pas dans un tel bilan que je vais piocher beaucoup d'idées de visionnages... :fiou:
Ah si, le Ann Hui :idea:
:mrgreen: Oui, c'est ce que je suis dis en faisant le palmarès... Je vais essayer de faire "mieux" ce mois-ci, mais je suis loin d'avoir épuiser tes recommandations.

Et Song of the exile est formidable, il m'a cueilli comme à la première fois.

Ah, Profondo Rosso, merci d'avoir fait circuler le "virus" Iwai. Celui-là, au moins, est bon pour la santé... :wink:
Image
Unité Ogami Ittô

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

*Insane Insomniac Team*
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18312
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Kevin95 »

Bon allez je m'y remets. Pour le mois de mars...

5 découvertes :

NE CROYEZ SURTOUT PAS QUE JE HURLE - Frank Beauvais (2019)

Image

ANGEL FACE - Otto Preminger (1953)

Image

UN REVENANT - Christian-Jaque (1946)

Image

SULLY - Clint Eastwood (2016)

Image

THE F.J. HOLDEN - Michael Thornhill (1977)

Image

Le tout :

Films vus / revus / bonus

COUNTESS DRACULA - Peter Sasdy (1971) : 8/10
SMOKIN' ACES - Joe Carnahan (2006) : 8/10
LAMIEL - Jean Aurel (1967) : 6,5/10
CHALLENGE OF THE TIGER - Bruce Le (1980) : 7/10
T2 TRAINSPOTTING - Danny Boyle (2017) : 4/10
L'INVITATION - Michaël Cohen (2016) : 2/10
GARÇON ! - Claude Sautet (1983) : 8,5/10
LEUR DERNIÈRE NUIT - Georges Lacombe (1953) : 6/10
LA VENDETTA DI ERCOLE - Vittorio Cottafavi (1960) : 7/10
TAXI DRIVER - Martin Scorsese (1976) : 10/10
VERCINGÉTORIX - Jacques Dorfmann (2001) : Gaulois, gauloises/10
THE FINAL COUNTDOWN - Don Taylor (1980) : 7,5/10
GIBIER DE POTENCE - Roger Richebé (1951) : 7,5/10
DATE WITH AN ANGEL - Tom McLoughlin (1987) : 1,5/10
ALADDIN - Guy Ritchie (2019) : 4/10
BOTTE DI NATALE - Terence Hill (1994) : 4,5/10
VÉNUS BEAUTÉ (INSTITUT) - Tonie Marshall (1999) : 7/10
DEAD END DRIVE-IN - Brian Trenchard-Smith (1986) : 8,5/10
L.A. STORY - Mick Jackson (1991) : 8/10
THE CHEYENNE SOCIAL CLUB - Gene Kelly (1970) : 6,5/10
LA PARANZA DEI BAMBINI - Claudio Giovannesi (2019) : 8,5/10
QUAND ON CRIE AU LOUP - Marilou Berry (2019) : 1/10
ANGEL FACE - Otto Preminger (1953) : 9/10
GUN FURY - Raoul Walsh (1953) : 7,5/10
CORRIDORS OF BLOOD - Robert Day (1958) : 7/10
ELLE S'EN VA - Emmanuelle Bercot (2013) : 8/10
SHAZAM ! - David F. Sandberg (2019) : 4/10
FRESH KILL - Joseph Merhi (1988) : 5.5/10
MEAN GIRLS - Mark Waters (2004) : 7/10
LES TONTONS FLINGUEURS - Georges Lautner (1963) : 10/10
LE LIEU DU CRIME - André Téchiné (1986) : 6.5/10
NE CROYEZ SURTOUT PAS QUE JE HURLE - Frank Beauvais (2019) : 9/10
CJ7 - Stephen Chow (2008) : 7.5/10
VIVRE ENSEMBLE - Anna Karina (1973) : 7.5/10
TCHAO PANTIN - Claude Berri (1983) : 10/10
THE F.J. HOLDEN - Michael Thornhill (1977) : 8/10
CITY ON A HILL - Saison 01 (2019) : 7.5/10
UN REVENANT - Christian-Jaque (1946) : 8.5/10
MADE IN AMERICA - Richard Benjamin (1993) : 3.5/10
SULLY - Clint Eastwood (2016) : 8.5/10
EVIL DEAD - Fede Alvarez (2013) : 3.5/10
THE LOST CONTINENT - Michael Carreras (1968) : 7/10
SUGAR HILL - Paul Maslansky (1974) : 7.5/10
THE WANDERERS - Philip Kaufman (1979) : 8/10
THE OTHER LOVE - André De Toth (1947) : 7/10
MARLEY - Kevin Macdonald (2012) : 7/10
PARIS-BREST - Philippe Lioret (2020) : 6.5/10
THE AMBASSADOR - J. Lee Thompson (1984) : 5.5/10
BLUE CHIPS - William Friedkin (1994) : 6.5/10
MAMA - Andy Muschietti (2013) : 3/10
WIRED - Larry Peerce (1989) : 2/10
GREASE - Randal Kleiser (1978) : 4.5/10
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)