Ettore Scola (1931-2016)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8643
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Alexandre Angel »

Max Schreck wrote:Harvey Keitel en philosophe progressiste, en passant par un Jean-Louis Barrault incroyable de vitalité
Se dire que ces deux-là sont dans le même film, ça fait tout bizarre :shock: C'est comme si on disait Robert De Niro et Pierre Brasseur... Christopher Walken et Arletty :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89583
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Jeremy Fox »

Tiens, une bonne idée de redécouverte d'autant que j'avais adoré l'année de sa sortie, jamais revu depuis et que je n'ai toujours pas décelophané le DVD 8)
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Max Schreck »

Je précise que le casting est quand même majoritairement français, et que la version originale est bien la VF (je me suis fait avoir au départ en partant sur la version italienne peu convaincante avant de basculer).
Keitel — très sobre — est certes doublé mais l'essentiel du casting parle bien de sa propre voix.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89583
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Jeremy Fox »

Max Schreck wrote:Je précise que le casting est quand même majoritairement français, et que la version originale est bien la VF (je me suis fait avoir au départ en partant sur la version italienne peu convaincante avant de basculer).
Oui, comme Le Désert des tartares de Zurlini d'ailleurs.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Max Schreck »

Image
Splendor, 1989
Enfin mis la main sur la réédition Gaumont qui propose le film en VO. On a un peu injustement accusé Cinema paradiso d'avoir indirectement fait de l'ombre au film de Scola, que je n'ai même pas le souvenir d'avoir vu tenir l'affiche. Sortis en effet la même année, les deux œuvres traitent du même sujet, évocation nostalgique du cinéma à travers le passage des ans d'une salle de cinéma d'un petit village italien. Sauf que le Tornatore est en comparaison dix mille fois plus inspiré et réussi. Ici, Scola n'a bizarement pas l'air passionné par son récit, qu'il déroule plutôt mollement et sans grandes trouvailles visuelles. La seule relative audace étant une construction en flashbacks mais qui paraît confuse par son recours un peu aléatoire du noir et blanc qui n'aide pas vraiment à situer les différentes époques. Même Armando Trovaiolli est en mode flemmard, se contentant d'une simple ritournelle au piano déglingué, pas franchement évocatrice. Bref, l'impression qu'en dehors du travail de reconstitution et du passage toujours plaisant d'extraits de film et d'affiches en arrière-plan, Scola (ici auteur du scénario) n'a pas tant de choses que ça à raconter. Il a pourtant fait partie de l'Histoire du cinéma (le cinéma italien étant évidemment particulièrement représenté). Il ne profite même pas de la présence de Mastroianni pour s'offrir des jeux de miroir avec la réalité. J'étais plutôt content de retrouver le comédien partager la vedette avec Troisi, après leur magnifique Che ora e ? Mais leur relation n'est pas partriculièrement développée, on ne saisit jamais vraiment ce qui les anime. Mastroianni se contente de suivre les traces de son père, et Troisi devient projectionniste juste parce qu'il a un temps tenté de séduire l'ouvreuse Vlady. Mais jamais Scola ne cherche vraiment à communiquer l'émerveillement du spectateur dans la salle. Son intention était sans doute de faire un film fatigué, découragé et décourageant, qui montre qu'il est temps de rendre les armes.

Il y avait finalement davantage d'amour du cinéma exprimé dans une poignée de scènes de Nous nous sommes tant aimés (sous l'égide de De Sica et Fellini) que dans tout ce Splendor vieillot.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16054
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Supfiction »

Vu hier au Champo la bande annonce de la ressortie en salle de La famille, le 21 Aout 2019.
Image 4K, douce mais superbe qui faisait saliver. Casing d’exception.

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89583
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Jeremy Fox »

Curieux de le revoir mais à vrai dire pas un grand souvenir de ce Scola qui à cette époque était selon moi dans une période un peu creuse.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16054
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Ettore Scola (1931 - 2016)

Post by Supfiction »

Jeremy Fox wrote:Curieux de le revoir mais à vrai dire pas un grand souvenir de ce Scola qui à cette époque était selon moi dans une période un peu creuse.
C’est un peu mon ressenti. Ses films ont une forte tendance, le temps renforçant cette impression, à passer pour des chef-d’œuvres quand on en voit des passages. Je pense par exemple au Capitaine Fracasse, magnifique quand on en voit des extraits mais un peu chiant quand on le découvre en fait. Mais beau quand même.