La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4655
Joined: 13 Dec 07, 19:24

La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by nobody smith »

Image

Deux flics que tout oppose, dans l'Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d'Andalousie pour enquêter sur l'assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales. Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu'à l'absurde et où règne la loi du silence, ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.


La Isla Minima est le grand vainqueur des derniers goyas remportant notamment les prix du meilleur scénario, acteur et réalisateur. Une consécration assez méritée pour ce polar marchant sur les pas de True Detective et Memories Of Murder. Certes, La Isla Minima n’a ni l’ambiance quasi-fantastique du premier ni les savantes ruptures de ton du second et s’offre un déroulement plus traditionnel. Néanmoins, le réalisateur Alberto Rodriguez se sort plutôt bien de ce classicisme et arrive à rendre captivant l’enquête de ses deux policiers sur une série de meurtre dans un trou paumé. Une qualité due à un certain savoir-faire narratif (voir la conséquence finale de la décision des deux héros de mener l’affaire chacun de leur côté sans consulter l’autre) mais surtout à une mise en scène solide avec beaucoup d’énergie et un vrai soin de composition. Rodriguez tire notamment le maximum de ses magnifiques extérieurs et les exploite brillamment lors des fugaces scènes d’action (la poursuite aux abords de la scène de crime, la course poursuite nocturne, la fusillade sous la pluie). Le film gagne également une ampleur supplémentaire par la manière dont il dresse en filigrane le portrait de l’Espagne post-franquiste. Una ambition qui aurait alourdir le film mais que Rodriguez et son scénariste traitent juste comme il faut pour qu’elle s’intègre sans heurt au récit. Tout ceci donne un spectacle plus que recommandable.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11572
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Karras »

J'ai beaucoup aimé également. J'ai en particulier adoré la qualité de la photographie comme ces superbes plans de flamants roses au soleil couchant.
A signaler aussi les nombreuses vues aériennes inspirées du travail photographique d’Hector Garrido.
Image
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Colqhoun »

Assez vite oublié.
Oui c'est joliment fait, propre, avec une technique irréprochable et des acteurs totalement investis.
Mais au delà de ça, c'est une enquête-puzzle qui se résout d'elle-même avec une facilité confondante.
Les pièces s'emboîtent les unes aux autres dans un rythme constant, sans laisser de place à l'imprévu, ce qui a pour effet de rendre le film finalement peu passionnant.
Et si j'imagine que le film doit parler aux espagnols d'une manière autrement plus pertinente qu'à nous autres français, suisses ou belges, les encarts sur les troupes de Franco restent tellement léger et de l'ordre de l'anecdote que l'on passe par dessus comme quasiment tout le reste.
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11572
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Karras »

Report du topic notation :
ed wrote: La Isla Minima (Rodriguez) 7/10
Difficile de ne pas établir un parallèle avec la saison 1 de True Detective, tant les similitudes sont fortes. Pour autant, le film existe joliment par lui-même, avec sa photo superbe, son casting habité et son ambiance spectrale, hantée par la mort et le passé.
Ratatouille wrote: Très belle photo, mais j'ai eu un peu de mal à me passionner pour cette enquête lancinante et sans réelle surprise.
ballantrae wrote: La isla minima 8/10 , intrigant et dénué de résolutions simplistes, avec un magnifique travail de reconstitution qui me rappelle l'Espagne de l'orée des 80' , celle de ma préadolescence.Notons tout de même qqs influences: Dans la brume électrique à la fois pour l'intrigue , pour le rapport au passé, pour la pensée d'un espace à la fois insulaire et continental, La nuit nous appartient pour la poursuite dans les roseaux
zemat wrote:LA ISLA MINIMA: 8/10
Il n'est enfin sorti dans mon ciné que la semaine dernière, je le découvre donc tardivement, mais vu comme j'ai aimé j'aurais regretté de l'avoir loupé !
Excellent polar au climat poisseux comme je les aime.
C'est vrai que ça rappelle furieusement la S1 de True Detective (sans le côté philosophique/barbant de cette dernière), mais c'est assez rare de voir de nos jours au ciné un polar de cette qualité pour le souligner.
fargo wrote:Image
Image
Image

Vraiment beaucoup aimé, et pas seulement parce que ça faisait deux mois que je n'étais pas allé au cinéma.
Etant tout à fait d'accord avec la critique de Ursula Michel de Critikat, je me contente de la citer:

"La Isla Mínima, ( ... ) un polar poisseux ancré dans une Andalousie sauvage, où les restes délétères du franquisme gangrènent encore la société.
(...) Dès le générique et ses splendides et angoissantes vues aériennes du Guadalquivir, le ton est donné. Le film tisse une analogie entre paysage et psyché, les sinuosités du fleuve épousant les tourments espagnols.
De bout en bout, La Isla Mínima fascine par la maîtrise de sa mise en scène, la fulgurante beauté des espaces andalous qui n’ont rien à envier au bayou américain et l’impeccable prestation de son casting. Dépaysant par son cadre et familier par son usage des codes du polar, La Isla Mínima démontre que l’Espagne abrite en son sein des forces vives cinématographiques (plébiscitées par le public, la critique et les professionnels), réflexives sur le passé totalitaire du pays, déférentes envers leurs références anglo-saxonnes et incroyablement créatives et singulière."
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40827
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Rockatansky »

C'est très beau, on suit l'intrigue avec plaisir grace à un casting remarquable, mais cette enquête coule tellement de source qu'il n'en reste pas grand chose en sortant de la salle. A peu près le même avis que Colqhoun quoi...
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45101
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Flol »

Rockatansky wrote:C'est très beau, on suit l'intrigue avec plaisir grace à un casting remarquable, mais cette enquête coule tellement de source qu'il n'en reste pas grand chose en sortant de la salle. A peu près le même avis que Colqhoun quoi...
Et que le mien aussi. C'est joliment fait, mais le script sans surprise sent un peu la paresse quand même. On devrait être passionné par cette enquête, ses rebondissements...mais non. Rien. Il faut dire que des rebondissements, il y en a très peu. :|
Du coup, on en ressort avec de belles images en tête, l'ambiance est joliment travaillée (il est évidemment impossible de ne pas penser à True Detective et Memories of Murder). Mais c'est tout.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89583
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Jeremy Fox »

C'est très chiadé (les plans aériens, comme dans Sicario dernièrement, sont superbes), ce n'est certes pas désagréable à suivre mais l'intrigue n'est finalement guère captivante et surtout l'écriture des personnages manque singulièrement de subtilité ; on a quand même bien du mal à s'intéresser à eux. On est à mon avis bien loin de True Detective à quoi il fait bien évidemment fortement penser. Une déception en rapport aux louanges qu'on lui a tressé.
User avatar
Brody
Indices : bateau - requin
Posts: 4757
Joined: 21 Feb 06, 18:42
Location: à la flotte !

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Brody »

Découvert il y a quelques jours, et je plussoie sur le sentiment général mitigé, le film pâtissant surtout de ses références, voulues ou pas, aux deux films précédemment cités. Je n'ai pu m'empêcher de comparer spontanément en permanence. Appliqué et suffisamment bien fait pour être suivi sans ennui, mais manquant cruellement d'un ton original ou d'une progression plus surprenante.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: La Isla Minima (Alberto Rodriguez - 2014)

Post by Max Schreck »

Bof. L'impression que ce murder mystery multiplie les clichés du genre sans jamais les transcender, avec faux suspect et indices bien commodément dispersés (comme par hasard, il faut que le gars utilise une seule marque de pellicule, comme par hasard le tueur laisse bien en évidence les preuves qui l'accableront), jusqu'à en devenir parfois involontairement drôle (le flic qui planque en plein jour au milieu de la pampa mais qui se fait quand même surprendre par derrière... à deux reprises !).

Alors oui, Rodriguez travaille son atmosphère, les acteurs sont bons et donnent envie de les suivre. Enfin surtout le vieux briscard, son jeune acolyte ayant un jeu d'une lassante monotonie. Mais la tension est quand même artificiellement créée par cette bande son en mode drone constamment présente. Et ça se résoud lors d'un climax qui se dégonfle un peu vite, presque déceptif, alors qu'il y a avait quand même tout un discours sur la légitimité du recours à la violence, que le réalisateur ne cherche même pas à mettre alors en résonance. Là où le film se révèle vraiment intéressant c'est dans le choix de son époque, et ses commentaires jamais appuyés sur cette Espagne qui bascule d'un régime à l'autre. Mais là encore, j'ai trouvé que ça n'allait pas vraiment au bout des possibilités d'un tel contexte, y compris dans sa révélation finale à peine exploitée. Je gage qu'il ne va pas m'en rester grand chose.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...