Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

aelita
Accessoiriste
Posts: 1769
Joined: 28 Dec 13, 18:34

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by aelita »

Bilan du mois
Encore un mois fortement marqué par la Russie (surtout à cause de la rétrospective l'URSS des cinéastes).
Et c'est un film russe (récent) qui remporte le titre . A noter qu'après Le bonheur d'Assia et Les nuits blanches du facteur l'année dernière, c'est le troisième film de Konchalovsky à remporter le titre . Il est à égalité avec Tarkovski , pour Solaris, Nostalghia et Le sacrifice et Loznitsa avec Dans la brume, Maïdan et My joy). Je ne crois pas qu'il y en ait d'autres à avoir fait un triplé.

Film du mois, donc : Paradis (Andrei Konchalovsky). Suivent :
2. Reds (Warren Beatty)
3. Carré 35 (Eric Caravaca)
4. La mélodie (Rachid Hami)
5. Braguino (Clément Cogitore -moyen métrage)
6. Happy birthdead (Christopher Landon)
7. Ice mother (Bohdan Slama)
8. Le musée des merveilles (Todd Haynes)
9. Battle of the sexes (Valerie Faris et Jonathan Dayton)
10. Borg/McEnroe (Janus Metz)

Prix spécial cinéma soviétique

La dernière nuit (Iouli Raizman)
La mélodie du vieux marché (Pavel Petrov-Bytov)
Femmes en révolte (Amour et haine) (Albert Hendelstein)
Tarass l'indompté (les indomptés) (Mark Donskoï)

Accessits dans la même catégorie

Une femme qui tombe (la terre captive/le passeport jaune) (Fédor Ozep)
Elisso (NikolaÏ Chenguelaïa)
La fête de St Iorguen (Yakov Protozanov)
Le train mongol (Ilya Trauberg) - film ne faisant pas partie de la rétrospective l'URSS des cinéastes-
Last edited by aelita on 2 Jan 18, 22:27, edited 4 times in total.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (pensée shadok)
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16813
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Film du mois

1 Rome Adventure de Delmer Daves

Image

2 Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff

Image

3 Le Musée des merveilles de Todd Haynes

Image

4 Borg McEnroe de Janus Metz

Image

5 Japanese Girls Never Die de Daigo Matsui

Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16737
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Père Jules »

Sur le fil, l'épatant documentaire du passionnant Clément Cogitore
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14680
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Demi-Lune »

Ah ah, tu mets bien la pression, là. Il est sur mes tablettes prochainement. :)
User avatar
John Holden
Décorateur
Posts: 3837
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

Un quinté qui s'est relativement vite dessiné sans bouleversement de dernière minute.

1. Umimachi Diary ( Notre petite soeur)...Hirokazu Kore-eda (2015)

Image

2. Il giovedi...Dino Risi (1964)

Image

3. Busting...Peter Hyams (1974)

Image

4. Blue collar...Paul Schrader (1978)

Image

5. Les Sœurs Munakata (Munekata kyoudai)...Yasujirō Ozu (1950)

Image
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 25308
Joined: 31 Dec 04, 14:17

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jack Carter »

John Holden wrote:Un quinté qui s'est relativement vite dessiné sans bouleversement de dernière minute.

1. Umimachi Diary ( Notre petite soeur)...Hirokazu Kore-eda (2015)

Image

2. Il giovedi...Dino Risi (1964)

Image

3. Busting...Peter Hyams (1974)

Image

4. Blue collar...Paul Schrader (1978)

Image

5. Les Sœurs Munakata (Munekata kyoudai)...Yasujirō Ozu (1950)

Image
Pas vu le Ozu mais que du tres bon.

Et je suis definitivement un grand fan de Elliott Gould !!!
"On peut revenir au sujet du topic ?" (Jack Carter)
User avatar
John Holden
Décorateur
Posts: 3837
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

Elliott Gould est tellement cool qu'on croirait qu'il tourne ses prises au saut du lit. Rarement vu une telle décontraction.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Anorya »

Au final pour ma part, ça donne :

1. Image
Film du mois : L'une chante, l'autre pas - Agnès Varda

Suivi de :


2. Image
Les diaboliques - Henri-Georges Clouzot


3. Image
Quai des orfèvres - Henri-Georges Clouzot
Image
Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2330
Joined: 10 May 03, 10:20

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Tom Peeping »

J'ai vu en novembre

Image

*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

La prison du viol / Jackson County jail (Michael Miller, 1976) **
Une super série B de Roger Corman. Cocue, dépouillée, emprisonnée et violée, une bourgeoise croise en cellule un criminel avec qui elle s'échappe et part en cavale dans le Colorado. La trop rare Yvette Mimieux et le trop sexy Tommy Lee Jones sont malmenés corps et âmes dans ce road movie nihiliste qui présente un portrait ravageur de l'Amérique profonde des serveuses désabusées, des rednecks crapoteux et des policiers pourris. DVD Z1 US

Remembering the man (Nickolas Bird & Eleanor Sharpe, 2015) **
Un émouvant documentaire sur Tim Conigrave (1959-1994) et John Caleo (1960-1992), deux australiens qui se rencontrèrent au lycée et vécurent une histoire d'amour de quinze ans, tranchée par le sida. Les photos, les films amateurs et les témoignages d'amis rappellent qui ils étaient et ce que fut leur couple, avant et après l'irruption du virus. Le livre témoignage et best seller de Conigrave, "Holding the man", fut publié posthumément en 1995. DVD Z2 UK

Tom of Finland (Dome Karukoski, 2017) **
De la Seconde Guerre Mondiale aux années 80 en Finlande, la vie et la création clandestines de Touko Laaksonen (1920-1991) qui atteint le succès depuis les USA sous le nom Tom of Finland avec ses dessins d'archétypes gays hypersexualisés. Tout voyeurisme et titillation sont écartés de ce biopic sagement réalisé imprégné d'un profond sentiment de tristesse et de perte. Un film qui contextualise l'artiste en exaltant la libération par la création. BR UK

L'enfance d'Ivan / Ivanovo detstvo (Andrei Tarkovsky, 1962) ***
En URSS pendant la guerre, un jeune ado (Nicolai Bourliaev, exceptionnel de justesse) sert d'éclaireur dans une compagnie où il est pris en amitié et protection par trois soldats. Le premier long métrage de Tarkovsky est un réquisitoire contre la destruction de l'enfance par la violence des conflits des hommes. Les plans de la nature impassible et les séquences de rêves apportent en contrepoint au drame inéluctable une poésie déchirante. BR UK

Passengers (Morten Tyldum, 2016) **
Prématurément réveillé par accident d'un sommeil artificiel d'un siècle, un passager (Chris Pratt) d'un vaisseau spatial en réveille une autre (Jennifer Lawrence) pour ne pas être seul. Leur relation d'attirance, de reproche et de culpabilité forme le socle de ce film de SF en huis clos dont certaines grosses ficelles de scénario sont compensées par l'idée originale et de bons effets spéciaux. L'émotion, elle, est un peu trop tenue à distance. Pas mal. BR FR

Orca (Michael Anderson, 1977) *
Un orque poursuit de sa vengeance un pêcheur qui a tué sa femelle enceinte (de l'orque, pas du pêcheur). Les souvenirs d'enfance sont trompeurs : peu reste de mon enthousiasme pour le film à sa sortie. Ce croisement de Moby Dick et des Dents de la mer est plombé par un scénario assez imbécile et des acteurs qui n'y croient pas (Richard Harris, Charlotte Rampling, Bo Derek). Mais la musique outrancièrement lyrique de Morricone est top. BR IT

Le marteau des sorcières / Kladivo na carodejnice / Witchhammer (Otakar Vavra, 1970) **
Dans un village tchèque au 17e s., le vol d'une hostie déclenche une chasse aux sorcières avec tortures, procès et bûchers. Doté d'une magnifique photo en N&B, ce film historique part d'un fait divers pour dénoncer les crimes des régimes autoritaires (ici, Moscou après le Printemps de Prague) et les abus faits aux femmes. Le sujet et la direction artistique donnent l'impression de regarder un film de la Hammer, kitsch et second degré en moins. BR UK

Man in an orange shirt (Michael Samuels, 2017) *
En 1945, deux soldats ont une liaison empêchée par le mariage de l'un. En 2017, son petit-fils, accro aux applis de rencontres gay, découvre l'histoire de son grand-père. Cette miniseries en 2 épisodes de la BBC met en miroir deux relations homosexuelles distantes de sept décennies. La forme est académique et la musique un tire-larmes mais c'est regardable et touchant, notamment par la présence olympienne de Vanessa Redgrave. DVD Z2 UK

Les inconnus dans la maison (Henri Decoin, 1942) ***
Un inconnu est assassiné dans la maison bourgeoise d'un ancien magistrat alcoolique qui reprend la robe pour l'occasion. Si l'enquête et sa résolution expédiée n'ont aucun intérêt, la galerie des personnages et des acteurs est un régal (sauf Juliette Faber, terriblement fade) et les dialogues de Clouzot sont souvent d'une causticité hilarante, surtout quand ils sont dits par Raimu à son sommet. Le regard sur la jeunesse désoeuvrée, lui, est prémonitoire. Cinémathèque

Coup de tête (Jean-Jacques Annaud, 1979) ***
Dans une ville de province, un loser faussement accusé de viol se retrouve adulé après avoir marqué deux buts en championnat de foot. Il aura sa vengeance. L'hypocrisie d'une certaine France moyenne et l'absolution par la gloire sont les thèmes sérieux de cette comédie de société portée par un refrain entêtant, un formidable casting de gueules et évidemment Patrick Dewaere, dont le jeu expressif et les yeux tristes touchent en plein coeur. BR FR

The apple (Menahem Golan, 1980) 0
En 1994 du futur, un couple de chanteurs de ballades est engagé par BIM, une compagnie tentaculaire genre Amazon qui vend du Disco-Glam et est dirigée par un PDG démoniaque et sa folle. Toute espèce de talent a déserté cette insanité musicale tournée à Berlin Est où on trouve pêle mêle des orgies et des paillettes, des hippies dans une grotte, Dieu qui débarque en Rolls blanche... Mais c'est tellement nul que c'en est (presque) jouissif. BR US

Le vaisseau fantôme / The sea wolf (Michael Curtiz, 1941) **
Adaptation du roman de Jack London. Le capitaine sociopathe d'un voilier crapuleux tient son équipage par la crainte jusqu'à la montée à bord de trois naufragés rebelles. Le savoir faire de la Warner et du réalisateur font des merveilles avec ce huis clos psychologique en mer où s'affrontent un Edward G. Robinson génial, un John Garfield charismatiquement moderne, Ida Lupino et Alexander Knox. Dans les Limbes avec des âmes perdues. BR US

Desierto (Jonas Cuaron, 2015) **
Dans le désert sud-californien, quelques migrants illégaux mexicains (dont Gael Garcia Bernal) sont tirés à vue par un suprémaciste aidé de son féroce chien berger. Cette transposition contemporaine de "La chasse du comte Zaroff" (1932) est un survival violent, sec et efficace. Le voir sous l'ère Trump (mais il a été réalisé avant) lui apporte un supplément d'intérêt : du "mur" aux fusils d'assaut et au rejet de l'Autre, le film en cristallise les obsessions. BR FR

Poil de carotte (Julien Duvivier, 1932) ***
A la campagne, un petit rouquin haï par sa mère et ignoré par son père - qu'il appelle Mme et M. Lepic - tente de vivre malgré tout. D'après Jules Renard, ce remake parlant par Duvivier de son film muet est fort d'une mise en scène dynamique et de ses acteurs : Harry Baur tout en retenue, Catherine Fonteney hystérique en marâtre caricaturale et bien sûr l'inoubliable et tragique Robert Lynen, dont le naturel rayonne. La fin est bouleversante. DVD Z2 FR

Jeannette (Bruno Dumont, 2017) *** Mon film du mois
Adaptation du "Mystère de la charité de Jeanne d'Arc" de Péguy qui en reprend le texte incantatoire, ici récité, chanté et dansé sur de l'electro par des jeunes non-professionnels dans les dunes du Nord. Le résultat est déstabilisant, le film ne ressemblant à rien de connu. Si (et seulement si) on se laisse aller à son concept radical et à son rythme, cette évocation de l'enfance de Jeanne d'Arc se révèle lumineuse, drôle et pleine de grâces. BR FR

Le portrait de Jennie / Portrait of Jennie (William Dieterle, 1948) ***
Une adolescente solitaire dont un peintre new-yorkais fait le portrait se métamorphose à vue d'oeil en une jeune femme dont il tombe amoureux. Jennifer Jones et Joseph Cotten vivent une histoire d'Amour Fou dans ce mélodrame fantastique que son kitsch sincère rend sincèrement touchant. La musique sur des thèmes de Debussy en renforce la charge poétique et la fin est un grand moment du Surréalisme au cinéma. Avec Ethel Barrymore. BR US

Les survivants / Z for Zachariah (Craig Zobel, 2015) 0
Après l'Apocalypse nucléaire, une jeune femme (Margot Robbie) survit seule dans une maison de campagne épargnée. Elle y accueille un autre rescapé (Chiwetel Ejiofor). Ils sont rejoints par un troisième (Chris Pine). Les deux mecs se toisent. Un film pensé comme du Bergman américanisé mais qui suinte l'ennui à trop vouloir la retenue et la hauteur. La religion, hélas, est aussi de la partie. Les acteurs sont très bien, comme le paysage. BR DE

Titanic (Herbert Selpin, 1943) **
Die Titanic sinkt. La version de l'histoire voulue par Goebbels voit le naufrage provoqué par la cupidité des investisseurs anglais et l'ignorance des avertissements d'un officier allemand. Hormis ce point de vue appuyé, ce film nazi glisse sans effort du mélodrame bourgeois à la catastrophe en passant par le commentaire social avec un bon casting et des trucages assez efficaces. Le réalisateur, lui, a été "suicidé" avant la fin du tournage. BR US

Jackie (Pablo Larrain, 2016) **
Fin novembre 1963, Jacqueline Kennedy organise à Washington les funérailles de son mari assassiné. Natalie Portman est de tous les plans - et souvent en gros plan - de ce fragment de biopic qui est aussi l'évocation d'une désagrégation après un choc traumatique. Une puissante mélancolie existentielle baigne le film, porté par des voix atténuées et une musique dissonante. L'hommage à une fascinante First Lady et à son interprète. BR FR

La fête à Henriette (Julien Duvivier, 1952) **
A Paris, le 14 Juillet mouvementé de deux amoureux (Dany Robin et Michel Roux, assez fades malheureusement). Enfin si on veut parce que le film tout entier est un exercice de style autour de son scénario en construction au fil de l'eau. L'idée et la mise en scène sont formidablement originales et dynamiques (même si la seconde moitié fléchit un peu) et revoir Paris en 1952 est un bonheur. Une oeuvre ludique d'une imagination débridée. BR FR

Valentin Valentin (Pascal Thomas, 2014) 0
Dans un immeuble parisien, un jeune homme (Vincent Rottiers) subit malgré lui l'attirance ou le rejet de ses voisins. Librement adapté de Ruth Rendell, une comédie de moeurs qui débute sur un meurtre, histoire de montrer que derrière la comédie se joue le drame. Rien ne tient, ni la galerie des personnages pittoresques, ni les péripéties artificielles, ni la mise en scène. On dirait du Klapisch mâtiné de "Plus belle la vie" et de Cioran. Lamentable. DVD Z2 FR

Le monde perdu / The lost world (Harry O. Hoyt, 1925) ***
Le Prof. Challenger conduit des équipiers sur un haut-plateau d'Amazonie où des dinosaures ont survécu. Ce film muet d'aventures d'après Conan Doyle est le premier long métrage où acteurs et créatures en stop motion se partagent l'image dans des décors de jungle et de ville. Willis O'Brien est déjà aux effets spéciaux, quelques années avant "King Kong" (1933) et invente des scènes dynamiques de combat, d'éruption et de chaos. BR US

Nachthelle (Florian Gottschick, 2014) 0
Une quadragénaire, son boyfriend dans la vingtaine et un couple gay passent un weekend dans une maison de campagne. L'un des gays est l'ex de la quadragénaire, l'autre psychanalyste. Vous imaginez. Un petit film allemand dont le scénario, qui hésite entre psychologie et symbolisme, échoue à donner du signifiant à un tissu de lieux communs. Le virage fantastique de la fin est le pompon. On sent qu'ils ont essayé pourtant. DVD Z2 DE
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by bruce randylan »

La Russie et le Japon en force !
Si j'ai pas découvert vu de chef d’œuvres absolus et parfaits, j'ai vu un paquet de films sensationnels à la réalisation virtuose pour ne pas dire novatrice. Le choix est du coup très dur et finalement arbitraire tant les gagnants pourraient sans problème échanger de récompenses sans le moindre problème.


Film du mois
: Ma grande-mère aka le piston (Konstantin Mikaberidze - 1929)

Prix de la mise en scène
: La mélodie du vieux marché / Cain et Artem (Pavel Petrov-Bytov - 1930)

Prix du scénario : La rivière Fuefuki (Keisuke Kinoshita - 1960)

Prix spécial du Jury : Chasseurs des ténèbres (Hideo Gosha - 1979)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et pour le détail

8) :D
Rencontre du troisième type (Steven Spielberg - 1977) REVU

8)
Chasseurs des ténèbres (Hideo Gosha - 1979)
La mélodie du vieux marché / Cain et Artem (Pavel Petrov-Bytov - 1930)
L'innocent (Lucchino Visconti - 1976)
Mademoiselle la présidente (Pietro Germi - 1952)
Ma grande-mère aka le piston (Konstantin Mikaberidze - 1929)
Roméo & juliette in Darkness (Jirí Weiss - 1960)
La rivière Fuefuki (Keisuke Kinoshita - 1960)

:D
Ecrit sur le vent (Douglas Sirk - 1956)
L'étranger (Lucchino Visconti - 1967)
The Millionaire chase (Umetsugu Inoue - 1969)
Zeiram (Keita Amemiya - 1991)
Vous ne pouvez pas vous passez de moi (Viktor Chestakov - 1932)
Too late the hero (Robert Aldrich - 1970)
La pyramide humaine (Jean Rouch - 1961)
Take aim at the police van (Seijun Suzuki - 1960)
Don't tell your wife (Minoru Shibuya - 1937)

Entre :D et :)
Le banquet des maudits (Henri Storck - 1952)
Un aller simple (José Giovanni - 1971)
He walked by night (Alfred L. Werker & Anthony Mann - 1948)
Pascual Duartre (Ricardo Franco - 1976)
See no evil, hear no evil (Arthur Hiller - 1988)
L'erreur de l'ingénieur Kotchine (Alexandre Matcheret – 1939)
Gangs of New-York (Martin Scorsese - 2002) REVU
Dragon tiger gate (Wilson Yip - 2006)
Bedside (Robert Florey - 1934)
The house on Carroll Street (Peter Yates - 1988)
Al Capone (Richard Wilson - 1959)
L'amour de Jeanne Ney (Georg Wilhelm Pabst - 1927)
Portrait d'une jeune fille à la fin des années 60 à Bruxelles (Chantal Akerman - 1994)
Profile in anger (Ka-Yan Leung - 1984)
Achtung ! Banditi ! (Carlo Lizzani - 1951

:)
10 wanted men (H. Bruce Humberstone - 1955)
Che : partie deux (Steven Soderbergh - 2008)
Deux combattants ((Leonid Loukov - 1943)
Le procès Paradine (Alfred Hitchcock - 1947)
Peur sur la ville (Henri Verneuil - 1975) REVU
Macbeth (Roman Polanski - 1971)
Les plus belles escroquerie du monde (Horikawa, Polanski, Gregoretti, Chabrol & Godard - 1964)
Un ange pour Satan (Camillo Mastrocinque - 1966)
Le grand consolateur (Lev Koulechov - 1933)
The deadly breaking sword (Sun Chung - 1979)

:|
Les ambitieux (Edward Dmytryk - 1964)
The foreigner (Martin Campbell - 2017)
La prostituée (Oleg Frelikh - 1927)
Tarass l'indompté (Mark Donskoï - 1943)
The woman in red (Robert Florey - 1935)
Je, tu, il, elle (Chantale Akerman - 1974)
Babatu, les trois conseils (Jean Rouch - 1975)
Le lion sort ses griffes (Don Siegel - 1980)
Evergreen tree (Shin Sang-ok - 1961)
Jaguar (Jean Rouch - 1968)

:?
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
The Boogeyman
Accessoiriste
Posts: 1634
Joined: 25 Jul 13, 14:45
Location: Antartica - 1982

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by The Boogeyman »

Peu de découverte en Novembre, et dans les rares aucun coup de coeur.
Du coup un peu par défaut :

Au revoir là-haut (Albert Dupontel) • 7/10
Un jolie film formel auquel manque l'émotion sincère et où le vrai coeur est un peu trop mis au second plan (le personnage de Edouard Pericourt)

Image



Du coup juste pour faire plaisir à certain :twisted:

Top de novembre :

1 • The Deuce S#1 - 2017 • 8/10
David "the genius" Simon strike back. L'aspect formel et l'ambiance 70's sont fort prenants. Le casting parfait (Maggie Gyllenhaal donne tout) et maintenant que les bases sont posées hâte de voir comment cela va évoluer. Je tique quand même sur un chose, quel peut bien être l'utilité de s'encombrer du gimmick de faire interpréter les 2 frères par le même acteur (James Franco) :?: . Visuellement c'est très réussi, au niveau du montage lors des discussions champ contre champ on y croit, et lorsque Frankie et Vincent sont dans le même plan c'est juste bluffant. Mais à part être une prise de tête à mettre en scène, l'idée n'a, dans cette 1ere saison, que très peu d'intérêt. Ca n'a pour le moment pas de plus value que si ils étaient simplement frères sans être jumeaux... Wait & See

2 • Mindhunter S#1 - 2017 • 7/10

3 • Ballers S#3 - 2017 • 7/10

4 • Stranger Things S#2 - 2017 • 7/10
" Accélère minouche !" - Michel Poiccard /// “When you have to shoot shoot don't talk” - Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez /// "Alors tu vois où elles nous ont menées tes ondes négatives, tu devrais avoir honte.” - Oddball dit Le Cinglé /// "Wake up !... Time to die" - Leon Kowalski /// "C'est quoi minouche ?" - Patricia Franchini
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4187
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

FILM DE NOVEMBRE
Image
JE LA CONNAISSAIS BIEN... (Antonio Pietrangeli, 1965) ****

Le reste du mois, par ordre de préférence :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Spéciale première (Billy Wilder, 1974) ****

Le mystère de la villa blanche / Jigsaw (Val Guest, 1962) ***
Smith le taciturne (Leslie Fenton, 1948) ***
Le grand méchant renard et autres contes... (Benjamin Renner / Patrick Imbert, 2017) ***
Logan Lucky (Steven Soderbergh, 2017) ***
Dernier train pour Busan (Yeon Sang_ho, 2016) ***
Victor et Victoria / Viktor und Viktoria (Reinhold Schünzel, 1933) ***
Le banni des îles (Carol Reed, 1951) ***
Le repentir (Tenguiz Abouladzé, 1984) ***
La seconde mort d'Harold Pelham (Basil Dearden, 1970) ***
Une vieille maîtresse (Catherine Breillat, 2007) ***
Le milieu du monde (Alain Tanner, 1974) ***
Canine (Yórgos Lánthimos, 2009) ***
Mesdames et messieurs bonsoir (Luigi Comencini / Luigi Magni / Mario Monicelli / Ettore Scola / Nanni Loy, 1976) ***
Tu m'as sauvé la vie (Sacha Guitry, 1950) ***
Le Caire Confidentiel (Tarik Saleh, 2017) ***
Au premier regard (Daniel Ribeiro, 2014) ***
Augustine (Jean-Claude Monod / Jean-Christophe Valtat, 2003, c.m.) ***
Quels seront les cinq ? (John Farrow, 1939) ***
Augustine (Alice Winocour, 2012) ***
L'ange et le mauvais garçon (James Edward Grant, 1947) ***
Nénette et Boni (Claire Denis, 1996) ***
Le repentir (Tenguiz Abouladzé, 1984) ***
Marie-Francine (Valérie Lemercier, 2017) ***
Le contrôleur des wagons-lits (Richard Eichberg, 1935) ***

Ex-lady (Robert Florey, 1933) **
Arrête-moi si tu peux (Steven Spielberg, 2002) **
L'étoile du destin (Vincent Sherman, 1952) **
Infiltrator (Brad Furman, 2016) **
Au paradis à coups de revolver (Lee H. Katzin, 1969) **
Illicit (Archie Mayo, 1931) **
La prostituée / Prostitutka (Oleg Frelikh, 1927) **
Fred (Pierre Jolivet, 1997) **
Les baleines du mois d'août (Lindsay Anderson, 1987) **
L'affaire d'une nuit (Henri Verneuil, 1960) **
Mimosas - la voie de l'Atlas (Olivier Laxe, 2016) **
20 ans d'écart (David Moreau, 2013) **
La tigresse (Byron Haskin, 1949) **
Seul dans Paris (Hervé Bromberger, 1951) **
La malédiction des hommes-chats (Robert Wise / Gunter von Fritsch, 1944) **
La dame en rouge / The Woman in Red (Robert Florey, 1935) **
Taras Bulba (Jack Lee Thompson, 1962) **
Bedside (Robert Florey, 1934) **
Le banquet des fraudeurs (Henri Storck, 1952) **
Le dîner (Ettore Scola, 1998) **
Quand la femme s'en mêle (Yves Allégret, 1957) **
Coplan prend des risques (Maurice Labro, 1964) **
Astérix et la surprise de César (Gaëtan Brizzi / Paul Brizzi, 1985) **

Maître après Dieu (Louis Daquin, 1951) *
Le pays sans étoiles (Georges Lacombe, 1946) *
Un petit boulot (Pascal Chaumeil, 2016) *
Gouttes d'eau sur pierres brûlantes (François Ozon, 2000) *
La passante (Henri Calef, 1951) *
La jeune folle (Yves Allégret, 1952) *
Les invincibles (Frédéric Berthe, 2013) *
L'appartement des filles (Michel Deville, 1963) *


RE-VISIONS
Monika / Un été avec Monika (Ingmar Bergman, 1953) **** ↑
Les échappés du néant (John Farrow, 1956) ** ↓
INTERPRÉTATION FÉMININE DU MOIS : STEFANIA SANDRELLI Adriana Astarelli dans Je la connaissais bien...
INTERPRÉTATION MASCULINE DU MOIS : JACK LEMMON Hildy Johnson dans Spéciale première
User avatar
John Holden
Décorateur
Posts: 3837
Joined: 1 Sep 14, 21:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by John Holden »

origan42 wrote:
FILM DE NOVEMBRE
Image
JE LA CONNAISSAIS BIEN... (Antonio Pietrangeli, 1965) ****

Le reste du mois, par ordre de préférence :


Le mystère de la villa blanche / Jigsaw (Val Guest, 1962) ***
Un Pietrangeli qui fait envie.
Et ce Val Guest que Jack Carter a également bien apprécié, voilà des pistes pour Décembre. :)
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4187
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

John Holden wrote:
Un Pietrangeli qui fait envie.
Stefania Sandrelli y est inoubliable.
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4187
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

John Holden wrote: Et ce Val Guest que Jack Carter a également bien apprécié, voilà des pistes pour Décembre. :)
Les Anglais n'ont pas leur pareil pour réaliser des films à l'approche documentaire. Cela donne à ce très bon film policier une certaine parenté avec Simenon.