Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by Jericho »

Au terme de quelques années de disettes, en raison de projets ambitieux avortés, Guillermo Del Toro retrouve enfin son poste de réalisateur. Avec dans sa besace un long métrage au concept simpliste sur le papier (Robots pharaoniques VS Monstres titanesques), mais hyper alléchant quand on a connaissance du bagage visuel du cinéaste mexicain. Mais aussi de l'amour qu'il éprouve à l'égard des êtres monstrueux. Que ce soit à propos de sa propension à être méticuleux dans la direction artistique, de sa maitrise de la mise en scène, mais aussi de sa manière de jongler habilement entres différentes techniques d'effets spéciaux; alors oui ce blockbuster avait tous les atouts en mains afin d'exploiter pleinement le potentiel du cinéaste.

Qu'en est-il au juste ?
Je peux affirmer que sur ce plan là, il ne m'a pas déçu, bien au contraire même. Alors que son dernier film Hellboy 2, était une merveille en terme de pur divertissement. A savoir que c'était terriblement fun, léger et beau à regarder. Pacific rim est dans la droite lignée de celui-ci. On a plus ou moins les mêmes ingrédients et le savoir faire du bonhomme, mais c'est transposé dans un univers bien diffèrent. Ce n'est ni plus ni moins ce que j'attendais d'un tel long métrage. En prendre plein les mirettes et rêver pendant deux heures au bas mot.

Ce qui est déroutant en premier lieu, c'est le cachet visuel de l'ensemble. Techniquement c'est parfait. Il est rare qu'un film m'épate pour la qualité de ses effets spéciaux, mais là je dois admettre que j'étais bouche bée. Le studio ILM a fait un boulot monstrueux, alors que je croyais ce dernier en nette perte de vitesse face, notamment, à la concurrence néo-zélandaise. Que nenni, dès qu'il s'agit de mettre en scène des robots, les gens d'ILM sont les patrons.
Si en outre on ajoute la mise en scène de Del Toro mettant en valeur le travail effectué. On peut dire que c'est en quelque sorte la combinaison parfaite: entre un mec passionné et talentueux qui sait précisément ce qu'il veut, et des personnes compétentes et qui ont les moyens de fournir ce qu'il désire à la base. Il est logique que ça fonctionne du tonnerre.

C'est vraiment immersif, et ils ont tout fait pour que cela le soit, dans le choix des cadres (ni trop près, ni trop loin) on ressent très bien le gigantisme des mechas et des bestioles. Quand ces mastodontes se mettent en mouvement, on ressent bien tout leur poids s'écraser sur le sol. Ou bien lors des scènes de combat, les coups portés font très mal (la première patate qu'afflige Gipsy danger à son ennemi, j'étais sur le cul). D'où l'utilité des plans du cockpit, cela rend les batailles encore plus palpitantes. L'impression d'être aux côtés des personnages, de subir les coups et de les donner, est renforcée.
C'est là que Del Toro a été intelligent, il a su proposer un spectacle épique et impressionnant, sans tomber dans de l’esbroufe facile ou racoleuse. Après tout, il y avait la place pour faire quelque chose de plus virtuose avec la caméra, mais dans quel but au juste ? Puisque même sans avoir recours à ça, le spectateur (moi en l’occurrence) a été happé par ce qu'il a vu.
Et puis la photographie de Guillermo Navarro, que dire... Toutes ses couleurs chatoyantes en décors intérieurs ou extérieurs. La ville de Hong Kong la nuit, est magnifique. Encore une fois, c'est un choix pertinent d'avoir opté pour l'obscurité la majeure partie du temps (même si c'est récurrent dans la filmo du gros mexicain) vu que cela magnifie le travail de ce chef opérateur.

Ceci dit, je vais éviter d'en tartiner davantage sur la forme (trop tard), car il n'y a pas que cet aspect qui m'a intéressé dans ce film. Effectivement, j'ai aussi pas mal accroché à l'histoire et à certains personnages.
Le script est certes simple et dénué d'originalité, cependant en aucun cas comme j'ai pu le lire à droite et à gauche, je l'ai perçu comme fade ou mal écrit.
Sur ce qui est proposé, à savoir des protagonistes cohérents et qui sont suffisamment étoffés, j'y ai cru. J'ai cru à cette vision du futur où les humains préfèrent construire des Jaegers pour faire face aux Kaijus, j'ai cru à l'amour naissant entre Raleigh Becket et Mako Mori (grâce aux regards que s'échangent les deux acteurs), j'ai cru au paternalisme de Stacker Pentecost le mentor des pilotes, j'ai cru au trauma des deux protagonistes principaux (le flashback sur l'enfance de Mako est superbe), etc...
Bref, il y a des choses intéressantes auxquelles j'ai naturellement adhéré, puisque selon moi l'histoire n'a pas été sacrifiée au profit du spectacle. Sans tomber dans l'excès, on prend le temps de s'attacher aux personnages, sans oublier d'autre part qu'on est dans un gros divertissement avec le quota de moments spectaculaires requis.
C'est réellement un film de Del Toro, j'ai pas eu cette sensation de voir une commande, ou une oeuvre bridée par les producteurs. Je pense que le mec l'assume totalement et il a raison.

Ce n'est pas un grand film dans la mesure où il y a quelques défauts (j'aurai aimé qu'on garde le mystère sur les Kaijus) et un certain manque dans la caractérisation de certains personnages (essentiellement les pilotes Russes et Chinois), néanmoins je me suis éclaté comme rarement devant une oeuvre aussi dispendieuse.

Pacific rim c'est bien, c'est bourrin sans être crétin !
Image
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by Alligator »

http://alligatographe.blogspot.fr/2013/ ... -toro.html

La vache ! Venant de Guillermo del Toro, je ne m'attendais pas à pareil vide ! Tout entier construit sur un scénario d'une extrême banalité, on assiste à un gloubiboulga de Transformers / Godzilla / Stargate, avec un nappage thématique sur la parentalité, une idylle naissante, un problème de reconnaissance, un duel de coqs aux bras musclés, du sacrifice larmoyant et enfin des savants fous rigolos. Avec ça, amusez-vous !

Ou pas. Car vous allez collectionner les longues bastonnades entre grosses bébêtes. Longues et répétitives. Toujours pas de surprise à l'horizon. Vous allez deviner l'issue de chaque scène. Vous allez passer votre film à ça et bailler.

Heureusement, l'image est plutôt belle. Très travaillée, colorée, sobre, la photo de Guillermo Navarro rappelle le soin plastique auquel Guillermo del Toro veille sur chacun de ses films. Les effets spéciaux sont souvent très bien foutus également. De ce point de vue, le film est plus que correct : certaines séquences sont même agréables.

Malheureusement, elle n'empêche pas ma mâchoire inférieure de décrocher. Idem pour les clowneries de Charlie Day qui ne parvient jamais à faire oublier l'ahuri de « It's always sunny in San Francisco ». Idriss Elba malgré tous ses efforts de roulage de mécanique et de doigt sentencieux levé avec gravité, ne fait pas mieux. Stringer Bell de "The wire" était beaucoup plus costaud au petit écran. Quant à Ron Perlman, sa participation est trop courte pour réellement peser sur le film.

Si je parle de grosse déception, j'exagère ? Non.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by Max Schreck »

Beaucoup aimé la rapidité de la mise en place, qui ne s'embarrasse pas de futiles développements histoire de nous plonger le plus tôt possible dans ce qui a été promis au spectateur, à savoir de la baston de robots géants avec des bonhommes dedans. Sorte de fantasme pour les amateurs de ce genre classique des animés japonais, qui n'ont eu droit jusqu'ici qu'à des transpositions cheap en prises de vues réelles (le courageux Robot jox). Le spectaculaire est là, avec des effets visuels d'autant plus prodigieux que Del Toro impose des cadrages et un environnement qui sont comme autant de défis techniques (la flotte, la nuit, et tout ce que ça implique comme éclairages artificiels et mouvants). Même si l'ambition première est d'offrir du divertissement, on imagine qu'on aura quand même droit à un vague scénario prétexte pour lier les séquences d'action. Sauf que j'attendais un peu plus d'intelligence et de finesse de la part d'un artiste passionné comme Del Toro. Car en l'état, toute la partie centrale du film est consacrée au déroulement d'un scénario complètement crétin, préado, aux personnages d'une rare inconsistance, que ce soit physiquement comme psychologiquement. Je n'ai même pas distingué la moindre tentative de second degré ou d'ironie qui aurait pourtant été à sa place au milieu des ces acteurs-bouts-de-viande qui se ressemblent d'ailleurs bizarrement un peu tous (y'avait vraiment pas d'autres talents sur les rangs ?). C'est Verhoeven ou Cameron qui auraient du être aux commandes, eux s'étant montrés capables d'insuffler de la profondeur même dans leurs divertissements les plus conventionnels d'apparence. Les dialogues sont risibles, de même que les inévitables traumas des uns et des autres, échouant donc même à exploiter cette idée intéressante de la connexion mentale des pilotes. Et jusqu'aux plans qui montrent cette masse aberrante de figurants se balader pour rien dans tous les coins de l'écran, mais prête à tout arrêter pour écouter le discours galvanisateur du chef.

Résultat, j'ai progressivement cessé de m'interesser aux enjeux du film, guère aidé non plus par l'absence totale de présence des ennemis du film, ces kaijus certes impressionnants mais qu'on finit par regarder s'agiter vainement, comme des marionnettes dont on se fiche de connaître les intentions, et que les humains eux-mêmes abordent avec dérision (et là, je me retiens de commenter les 2 honteux personnages de scientifiques). Je louais un peu plus haut l'audace d'avoir opté pour un environnement maritime et pluvieux, mais ça aurait été bienvenu de varier un peu les situations, les affrontements finissant par un peu se ressembler. Totalement impersonnelle, la musique échoue de même à véritablement porter les moments d'emphase auxquels s'essaie le film. Reste donc un brillant spectacle d'effets spéciaux, mais qui manque de chair de de cerveau pour s'imposer comme une référence.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
harry
Je râle donc je suis
Posts: 2369
Joined: 1 Feb 06, 19:26
Location: Sub-espace, en priant tout les jours pour l'arrivee de l'apocalypse Spielbergo-Lucasienne.

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by harry »

Globalement pareil que Max.

On pourrait aussi rajouter le ressort scenaristique "foutage de gueule":

"On galere pendant tout le film contre les gloumoutes, quand on se souvient d'un coup, qu'on a la maxi epee pour les torcher en 30sec..."

Image
Image
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 26056
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by tenia »

Nan mais scénaristiquement, c'est à peine mieux qu'un épisode de Power Rangers, hein.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by Strum »

tenia wrote:Nan mais scénaristiquement, c'est à peine mieux qu'un épisode de Power Rangers, hein.
+1. J'ai rarement vu un film aussi mal écrit et sommaire dans la psychologie des personnages. Et le discours de motivation final est si ridicule qu'on le croirait parodique.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23612
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Pacific Rim (Guillermo Del Toro - 2013)

Post by AtCloseRange »

Gustave, si tu nous lis :mrgreen: