Notez les films Août 2012

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Notez les films Août 2012

Post by monk »

St. Elmo's fire de Joel Schumacher

Je ne connaissais pas du tout le film, mais pour 0.9€ et avec un casting comme ça, je me suis dit que ça devait être un sous John Hughes...C'est effectivement le cas, au point que ça pourrait être Breakfast Club - 5 ans après tant le sujet, les acteurs et la mise en scène cherchent à retrouver ce genre d’ambiance. Bien sur Schumacher n'est pas Hughes, et il manque au film ce petit quelque chose qui marque et rend les (grands) films de Hughes intemporels et universels. Mais à part une fin trop naïve, le film passe très bien et se consomme pour ce qu'il est. C'était parfait pour cette soirée, mais ça ne va pas plus loin. Je ne garde pas.

Un constat personnel quand même: il est un peu triste de voir que dans le casting, ce sont les meilleurs (le Brat Pack en gros, Ally Sheedy en tête) qui sont tombés dans l'oublie et que la plus connue aujourd'hui (Andy McDowell) était vraiment la plus timorée et transparente du film...
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45117
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Notez les films Août 2012

Post by Flol »

monk wrote:la plus connue aujourd'hui (Andy McDowell) était vraiment la plus timorée et transparente du film...
En même temps, elle est aujourd'hui surtout connue pour être la femme-sandwich de l'Oréal.
semmelweis
Accessoiriste
Posts: 1688
Joined: 10 Feb 09, 21:30
Location: Bordeaux

Re: Notez les films Août 2012

Post by semmelweis »

Outrage

J'ai revu pour la deuxième fois le dernier film de Kitano. A chaque fois , le film m'impressionne. Pour moi, il s'agit d'un très bon film dans la filmographie du cinéaste japonaise. Là où Aniki ne réussissait pas toujours son melting pot cultural, Kitano va au bout de sa nouvelle approche sèche du film de yakusa. Fini, les envolées lyriques. Tout est taillé à la serpe. On a donc le droit à une chronique d'1H30 où Kitano nous sort des tronches de yakusas les plus improbables possibles. Le cinéaste organise un jeu de massacre où tout le monde est pourri jusqu'à la moelle. Telle une cour de recré , les yakusas s'entre tuent pour rien , se trahissent pour faire vivre la pyramide sociétale. Le personnage de Kitano est un élément parmi d'autres , difficile de trouver une vraie individualité tellement tous les personnages sont du même moule. Mais cette sécheresse fait du film une oeuvre désespéré où rien ne vaut rien: ni les coutumes , ni les "lois " des yakusas(sur le traffic de drogue) ne peuvent empêcher la folie destructrice, la pulsion de mort de ce milieu mafieux. Et toujours , avec une mise en scène , un sens du cadre qui rend le film à la fois sobre et percutant. Kitano se renouvelle dans son traitement et dans son cinéma même si cela peut apparaitre assez peu voyant. Il y retrouve un ton aussi nihiliste qu'un Sonatine mais sans le lyrisme mélancolique de celui ci. Les yakusas jouant sur la plage (retrouvant la naiveté de leur enfance) sont devenus des sales gosses qui ne veulent pas jouer mais bien détruire. Chacun veut prendre la place de l'autre. Le film peut paraitre répétitif voire assez vain mais il ya dans cette escalade dans la violence , dans l'horreur toute la condition de nos sociétés basées sur une hypocrisie entre ces membres rendant cette situation digne de Machiavel. Malgé ce jeu de massacre assez classique, le réalisateur y trouve des variations perpétuels dans les meurtres nuançant sa mise en scène. Un très bon film qui mérite d'être vu !


A dangerous Method

J'aimerai partager l'enthousiasme d'Anorya ou de Demi Lune. Pour la première fois, je me suis assez ennuyé devant un Cronenberg. J'ai eu l'impression que le film n'avait aucun fil rouge central comme si Cronenberg ne savait où il allait. Rappelons que le film est une adaptation d'une pièce et n'est donc pas un scénario original. Je pense que le cinéaste n'a pas réussi à s'extirper de la matière littéraire, d'où le caractère très "illustratif" du film à mon goût.
Le film me semble scinder en 2 éléments, à savoir la relation entre Freud et Jung et les turpitudes de Jung avec sa patiente Spielrein mais Cronenberg n'arrive pas à choisir entre les deux lignes. Les éléments du film en rapport avec la relation entre Freud et Jung m'ont paru les plus intéressants portés par deux très bon comédiens. D'ailleurs , Fassbender est clairement le meilleur des 3 acteurs principaux, aussi car le film est centré sur lui. On sent clairement d'ailleurs que Cronenberg est plus jungien que freudien mais ce n'est pas si évident. En effet, les cartons finaux peuvent apparaitre comme une critique d'un certaine neutralité de la part des chrétiens (en particulier protestant) sur les événements qui vont tourmenter l'Europe.
Mortensen joue une figure titulaire rigide, manipulatrice qui conduit à la perte de ses dauphins successifs voulant que sa psychananlyse ne soit que sa vision de son monde étriqué dans son bureau empli de statuettes. Knightley m'a paru en dessous et je n'ai pas toujours accroché à son jeu outrancier où je sentais l'actrice faire l'actrice...
J'avoue que Fassbender arrive à exprimer les tourments de son personnage avec une grande subtilité ce qui peut expliquer une mise en scène appliqué mais peut etre un peu trop académique. Mais le problème reste que le film ne décolle jamais , ne conduit à rien. Il pourrait etre une photographie de l'époque mais cela reste trop superficiel, un traité de psychanalyse mais les dialogues entre les 2 têtes de la psychanalyse m'on paru peu fouillé sur un sujet pareil. J'avoue que j'ai lu pas mal de choses sur la psychanalyse donc je n'ai peut etre pas trouvé dans ce film une vision qui m'a paru nouvelle ou subtile. Tout ceci reste assez superficiel. Cronenberg n'arrive pas à faire oublier le côté théâtral de l'adaptation.
D'ailleurs, on peut voir OTTO comme un inconscient galopé de Jung, Jung sa propre conscience avec le souffrance que ça incombe et Freud une espèce de surmoi , figure titulaire . Mais finalement , cela ne conduit rien sur la caractérisation de Jung. La relation avec sa patiente m'a paru être assez lourde dans sa construction scénaristique . Elle n'est là que pour être le point de rupture avec Freud et la confrontation de leurs visions de monde. D'ailleurs, on peut aussi discuter de certains dires de Freu qui n'est pas d'accord avec la vision religieuse de Jung à ajouter à la psychanalyse. Or, le film occulte le fait que Freud a écrit à la fin de sa vie de nombreuses lignes sur le caractère psychanalytique des mythes gréco-romains et judaique( religion sur laquelle Freud reveindra énormément à la fin de sa vie). J'ai donc trouvé que le film n'arrivait pas aller au fond des choses sur ce sujet. De la même façon, il est intéressant de noter que le film met l'accent sur la grande fortune de la femme de Jung . Il aurait été intéressant de montrer et d'analyse le fait que la psychanalyse était le fait de gens aisés que ce soient les thérapeutes ou les clients (exemple de Spielrein°
C'est donc dommage, Cronenberg avait de bons acteurs, un sujet en or mais il trait tout cela avec superficie ne faisant pas plus de remous que l'eau du lac sur lequel navigue Jung.

PS : La musique d'Howard Shore est excellente
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films Août 2012

Post by Kevin95 »

Image

Anvil : The Story of Anvil (Sacha Gervasi) Image

Culte dès sa sortie salles, Anvil : The Story of Anvil est une sorte de fausse suite documentaire et naturaliste d'un autre film estampillé culte, This Is Spinal Tap de Rob Reiner. Mais ici il ne s'agit pas d'un mokumentary mais bien d'un doc retraçant le come back du groupe Anvil, métalleux de la première heure qui n'eurent jamais la chance de connaitre le succès d'autres groupe en leurs temps. Avec un postulat pareil et ce même pour qui n'est pas réceptif à ce type de musique, le film de Sacha Gervasi avait tout pour être une œuvre dite "culte" du moins célébrée car attachante. Et Anvil l'est attachant, il n'y a pas de doutes là dessus. Il semble presque impossible de ne pas tomber sous le charme de ces deux illuminés aussi déglingués que rêveurs, aussi risibles qu'attachants. Mais (et c'est là je ne n’adhère pas complétement au film) c'est justement sur la sympathie que dégage les deux hommes que le réalisateurs a tendance à trop se reposer, laissant les musiciens cabots faire le spectacle tandis que lui se contente de filmer caméra à l’épaule leurs exactions. Aucun parti pris fort de mise en scène ne se dégage d'Anvil car c'est par et pour les acteurs que le documentaire prends de l'ampleur. Qui plus est, quelques scènes calibrées m'ont un peu gênées tant elles ne paraissaient pas crédibles en tout cas trop préparées (la colère du musicien pour son non payement, les lits improvisés dans l'aéroport ou le clash entre les deux hommes au cœur du film).
Mais ce n'est que des détails face à l’énormité de la sympathie (je le répète car celle ci est immense) qu'inspirent ces deux mecs, qui sous des dehors de vieux dégueulasses, sont des êtres en or aux personnalités bien trempées et dont on espère naïvement que leur art éclate au grand jour. Pour ces deux là, Anvil est clairement un film à voir.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films Août 2012

Post by Kevin95 »

Image

Valkyrie (Bryan Singer) Image

Projet improbable dont seul Hollywood a le secret réunissant une star, un réalisateur et un studio aux bords de la faillite (dans les trois cas de figure). Valkyrie avait tout de la fausse bonne idée destinée avant tout à remettre en selle un comédien de plus en plus mal aimé d'une critique mais aussi (et là est le problème pour Cruise) du grand public (après les frasques médiatiques que l'on connait). Mais sans être un chef d’œuvre (faut pas déconner, c'est Singer à la mise en scène) le film se regarde avec intérêt voir même le plaisir du spectateur adepte de film de guerre à l'ancienne, du temps où les studios en produisaient en série.
Narrant un épisode que gamin je fantasmais (faut dire, un officier qui tente d'abattre Hitler ça fait travailler l'imagination), Valkyrie n'est pas à la mesure de son sujet, ne se contente que de l’acte en lui même sans interroger les acteurs du ce fait historique (du moins en profondeur), leurs réelles motivations (qui je pense ne se résume pas à restaurer la grandeur de l'Allemagne) et surtout le dilemme morale que cette trahison entraine (dans le film ce n'est que très rapidement abordé). Le film de Singer passe à coté du film opératique qu'il voudrait être mais n'en oublie pas d'être un spectacle de qualité filmé par un gamin qui calme ses hardeurs de jeune cinéaste pour se concentrer sur son sujet, sur ses personnages et privilégiant les plans rapprochés pour saisir les émotions d'un scénario très dialogué. C'est d’ailleurs ce qui fait défaut à la première partie du film, clairement la plus faible, très théâtrale et bavarde dont on n'arrive pas à saisir (un comble) les motivations des personnages, lesquels passent leurs temps à planifier l'attentat (somme toute très simple) au lieu de confesser le pourquoi de ce geste. Mais une fois la chose faite, le film décolle et mets en place un vrai suspense (inutile car on connait tous la fin) et peint un 3eme Reich plus bureaucratique que militaire et dont avec un coup de fil on peut changer le cours de l'Histoire. Le final est à ce titre très beau (surprenant de la part du bluffeur de The Usual Suspects) et offre à Cruise un terrain suffisamment vaste pour (re)montrer son talent de comédien.
On comprend l’intérêt qu'on pu porter Singer et Cruise pour ce personnage tant il y a (dans une moindre mesure certes) une vraie symétrie entre la démarche de Stauffenberg et celui de l'acteur et du réalisateur. Tout les trois souhaitent redorer leurs blasons, effacer (un peu naïvement et de manière très opportune) l'image qui leur colle aux basques et dans un geste désespéré, faire un geste (millitaire et artistique) franc pour montrer leur humanité. A travers cette optique, le film gagne en sympathie même si (je l'ai dit) il n'en est pas dépourvu.
Bon film en l'état, Valkyrie se regarde un après midi d'été histoire d'oublier cette foutue chaleur.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films Août 2012

Post by hellrick »

TOTAL RECALL

Un début très intéressant avec un monde futuriste à la Blade Runner parfaitement crédible et probablement prophétique, des personnages rapidement posés, une jolie idée (la chute)...puis on arrive chez Rekall et là c'est le drame...le film s'arrête! La suite (1h 15 quand même) c'est une looooooooongue course poursuite très répétitive, sans beaucoup d'intérêt, sans morceau de bravoure, sans progression...quitte à jouer la carte action le film aurait quand même pu y aller franco et ne pas se contenter de si peu. Le final complètement invraisemblable est en outre bâclé. Et je n'ai pas aimé la réalisation pleine d'effets lumineux (on dit lens flare je crois) très moches et de caméra nerveuse avec montage rapide pour masquer qu'il ne se passe finalement pas grand chose. Et franchement qu'est ce que ça manque d'humour...

Je n'avais rien contre l'idée d'un remake (les possibilités de l'histoire permettaient plein de développement différents du film d'Arnold) mais quel est l'intérêt de refaire la même chose en moins bien et en otant tout le fun de l'original (Mars, les mutants,...).

Regardable mais vraiment très moyen. :|
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Notez les films Août 2012

Post by Colqhoun »

Kevin95 wrote:on espère naïvement que leur art éclate au grand jour.
Leur art n'a pas forcément éclaté, mais le documentaire leur a permis de se refaire une santé et depuis ils ont eu l'occasion de tourner avec quelques autres gros groupes comme AC/DC, Saxon ou encore Alice Cooper.
Et ce qui est rigolo, c'est qu'en regardant ce film on ne peut s'empêcher de penser à Spinal Tap, réalisé par Rob Reiner et de constater que l'un des deux membres principaux de Anvil s'appelle.... Robb Reiner.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Mama Grande!
Machino
Posts: 1380
Joined: 1 Jun 07, 18:33
Location: Tokyo

Re: Notez les films Août 2012

Post by Mama Grande! »

Le Syndicat du Crime

-Est-ce que tu crois qu'il y a un dieu?
-Oui, car je suis un dieu.

Plus classe tu meurs 8) Un grand John Woo de l'âge d'or, avec ses héros charismatiques capables de pleurer comme de décharger leurs flingues dans des fusillades sanglantes minutieusement chorégraphiées. Avec un sens de l'épique unique, le maître déchu de Hong Kong nous transporte dans son mélodrame guerrier décomplexé, avec son lot de grands sentiments, de valeurs chevaleresques, et de vrais héros d'un autre temps. Depuis ma découverte éblouie de The Killer il y a presque 10 ans, que je cite souvent comme mon film préféré, je craignais que, mes goûts ayant évolué, je ne puisse plus adhérer à cet univers extrêmement naïf et premier degré. Mais il n'en est rien, j'aime toujours autant ce kitsch assumé, et surtout le mélange de naïveté fleur bleue et de barbarie. Les deux se complètent à merveille, car les bains de sang au ralenti ne sont que l'explosion des sentiments des personnages. S'il n'atteint pas forcément la perfection miraculeuse de The Killer, Le Syndicat du crime a le charme du premier film, ou du moins dans ce cas du premier film vraiment personnel, du premier film où un artiste a pu exprimer librement ce qu'il voulait, et réussir. A noter que le titre anglais A better tomorrow restitue mieux la tonalité nostalgique mais pas pour autant désespérée du film. Je pense que le titre chinois peut se traduire par ""La vraie nature des héros" ou "de vrais héros" et s'il n'est pas aussi réussi que le titre anglais est au moins approprié. Par contre le titre français est vraiment paresseux. En tout cas; le film est superbe.
Last edited by Mama Grande! on 20 Aug 12, 17:45, edited 1 time in total.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films Août 2012

Post by hellrick »

Mama Grande! wrote: S'il n'atteint pas forcément la perfection miraculeuse de The Killer, Le Syndicat du crime a le charme du premier film, ou du moins dans ce cas du premier film vraiment personnel, du premier film où un artiste a pu exprimer librement ce qu'il voulait, et réussir. Superbe.
Même si c'est un hommage à Chang Cheh, La dernière chevalerie est quand même déjà un joli film personnel de John Woo qui tente de renouer avec la grande époque du wu xia à une époque où il était passé de mode. Enfin il me semble :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
Mama Grande!
Machino
Posts: 1380
Joined: 1 Jun 07, 18:33
Location: Tokyo

Re: Notez les films Août 2012

Post by Mama Grande! »

hellrick wrote:
Mama Grande! wrote: S'il n'atteint pas forcément la perfection miraculeuse de The Killer, Le Syndicat du crime a le charme du premier film, ou du moins dans ce cas du premier film vraiment personnel, du premier film où un artiste a pu exprimer librement ce qu'il voulait, et réussir. Superbe.
Même si c'est un hommage à Chang Cheh, La dernière chevalerie est quand même déjà un joli film personnel de John Woo qui tente de renouer avec la grande époque du wu xia à une époque où il était passé de mode. Enfin il me semble :wink:
Mea culpa, je n'ai pas vu celui-ci, et je me suis basé paresseusement sur ce que j'ai pu lire ici et là de la carrière de John Woo :oops: Même si je trouve sincèrement qu'il a le charme que j'ai décrit :wink:
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Notez les films Août 2012

Post by Blue »

hellrick wrote: Même si c'est un hommage à Chang Cheh, La dernière chevalerie est quand même déjà un joli film personnel de John Woo qui tente de renouer avec la grande époque du wu xia à une époque où il était passé de mode. Enfin il me semble :wink:
Le Wu Xia a été redynamisé à partir du début des années 80. Tu dois connaître "The Sword" (1980) de Patrick Tam et "Duel To The Death" (1983) de Ching Siu Tung, sortis en DVD dans nos contrées il y a quelques années. Sans oublier l'apport de Tsui Hark avec "Zu, Les Guerriers De La Montagne Magique" (1983).
Et pour la petite histoire, quel est le point commun entre tous ces films (celui de Woo y compris) ? Et bien c'est la même personne - Peter Cheung - qui est associé au montage de chacun d'entre eux.
Pour finir, en 1979, l'année du film de Woo, King Hu avait réalisé les superbes "Raining In The Mountain" et "Legend Of The Mountain".
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films Août 2012

Post by hellrick »

Blue wrote: Le Wu Xia a été redynamisé à partir du début des années 80. Tu dois connaître "The Sword" (1980) de Patrick Tam et "Duel To The Death" (1983) de Ching Siu Tung, sortis en DVD dans nos contrées il y a quelques années. Sans oublier l'apport de Tsui Hark avec "Zu, Les Guerriers De La Montagne Magique" (1983).
Oui, deux grands films que le Tam et le Ching Siu Tung (pas très fan de Zu que j'ai pourtant vu 3 fois :oops: ) qui ont remis le film de sabre à l'honneur à une époque qui ne jurait plus que par la kung fu comedy.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Notez les films Août 2012

Post by AtCloseRange »

Le Sang des Héros (David Webb Peoples - 1989)
C'est le seul film du scénariste de Blade Runner, Impitoyable et de l'Armée des 12 Singes. C'est un petit film post-apocalyptique qui a surtout l'avantage d'avoir un excellent casting: Rutger Hauer -quelle classe à cette époque, Vincent d'Onofrio, Delroy Lindo et Joan Chen. Une bO sympa, une deuxième partie dans la cité sous-terraine assez chouette visuellement (malgré les moyens limité) et dramatiquement. Le scénario va vraiment droit au but (l'intrigue tourne autour d'un jeu violent) mais ça n'empêche pas une certaine finesse dans l'écriture (voir les rapports non manichéens entre les équipes pendant le jeu).
Pas forcément une mauvaise pioche pour les amateurs du genre.
Image
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Notez les films Août 2012

Post by Blue »

AtCloseRange wrote:Le Sang des Héros


Si le film est trouvable en dvd avec sous titres, je me laisserais bien tenter.

Et au passage, merci pour m'avoir fait découvrir "Angoisse" de Bigas Luna (je crois que le topic était de toi)
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Notez les films Août 2012

Post by AtCloseRange »

C'est un petit film, hein?
Pour te faire une idée:



Je crois que seul vic l'a noté sur le forum (une bonne note d'ailleurs).
Devil Dead en parle de façon plutôt juste.
http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=1750
Image