Topic naphtalinippon

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Topic naphtalinippon

Post by Ikebukuro »

Pour ceux que ça intéresse, je continue à traiter les grandes rétrospectives du cinéma japonais en France et voici celle de 1997 du centre Georges Pompidou (premier programme pour le moment)!
http://japon.canalblog.com/archives/201 ... 20366.html
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
User avatar
beb
Machino
Posts: 1369
Joined: 18 Oct 08, 20:19

Re: Topic naphtalinippon

Post by beb »

Ikebukuro wrote:Pour ceux que ça intéresse, je continue à traiter les grandes rétrospectives du cinéma japonais en France et voici celle de 1997 du centre Georges Pompidou (premier programme pour le moment)!
http://japon.canalblog.com/archives/201 ... 20366.html
Amusant cette fascination pour les rétro passées, j'aime bien.

Sur le meme sujet ne pas oublier la rétro à Beaubourg du 17 décembre 86 au 5 mars 87.
Elle était composée de :
- cinéma et littérature au Japon
- documentaire d'Imamura
- cinéma pour les jeunes
- cinéma des avant-gardes
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Topic naphtalinippon

Post by Ikebukuro »

Plus qu'une fascination pour les rétro passées, c'est une envie de ne pas voir disparaitre de "vieux" évènements du web car certains sont très peu documentés.
Je recherche par exemple des infos sur une expo de mangas qui a eu lieu à la fin de l'année 1970 à Paris, au Publicis St Lazare, et impossible de trouver quoi que ce soit... c'est comme mon post sur les Oiseaux de Meiji Jingu, rien de rien avant la sortie du box dvd! Maintenant c'est dispo pour "l'éternité"!!!!!

Et puis j'y ai vu le premier film de Tora san pour la première fois, ça te marque un cinéphile !
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
Vieux parasite
Assistant(e) machine à café
Posts: 213
Joined: 15 Jan 12, 20:24

Re: Topic naphtalinippon

Post by Vieux parasite »

Image

Les amateurs de la nouvelle vague japonaise connaissent-ils cet ouvrage ?
Y a-t-il d'autres lectures recommandables sur le sujet ?
User avatar
beb
Machino
Posts: 1369
Joined: 18 Oct 08, 20:19

Re: Topic naphtalinippon

Post by beb »

il y a cette revue très intéressante mais qui date un peu quand meme :
Image
Une édition remaniée est sortie un peu plus tard, mais je ne l'ai jamais lue, voir topic ci-dessous :
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... =8&t=33099
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19479
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

beb wrote:il y a cette revue très intéressante mais qui date un peu quand meme :
Image
Une édition remaniée est sortie un peu plus tard, mais je ne l'ai jamais lue, voir topic ci-dessous :
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... =8&t=33099
J'ai l'édition spécifiée plus haut (couverture rouge) et elle est très très bien. Je m'y replonge très souvent !
Image
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Topic naphtalinippon

Post by Anorya »

Image
Une page folle (Kinugasa - 1926).
Kurutta ippêji.

Un homme prend un job dans un asile afin de revoir sa femme emprisonnée qui sombra dans la folie suite à la perte de leur enfant...

Image Image

Le film est censé être un classique du muet japonais. Réalisé en 1926 par Teinosuke Kinugasa en collaboration avec le romancier (et donc ici scénariste) Yasunari Kawabata, il fut un succès inattendu à l'époque et ce, malgré la relative difficulté du film et l'approche constamment onirique qu'il privilégie pour montrer la folie de ses personnages. Pendant longtemps on le considéra comme perdu avant qu'il fut miraculeusement retrouvé en 1971 (caché sous un peau de fleur !) puis restauré par un Kinugasa encore bien vivant. Ce que j'ai vu était donc cette version en bon état avec une composition electro-accoustique de Satoru Wono qui m'a donné autant de fil à retordre que le film. J'aurais tendance à penser que comme aux premiers temps du cinéma Japonais, ce genre de film devrait être vu avec un conteur (un Benshi) qui réinterprète les images à sa manière et quelques bruits de fond ou mélodies mixées et rajoutées à l'ensemble. On se rapprocherait sans doute d'un certain idéal du cinéma Japonais d'après la première guerre mondiale.

Image Image

Le film n'ayant pas d'intertitres, la musique de Wono prend toute la place et s'avère assez pénible après 20 minutes. Puis hypnotique. Au bout de 30 minutes, je m'effondre d'un coup de barre monstrueux à force de tout le temps entendre la même mélopée ambiant en boucle pour les scènes liées à l'asile (et c'est un fan de musique électronique et ambiant qui dit ça). J'arrête un instant puis je met la 3e symphonie de Gorecki en fond, ça passe mieux. Visuellement et techniquement, Kinugasa fait preuve d'une grande maîtrise, alternant surimpressions, accélérés, scènes tournoyantes, jeux sur l'image. C'est parfois d'une grande beauté. Mais l'histoire ne suit pas. Je ne me suis senti que peu impliqué par ce brave homme cherchant à vouloir récupérer son épouse folle, laquelle parfois frôlait le surjeu quand ce n'était pas les autres patients. Cela m'a aussi rappelé des choses personnelles qui m'empêchaient d'adhérer pleinement à sa quête que je voyais dès le départ assez impossible, voire vaine (j'ai déjà visité un hopital psychiatrique...). Pour autant, il n'y a pas de deus ex machina ou de happy end qui survient brusquement comme à la fin du Dernier des hommes (qui m'avait profondément énervé justement à cause de ça :oops: ). Kinugasa choisit de finir son film sur une scène très humaine qui contient de très belles idées, obtenant une résignation en forme de sagesse inattendue par un jeu de masques japonais (donc une forme d'unité qui amène à la paix) et un geste de profond respect d'un des patients à l'égard de son personnage principal.

Même si je n'ai pas pleinement adhéré, je ne peux que reconnaître ses qualités de mise en scène. Mais pour l'histoire en elle-même, mouais... :|

3/6.
Image
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

La MCJP a rouvert ses portes pour une finir une année 2011-2012 peu chargée par rapport à celle d'avant (qui avait offert 6 mois quasi non stop !)

Un frère et sa petite soeur (Yasujiro Shimazu - 1939)

L'ayant raté l'an dernier lors du mini cycle dédié au réalisateur (7 films je crois), je me faisais une joie de le découvrir en "séance de rattrapage".

j'ai assez vite désenchanté.
Je n'ai jamais réussi à rentrer dans le film. Bon, je dois admettre que j'étais particulièrement crevé et j'ai lutté pour ne pas m'endormir. Mais je ne pense pas que la fatigue soit l'unique responsable.
La mise en scène est très distante physiquement de ses personnages avec essentiellement des plans larges où les protagonistes sont recadrés dans des espaces réduits voire confinés dans le tiers inférieur de l'image. Même chose avec le grand nombre de scènes qui se déroulent dans les 2-3 même décors qui donne rapidement une impression de tourner en rond.
L'histoire est assez anti-dramatique et non-narratif comme beaucoup de films films intimistes de ces années là et moi qui raffole de ce genre de chronique familiale, je suis vraiment resté sur ma faim. Il manque vraiment un enjeu clair, une évolution psychologique ou un axe pour que je sois pris par les personnages. Pour ainsi dire le film ne commence qu'au bout d'1h10 quand on propose un mariage arrangé à la petite sœur avec le neveu du patron du frère et que celui-ci craint les "qu'en-dira-t-on" de ses collègues. C'est assez frustrant car l'histoire prend alors un nouveau souffle (au sens propre comme figuré avec une très belle scène dans les hautes herbes d'une vallée) et qu'elle s'enrichit de plusieurs thèmes assez justes (l'émancipation de la femme, le monde du travail, les relations humaines, l'indépendance, les préjugés et les rumeurs etc...).
Dommage enfin pour le naturel des acteurs très rafraichissants cela ne suffit pas à rendre attachant leurs rôles.

Mais j'essaierais un jour de lui redonner une chance avec suffisamment d'heure de sommeil.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Abdul Alhazred
Assistant(e) machine à café
Posts: 190
Joined: 29 Jun 11, 17:03

Re: Topic naphtalinippon

Post by Abdul Alhazred »

... J'ai tapé un message pendant une heure. En validant, dvdclassik me demande une reconnexion et m'efface mon message...
Je vais refaire la même chose en moins bien, en moins détaillé et sans les citations.

Sur Un frère et sa petite sœur, je serai un peu moins critique. Le problème vient des personnages peu attachants et peu amusants. Mais le dernier tiers sauve le reste et je suis resté sur une bonne impression finale.


Pour Une page folle, le film n'a pas été franchement un succès (succès d'estime pour Donald Richie, échec commercial pour Tadao Sato, échec commercial et critique pour Noël Burch). La version restaurée de 1971 inclut musique et son, mais la musique commandée a été apparemment rejetée par Kinugasa. Peut-être pour ça qu'ils ont refait faire une musique par Satoru Wono.

Pour les benshi, ils n'ont commencé à décliner qu'au début des années 30, et à vraiment chuter en nombre qu'avec la généralisation du parlant en 1935. Ils disparaitront avec l'interdiction de la production de films muets par le gouvernement japonais fin 1941 (en 1937, encore 1/5 des films japonais produits étaient muets).
En tout cas, à l'exception d'un benshi célèbre spécialisé dans les films étrangers, les benshi n'ont pas du tout aimé Une page folle, qu'ils trouvaient incompréhensibles et quasi-impossible à raconter.

J'avoue que je me suis ennuyé dur pendant Une page folle. C'était histoire de pinailler. :mrgreen:

Ah et, pour finir, sur Le dernier des hommes : tout ce qui suit le premier et unique carton du film est une happy end imposée par la UFA et tournée en ridicule par Murnau, qui a volontairement fait dans le grotesque et l'excès pour décrédibiliser une fin qu'il rejetait.
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Topic naphtalinippon

Post by Ikebukuro »

Bonjour,

Je recherche une image de la jaquette du film de Ozu "Voyage à Tôkyô" sorti en VHS en France en 1990, est-ce que quelqu'un parmi vous aurait-ça?
Sur mon blog j'ai listé tous les films de Ozu édités en France, dans les différents formats, et j'ai peur de m'être trompé sur cette jaquette (et aussi accessoirement d'en avoir oublié mais c'est une autre histoire :-)) .

L'image que j'ai est celle-ci mais je doute de sa pertinence
Image

et mon article est ici
http://japon.canalblog.com/archives/201 ... 16459.html
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
Eigagogo
Stagiaire
Posts: 58
Joined: 20 May 05, 22:27

Re: Topic naphtalinippon

Post by Eigagogo »

c'est la bonne (cf priceminister)
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Topic naphtalinippon

Post by Ikebukuro »

Merci Eigagogo mais comme j'ai trouvé cette photo sur Priceminister... aurais-tu une autre source pour confirmer? Ce qui m'embête c'est qu'il n'y a aps de mention d'éditeur, de collection dessus, à la différence des autres cassettes des années 90.
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
Eigagogo
Stagiaire
Posts: 58
Joined: 20 May 05, 22:27

Re: Topic naphtalinippon

Post by Eigagogo »

Ikebukuro wrote:Merci Eigagogo mais comme j'ai trouvé cette photo sur Priceminister... aurais-tu une autre source pour confirmer? Ce qui m'embête c'est qu'il n'y a aps de mention d'éditeur, de collection dessus, à la différence des autres cassettes des années 90.
http://pmcdn.priceminister.com/photo/907031325.jpg
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Topic naphtalinippon

Post by Ikebukuro »

Maximum respect! Tu es un chef!!!!!
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11858
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Topic naphtalinippon

Post by Anorya »

Abdul Alhazred wrote: Pour Une page folle, le film n'a pas été franchement un succès (succès d'estime pour Donald Richie, échec commercial pour Tadao Sato, échec commercial et critique pour Noël Burch). La version restaurée de 1971 inclut musique et son, mais la musique commandée a été apparemment rejetée par Kinugasa. Peut-être pour ça qu'ils ont refait faire une musique par Satoru Wono.

Pour les benshi, ils n'ont commencé à décliner qu'au début des années 30, et à vraiment chuter en nombre qu'avec la généralisation du parlant en 1935. Ils disparaitront avec l'interdiction de la production de films muets par le gouvernement japonais fin 1941 (en 1937, encore 1/5 des films japonais produits étaient muets).
En tout cas, à l'exception d'un benshi célèbre spécialisé dans les films étrangers, les benshi n'ont pas du tout aimé Une page folle, qu'ils trouvaient incompréhensibles et quasi-impossible à raconter.

J'avoue que je me suis ennuyé dur pendant Une page folle. C'était histoire de pinailler. :mrgreen:

Comme je te comprend. J'ai souffert moi aussi comme tu le vois. :mrgreen:
Image