Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (E. Petri)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17802
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon (Elio P

Post by Kevin95 »

Nestor Almendros wrote:
cinephage wrote:Si tu veux absolument le voir, j'ai vu que le film passait en salle sur Paris, à l'occasion d'un cycle Mastroianni. :wink:
à l'Action Ecoles (Paris 5e) pour être précis...
J'ai vu j'ai vu ! :mrgreen:
Pour moi La Decima Vittima est une œuvre culte malgré voir surtout ses vieillesses, comme sorte de troisième opus d'une trilogie pop qu'il pourrait former avec Barbarella et Diabolik (même si le film de Pietri est bien plus politisé que les deux autres).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon (Elio P

Post by Joe Wilson »

J'attendais beaucoup de cette découverte, et le film est à la hauteur de sa réputation tant Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon dévoile un rythme d'une mécanique abrupte et implacable. Petri parvient très vite à se sortir du piège d' un faux suspense, pour se concentrer sur le comportement d'un personnage figé dans sa toute-puissance.
Gian Maria Volontè est effectivement prodigieux, dans sa raideur forcenée et sa démesure. Il habite littéralement un rôle qui aurait pu sombrer dans le grotesque...au contraire, l'excès semble toujours être controlé au millimètre, ce qui lui permet de symboliser un système dans sa dimension fascinante et effrayante.
Quelques faiblesses, certes, au niveau du visuel, mais certains flash-backs marquent dans leur outrance plastique : la séduction de Florinda Bolkan libère, dans son obsession macabre, les fantasmes de Volontè.
Petri suit jusqu'au bout le ton de la satire, sans la moindre rupture, tant et si bien que l'on se demande si le propos ne va pas suivre une impasse. Mais le dernier tiers, entre absurdité, folie, et illusion, s'avère passionnant. Et la conclusion ouverte révèle une angoisse d'une brutalité sourde.
En filmant les visages de près, dans leurs traits voraces ou cédant à l'insignifiance, Petri exprime une panique avec beaucoup d'habileté. Le miroir déformé d'une société.
Image
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon (Elio P

Post by homerwell »

Rasséréné par les avis positifs postés dans ce fuseau, je me suis laissé aller sur une énième comédie dramatique à l'Italienne, support d'une critique acerbe de la classe politique, de la police, et des vilains méchants. Rien à faire avec moi, je m'y ennuie, je trouve le scénario étriqué, et les images ne me font ni chaud ni froid, que ce soit les cadrages ou le montage (j'en rajoute je suis de mauvaise fois). Autre point négatif, la musique de Ennio Morricone qui me renvoi à des plans de westerns spaghettis, avec cette petite ritournelle pendant laquelle on s'attend à tous instants à voir Bud Spencer filer une paire de baffes au premier venu du prochain coin de rue.
Pour la description du milieu policier, ne vous attendez pas à beaucoup plus de subtilité, tout ces agents à la botte de l'état sont à peu près aussi malins que des soupières, on est dans la caricature à l'extrême, c'est simple j'ai vu ce genre de personnages chez Umberto Lenzi, dans "Brigade spéciale" (Roma a mano armata) qui n'a d'autres prétentions que de nous amuser avec des flics aux manières plus qu'expéditives et les plus politiquement incorrects possibles.
Bref, tout est outré, grossi, énorme, et je n'y trouve pas mon compte.
J'en finirai avec ce film en parlant comme tout le monde de la belle performance d'acteur de Gian Maria Volontè ; cela tombe à pic puisque il est le personnage principal de cette histoire où un commissaire tue sa maîtresse pour démontrer qu'il est au dessus des lois et que rien ne peut l'inquiéter.
Et puis ce final... il ne manquait plus que Kafka !
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (E. Pet

Post by Demi-Lune »

Joe Wilson wrote:J'attendais beaucoup de cette découverte, et le film est à la hauteur de sa réputation tant Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon dévoile un rythme d'une mécanique abrupte et implacable. Petri parvient très vite à se sortir du piège d' un faux suspense, pour se concentrer sur le comportement d'un personnage figé dans sa toute-puissance.
Gian Maria Volontè est effectivement prodigieux, dans sa raideur forcenée et sa démesure. Il habite littéralement un rôle qui aurait pu sombrer dans le grotesque...au contraire, l'excès semble toujours être controlé au millimètre, ce qui lui permet de symboliser un système dans sa dimension fascinante et effrayante.
Quelques faiblesses, certes, au niveau du visuel, mais certains flash-backs marquent dans leur outrance plastique : la séduction de Florinda Bolkan libère, dans son obsession macabre, les fantasmes de Volontè.
Petri suit jusqu'au bout le ton de la satire, sans la moindre rupture, tant et si bien que l'on se demande si le propos ne va pas suivre une impasse. Mais le dernier tiers, entre absurdité, folie, et illusion, s'avère passionnant. Et la conclusion ouverte révèle une angoisse d'une brutalité sourde.
En filmant les visages de près, dans leurs traits voraces ou cédant à l'insignifiance, Petri exprime une panique avec beaucoup d'habileté. Le miroir déformé d'une société.
Entièrement d'accord avec Joe.
Un grand film.
Je tique un peu sur quelques points (des effets de réalisation un peu vieillis, une caricature lourde de l'appareil policier, le discours néo-fasciste avec les intonations mussoliniennes de Volontè que je trouve un peu maladroits dans le parallèle historique qui mériterait plus de nuances, de prudence...). Mais l'implacabilité de ce remarquable scénario, moins porté sur une quelconque mécanique à suspense que sur l'auscultation des tares de ceux qui exercent le pouvoir et l'autorité en Italie, est franchement jubilatoire. La réflexion sur la notion de citoyenneté, ce qu'elle est et ce qu'elle implique, m'apparaît passionnante, à l'image de ce mémorable personnage principal tiraillé entre sa propension larvée à l'autoritarisme bureaucratique et supérieur (cristallisant la dénonciation politique de Petri sur les dérives de l’État, imposant sa souveraineté jusque dans la propre exonération de sa caste de responsables) et sa conscience aiguë de la Loi qu'il souhaite plus que tout faire triompher. Cette Loi, c'est le nerf du film : instrument de légitimité gouvernementale, règle suprême, garante et ciment de la bonne organisation sociale (voir à ce titre le plan éloquent sur des Tables de la Loi sculptées sur l'église face à l'appartement de Terzi, après que Volontè l'ait tuée), elle est chez Petri bafouée et révérée, dans un paradoxe permanent pointant le dysfonctionnement d'un appareil républicain perverti par son propre zèle, voire ses prédispositions autoritaires, et sa crispation face à l'ennemi, ce terrorisme d'extrême-gauche constituant un second fil rouge. Le cinéaste renvoie finalement dos-à-dos les anars et les fonctionnaires, montrés comme des profiteurs selon les circonstances, piétinant et fragilisant le statut de citoyen, avec toute cette responsabilité civile et civique au sein de la communauté que cela induit (et le déroulement de l'action à Rome, berceau d'une citoyenneté antique semi-universelle, accentue subrepticement cette polémique). Dans cette peinture satirique mais aussi diablement glaçante, parce que l'Histoire politique italienne du XXe siècle regorge de dérives, et parce qu'il y a dans cette démonstration un caractère toujours très actuel, le Commissaire a des allures de pion kafkaïen, honnête parmi les honnêtes, mais aussi monstre en puissance, que laisse courir une hiérarchie que l'ambiguïté du finale achève de rendre inquiétante.

P.S. : difficile d'oublier le célèbre thème de Morricone après avoir vu ce film.
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (E. Pet

Post by wontolla »

HS:
Comme on a parlé de La dixième victime dans ce topic, je signale que la version Blu-Ray (en principe multi-région) en VO ST en français se trouve en vente sur la market place de Amazon UK à partir de 10£53(+ FDP).