Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

O'Malley
Cadreur
Posts: 4226
Joined: 20 May 03, 16:41

Post by O'Malley »

Roy Neary wrote:[ Film X quelle daube
Pourtant, c'est souvent vrai!!! :arrow:
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Post by AtCloseRange »

J'avais plutôt bien aimé en salle sans que ça me laisse beaucoup de traces mais j'en pensais déjà plus de bien que tous les Tim Burton depuis Ed Wood.
Et voilà qu'à la révision, il vient finalement s'entasser avec les autres dans le lot des déceptions. Seules le spremières scènes font illusion. Tim Burton radote avec l'inspiration en moins. C'est techniquement plus fort que L'Etrange Noël de Monsieur Jack (l'évolution des technologies y fait aussi) mais sans âme et ça se regarde de façon totalement détaché. Son cinéma est devenu presque uniquement décoratif. De son univers, il ne reste plus que les signes extérieurs malheureusement. On a l'impression d'avoir vu les scènes de l'autre monde 10 fois chez lui.
Un Tim Burton en pilotage automatique et ça peut s'appliquer également à Elfman et la comparaison avec l'Etrange Noël est forcément douloureuse pour les 2.
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15053
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Post by Watkinssien »

Ce film de Burton et Johnson est une pure merveille, sensible, avec une musique sublime de Danny Elfman.

Outre la qualité du graphisme et de l'animation (d'une beauté réelle), le film est un festival de manichéisme (dans un sens non péjoratif) totalement burtonien, dans lequel les vivants sont morts et les morts sont vivants, qui réfléchit à chaque instant sur les détails qui définissent la tessiture d'un univers et qui observent avec une belle mélancolie l'étroitesse d'esprit d'un réglement de castes qui s'attachent à s'y perdre à des valeurs plus morbides, obstruant toute liberté.

Burton et Johnson veulent se dépêtre sans arrêt des conditions du conformisme ambiant de toute société et s'interrogent avec brio et poésie sur l'éclatement évasif de la jeunesse éternelle et l'iconoclastie de la vie !

Superbe !
Image

Mother, I miss you :(
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Post by Colqhoun »

Watkinssien wrote:le film est un festival de manichéisme (dans un sens non péjoratif) totalement burtonien, dans lequel les vivants sont morts et les morts sont vivants, qui réfléchit à chaque instant sur les détails qui définissent la tessiture d'un univers et qui observent avec une belle mélancolie l'étroitesse d'esprit d'un réglement de castes qui s'attachent à s'y perdre à des valeurs plus morbides, obstruant toute liberté.
C'est d'un ennui... mortel.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48764
Joined: 31 Jul 03, 11:50
Liste DVD

Re: Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Post by Boubakar »

Colqhoun wrote:
Watkinssien wrote:le film est un festival de manichéisme (dans un sens non péjoratif) totalement burtonien, dans lequel les vivants sont morts et les morts sont vivants, qui réfléchit à chaque instant sur les détails qui définissent la tessiture d'un univers et qui observent avec une belle mélancolie l'étroitesse d'esprit d'un réglement de castes qui s'attachent à s'y perdre à des valeurs plus morbides, obstruant toute liberté.
C'est d'un ennui... mortel.
Pareil.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Les noces funèbres (Tim Burton - Mike Johnson, 2005)

Post by Demi-Lune »

Image


Le réalisateur et moi, on est fâché depuis un bail. Après l'avoir découvert hier soir, je me demande si Les noces funèbres n'est pas son film que je préfère depuis Sleepy Hollow : belle animation, univers plastique travaillé, personnage de la mariée cadavérique assez intéressant et empathique, musique symphonique d'Elfman des grands jours... Hélas, j'avoue que cette préférence reste bien timide et que ces qualités ne suffiront pas à mes yeux à faire de ces Noces funèbres une réussite. Certes, c'est rythmé, très plaisant à l’œil, il y a des éléments comiques qui font mouche. Mais tout cela me paraît être un ressassement de plus, un recyclage fatigué (quoique toujours charmant par endroits) d'un monde plastique qui ne surprend plus et que Burton décline sans grande passion, avec un regard normatif se nourrissant de coups d'éclats passés. A l'exception d'un romantisme nécrophile atypique, on assiste à une compilation de motifs caractéristiques de l'auteur, mais déroulés routinièrement, avec cette même prévisibilité mécanique qui atrophie selon moi le cinéma de Burton depuis plus d'une décennie. Esthétique cafardeuse, gothique biscornu, poésie du spleen, personnages timides et livides (avec la même tête) ou très méchants et très moches, le territoire est connu mais on y pénètre de manière extrêmement balisée et détachée (on connaît tout de l'histoire dès le premier quart-d'heure). Les chansons ne m'ont pas paru très inspirées. Le contenu du film aussi, d'ailleurs... mais pour de réels beaux plans, un triangle amoureux iconoclaste (bien que la résolution ne me satisfasse pas totalement), un Burtonland tendance 2000's qui passe chez moi paradoxalement mieux en animation qu'en film live, je ne veux pas être trop sévère ni injuste. M'enfin, c'est pas folichon à mon goût et ça ne me réconciliera pas vraiment avec l'ami Tim.