Un Prince à New-York (John Landis - 1988)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Akrocine
Régisseur
Posts: 3239
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Un Prince à New-York (John Landis, 1988)

Post by Akrocine »

Image

Pour Tuesday et Ratatouille :lol:

15$ seulement :
http://stateofshockstudios.com/gallery.html
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Un Prince à New-York (John Landis, 1988)

Post by Demi-Lune »

Voilà une comédie qui a bercé mon enfance et que je n'avais pas revue depuis des années. Je suis content que cette révision (avec la VF qui s'impose) n'ait pas été malheureuse. Un prince à New-York reste à mes yeux une comédie très sympathique, une sorte de fable bien américaine assaisonnée de ce trait d'humour décalé de Landis. Alors que le sieur enchaîne maintenant les daubes consternantes avec la régularité d'un métronome, ça me fait toujours quelque chose de retrouver Eddie Murphy dans ses films des années 1980. C'était vraiment sa grande époque, incroyable qu'il soit tombé aussi bas. Dans la peau du prince Akeem, son dynamisme et son charisme sont évidents et sont à mon avis mieux canalisés que dans les Flic de Beverly Hills où il part facilement en vrille. Les plusieurs rôles qu'il endosse ici annonceraient presque les temples égocentriques dédiés à sa gloire qui fleuriront particulièrement dans les années 1990, mais bien qu'il soit la star, il laisse encore un peu de latitude à ses camarades. Que dire de plus, si ce n'est que je m'amuse sur cette histoire improbable, ce conte de fées dans le Queens détourné par l'ironie de Landis, cinéaste à la mise en scène souvent fade mais à l'iconoclasme amusant. Le film n'est pas méchamment corrosif (ce conte moderne respecte bien les codes du genre) mais entre sa parodie de monarchie africaine d'opérette, ses piques contre le rêve américain qui fait rêver les Noirs, vivant dans la pauvreté du Queens, les décalages internes à la communauté noire (les adeptes du reaganisme contre les laissés pour compte), il y a quand même plusieurs points malicieux méritant tout autant d'être remarqués que l'est le casting intégralement noir du film (avec La Couleur pourpre ça doit quand même être très rare dans le ciné hollywoodien de cette époque). C'est gentil, attachant et souvent drôle, bref, je n'en demande pas plus. :)

"La verge princière est lavée, Altesse."

Image
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Un Prince à New-York (John Landis, 1988)

Post by Gounou »

Ouais vas-y chérie eh ! Tente ta chance !
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Un Prince à New-York (John Landis, 1988)

Post by Demi-Lune »

Quand vous pensez "ordure", pensez "Akeem" ! :mrgreen:
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Un Prince à New-York (John Landis, 1988)

Post by Gounou »

Oh oui, c'est très modeste, on dirait des chiottes... ça va vous plaire.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Un Prince à New-York (John Landis - 1988)

Post by Demi-Lune »



User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Un Prince à New-York (John Landis - 1988)

Post by Kevin95 »

Ahhhh mais Coming to America c'est la méga classe. J'ai du voir ce film une dizaine de fois étant môme (la scène du bain ne me laissait pas indifférant).

C'est après ce film que la carrière d'Eddie Murphy (même si Boomerang est plutôt bon) comme de John Landis va prendre un coup dans l'aile, l'un devenant un pur produit sans saveur pour toute la famille quand l'autre va galérer dans des projets improbables. Pour se convaincre du charisme immense de Murphy il faut à tout prix voir ses deux stand-up (Delirious et Raw), peut être les spectacles les plus drôles qui m'ait été donné de voir. Et puis ce film-ci n'est pas un ego trip comme dans The Nutty Professor, il y a une véritable alchimie entre Murphy et Arsenio Hall, leur duo crève l'écran.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4276
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Un Prince à New-York (John Landis - 1988)

Post by G.T.O »

Génial ce film, à ranger à côté de l'excellentissime Fauteuil pour deux du même Landis.