Top Ridley Scott

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Top Ridley Scott

Post by jacques 2 »

AtCloseRange wrote:
Major Tom wrote:
On l'a tout de même plus que remarquée aussi , en docteur Melfi, dans la formidable série HBO "les sopranos" ou ele joue un rôle récurrent et important (la psy de Tony Soprano) ...
Je recommande cette série à tous ceux qui ne connaitraient pas (doivent pas être trop nombreux, j'espère)

:wink:
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20660
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Top Ridley Scott

Post by Major Tom »

AtCloseRange wrote:
Major Tom wrote: Ah oui, c'est elle! :o Dommage, oui...
Faut dire qu'elle partait de loin (presque d'aussi loin que Catherine Zeta-Jones et son navet de Philippe de Broca) puisque ces 2 premiers films étaient:
Duo sur Canapé du grand monsieur du boulevard parisien, Marc Camoletti avec Jean Lefebvre
Mais qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir une femme qui boit dans les cafés avec les hommes? avec Robert Castel
Et dans un épisode de l'Inspecteur Moulin!
:)
J'ai vu qu'elle a joué aussi dans Mélodie pour un meurtre, mais a été coupée au montage. Il me semble qu'elle jouait l'ex-femme de Pacino.
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Top Ridley Scott

Post by Thaddeus »

Je vénère :

1. Blade Runner (panthéonique, dans mon top 10 all-time)
2. Thelma et Louise

J'adore :

3. Alien

J'aime beaucoup à bien :

4. Duellistes
5. Traquée
6. Kingdom of heaven
7. Hannibal
8. American gangster
9. Les associés
10. Black rain
11. Gladiator
12. 1492, Christophe Colomb

J'aime moyennement :

13. Robin des Bois
14. La chute du faucon noir

Je n'ai pas vu : Legend, Lame de fond, G.I. Jane, Une grande année, Mensonges d'état.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Ridley Scott

Post by Jeremy Fox »

Ajourd'hui, ça donnerait à peu près ça :


J'aime beaucoup

Legend
Robin Des Bois
Les Duellistes
Alien


J'aime bien

Blade Runner
Traquée
Gladiator

J'apprécie moyennement

La chute du faucon noir
Thelma et Louise
Kingdom of Heaven
Black Rain

Je n'aime pas

1492
Hannibal
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top Ridley Scott

Post by Demi-Lune »

Hannibal (2001)

Redécouverte. Je n'avais pas revu le film depuis des années, et il ne m'en restait que quelques souvenirs (les plus ragoûtants, forcément).
J'ai un problème avec ce film, que j'ai encore moins aimé cette fois-ci. D'une part, le traitement scénaristique fait que j'y vois un écrin taillé pour Ridley Scott, dans la mesure où l'évolution du personnage d'Hannibal Lecter, et sa romance avec Clarice Starling, rejoignent et approfondissent ce qu'il avait déjà mis en scène en 1985 avec Legend : le mythe de la Belle et de la Bête, la fascination suave et raffinée que peut inspirer le Mal, le combat manichéen perpétuel qui se noue dans une certaine interdépendance, etc. Alors qu'on ne l'attend pas forcément dans ce registre, Ridley Scott démontre avec Hannibal la cohérence spirituelle et thématique avec ses œuvres antérieures en faisant intervenir des motifs caractéristiques, femme forte et burnée d'un côté, esthète racé et nietzschéen de l'autre. Je me demande en effet si le surhomme de Nietzsche ne joue pas une influence inconsciente dans la manière dont Scott appréhende certains de ses personnages les plus mémorables : on constate ainsi souvent une volonté de dépassement continue et de renonciation au superflu en vue d'une transcendance. Comme notamment Roy Batty ou Christophe Colomb, le monstrueux Docteur a le caractère de l'épicurien fou et mélancolique, car à l'étroit dans un temps qui lui paraît inadapté. De surcroît, le goût prononcé du Lecter de Scott pour le beau et le raffiné (arts picturaux, sculpturaux ou musicaux) dessine un parallèle à peine voilé avec le grand cinéaste formaliste lui-même, dont certains de ses films ont pu ponctuellement illustrer sa tentation refoulée de la déviance barbare (Alien, ses fresques historiques...).
Bref, ceci est à mettre au crédit du film, en tout cas cela le rend extérieurement intéressant. Je dois aussi concéder que Scott n'essaie pas de dupliquer le film de Demme.
Mais ça s'arrêtera là en ce qui me concerne.
Le scénario d'Hannibal est bien trop mauvais, truffé de personnages schématiques, d'incohérences (youhou, je suis un des dix mecs les plus recherchés au monde et je me balade de droite à gauche comme je veux) et de boursouflures. Il dénature à mon sens toute la retenue et le mystère de son prédécesseur, en tablant sur une explicitation tous azimuts qui provoque un résultat grandiloquent. En outre, c'est un film qui me met personnellement incroyablement mal à l'aise. Manhunter et Le Silence des Agneaux aussi me mettent à l'aise, mais pas de la même manière, parce qu'ils reposent sur une logique de l'effroi par la suggestion. L'horreur organique et psychologique s'immisce à demi-mots. Or, la démarche d'Hannibal est inversement celle du montré. Je ne crois pas avoir de problème avec le gore, mais j'avoue qu'Hannibal est un film qui m'oppresse, qui m'étouffe, qui m’écœure. Je le trouve malsain, et ceci dépasse l'héritage de l'esthétisation du macabre du giallo, avec lequel ce film a souvent été comparé. Le goût douteux pour la déviance la plus cruelle, pour la monstruosité (le visage défiguré de Verger, les cochons cannibales, etc), baignant dans une atmosphère de raffinement onctueux et de magnificence opératique, provoque chez moi un nœud à l'estomac. Cette perversion de la distinction, cette imagerie sourde de la décadence, qui s'illustrent dans la corruption barbare de la beauté esthétique (la Renaissance de Florence, le château à la française de Verger, le rituel mondain du dîner aux chandelles...), évoquent l'abîme infernal d'un monde qui ne s'élève plus dans l'accomplissement de l'art et de l'esprit, mais dans celui de la souffrance la plus abjecte. Beaucoup trouvent grotesque et rigolote, dans ses effets, cette chute de la civilisation que renferme Hannibal, moi elle m'angoisse. En un sens, ça voudrait dire que Scott a bien réussi son coup... peut-être est-ce d'ailleurs un de ses films les plus personnels. Peut-être, en tout cas je n'aime pas du tout. L'inoubliable et cauchemardesque (peut-être littéralement d'ailleurs, puisque Clarice est comateuse à ce moment-là) scène du repas, qui en quelque sorte est le parachèvement de la démonstration, synthétise à mes yeux toute la répugnance tenace que m'inspire le film. Le Silence des Agneaux n'avait pas besoin de tout ce gore nauséeux pour impressionner.
Je m'interroge donc sur l'utilité de cette suite... Accessoirement, un autre problème de taille est précisément l'absence de Jodie Foster, que Julianne Moore, même impliquée, ne peut tout à fait pallier. Hannibal veut effectivement nouer un lien romantique et pervers entre deux personnages dont l'un n'a plus le même visage. Ça a donc un peu de mal à prendre. D'autant que Hopkins est ici dans un mode cabotinage fort éloigné de la retenue qu'il avait trouvée dans l'épisode précédent.
seb
Stagiaire
Posts: 71
Joined: 29 Sep 05, 20:46

Re: Top Ridley Scott

Post by seb »

Ce que j'aime bien avec ton texte, outre le fait qu'il soit bien entendu bien écrit, c'est qu'il prouve que Scott est bel et bien un auteur et non pas seulement un super-technicien ou artisan de luxe. +
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Ridley Scott

Post by Jeremy Fox »

seb wrote:Ce que j'aime bien avec ton texte, outre le fait qu'il soit bien entendu bien écrit, c'est qu'il prouve que Scott est bel et bien un auteur et non pas seulement un super-technicien ou artisan de luxe. +
J'en suis persuadé aussi
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Top Ridley Scott

Post by Colqhoun »

Oui enfin, je pense que les scénaristes qui écrivent ses films ne sont pas pour rien dans leur réussite.
Hannibal a l'avantage d'avoir été co-écrit par David Mamet et Steve Zaillian. Le premier est un réel auteur là où le second me semble plutôt être un "technicien" du scénario, un type qui sait agencer un film pour qu'il fonctionne mais qui ne sera jamais réellement capable de lui donner l'éclat nécessaire à en faire un film marquant.

Pas étonnant donc que Hannibal soit le meilleur film que Scott ait livré ces 15 dernières années.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top Ridley Scott

Post by Jeremy Fox »

Colqhoun wrote: Pas étonnant donc que Hannibal soit le meilleur film que Scott ait livré ces 15 dernières années.
C'est au contraire un des rares que j'ai franchement détesté :oops:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top Ridley Scott

Post by Demi-Lune »

seb wrote:il prouve que Scott est bel et bien un auteur et non pas seulement un super-technicien ou artisan de luxe. +
Personnellement, ça me paraît difficile d'en douter. La plupart des films de Scott présentent des idées, des thèmes, des récurrences manifestes, une vision de l'homme et de l'art particulière, une empreinte de l'Histoire, que l'on peut aisément mettre en relation. Leur plastique est reconnaissable entre mille, tout comme leur mise en scène, qui n'a jamais réellement cherché la virtuosité technique ostentatoire, mais plus un sens de la valorisation visuelle fondé sur une ampleur, une rigueur digne d'un peintre, l'essence d'une atmosphère. Mais c'est vrai que, en dépit d'Alien et Blade Runner, son œuvre a paradoxalement peu généré d'études analytiques. Alors qu'il y a vraiment de quoi faire, à mon avis. Pour moi, c'est le réalisateur anglais le plus important depuis la mort de David Lean, mais il est victime d'une sorte de statut bâtard (immense technicien, oui, mais grand cinéaste ?), que personnellement je crois teinté de cette fâcheuse manie de certains critiques de toiser le grand cinéma de divertissement.
Je trouve, en ce qui me concerne, que Ridley Scott est un auteur assez passionnant mais dont le principal défaut est qu'il s'abaisse malheureusement à tourner trop souvent des films qui ne lui ressemblent pas et/ou qui ont des histoires médiocres. Pourquoi diable se compromet-il dans des trucs faisandés comme G.I. Jane ou American Gangster ? C'est un mystère pour moi. Plutôt que de vouloir essayer tous les genres, des fois on a envie de lui dire de faire un peu plus attention à ce qu'il filme. De ce côté-là, il ne marche pas dans les traces de son maître spirituel, Kubrick, qui lui a toujours pris soin de toucher à tous les genres mais qui prenait (trop) le temps de bien sélectionner ses projets. Scott est un esthète inné qui a besoin de grandes histoires pour laisser parler son sens du formalisme. Il n'est à l'aise que dans des histoires ambitieuses qui lui laissent toute l'opportunité de façonner des univers entiers, qu'ils soient historiques, merveilleux, baroques ou futuristes. Ses films plus "modestes" peuvent être sympathiques, mais c'est quand même quand il assouvit sa soif de grandeur que le réalisateur a donné son meilleur.
En outre, c'est un cinéaste qui a, depuis plusieurs années, tendance à se complaire dans un certain affadissement de son style. Il se laisse plus facilement aller à des tics visuels et musicaux pompiers qui parasitent sa maîtrise esthétique et narrative. Même sa plus grande réussite des années 2000 (à mes yeux), Kingdom of Heaven, est ponctuellement entaché par ces choix malheureux et qui apparaissent encore plus incompréhensibles car on étudie la grâce miraculeuse de ses premiers films. Il n'y a donc pas réellement de progression vers un perfectionnement stylistique, mais plutôt, exceptées quelques fulgurances, une lente marche vers la banalité, vers l'appauvrissement. Ce qui fait mal quand on vénère ce qu'il a fait dans les années 1980. Cet aspect joue peut-être un rôle dans la perception critique au sujet de l’œuvre de Scott, qui lorsqu'il déçoit, déçoit amèrement.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top Ridley Scott

Post by Demi-Lune »

Colqhoun wrote:Oui enfin, je pense que les scénaristes qui écrivent ses films ne sont pas pour rien dans leur réussite.
C'est certain. Scott est un cinéaste que je crois condamné à insatisfaire quand il donne dans le "mineur" parce que son sens de la mise en scène et du formalisme appellent des récits ambitieux et bien construits, à la hauteur de son sens visuel.
Colqhoun wrote:Hannibal a l'avantage d'avoir été co-écrit par David Mamet et Steve Zaillian. Le premier est un réel auteur là où le second me semble plutôt être un "technicien" du scénario, un type qui sait agencer un film pour qu'il fonctionne mais qui ne sera jamais réellement capable de lui donner l'éclat nécessaire à en faire un film marquant.
Yes, Zaillian je le rapproche un peu de Robert Towne. C'est un mec très talentueux quand il s'agit de fluidifier et de bétonner un bon scénar à la base, et qui peut avoir, seul, un ou deux coups de génie - mais pas forcément plus. Mamet est effectivement plus un auteur (pas trop fan ceci dit). Malheureusement, je trouve que leur association sur Hannibal accouche d'une histoire bien bidon. Remarque, le bouquin l'était peut-être déjà... Non franchement, ça ne te gêne pas, toi, toutes ces invraisemblances servies à la pelle ?
Dans cet ensemble en manque cruel de subtilité, j'ai quand même apprécié un détail, directement hérité de Sueurs Froides : le fait que Moore se réveille à la fin dans une tenue habillée, ce qui veut dire qu'elle a été déshabillée par Lecter. C'est un non-dit érotique assez savoureux et que le film a l'intelligence de ne pas crier à tue-tête.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Top Ridley Scott

Post by hellrick »

Jeremy Fox wrote:
Colqhoun wrote: Pas étonnant donc que Hannibal soit le meilleur film que Scott ait livré ces 15 dernières années.
C'est au contraire un des rares que j'ai franchement détesté :oops:
Je n'irais pas jusque dire "détesté" mais c'est un film que j'ai fort peu aimé, excepté les quelques moments un peu giallo ou le coté grand guignol un peu bis de la fin (j'aime beaucoup plus Dragon Rouge mais c'est une autre histoire :fiou: ) alors que j'en attendais beaucoup.
J'ai largement préféré ses films historiques (Gladiator, Kingdom et Robin) mais ce sont des films dont le sujet m'intéressait à la base et un genre qui me plait. Pas aimé non plus Black Hawk Down ni Body of Lies en fait dans ces 20 dernières années mais là encore le sujet ne me parlait pas vraiment, ce n'est pas de la faute de Scott :wink: . Ses autres films les sujets me parlent encore moins donc j'ai passé mon tour
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15053
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Top Ridley Scott

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:
Colqhoun wrote: Pas étonnant donc que Hannibal soit le meilleur film que Scott ait livré ces 15 dernières années.
C'est au contraire un des rares que j'ai franchement détesté :oops:
Pas détesté, mais effectivement le film est très inégal...

Par contre, je suis pour reconnaître en Ridley Scott un vrai auteur et un grand cinéaste, même s'il a fait des loupés ... Mais sa longévité est quand même impressionnante et plus les intrigues qu'il met en scène sont passionnantes et riches plus il se transcende...
Image

Mother, I miss you :(
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Top Ridley Scott

Post by jacques 2 »

Oui, mais la belle démonstration de Demi Lune est un peu boiteuse quand on sait que "Hannibal" est fidèle au roman de Thomas Harris sauf quand ... il en édulcore notamment la fin (et quelques autres passages). Le matériau d'origine a été sérieusement tamisé pour le rendre "tolérable" au goût moyen (alors que le film de Demme suivait le roman à la lettre). Dans le roman, Lecter avait une physionomie très modifiée mais ... impossible à rendre au cinéma à cause de la starification de Hopkins que le public voulait revoir sous les mêmes traits que dans le volet précédent.

A propos du gore, dans "Hannibal" le roman, Clarice goutait "in fine" aux "joies" du cannibalisme et finissait carrément par faire couple avec Lecter.

Personnellement, cette outrance jusqu'au boutiste (mais fidèle à une certaine logique de l'absurde vu la relation trouble depuis le début de Starling avec Lecter) m'aurait réjoui si elle avait été transposée telle quelle mais cela n'a pas été le cas. :( Too much pour le spectateur moyen des salles obscures sans doute ...

Sinon, je ressens dans le critique de Demi Lune qu'il reproche - comme souvent car c'est son credo apparemment - le manque d'humanisme et le nihilisme (d'ailleurs très relatif) de l'ensemble.
Une fois de plus, je m'inscris en faux : tous les cinéastes ne sont - fort heureusement - pas Spielberg avec son cortège de bons sentiments souvent écoeurants de naïveté. On apprécie ou pas suivant sa sensibilité mais ce n'est en tout cas pas un label de qualité que cette manière de présenter les choses.
Alors, oui, une vision sombre de l'humanité et une esthétique décadente (si on veut) qui associe beauté de l'architecture (ah, Florence) et laideur de l'âme ne sont pas des aberrations et des contre sens ...

En ce qui me concerne, j'apprécie beaucoup - vous l'aurez compris - cet "Hannibal" qui est un de mes Scott préférés ... :) Probablement parce que je préfère souvent l'ombre à la lumière ... surtout quand celle ci est artificielle !
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top Ridley Scott

Post by Demi-Lune »

Je ne vois pas en quoi ma critique sur le film est boiteuse parce que le film ne reprend pas la fin du bouquin. C'est le film comme un tout que je commente. La fin originale, c'est intéressant à connaître, mais c'est accessoire, car ce n'est pas celle qui existe. Je juge le résultat, pas ce qui est annexe. Et je remercie d'ailleurs qu'ils nous aient épargné cette conclusion, parce qu'en ce qui me concerne, ça aurait été la goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase.
Je ne sais pas trop ce qui vient faire Spielberg dans un débat sur Hannibal... si ce n'est pour schématiser ma position (voire infantiliser mes goûts ?) que j'ai pourtant pris le temps de détailler. Fort heureusement, je suis capable d'être autant sensible à l'humanisme de son cinéma qu'au désespoir et au nihilisme du cinéma du Nouvel Hollywood, par exemple. Ce n'est pas sale, tu sais. Mais je n'aime pas quand la dureté se drape d'une complaisance malsaine et fabriquée. Je n'aime pas que le nihilisme soit prétexte au dolorisme, surtout s'il est emballé dans du beau papier cadeau. Et par dessus tout, je commence à en avoir plus que mon soûl de ces films fascinés par les psychopathes. Hannibal est un film qui, dans son imagerie comme dans sa philosophie lancinante, m’écœure, désolé. Je n'arrive pas à avoir suffisamment de recul pour m'amuser de son humour noir.