Turkish Delight (Paul Verhoeven - 1973)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

M_RiK
Joe la Burne vectorisée
Posts: 5226
Joined: 1 Jul 03, 09:25
Location: Nowhere to be found...

Post by M_RiK »

Max Schreck wrote:Je me suis mal exprimé. Je parlais bien de l'oeuvre de Verhoeven, les deux derniers titres cités étant pour moi ses plus beaux films. :wink:
On pourrait ne pas être d'accord... Mais en attendant, ça se tient... :wink:
M_RiK, "Far away from the land of our birth, we fly a flag in some foreign earth."
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven, 1973)

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

Attention, film choc ! Mais comment aurait-il pu en être autrement avec Verhoeven à la barre.
Si j'aurai à lui reprocher une tendance un peu trop prononcée à la provocation choc-bourgeois (filmer par exemple des étrons au fond d'une cuvette ou un chien déféquer, mouais, pas forcément indispensable), et si j'ai trouvé que la toute dernière partie du film n'atteignait pas tout à fait l'émotion voulue à cause du jeu surligné de Monique van de Ven, Turkish Delight n'en demeure pas moins une œuvre dont la force et la liberté n'ont absolument pas vieilli. La fraîcheur revigorante du style, l'insouciance du contexte culturel (on peut y voir un certain manifeste de la libéralisation des mœurs sexuelles), frappent notamment en plein visage et proposent une expérience probablement aussi bousculante que pour les spectateurs de 1973. Le souffle de liberté qui traverse le film, aussi bien dans le fond que dans la forme, est absolument délectable.
D'une histoire simple - l'amour fou et charnel entre deux jeunes libertaires, jusqu'au point de rupture -, Verhoeven tire un film incroyablement percutant grâce à son regard à la fois très porté sur le comique et sur l'intrusion. Sa caméra refuse en effet l'intimité et se fixe justement pour objectif d'appréhender une relation amoureuse dans tous les recoins que la chasteté tairait en temps normal. Démarche provocante qui se gausse des hypocrisies pudibondes et qui se traduit par un film aussi décomplexé que fascinant dans sa franchise. Avec son style très direct et réaliste, Verhoeven s’immisce dans le quotidien et la sphère privée de ces deux jeunes, si bien que le spectateur a l'impression de connaître intimement ces personnages entiers et attachants même dans leurs défauts. La fascination du cinéaste pour le sexe, ce qu'il représente, donne ici lieu à une démonstration aussi audacieuse qu'érotique et authentique. La trivialité coutumière de Verhoeven trouve dans Turkish Delight un accomplissement réellement émouvant parce que, loin du regard ironique qu'il portera ultérieurement dans ses films américains, il met en scène une romance charnelle mue par des élans passionnés et purs. Rutger Hauer et Monique van de Ven (très bons) semblent réellement amoureux l'un de l'autre, et leurs ébats et apprentissages sexuels illustrent un regard très habile sur la chose (avec Almodovar ou quelques rares autres cinéastes, Verhoeven représente le sexe de manière vraiment humaine et naturelle). En même temps, résumer le film à ses scènes scabreuses, voire scato, serait réducteur car le cinéaste nous parle bien au fond d'un sentiment amoureux dévorant. C'est ce qui rend d'ailleurs si viscérale la détresse de Hauer quand Olga s'éloigne de lui. On a l'impression d'être nous-mêmes trahis, c'est très fort émotionnellement. Et quand Erik dégueule sur tout le monde, il matérialise presque le sentiment profond du spectateur. En même temps qu'il dépeint cette complicité sexuelle et la démonstration charnelle de cet amour, Verhoeven livre par ailleurs un commentaire étrangement désabusé, annonciateur de la suite de son œuvre (le personnage de Rutger Hauer est un obsédé, dont la propension à la domination aura d'ailleurs raison de l'amour de sa chérie).
Bref, un film pas exempt de choses un peu trop appuyées mais qui délivre un portrait d'une romance trop forte, aussi drôle qu'électrisante. Grand film, qui laisse un souvenir puissant.
Last edited by Demi-Lune on 1 Dec 11, 14:21, edited 1 time in total.
Akrocine
Régisseur
Posts: 3239
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven, 1973)

Post by Akrocine »

Hier encore j'ai regardé si je pouvais trouver le coffret pour 30€, toujours rien :(
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20660
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven, 1973)

Post by Major Tom »

Demi-Lune wrote:(filmer par exemple des étrons au fond d'une cuvette
Ah! Je connais un forumeur qui a pris en photo un des siens pour le montrer. :D
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven, 1973)

Post by Demi-Lune »

Major Tom wrote:
Demi-Lune wrote:(filmer par exemple des étrons au fond d'une cuvette
Ah! Je connais un forumeur qui a pris en photo un des siens pour le montrer. :D
Des noms ! Donne-nous des noms ! :mrgreen:
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven, 1973)

Post by wontolla »

Demi-Lune wrote: Attention, film choc ! Mais comment aurait-il pu en être autrement avec Verhoeven à la barre.

(...)

Grand film, qui laisse un souvenir puissant.
Merci Demi-Lune de faire écho à ce film que j'ai également beaucoup apprécié lors de sa vision.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven - 1973)

Post by Nomorereasons »

Image

Des asticots, des ordures, du vomi, des petits bouts de caca partout ! Sartre aurait dû kiffer.
Pour ma part je ne me suis pas ennuyé, et Rutger est bien sympa dans son rôle de hippie romantique et costaud. Un très bon mélodrame.
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven - 1973)

Post by hellrick »

Avis mitigé.

la première partie est très sympa, joyeuse, avec pas mal de scènes sexy plaisante puis ça vire un peu trop au glauque et au dépressif. La seconde moitié est assez gratinée à ce niveau, après j'ai été content de revoir Jumeaux :uhuh:
Le personnage de Rutger est également antipathique au possible avec son message anar / libertin des plus pénibles, d'autan que j'ai connu un type qui avait exactement le même comportement et je n'ai pas arrêter d'y penser pendant le film, ce qui a du jouer sur mon ressenti très négatif envers Rutger.
Reste que la rousse est bien mignonne et qu'elle ne se prive pas de nous montrer son anatomie, ce qui fait toujours plaisir.
Mais dans l'ensemble ça reste bof pour moi
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45115
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven - 1973)

Post by Flol »

Ça manque d'explosions et de gros guns, hein ?
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Turkish Delight (Paul Verhoeven - 1973)

Post by hellrick »

Ratatouille wrote:Ça manque d'explosions et de gros guns, hein ?
Pas nécessairement. :mrgreen:
Y en a pas dans Le 4ème Homme ni Basic Instinct ni Showgirls.
C'est juste que je trouve le film dépressif à souhait dans sa 2ème partie et que ça ne me parle pas plus que ça.
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image