Woody Allen

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Woody Allen

Post by Nomorereasons »

Federico wrote:Par contre, aucun problème de "revoyure" avec (...) Annie Hall.
Ok pour celui-ci.
Manhattan
Celui-là n'y a pas échappé par contre: je me suis ennuyé la dernière fois que je l'ai vu il y a deux ans, une déconvenue comaque. (Remarque, c'est bon signe pour le prochain visionnage!)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Manhattan, c'est vraiment celui dont je ne risque pas de me lasser.

Le post d'Anorya m'a donné envie de revoir le film que je place assez haut dans la filmo allenienne (dans un top 5 ou pas très loin ce qui n'est déjà pas si mal).
Toujours un joli film même si je me dis que l’influence Bergmanienne est mieux assimilée dans Une Autre Femme ou Crimes et Délits. Je trouve le couple Von Sidow-Herschey un peu trop théorique.
Sinon, il y a dans ce film une de mes scènes préférées de tout la filmo de Woody: le repas entre les 3 soeurs filmés par un travelling circulaire autour de la table avec une Barbara Herschey magnifique (pléonasme).
Image
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Woody Allen

Post by Strum »

Hannah et ses soeurs est un des grands Woody, qui témoigne de cette finesse d'observation qui fait le bonheur de ses meilleurs films. Mes scènes préférées sont toutes celles où Caine se dit, se répète, se promet qu'il va absolument faire une chose (par ex: dire la vérité à Mia Farrow), et fait exactement l'inverse, devant nous, la minute suivante - on verrait mal Bergman faire rire d'une telle inconsistance ; Woody le fait.
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20785
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Woody Allen

Post by Major Tom »

J'ai découvert MARIS ET FEMMES (1992) que je croyais connaître, je le confondais en fait avec Hannah et ses sœurs (Maris et femmes est effectivement de ceux qu'on peut confondre avec un autre). Bref, dans sa partie "films new-yorkais automnaux (avec une photographie de Carlo Di Palma à la limite du sépia)", il sera désormais celui que j'aime le moins. Compil des tics du cinéaste-auteur narcissico-dépressif, c'est un déjà-vu verbeux et ennuyeux, avec une histoire prévisible et en prime une manière de filmer façon documentaire que j'ai rarement supporté au cinéma. Les moments d'interviews des personnages sont ce que je retiendrai. Je suis sûr qu'il aurait pu tirer ça vers une comédie plutôt que de refaire un drame-hommage à Bergman (que son personnage cite forcément)...
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17845
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Woody Allen

Post by Kevin95 »

Je n'ai pas encore vu le film (il m'attends sur les étagères), mais j'ai peur de ne pas arrêter de penser à la parodie de Ben Stiller... :oops:

Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

Strum wrote:Hannah et ses soeurs est un des grands Woody, qui témoigne de cette finesse d'observation qui fait le bonheur de ses meilleurs films. Mes scènes préférées sont toutes celles où Caine se dit, se répète, se promet qu'il va absolument faire une chose (par ex: dire la vérité à Mia Farrow), et fait exactement l'inverse, devant nous, la minute suivante - on verrait mal Bergman faire rire d'une telle inconsistance ; Woody le fait.
Bergman n'est évidemment pas réputé pour la rigolade (ça se saurait :wink: ) mais il a quand même réalisé au moins un bijou de comédie entre boulevard et sophistication avec Sourires d'une nuit d'été. Film que Woody Allen a bien sûr du voir cent fois puisqu'il en tournera une version à sa sauce. Par contre, malgré toute l'admiration que je lui porte, j'ai toujours trouvé qu'Allen s'était planté en voulant faire du Bergman pur et dur.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14403
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Woody Allen

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

Tout le monde dit "I love you" (1996)

Bon, il sera sûrement difficile de trouver dans ce film atypique un Allen majeur. Pour autant, je n'ai pas boudé mon plaisir et certaines choses valent vraiment le coup. En outre, je n'oublie pas à quel point l'exercice de la comédie musicale est complexe et périlleux à exécuter. C'est marrant parce qu'en relisant le chapitre consacré à Tout le monde dit I love you dans ses entretiens avec Stig Björkman, je trouve que les partis-pris énoncés par Allen ne sont paradoxalement pas très convaincants. Je pense surtout à sa volonté de laisser les comédiens chanter eux-mêmes (souci de réalisme appréciable mais les voix sont trop quelconques pour réellement satisfaire) et plus encore, à sa volonté de laisser la caméra statique lors des numéros chantés et chorégraphiés. Allen estime que les effets de mise en scène dans ces séquences musicales cassent le plaisir du spectateur qui aurait spontanément tendance à désirer un point de vue général, et non démultiplié par un découpage. C'est une position tout à fait estimable et intéressante mais à la vision du film, je trouve que les numéros musicaux manquent quand même, dans l'ensemble, cruellement de vie et de dynamisme (à l'exception d'un cas précis, et magnifique, sur lequel je vais revenir). La séquence de la bijouterie, ça va encore, mais celle de l'hôpital, c'est vraiment amorphe. En outre, les chorégraphies manquent de folie, se montrent plutôt timides, mesurées.

En fait j'ai eu l'impression de sentir une tension souterraine dans ce film, entre d'une part une mesure un peu pataude dont je me demande si elle ne cache pas aussi un léger manque d'assurance du réalisateur dans ce registre musical (comme s'il s'auto-bridait par manque de confiance), et d'autre part, un imaginaire visuel qui livre son génie avec parcimonie et montre sporadiquement le visage flamboyant et créatif qu'aurait pu intégralement arborer le film. Je pense à ces idées toutes connes et pourtant savoureuses comme ces mannequins dans la vitrine qui se mettent à s'animer, à cette danse improbable de spectres, et évidemment, à cette scène magique, celle qui fait qu'on ne peut décemment pas balayer Tout le monde dit I love you d'un revers de la main : le pas de deux sur les quais de la Seine entre Goldie Hawn et Woody Allen. A mes yeux, l'une des plus belles scènes jamais filmées par le cinéaste. Un enchantement aérien, au propre comme au figuré, une bulle de grâce qui conjugue la beauté formelle au génie scénaristique de l'auteur. A croire que Paris réussit décidément à Allen. Je me suis d'ailleurs réellement demandé comment les trucages avaient été foutus, et j'ai été stupéfait de lire dans les entretiens que tout n'était qu'affaire de filins. Je trouve qu'Allen est un cinéaste très sous-estimé au point de vue visuel ; j'ai l'impression qu'on retient souvent un peu trop ses capacités d'écriture et que son imagination visuelle est occultée, alors qu'elle peut être foisonnante et hyper innovante. Cette scène particulière le démontre, tout comme le démontrera dès le film suivant un Robin Williams flouté ou que le démontraient déjà les tours visuels de La Rose pourpre du Caire, Zelig, Stardust Memories ou Annie Hall.



Bref, ces idées élèvent le film, le poussent vers le haut. Le reste, scénaristiquement, sent un peu le réchauffé même s'il y a quelques trouvailles amusantes (voir Goldie Hawn avec les gros sourcils, la moustache et l'énorme cigare de Groucho Marx, c'est quand même marrant). L'écriture semble un peu programmatique, les portraits sont globalement ternes (oserais-je aller jusqu'à dire qu'ils sont peu inspirés ?) et ce n'est qu'avec les scènes avec Julia Roberts que j'ai trouvé que le film brillait d'une étincelle particulière (ceci devant venir de l'actrice). Sans oublier bien entendu le dernier dialogue entre Allen et Goldie Hawn, simple, romantique, terriblement percutant. Au final, Tout le monde dit I love you se montre enthousiasmant grâce au charme qu'il arbore, mais difficile de ne pas penser que le cinéaste aurait pu mieux faire encore.

Je serais curieux de savoir ce qu'AtCloseRange pense de celui-là.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Bof.
C'est toujours meilleur que Minuit à Paris.
Un Allen vraiment mineur en ce qui me concerne.
Je ne retiens que la blague sur la tumeur.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14403
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Woody Allen

Post by Demi-Lune »

AtCloseRange wrote:Je ne retiens que la blague sur la tumeur.
Avec le fils républicain pur et dur dont le cerveau était mal irrigué ? Bof. Perso, j'ai trouvé que c'était de la pique facile et même bien pensante.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Woody Allen

Post by Strum »

Federico wrote:Bergman n'est évidemment pas réputé pour la rigolade (ça se saurait :wink: ) mais il a quand même réalisé au moins un bijou de comédie entre boulevard et sophistication avec Sourires d'une nuit d'été. Film que Woody Allen a bien sûr du voir cent fois puisqu'il en tournera une version à sa sauce. Par contre, malgré toute l'admiration que je lui porte, j'ai toujours trouvé qu'Allen s'était planté en voulant faire du Bergman pur et dur.
En même temps, Woody n'a jamais fait du Bergman pur et dur, justement - Interiors est le seul peut-être qui s'en rapprocherait, mais mes souvenirs sont trop lointains. En revanche, Une autre femme, Maris et Femmes, September, ça reste du Woody, pas du Bergman du pauvre. Allen a beau avoir clamé haut et fort son admiration pour Bergman, il a toujours fait les choses à sa manière, en empruntant à Bergman les ingrédients qui lui convenaient le mieux et en les transfigurant. Par exemple, quand il emprunte aux Fraises Sauvages le procédé de la projection dans l'enfance ou la jeunesse du héros, il en fait dans Annie Hall ou Crime et Délits quelque chose de différent et d'allenien.
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Woody Allen

Post by Amarcord »

Strum wrote:En même temps, Woody n'a jamais fait du Bergman pur et dur, justement - Interiors est le seul peut-être qui s'en rapprocherait, mais mes souvenirs sont trop lointains. En revanche, Une autre femme, Maris et Femmes, September, ça reste du Woody, pas du Bergman du pauvre. Allen a beau avoir clamé haut et fort son admiration pour Bergman, il a toujours fait les choses à sa manière, en empruntant à Bergman les ingrédients qui lui convenaient le mieux et en les transfigurant. Par exemple, quand il emprunte aux Fraises Sauvages le procédé de la projection dans l'enfance ou la jeunesse du héros, il en fait dans Annie Hall ou Crime et Délits quelque chose de différent et d'allenien.
Très d'accord avec ça.
La passion de Woody Allen pour le cinéma de Bergman le pousse à transfigurer, plus qu'à bêtement copier... ça reste toujours du Woody Allen, "enrichi" (et non pas écrasé) par l'apport de Bergman. Si bien que, pour moi, ce sont les films de Woody Allen dits de sa veine bergmanienne qui m'intéressent (et me passionnent) le plus.
[Dick Laurent is dead.]
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

Strum wrote:
Federico wrote:Bergman n'est évidemment pas réputé pour la rigolade (ça se saurait :wink: ) mais il a quand même réalisé au moins un bijou de comédie entre boulevard et sophistication avec Sourires d'une nuit d'été. Film que Woody Allen a bien sûr du voir cent fois puisqu'il en tournera une version à sa sauce. Par contre, malgré toute l'admiration que je lui porte, j'ai toujours trouvé qu'Allen s'était planté en voulant faire du Bergman pur et dur.
En même temps, Woody n'a jamais fait du Bergman pur et dur, justement - Interiors est le seul peut-être qui s'en rapprocherait, mais mes souvenirs sont trop lointains.
Il se trouve que je pensais précisément à Interiors...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Woody Allen

Post by AtCloseRange »

Revu Maudite Aphrodite.

Vraiment un des Woody les moins inspirés. Le choeur antique est une fausse bonne idée et soulant sur la longueur (heureusement, il y a Cassandre). ce qui concerne Helena Bonham Carter et Peter Weller est sans intérêt.
Heureusement, le coeur du film reste Mira Sorvino qui est formidable (qu'est elle devenue d'ailleurs?) mais ça reste largement insuffisant pour un Woody Allen bien paresseux.
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Woody Allen

Post by Federico »

AtCloseRange wrote:Revu Maudite Aphrodite.
Vraiment un des Woody les moins inspirés. Le choeur antique est une fausse bonne idée et soulant sur la longueur (heureusement, il y a Cassandre). ce qui concerne Helena Bonham Carter et Peter Weller est sans intérêt.
Heureusement, le coeur du film reste Mira Sorvino qui est formidable (qu'est elle devenue d'ailleurs?) mais ça reste largement insuffisant pour un Woody Allen bien paresseux.
A l'époque du film d'Allen, j'étais prêt à parier que Mira Sorvino irait loin. Cette fille avait tout pour elle : un charme malicieux, du naturel et pour ne rien gâcher une tête bien remplie (je ne sais plus combien de langues elle parle couramment mais je l'avais entendue s'exprimer en français aussi parfaitement que Jodie Foster). Quelques films sympas à droite à gauche mais le soufflé est retombé. Manque d'opportunités, manque d'envie ou concurrence, I don't know... Un parcours qui m'a souvent rappelé celui de Jennifer Connolly avec laquelle elle partage quelques points communs.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Akrocine
Régisseur
Posts: 3245
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Woody Allen

Post by Akrocine »

Everything Woody Allen has ever written has been on a typewriter he bought when he was 16

http://link.brightcove.com/services/pla ... 9472454001
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange