Captain America – First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4658
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Captain America – First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Post by nobody smith »

Image
Euh captain america, c’est pas censé être un super héros masqué :?

Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

La dernière ligne droite avant The Avengers. Sans atteindre les tréfonds d’un Thor, je m’avoue assez déçu par le film. C’est agréable au demeurant pour son déballage vintage avec esthétisme rétrofuturiste et ambiance serial avec péripéties à foison (dommage que les CGI soit si présent malgré la très bonne tenue du reste des effets live). Là où je ne suis pas convaincu, c’est le traitement du héros. Captain America est certes un personnage très difficile à traiter aujourd’hui puisque sa création reposait strictement sur des vertus patriotique. Sur ce point, le film évite plutôt habilement les pièges posés (excellent interlude musical soit dit en passant) mais semble s’obliger à se caler sur un schéma ultraconvenu. La bande annonce était assez alléchante avec un certain nombre de questions sur la valeur d’un héros. Le problème, c’est que la bande annonce présentait tout ce qui constituait la teneur du propos et que le film ne propose pas grand chose supplémentaire. Le message (un héros est fait de conviction avant d’être des muscles) est bazardé sans grand ménagement au gré d’une introduction fort laborieuse. La suite ne décolle guère (pas de grand intérêt au niveau d'une romance archirevu) mais au moins il y a suffisamment d'action pour maintenir l’attention.

Pas bien indispensable en somme et seule la fin permet d’espérer quelque chose d’un peu plus inspiré pour la suite. A noter d'ailleurs que l’indispensable séquence post-générique, n’est rien de plus que le teaser (ultra-speed) de The Avengers.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by monk »

nobody smith wrote: Euh captain america, c’est pas censé être un super héros masqué :?
Si. Il n'en a pas de tout le film ? (Je n'ai pas encore vu la BA)
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4658
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by nobody smith »

monk wrote:
nobody smith wrote: Euh captain america, c’est pas censé être un super héros masqué :?
Si. Il n'en a pas de tout le film ? (Je n'ai pas encore vu la BA)
En faite, ma remarque s'appliquait surtout à l'affiche. Elle attire tellement de midinettes que ça la gueule de Chris Evans pour qu'on le présente à visage découvert ? Pour le film, il porte bien son masque... parfois :mrgreen:
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by monk »

nobody smith wrote:Elle attire tellement de midinettes que ça la gueule de Chris Evans pour qu'on le présente à visage découvert ?
J'en sais rien, mais sans doute toujours plus qu'une cagoulle bleue avec des ailettes ! :uhuh:
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by riqueuniee »

En ce qui me concerne, une très bonne surprise que ce film, qui a l'avantage de ne pas se prendre au sérieux. Il y a de l'humour dans les dialogues, et je trouve même un côté cartoonesque à certaines scènes (ce qui n'est pas un reproche).
On pourra noter quelques petits clins d'oeil. La fin du "méchant" n'est pas sans rappeler les Indiana Jones (de même d'ailleurs que ces nazis amateurs d'objets dotés de pouvoirs). Et le côté rétro de l'aventure lui ajoute un charme supplémentaire.
Je ne suis pas sûre que ça sera aussi amusant avec le personnage évoluant à notre époque.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Même si son adaptation à celles-ci, après son "réveil" peut donner lieu à quelques scènes amusantes
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by monk »

riqueuniee wrote:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Même si son adaptation à celles-ci, après son "réveil" peut donner lieu à quelques scènes amusantes
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ca fait partie du personnage, c'était encore très bien rendu dans le Vol5 écrit par Brubaker ces dernières années. Alors ils ont vraiment intéret à exploiter ça correctement !
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by Demi-Lune »

En ce qui me concerne, je n'ai pas boudé mon plaisir face à ce Captain America, dont je n'attendais pas grand-chose.

Le passé de story-boardeur de Johnston (par ailleurs créateur du personnage de Boba Fett dans Star Wars, pour l'anecdote) est assez tangible tant sa mise en scène, assez éloignée des standards actuels du blockbuster, affiche résolument une lisibilité et un savoir-faire old-school plutôt délectables. Il y a quelque chose de joyeusement artisanal dans ce film malgré ses effets numériques, une certaine idée du cinéma de divertissement que je n'avais plus vue depuis longtemps. En cela, ce Captain America me semble bien plus proche spirituellement et techniquement du cinéma de la génération Amblin' que l'hommage vérolé de J.J. Abrams sur Super 8. Johnston n'est pas un technicien virtuose, mais sa mise en images respire le soin d'un cinéma à l'ancienne, avec des séquences intelligemment montées et du talent pour la valorisation visuelle des idées du scénario (exemple : faire de la tournée américaine du héros dans le script un mini numéro de comédie musicale drolatique). Les séquences sont claires, fluides, bien carrossées comme le bouclier de notre héros. Rajoutez à cela la partition enlevée d'Alan Silvestri, le très beau design rétro-futuriste à clins d’œil (l'aile volante de Raiders, etc) et le sens de l'aventure qui ne verse pas dans l'abrutissement pyrotechnique et sonore, et vous avez vraiment l'impression que c'est un film des 80's dont on aurait customisé les SFX. Tout ça me donne furieusement envie de revoir Rocketeer.

Pour cette adaptation, Johnston trouve un angle pertinent, celui de la fraîcheur et de la naïveté très BD, couplées à une judicieuse distanciation ironique (la dimension cocardière de Captain America étant intelligemment tournée en dérision pour préférer mettre l'accent sur la "banalité" originelle du héros). Les clichés tels que la relation amoureuse avec l'agent Peggy Carter ou le personnage ronchon du colonel (interprété par un Tommy Lee Jones venant encaisser son chèque) passent alors agréablement, car ils font partie de cette naïveté humoristique ambiante. Contrairement à bien des blockbusters actuels, Johnston ne cherche pas de noirceur factice dans son film, il traite tout cela avec beaucoup d'humour et de simplicité, rendant ainsi les personnages attachants et plaisants malgré leur schématisation (cf. la sympathie qu'inspire la relation contrariée entre Rogers et Carter).

Pour autant, le film a ses faiblesses. Outre des ressorts prévisibles, le scénario est à la fois très riche en rebondissements (quitte parfois à ce qu'on s'y perde un peu) et pas assez équilibré. Le méchant campé par Hugo Weaving n'a pas grande envergure, et d'ailleurs, sa fin est un peu torchée. Les acteurs sont loin d'être exceptionnels et on peut regretter parfois une trop lourde utilisation de CGI, même s'ils sont plutôt bien faits dans l'ensemble. Bref, Captain America aurait pu être encore meilleur. Mais en l'état, cela n'en reste pas moins un très bon divertissement, que j'encourage à aller découvrir pour les nostalgiques des années Amblin'. A part Batman je ne suis vraiment pas fana de super-héros, mais je trouve que Johnston a réalisé là l'une des meilleures adaptations dans ce registre ; peut-être la meilleure depuis le Spiderman de Raimi (film que j'aime assez peu au demeurant).

Et le générique final est le plus enthousiasmant que j'ai vu depuis bien des années. Superbe !
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by riqueuniee »

Tout à fait d'accord : ce film, malgré les effets numériques, a un côté "aventures à l'ancienne" très rafraîchissant. C'est vrai qu'on pense à Rocketeer. Joe Johnston se révèle finalement un bon choix pour mettre en images cette histoire.
Le film, de plus, ne se prend pas au sérieux (avec de l'humour dans les dialogues).
J'ai pensé parfois à Indiana Jones (la fin du méchant, et une réflexion sur les nazis qui s'obstinent à chercher des bricoles dans le désert -pour acquérier plus de pouvoir), et même à Star wars (un petit côté Dark Vador chez le méchant ). Il est vrai que ces sagas doivent certainement elles-mêmes beaucoup à ce genre d'histoires.
Bref, un très bon divertissement.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23833
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by tenia »

Personnellement, j'ai trouvé cela tout à fait indolore. Tiède. Ni le pied, ni l'enfer. C'est quelconque, et régulièrement doté d'incrustations que je pensais disparues en 2011 ou qui ne trancheraient pas dans un Machete. Et puis, ce rythme en dents de scie... :|

2h05, tout de même. Il faut le rappeler. Tout cela pour quoi ? Pour 1h (sic) de naissance du héros d'un temps révolu, dont les méta-références (comic dans le comic, valeurs ayant conduites à la création du héros directement insufflées dans le film) montrent ô combien les valeurs profondes liées à Cap' ont été reprises avec une grande justesse, provoquant, du coup, un décalage quand, en 2011, on a l'impression de voir un film de propagande pour les forces alliées.

Puis 1h de carnage visuel. D'abord avec un rythme de dents de scie, pas aidé pour un sou par un montage semblant être fait pas un stagiaire où tout est brut, voire abrupt, et finit, arrivé un moment, par ressembler à de l'amateurisme. Qu'on ne me méprenne pas : ce n'est pas du Troma non plus, hein. Mais pour une production aussi balèze, sur un super-héros aussi légendaire, on est en droit d'attendre bien mieux. Bien mieux, surtout, que des incrustations sur fond vert/bleu qui font réellement pitié à voir, et semble provenir plus de Machete que d'une production à $140M. Toute explosion se transforme donc en un festin hideux d'incrustations complètement décalées, le tout exacerbée par une 3D au demeurant assez discrète, mais toujours aussi inutile.

Enfin, l'épilogue tombe comme un cheveu sur la soupe, parce qu'il fallait bien un épilogue pour lier ce film aux Vengeurs de Mai 2012.

Résultat : la fin tombe complètement à plat, malgré une réplique finale qui en rappellera long à ceux qui connaissent un peu la mythologie de Cap'. Et ne dira strictement rien aux autres.

6/10
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by Demi-Lune »



La marche composée par Alan Silvestri claque bien, quand même. Ça fleure bon les 80's, miam !
frédéric
1st Degree
Posts: 12980
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by frédéric »

Viens de le revoir, le film supporte tout à fait une seconde vision. Joe Johnston impose un rythme d'enfer à ce film hommage aux serials des années 30 et les scènes d'actions sont vraiment dantesques. Chris Evans est la bonne surprise du film, Hayley Atwell est absolument craquante et Hugo Weaving comme toujours parfait en méchant. A souligner une jolie performance de Stanley Tucci (qui m'a un peu rappelé le compagnon de captivité de Tony Stark dans le premier Iron Man). Bref, moi j'attends la suite avec impatience.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33320
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston, 2011)

Post by Colqhoun »

Demi-Lune wrote:La marche composée par Alan Silvestri claque bien, quand même. Ça fleure bon les 80's, miam !
Je trouve ce morceau absolument inaudible.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45156
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Post by Flol »

Essaie peut-être avec des écouteurs qui fonctionnent. (super lol)
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7820
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Post by Eusebio Cafarelli »

Film en 2 parties d'une heure chacune : d'abord la genèse du héros, plutôt pas mal faite, avec un bon passage sur le héros de propagande façon comédie musicale; puis le héros contre le méchant (un peu mou, mieux quand il a le visage d'Hugo Weaving que celui de M. Propre passé au mercurochrome), action, explosions, CGI, moins intéressant, plus convenu. Un très bon générique à base d'affiches américaines de la Seconde Guerre mondiale.

Au final ça ne casse pas grand chose, sauf à l'écran : on détruit beaucoup, avec des CGI pas toujours réussis. La 3D donne un côté BD dont je ne suis pas certain qu'il soit volontaire. En plus le personnage au 1er plan, qui apparait en 3D, apparait souvent décalé par rapport à son interlocuteur en retrait, comme s'il regardait à droite ou à gauche de ce dernier. Autre faiblesse de l'utilisation de la 3D : l'accentuation systématique de l'effet par un élément (architecture, objet, personnage) au 1er plan à droite ou à gauche de l'image : on a l'impression qu'en fait il y a en guise de 3D des panneaux successifs espacés les uns derrière les autres.

Idéologiquement, le film présente un certain intérêt par sa fin
Spoiler (cliquez pour afficher)
inspirée du 11 septembre je pense, puisque ça se termine par un héros, être faible au départ - comme l'Amérique fin XXe - début XXIe siècle ? - qui obtient par la science des super-pouvoirs et doit affronter un super-méchant dont les pouvoirs viennent de la foi (la puissance des dieux) et qui veut dominer le monde... Or le héros sauve le monde et New York de la catastrophe, c'est-à-dire d'un avion - une aile volante - programmé pour s'écraser sur New York, en faisant s'écraser ledit avion au pôle Nord ou au Canada, après une conversation radio avec celle qu'il aime : Vol 93 ? En plus le héros retrouve le réel à Times Square, avec un grand travelling circulaire sur les tours...
Image
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Captain America – First Avenger (Joe Johnston - 2011)

Post by Jericho »

Pas mal comme film de super héros. Mais encore une fois Joe Johnston se contente de livrer un divertissement efficace à défaut d'être idéal et/ou enthousiasmant... J'ai l'impression, que c'est l'histoire de sa vie: proposer de la tambouille efficace, rien de plus.
En terme de rythme c'est étrange, je me suis pas ennuyé mais le récit n'est pas très bien dosé, il manque quelque scènes très fortes pour faire véritablement décoller le long métrage.
Puis Red Skull déboite bien, je crois que c'est le "bad guy" que je préfère au sein de l'univers Marvel. Malheureusement, on ne le voit pas si souvent que ça.
Image