André de Toth (1913-2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Alligator »

Crime Wave (Chasse au gang) (André De Toth, 1954) :

http://alligatographe.blogspot.com/2011 ... -wave.html

Image

_______________

Je ne sais pas pourquoi mais j'avais le pressentiment que ça allait coller. J'avais une grosse envie de voir un noir d'antan. Et puis André de Toth! Je ne crois pas avoir vu énormément de ses films. J'ai un lointain mais néanmoins agréable souvenir de "The indian fighter" ("La rivière de nos amours") avec Kirk Douglas. Je me rappelle la qualité d'ensemble, le sentiment d'avoir eu devant les yeux un objet pensé, bien façonné, maitrisé et intelligent.

Si c'est un tout petit peu moins le cas ici, c'est sûrement à cause du personnage interprété par Sterling Hayden, un flic rugueux à l'excès et pas loin d'être un triste con.

Pour le reste, je ne suis pas non plus charmé par la mono-faciale composition que nous livre Gene Nelson. Peu expressif, il met donc en valeur le travail de ses petits camarades qui l'entourent.

Le plaisir vient donc plutôt d'eux et ils sont nombreux. Le film est en effet le rendez-vous de plusieurs grandes gueules. Certains s'en donnent à cœur joie, Timothy Carey en tête en fait des tonnes, comme d'habitude.
J'ai aimé retrouver Jay Novello en véto alcoolo bien poisseux, bien dans le style noir.
De même qu'on peut aisément apprécier la rudesse sculptée d'un tout jeune Charles Bronson ou bien encore la superbe silhouette féminine de Phyllis Kirk, joli minois, finesse du menton, regard apeuré, jouet d'un chantage sexuel très pesant tout le long du film. Sa bourgeoise et amoureuse fidélité contraste avec la concupiscence et la vénalité des mâles énervés qui bourdonnent autour d'elle et son mari.

André de Toth a très bien mis en place ces enjeux, plein de non-dits, de double sens que les dialogues et les postures appuient avec subtilité, faisant jaillir un suspense intense depuis le caniveau, avec une pègre très violente, aux tentacules dont on n'échappe décidément pas. Destin scellé? Destin noir?

Un film où les héros sont piégés ente l'imbécillité policière et un indécrottable passé mafieux. Tout un programme noir, l'inéluctable avenir tracé dans le sang.

Malheureusement (ou heureusement, je ne sais jamais trop), mais le happy-ending déroge au dernier moment à cette règle.

Le film marche droit pourtant, d'une efficacité indéniable, plongeant le spectateur au cœur de la mêlée, entre les enquêteurs ou les malfrats, dans les méandres de la banlieue de L.A. Les angles de vues d'André de Toth ne manquent pas d'audace, partent à l'aventure pour donner cette teinte réaliste, encore qui capte le public.

Un bon noir, serré.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16706
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Père Jules »

Sacrément enthousiasmé moi aussi par ce film. De Toth c'est l'épure, le strict nécessaire, sans effets de manche. C'est parfait quoi :)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92681
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Jeremy Fox »

Père Jules wrote:Sacrément enthousiasmé moi aussi par ce film. De Toth c'est l'épure, le strict nécessaire, sans effets de manche. C'est parfait quoi :)
Itou, un de mes chouchous du film noir
daniel gregg
Producteur Exécutif
Posts: 7073
Joined: 23 Feb 04, 23:31

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by daniel gregg »

Jeremy Fox wrote:
Père Jules wrote:Sacrément enthousiasmé moi aussi par ce film. De Toth c'est l'épure, le strict nécessaire, sans effets de manche. C'est parfait quoi :)
Itou, un de mes chouchous du film noir
Idem ! :D
Et que dire de ce chef d'oeuvre absolu qu'est NONE SHALL ESCAPE dont ne devrait pas tarder à dire la même chose un autre célèbre classikien... :fiou:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92681
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re:

Post by Jeremy Fox »

daniel gregg wrote:revu recemment pour la memoire, ce somptueux brulot anti fasciste que represente "NONE SHALL ESCAPE" d'Andre De Toth anticipant le proces de Nuremberg puisque datant de 1944.
C'est disons le tout net l'un des plus beaux films meconnus de l'histoire du cinema, capable de rendre sensible a une periode toujours aussi mal discutee de l'histoire le plus insensible des insensibles.
A travers l'histoire mouvementee du personnage merveilleusement interpretee par Alexander Knox, on assiste de facon impuissante(et c'est la toute la magie du cinema quand il opere avec autant de talent) a la diabolisation d' une societe au lendemain de la defaite allemande en 1918 jusqu'aux premieres exactions retentissantes commises par les extremistes de gauche comme de droite des les annees 20.
S'appueyant sur l'effet de frustration que suscitent les victimes de ce regime insane(executions gratuites d'autochtones polonais,humiliation publique,etc...) et pourtant libre de tous droits, De Toth appuie de maniere tres nuancee sur la corde sensible jusqu'au vertige...Et si j'avais ete la...
Un film extraordinaire !!!
Je ne m'attendais pas à une telle violence et à une telle cruauté pour un film de cette année là concernant le nazisme. Alexander Knox nous offre une performance assez hallucinante, un de ces méchants que l'on aime haïr ! Très puissant. Un brûlot de propagande anti-nazi qui a du faire le plus grand bien à l'époque.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by riqueuniee »

Un film qui milite ouvertement (le scenario fut conçu dès 1943) pour la tenue de tribunaux spéciaux pour juger les crimes nazis. De Toth fut chargé, en 1939, par son producteur (De Toth vivait encore en Hongrie) d'aller filmer l'arrivée des Allemands en Pologne. Il s'est certainement souvenu, pour certaines scènes, de ce qu'il a vu à ce moment-là.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Federico »

Trois films rares de de Toth cette nuit dans l'émission Fuori Orario sur la Rai Tre à partir de 01h45 environ :

- Morgan il pirata (Morgan le pirate), co-réalisé en Italie avec Primo Zeglio en 1970

suivi de deux films de 1939 lors de sa première période en Hongrie, quand il s'appelait Tóth Endre :

- Toprini Nász, son tout premier film
- Két lány az utcán

http://www.fuoriorario.rai.it/dl/portal ... 4a19f.html

Le 1er film sera certainement diffusé en italien, les suivants en VOSTIT.
Par contre, avec cette excellente émission, impossible de savoir à l'avance si les droits de diffusion hors-Italie seront ou non autorisés car parfois, on a droit au gros logo de la Rai sur fond noir...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
redpaul
Stagiaire
Posts: 69
Joined: 19 Aug 11, 16:57

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by redpaul »

Jeremy Fox wrote:
Père Jules wrote:Sacrément enthousiasmé moi aussi par ce film. De Toth c'est l'épure, le strict nécessaire, sans effets de manche. C'est parfait quoi :)
Itou, un de mes chouchous du film noir

Sterling Hayden m'a impressionné - D'autres films à recommander avec cet acteur ?
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16706
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Père Jules »

The Asphalt Jungle (Huston) et L'ultime razzia (Kubrick) restent parmi ses films les plus marquants. ;)
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14661
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Demi-Lune »

Père Jules wrote:The Asphalt Jungle (Huston) et L'ultime razzia (Kubrick) restent parmi ses films les plus marquants. ;)
Et Docteur Folamour.
Petit rôle assez marquant également dans Le Parrain.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by riqueuniee »

Et Johnny Guitar.
Apparition dans Comment se débarrasser de son patron : le big boss qui vient faire un tour dans les bureaux, à la fin du film, c'est lui...
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21429
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Rick Blaine »

Pour moi ce sont principalement The Asphalt Jungle et encore plus le Parrain, où il a un second rôle mais d'une immense intensité, qui marquent.

Il est également exceptionnel dans Terror in A Texas Town, film inégal mais marquant par sa fin. Si tu apprécie l'acteur, tu y trouveras ton compte. Suddenly est sympa aussi.
Last edited by Rick Blaine on 19 Aug 11, 20:26, edited 1 time in total.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by riqueuniee »

On est bien d'accord : le film à voir en priorité, c'est le Huston...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92681
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by Jeremy Fox »

riqueuniee wrote:On est bien d'accord : le film à voir en priorité, c'est le Huston...

Pour moi c'est Johnny Guitar avant tout.
redpaul
Stagiaire
Posts: 69
Joined: 19 Aug 11, 16:57

Re: André de Toth (1912-2002)

Post by redpaul »

Merci à vous tous pour les conseils.
Je l'avais oublié dans Docteur Folamour - Et pourtant quel rôle...