Notez les films naphtas : Août 2011

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Cathy »

On va se faire sonner les cloches, Heaven's for Sake - George Seaton (1950)

ImageImage

Deux anges gardiens viennent sur terre pour aider une fillette à naître.

Nous sommes ici dans une comédie américaine absolument charmante, le thème de l'ange sur terre a été souvent abordé notamment dans le fameux "honni soit qui mal y pense" ou naturellement "la vie est belle", mais ici nous sommes dans une autre dimension avec cet ange gardien fillette ou cet esprit de fillette qui ne peut naître que si ses parents supposés veulent bien abandonner leur passion pour le théâtre pour se consacrer à la vie de famille. Deux anges sont délégués, l'un restera invisible, l'autre s'incarnera en homme. Alors naturellement il y a des scènes convenues comme les anges qui passent à travers les portes et qui ne passent plus quand ils deviennent humains, leurs discussions entre visible et invisible qui peuvent paraître pour de la folie mais il y a une dimension poétique avec cette fillette qui veut tellement naître et croise sur son chemin un garçonnet qui lui aussi veut naître. Evidemment on peut se poser des questions pourquoi sont-ce des enfants d'une dizaine d'années qui veulent naître, mais tout cela relève de la licence poétique ! Il y a aussi l'opposition entre cet ange qui tombe dans la "déchéance" en connaissant les plaisirs terrestres : femme, boisson, argent et qui du coup perd sa faculté d'ange, mais il y a plein d'humour avec celui-ci aussi notamment parce qu'il décide de s'incarner dans un homme à la Gary Cooper du Westerner, film qu'il va voir avec la petite fille ange, et du coup on se délecte à voir Clifton Webb, bomber le torse, marcher raide, égrener des yep à la Coop ! Clifton Webb est donc admirable en ange un peu farfelu, Joan Bennett et Robert Cummings forment un très joli couple plus passionné par leur métier que par leur famille possible, Edmund Gwenn est fort sympathique en ange moralisateur invisible, sans oublier aussi la pétillante Joan Blondell en femme tentatrice, par qui le mal arrivé à ce pauvre ange ! Une comédie très typique mais plus que sympathique !

Copie CIné Classic
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by riqueuniee »

Vu il y a quelques années un téléfilm (C'est beau la vie, sauf erreur) qui montrait une sorte de "paradis" (faute de meilleur terme, le téléfilm n'avait aucune connotation religieuse) où évoluaient des enfants d'une dizaine d'années , qui quittaient le lieu quand l'enfant qu'ils "représentaient" devait naître.
L'utilisation d'enfants de 10 ans relève sans doute du même principe. (même si les intrigues n'ont rien à voir )
Ca a l'air en effet assez charmant, comme film.
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Cathy »

Je suppose que c'est aussi l'âge où l'enfant se rend compte de son "infantitude" d'où cette licence poétique ! J'ai trouvé le film absolument charmant, et puis franchement Clifton Webb en Gary Cooper cela valait le coup, malgré les convenances de certaines scènes "comiques" auxquelles je dois avouer être encore réceptive :wink: !
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3645
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by monk »

Image

Le Gaucher de Arthur Penn

Attention spoilers Une vision de Billy The Kid. Loyal, il venge la mort de son patron et devient l'un des hommes les plus recherchés de l'ouest. Se créé alors une légende autour de lui, devenant presque une icône épique et romantique. Mais la réalité est tout autre: Billy, aussi rapide soit il, est aussi un peu extravagant et concon, c'est à dire immature et a finalement du mal à gérer ses actes et à en assumer les conséquences. Il n'est pas celui de la légende.
Sur le fond, on a cette idée - qui rejoint un peu le Fort Apache de Ford (je pense à celui-là puisque je l'ai vu récement et qu'on en a discuté) - que la réalité et la légende sont parfois bien différentes. Notre héros n'en est pas un, et s'il peut représenter un certain romantisme à travers la pureté de ses sentiments, on a aussi l'impression qu'il y a des fessées qui se perdent.
Sur la forme, j'ai trouvé une certaine dualité au film (correspondant à la "création" puis à la chute du mythe): une première moitié très moderne, très nonchalante, annonçant un peu ce qui se fera 10 ans plus tard, dans des décors naturels; et une seconde moitié beaucoup plus théatrale aussi bien dans le jeux des acteurs (voir les dernières scènes où Newmann se la joue tragédie grecque - dans le bon sens du terme) que dans les décors et les jeux de lumière.
Plusieurs codes du genre volent en éclat: l'anti-héros juvénile irresponsable, la romance qui ne fonctionne pas, l'absence de happy end, entre autres; ce qui en fait un western atypique, qui amorce sans aucun doute un changement dans le genre.

Pas sur de le garder pour autant.
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

La Tour infernale / The Towering Inferno (John Guillermin et Irwin Allen, 1974)

Je n'avais pas revu ce classique du film catastrophe depuis peut-être mes douze ans, mais il m'avait beaucoup marqué. J'avais peur d'être déçu mais ce ne fut pas le cas, le film passe plutôt vite, l'action est soutenue.
Les quelques situations abracadabrantes ainsi que la réalisation et le scénario très hollywoodiens sont largement compensés par la qualité des scènes de feu et le charisme des deux acteurs principaux (anecdote connue : il s'agit du premier film à avoir deux noms en premier, McQueen ne voulant pas passer après Newman, quitte à rajouter des lignes de script pour qu'ils en aient chacun exactement le même nombre).
Au final un divertissement efficace et une distribution énorme quoique parfois sur le déclin pour les seconds rôles.

Ma note : 7 / 10

J'ai eu en revanche une déception au niveau du DVD zone 2 Warner, image pas terrible qui fait parfois mal aux yeux. Pas génial non plus au niveau de la piste sonore VO.

Un petit clin d'oeil en passant au Backdraft de Ron Howard (1991), un film certes parfois téléphoné mais dont les scènes de feu sont époustoufflantes. Le casting est également de premier ordre, avec Sutherland et De Niro dans les seconds rôles, et la musique de Hans Zimmer est cette fois bien inspirée.
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by riqueuniee »

En ce qui concerne Backdraft, les scènes de feu ne sont pas qquépoustouflantes, elles sont aussi réalistes (c'est quelqu'un qui a été pompier volontaire qui me l'a dit).
La tour infernale ne cherche pas le réalisme à ce point, mais reste un bon film catastrophe, qui a plutôt bien vieilli.
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

Répulsion / Repulsion (Roman Polanski, 1966)

Encore plus brut que ce à quoi je m'attendais. On suit le destin d'une jeune femme névrosée, répulsée par les hommes, qui finit par s'enfermer dans l'appartement que loue sa soeur.
Ce n'est pas une histoire de fantômes mais la mise en scène la présente un peu comme tel. On est tellement immergé dans le personnage joué par Catherine Deneuve qu'on a vraiment l'impression que ce "double" paranoïaque et meurtrier est extérieur au champ, alors que l'héroïne apeurée et supposée victime est en fait elle-même la seule source de danger.
La narration comme la réalisation sont très audacieuses, ce qui est payant pour un film à budget ridicule. Les bruitages sont la grande force du film, et rendent certaines scènes d'angoisses terriblement efficaces. Après, le fait qu'au final il ne se passe pas grand chose non plus pourra en décevoir certains.
Sympa aussi de voir une nouvelle fois Deneuve en bombe qui s'ignore et refoule sa sexualité, comme dans les films de Buñuel.

Ma note : 7 / 10
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

riqueuniee wrote:En ce qui concerne Backdraft, les scènes de feu ne sont pas qquépoustouflantes, elles sont aussi réalistes (c'est quelqu'un qui a été pompier volontaire qui me l'a dit).
La tour infernale ne cherche pas le réalisme à ce point, mais reste un bon film catastrophe, qui a plutôt bien vieilli.
Je veux bien te croire pour Backdraft. Pour la Tour infernale je pense qu'ils ont également cherché le réalisme puisqu'on voit dans le générique que 5 ou 6 casernes de San Francisco ont travaillé sur le tournage.
Pour les scènes de feu, ce qui fait peut-être la plus grande différence à mon avis dans Backdraft, outre les 20 ans de plus, ce sont les bruitages.
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3650
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Flavia »

Husbands (1970) - John Cassavetes

Père Jules en a tellement parlé :) je l'ai enfin découvert et c'est un des films les plus poignants que j'ai pu voir jusqu'à présent.
Après l'enterrement de leur ami commun, les trois compères sont confrontés à une crise d'identité, ils vont faire la tournée des bars (la scène où ils noient leur chagrin dans la bière et prennent à partie les clients vaut son pesant d'or). Le lendemain sur un coup de tête ils partent à Londres.
L'alchimie entre les trois acteurs fonctionne à merveille, un jeu ultra réaliste et on ressent la complicité qu'ils ont devant et derrière la caméra. C'est un film remarquable sur l'amitié, la vie, les illusions perdues.

Ben Gazzara a tout dit : Husbands c'est l'affirmation de la vie.

8,5/10
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

Husbands existe-t-il en DVD zone 2 ?
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8764
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by feb »

Dispo en zone 1 avec STA
http://www.dvdbeaver.com/film2/dvdrevie ... sbands.htm
En zone 2 il n'y a qu'une édition espagnole avec VOSTA
http://www.amazon.fr/Husbands-Freedom-O ... 977&sr=8-1
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

Eh oui c'est bien ce que j'avais noté, j'attends toujours sa sortie VOSTF :(
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19882
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Rick Blaine »

scottspeed wrote:Eh oui c'est bien ce que j'avais noté, j'attends toujours sa sortie VOSTF :(
Wild Side en avait annoncé la sortie pour la fin de l'année il me semble. Avec une version restaurée qui plus est, ce qui en fait une sortie majeure, tant je l'ai aimé en le découvrant avec le VOSTA.
Last edited by Rick Blaine on 12 Aug 11, 20:33, edited 1 time in total.
scottspeed
Doublure lumière
Posts: 345
Joined: 15 Dec 10, 01:31

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by scottspeed »

Une excellente nouvelle !
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19882
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Rick Blaine »

La Septième croix (The Seventh Cross - Fred Zinnemann, 1944)

1936, sept prisonniers s'évadent d'un camp de concentration. Alors qu'ils sont repris un à un, George Heisler (Spencer Tracy), poursuit sa fuite.

La Septième Croix est, en premier lieu, un film de propagande, l'un des premier traitent de l'existence des camps de concentration. Mais c'est surtout un remarquable film noir, au suspens extraordinaire, dans lequel Zinnemann fait preuve du même talent pour le genre que dans Act of Violence quelques années plus tard.
Film oppressant mais baigné par une immense humanité, La Septième Croix maintient son spectateur sous tension de bout en bout entouré par la barbarie nazie mais aussi par une humanité terrée mais résistante, et se révèle être un très grand film.
Mention spéciale à Spencer Tracy évidemment, et à Hume Cronyn également, légitimement nommé à l'oscar du meilleur second rôle pour sa performance émouvante.

Et merci à Jeremy Fox qui avait souligné la qualité de ce film dans le topic film noir, ce qui m'a amené à me jeter dessus. :D