Notez les films naphtas : Août 2011

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7820
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Eusebio Cafarelli »

Nestor Almendros wrote:
magobei wrote:Effectivement. Vu il y a des années à la Cinémathèque, j'en garde un bon souvenir. Tu l'as vu sur quel support, Eusebio? DVD zone 2, BR US?
Je crois qu'il l'a tout simplement vu hier soir sur RTL9 :fiou:
Oui, sur RTL9
Image
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by magobei »

Rick Blaine wrote:
magobei wrote:
Razzia sur la chnouf (Henri Decoin, 1955)

!!attention spoiler!!

Gabin undercover démantèle un réseau de trafic de drogue. Un film engagé - cf. le carton militant anti-drogue d'ouverture - avec quelques gags énormes, et un twist final assez bien amené. Sauf que, rétrospectivement, je trouve qu'on a un peu du mal à croire au personnage de Gabin en trafiquant de came.

7/10
Je n'en suis pas si sur. Il s'agit plus pour la production de se désolidariser de personnages éventuellement séduisants que d'une véritable action morale. On se rapproche à mon sens du carton final du Cave se Rebiffe, et surement d'autres films de l'époque, mais pas nécessairement d'un engagement moral.
Pour moi un grand film noir à la française en tout cas, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur Gabin, pour moi ça à bien fonctionné, ce qui explique comme tu le dis la réussite du twist final. Quelque part, il incarne un chef d'entreprise, dans une activité qui s'organise et se professionnalise -on retrouvera ça dans de nombreux films sur le sujet par la suite- et c'est un rôle qui lui va bien.
Ce n'est pas forcément une critique, mais je trouve le film assez moral (pour ne pas dire moraliste): à travers le personnage pathétique de Léa, par exemple, et à travers celui de Gabin. Jusqu'au twist final, on se dit, tiens dans un milieu aussi pourri, il y a quand même de la place pour des persos plus ambigus. Sauf que non. C'est noir ou blanc.

Mais tu as raison, ça fonctionne bien parce que le personnage du Nantais est en quelque sorte adoubé par le Milieu au début du film, lorsqu'il est introduit à Liski. Toutefois, après qu'on a découvert le pot aux roses, on se demande comment les flics (certes avec l'aide du FBI) ont pu pareillement abuser Liski et consorts. "Suspension of disbelief", me diras-tu. Mais çe me laisse un petit goût d'inachevé...
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19639
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Rick Blaine »

magobei wrote:
Ce n'est pas forcément une critique, mais je trouve le film assez moral (pour ne pas dire moraliste): à travers le personnage pathétique de Léa, par exemple, et à travers celui de Gabin. Jusqu'au twist final, on se dit, tiens dans un milieu aussi pourri, il y a quand même de la place pour des persos plus ambigus. Sauf que non. C'est noir ou blanc.
Oui bien sur, il y a quand même dans le film une séparation clair entre le bien et le mal, tu as raison, mais le fait que Gabin soit associé au milieu pendant la majeur partie du film lui donne quand même un petit côté glamour, et j'imagine que c'est plutôt ça que le carton essaye de tempérer. Sur le fond ce que tu dit est juste, et ce n'est d'ailleurs pas gênant.
magobei wrote: Mais tu as raison, ça fonctionne bien parce que le personnage du Nantais est en quelque sorte adoubé par le Milieu au début du film, lorsqu'il est introduit à Liski. Toutefois, après qu'on a découvert le pot aux roses, on se demande comment les flics (certes avec l'aide du FBI) ont pu pareillement abuser Liski et consorts. "Suspension of disbelief", me diras-tu. Mais çe me laisse un petit goût d'inachevé...
Je comprends, il est vrai que les flics sont très doués dans ce film. :D Mais ça fait parti du truc, l'introduction du Nantais fonctionne suffisamment bien pour faire fonctionner l'histoire à mon sens.
Ceci étant dit j'avoue que je m'étais fait la même remarque à la découverte du film, je trouvais ça un petit peu gros, alors que je n'y ai même pas fait attention lorsque je l'ai revu, lorsqu'on s'attache un tout petit peu moins à suivre les détails de l'histoire. Car du point de vu esthétique, le film est tout de même une formidable réussite, comme dans ses dialogues, et dans la description du milieu indépendamment de l'intrigue 'procédurale' du film.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by magobei »

Breakfast at Tiffany's (Blake Edwards, 1961)

Le film hésite entre deux registres, la comédie et le drame. Le pivot, c'est bien sûr Holly Golightly, incarnée par Audrey Hepburn: à la fois feu follet insouciant (elle aurait pu s'appeler Holly Easygoing), vivant au rythme des partys improvisées dans son appartement (au grand dam de son voisin Yunioshi, ressort comique un peu lourdaud). Mais Holly, c'est aussi une femme qui cache son jeu, cynique (elle troque l'amour pour l'argent), femme entretenue (voire quasi prostituée, "50 $ pour aller dans les toilettes des dames"), dont le portrait enjoué se fissure à mesure que progresse le film. Avec en guise de miroir le personnage de George Peppard, auteur raté et gigolo entretenu par une riche rombière.

Breakfast at Tiffany's joue modérément bien de ce contraste, y gagnant un charme étrange, mais aussi un rythme laborieux. Isolément, les scènes sont souvent très réussies, c'est beau, très léché, mais cela manque aussi singulièrement de souffle, de "liant": un travers d'Edwards que j'avais déjà relevé dans The Party ou What Did You Do in the War, Daddy?

La scène finale, assez émouvante, clot heureusement avec un certain brio un film sinon assez amorphe.

7/10
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Demi-Lune »

Les Comédiens (Peter Glenville, 1967)
On pourra louer la qualité premium du casting (Richard Burton, Elizabeth Taylor, Alec Guiness, Peter Ustinov, Lilian Gish, James Earl Jones...), on pourra saluer le focus mis sur un territoire haïtien peu souvent évoqué au cinéma, on pourra trouver la mise en scène de Glenville classiquement efficace ; mais il n'en restera pas moins que ce film souffre d'une durée trop longue et d'un certain hiératisme général, rendant ainsi l'expérience relativement ennuyeuse.
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by monk »

Image

Vera Cruz de Robert aldrich

Western au Mexique, qui conjugue très bien les obligations du genre en y ajoutant un humour à froid très bien géré. C'est en effet très drôle sans être comique. Loin d'être une comédie, le film cumule de bons moments de tension et pas mal de scène d'action autour du duo d'exception Cooper/Lancaster. Cooper fait son Cooper, et même s'il y a peu de surprise autour de son personnage, il reste parfait dans son rôle. Lancaster, et son sourir carnacier, est un excellent méchant, plus ouvert et ambigüe que la moyenne.
Ajouté à ça de beaux mouvements de céméras, une mise en scène qui sait être serrée ou ample et voilà une vraie régalade.

Le BR US est par contre très décevant. J'aurais peut être du me renseigner avant. Extrèmement bruité, et surtout très hétérogène: de belles scènes au piqué superbe et d'autres complétement floues et délavées :?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Jeremy Fox »

monk wrote:Image

Vera Cruz de Robert aldrich

Western au Mexique, qui conjugue très bien les obligations du genre en y ajoutant un humour à froid très bien géré. C'est en effet très drôle sans être comique. Loin d'être une comédie, le film cumule de bons moments de tension et pas mal de scène d'action autour du duo d'exception Cooper/Lancaster. Cooper fait son Cooper, et même s'il y a peu de surprise autour de son personnage, il reste parfait dans son rôle. Lancaster, et son sourir carnacier, est un excellent méchant, plus ouvert et ambigüe que la moyenne.
Ajouté à ça de beaux mouvements de céméras, une mise en scène qui sait être serrée ou ample et voilà une vraie régalade.
?
Quand tu disais avoir été déçu par Garden of Evil, j'avais hésité à te conseiller celui-ci :wink: J'étais quasi certain que tu aimerais.
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by monk »

Jeremy Fox wrote: Quand tu disais avoir été déçu par Garden of Evil, j'avais hésité à te conseiller celui-ci :wink: J'étais quasi certain que tu aimerais.
Tous les conseils sont les bienvenus :wink: Vera Cruz c'est quand même un film assez facile et somme toute assez fun. Onpourrait lui reprocher des trucs, mais il doit quand même faire assez l'unanimité, non ?
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15053
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Watkinssien »

monk wrote:
Jeremy Fox wrote: Quand tu disais avoir été déçu par Garden of Evil, j'avais hésité à te conseiller celui-ci :wink: J'étais quasi certain que tu aimerais.
Tous les conseils sont les bienvenus :wink: Vera Cruz c'est quand même un film assez facile et somme toute assez fun. Onpourrait lui reprocher des trucs, mais il doit quand même faire assez l'unanimité, non ?
Mon Aldrich préféré, une merveille du genre et précurseur des westerns à venir, je trouve...
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Jeremy Fox »

monk wrote:
Jeremy Fox wrote: Quand tu disais avoir été déçu par Garden of Evil, j'avais hésité à te conseiller celui-ci :wink: J'étais quasi certain que tu aimerais.
Tous les conseils sont les bienvenus :wink: Vera Cruz c'est quand même un film assez facile et somme toute assez fun. Onpourrait lui reprocher des trucs, mais il doit quand même faire assez l'unanimité, non ?
Oui, quasi unanimement apprécié.
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19639
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Rick Blaine »

monk wrote:
Jeremy Fox wrote: Quand tu disais avoir été déçu par Garden of Evil, j'avais hésité à te conseiller celui-ci :wink: J'étais quasi certain que tu aimerais.
Tous les conseils sont les bienvenus :wink: Vera Cruz c'est quand même un film assez facile et somme toute assez fun. Onpourrait lui reprocher des trucs, mais il doit quand même faire assez l'unanimité, non ?
Je pense aussi. Une de mes Aldrich préférés, et un de mes westerns préférés.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by magobei »

Silent Running (Douglas Trumbull, 1972)

Premier film de Trumbull, commis aux effets spéciaux de 2001 et, plus tard, de Blade Runner. Ce qui saute aux yeux dès l'ouverture, avec son ballet de vaisseaux. Mais Silent Running ne tient pas, et de loin, qu'à la qualité de ses FX. Au contraire, Trumbull signe une fable écologique poignante , qui sent la gueule de bois post-hippie: le rêve a perdu, place à la rationalité, à la "standardisation".

On lui passera dès lors quelques touches naïves, à commencer par les drones Huey et Dewey.

7.5/10
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22308
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by cinephage »

magobei wrote:On lui passera dès lors quelques touches naïves, à commencer par les drones Huey et Dewey.
:?
Ces deux robots sont pour moi l'un des atouts du film. On n'avait pas beaucoup de robots non humanoides à cette époque, et ils m'avaient bien plu, ces deux la.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by magobei »

cinephage wrote:
magobei wrote:On lui passera dès lors quelques touches naïves, à commencer par les drones Huey et Dewey.
:?
Ces deux robots sont pour moi l'un des atouts du film. On n'avait pas beaucoup de robots non humanoides à cette époque, et ils m'avaient bien plu, ces deux la.
Ouais, nuançons le propos: pour l'époque, tu as raison, leur design est sans doute novateur, notamment par leur l'interface "non sympathique". En même temps, ils ne s'affranchissent pas complètement du modèle humanoïde, notamment par leur système de locomotion: franchement, vu comme ils se traînent, on a de la peine à croire qu'ils puissent effectuer la maintenance d'un vaisseau de ce tonnage...

Mais ce côté naïf (rétrospectivement) ajoute un petit charme au film. Et surtout, le traitement qu'en fait Trumbull est excellent.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9467
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Notez les films naphtas : Août 2011

Post by Lord Henry »

Castle in the Desert (1942) - Harry Lachman
Image

Invité par un mystérieux message, Charlie Chan (Sidney Toler) se présente à la demeure de l'historien Paul Manderley, érigée en plein désert de Mojave. Il lui appartiendra de démêler les fils d'une machination où des empoisonnements en série semblent incriminer une lointaine descendante de la dynastie des Borgia.

Peintre de vocation, Harry Lachman fut dans l'exercice pictural ce qu'il est convenu d'appeler un "petit maître". C'est dans cet esprit qu'il se prêta aux contingences du métier de réalisateur, mais il n'est pas rare qu'un petit maître se révèle plus petit que maître.
Le Charlie Chan de la Fox bénéficiait néanmoins du soin que le studio prodiguait à ses productions de série B – la Monogram qui devait reprendre la série juste après se garda bien, on le devine, de la même prodigalité. Si rien n'est ici bâclé, il est cependant préférable de ne pas s'attacher au scénario et de s'en remettre à l'atmosphère dans laquelle baignent les soixante-deux minutes de l'intrigue.
Le metteur en scène, quant à lui, est parfaitement à sa place. On n'aurait su attendre qu'il fît mieux – ainsi qu'en atteste sa filmographie – mais on aurait pu craindre qu'il fît pire.
Image