Le Western italien

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Lt John Dunbar
Doublure lumière
Posts: 653
Joined: 15 Apr 03, 10:56
Location: Dans mon tipi avec "dressée avec le poing"

Re: Top Western Spaghetti

Post by Lt John Dunbar »

Grimmy wrote:Ah oui, tu peux retirer "Keoma", très mauvais (mais qui chez certain une très bonne réputation... bizarre, bizarre) , "Le Spécialiste", clairement nul, même si on voit les seins de Françoise Fabian. "El Chuncho", c'est insupportable aussi. Le reste j'ai pas vu, sauf "Le grand silence" que j'ai pas trouvé génial, mais tout à fait regardable; là aussi sa flatteuse réputation m'échappe un peu. Le seul à sortir du lot, c'est "Le dernier face à face", western brillant et intelligent dominé par un grand Gian Maria Volonté.
En même temps, je suis pas un spécialiste du genre, hein :wink:
justement ton avis tres critique m'interresse.
Parce que, moi aussi, j'ai été déçu par le GRAND SILENCE.
Lt John Dunbar
Doublure lumière
Posts: 653
Joined: 15 Apr 03, 10:56
Location: Dans mon tipi avec "dressée avec le poing"

Re: Top Western Spaghetti

Post by Lt John Dunbar »

tenia wrote:
Grimmy wrote:Ah oui, tu peux retirer "Keoma", très mauvais (mais qui chez certain une très bonne réputation... bizarre, bizarre) , "Le Spécialiste", clairement nul, même si on voit les seins de Françoise Fabian. "El Chuncho", c'est insupportable aussi. Le reste j'ai pas vu, sauf "Le grand silence" que j'ai pas trouvé génial, mais tout à fait regardable; là aussi sa flatteuse réputation m'échappe un peu. Le seul à sortir du lot, c'est "Le dernier face à face", western brillant et intelligent dominé par un grand Gian Maria Volonté.
En même temps, je suis pas un spécialiste du genre, hein :wink:
Ah bah merde, c'est ce que je voulais voir. :(
Normalement, je regarde Keoma ce soir, on verra ce que ça donne.
Par contre, j'ai vu El Mercenario, que j'ai beaucoup apprécié, et hier Far West Story, un peu déçu mais c'est pas mal du tout (surtout grâce au trio principal).
alors KEOMA ? c'était comment ?
Grimmy
Assistant opérateur
Posts: 2878
Joined: 1 Feb 04, 11:25

Re: Top Western Spaghetti

Post by Grimmy »

Il n'ose pas répondre. :mrgreen:
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Top Western Spaghetti

Post by hellrick »

Des cinq que tu avais acheté seul Pas de pitié pour les salopards est mauvais, j'aime assez bien les deux Ringo (surtout le retour) et même le Avec Django la mort est là...Le dernier jour de la colère est excellent, un de mes préférés dans le genre.

Sinon je suis fan de Mon Nom est personne, un de mes films cultes...tout comme Django

Tire encore si tu peux et la mort était au rendez-vous sont très bons aussi selon moi...J'avais bien aimé Keoma, faut que je le revoie, il est très bizarre, voire même fantastique, faut aimer, c'est très outré..., si tu n'a pas aimer le grand silence je doute que tu aimes :D

En western "politiques" ou "gauchistes" ou "révolutionnaire" j'aime uniquement le Dernier Face à Face qui est excellent et se trouve facilement pas cher en dvd...sinon j'aime pas El Chuncho et encore moins le pourtant réputé Trois pour un massacre avec le gros Orson...

Le jour du jugement, Sentence de mort, Wanted, adios California, Texas Addios, Django le proscrit...sont pas trop mal mais il faut être accro au genre...Mannaja j'aime bien, ça flirte quasi avec le film d'horreur gore, c'est assez spécial...Black Killer est très médiocre...au passage 90% de ce qui est sorti chez Evidis est médiocre donc... :fiou:

Colorado je l'ai enregistré sur arte, El mercenario je l'ai en stock...à voir donc


Attention quand même, les westerns de Leone sont très différents de la "moyenne" des westerns spag' :wink:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 23815
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Top Western Spaghetti

Post by tenia »

Grimmy wrote:Il n'ose pas répondre. :mrgreen:
Ce n'est pas cela, mais en fait, entre les jeux de la PS3 qu'il faut bien rentabiliser :mrgreen: , et surtout mon rapport de stage et mon PC infecté par un trojan, je n'ai pas encore regardé le film.
Lt John Dunbar
Doublure lumière
Posts: 653
Joined: 15 Apr 03, 10:56
Location: Dans mon tipi avec "dressée avec le poing"

Re: Top Western Spaghetti

Post by Lt John Dunbar »

hellrick wrote:Des cinq que tu avais acheté seul Pas de pitié pour les salopards est mauvais, j'aime assez bien les deux Ringo (surtout le retour) et même le Avec Django la mort est là...Le dernier jour de la colère est excellent, un de mes préférés dans le genre.

Sinon je suis fan de Mon Nom est personne, un de mes films cultes...tout comme Django

Tire encore si tu peux et la mort était au rendez-vous sont très bons aussi selon moi...J'avais bien aimé Keoma, faut que je le revoie, il est très bizarre, voire même fantastique, faut aimer, c'est très outré..., si tu n'a pas aimer le grand silence je doute que tu aimes :D

En western "politiques" ou "gauchistes" ou "révolutionnaire" j'aime uniquement le Dernier Face à Face qui est excellent et se trouve facilement pas cher en dvd...sinon j'aime pas El Chuncho et encore moins le pourtant réputé Trois pour un massacre avec le gros Orson...

Le jour du jugement, Sentence de mort, Wanted, adios California, Texas Addios, Django le proscrit...sont pas trop mal mais il faut être accro au genre...Mannaja j'aime bien, ça flirte quasi avec le film d'horreur gore, c'est assez spécial...Black Killer est très médiocre...au passage 90% de ce qui est sorti chez Evidis est médiocre donc... :fiou:

Colorado je l'ai enregistré sur arte, El mercenario je l'ai en stock...à voir donc


Attention quand même, les westerns de Leone sont très différents de la "moyenne" des westerns spag' :wink:
Ok Hellrick, merci.
A la lecture de ton post, je te mets clairement parmi les fans de western italiens...
makaveli
Doublure lumière
Posts: 442
Joined: 13 May 09, 10:21

Re: Top Western Spaghetti

Post by makaveli »

hormis les westerns de leone que j'adore je connais très peu le western italien.
vu seulement mon nom est personne et dernièrement colorado,des films sympas sans plus.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films naphtas : Août 2010

Post by Kevin95 »

Image

California (Michele Lupo) Image

Il est toujours très intéressant de voir (avec une certaine culpabilité) un genre mourir, victime de sa surproduction, de sa volonté de plaire et non plus de faire et en ce sens, le cinéma de genre italien, s'il est l'un des meilleur au monde (historiquement parlant) il est aussi le plus éclectique et par la même à la fois génial et vulgaire.
Ici nous sommes en 1977, pour les plus sceptiques le genre "western italien" est mort il y a une dizaine d'années avec Il était une fois dans l'ouest de Leone, mais c'est une facilité et un mépris des quelques bons films qui le suivent que je ne pratiquerai pas. L'année 1976 est marqué dans le genre par la sortie de Keoma qui se veut être un film testament (et qui l'est) à l'heure où les ersatz de Trinita on réduit les westerns transalpins en un concours d'humour potache rarement fin souvent ridicule, le film de Castellari revient aux sources et se tire pour le panache une balle dans la tête histoire de ne pas finir sur une note honteuse. Après cela, quelques courageux réalisateurs réutilisèrent le style de Keoma pour eux aussi inscrire le mot fin (mais sans trop y croire) comme Sergio Martino et son sympathique Manneja et donc l'invisible Michele Lupo et son California.
Et bien c'est une très heureuse surprise auquel j'ai eu droit, car California est loin d'être un film mineur dans le genre et offre même une vision certes plus romantique de la fin du genre que Castellari mais tout aussi noir. Aidé par l'implication de son acteur chouchou (Giuliano Gemma), Lupo met tout ce beau monde dans la boue, le brouillard et la pluie (sans être aussi cynique que Corbucci), il montre la corruption, la violence encrée sur le territoire américain et la fin des mythes westerniens de la famille, de la terre et de la conquête du territoire. Il utilise le thème de The Searchers de Ford non pour montrer la solitude du chercheur mais la noirceur et la tristesse de ce qui l'entour. Ainsi lorsque Gemma retrouve sa bien aimé, celle-ci est un objet de consommation, elle a été violé on s'en doute de multiples fois à la vue d'un client qui paye le produit sans une once de retenu, car pour Lupo tout y est vendable du moment qu'on y mette le prix.
Le scénario n'est pas un modèle du genre, mais la mise en scène elle, inspiré, suffit à rendre le récit captivant et désenchanté. Oui California mérite vraiment le coup d'œil pour tout ceux qui ne hurlent pas au blasphème dès qu'il voient un western spaghetti.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12781
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Notez les films naphtas : Août 2010

Post by hellrick »

Kevin95 wrote:Image

Le scénario n'est pas un modèle du genre, mais la mise en scène elle, inspiré, suffit à rendre le récit captivant et désenchanté. Oui California mérite vraiment le coup d'œil pour tout ceux qui ne hurlent pas au blasphème dès qu'il voient un western spaghetti.
Le meilleur film sorti chez Evidis dans leur collection western spagh', dommage qu'il n'ait pas été édité dans une belle copie par Seven7 ou autre car la copie est à l'image des autres Evidis :twisted: (et dire que certains se plaignent de Bach Films :fiou: )
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films naphtas : Août 2010

Post by Kevin95 »

hellrick wrote:Le meilleur film sorti chez Evidis dans leur collection western spagh', dommage qu'il n'ait pas été édité dans une belle copie par Seven7 ou autre car la copie est à l'image des autres Evidis :twisted: (et dire que certains se plaignent de Bach Films :fiou: )
Ça fait très cinéma de quartier c'est sympa ! :mrgreen:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Akrocine
Régisseur
Posts: 3239
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Top Western Spaghetti

Post by Akrocine »

Keoma de Enzo. G. Castellari

Un chef d'oeuvre du western Spaghetti! Une réalisation maitrisé, Franco Nero qui dégage un présence incroyable! Une B.O soigné et entrainante. Et une histoire originale.

Je me demande si je ne vais pas en faire ma 1ère critique avec des captures à coupé le souffle :shock:
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange
Vivi
Stagiaire
Posts: 24
Joined: 9 May 10, 00:59

Re: Top Western Spaghetti

Post by Vivi »

J'aime bien le western rital avec tout le kitch qui va avec. J'en ai vu pas mal, certains incontournables, d'autres moins. Voici ceux que j'ai retenu:

la trilogie des dollars Leone
Il était une fois la Révolution Leone
Il était une fois dans l'Ouest Leone
Le Mercenaire Corbucci
Django Corbucci
Companeros Corbucci
Keoma Castellari
La Mort Était Aux Rendez-vous Giulio Petroni
Tire encore si tu peux Giulio Questi
Le temps du massacre Lucio Fulci
Colorado Sollima
Le Retour De Ringo Duccio Tessari

Vu Le Grand Silence mais pas trop aimé bizarrement, faudrait que je lui redonne sa chance!
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films naphtas : Septembre 2010

Post by Kevin95 »

Image

Sentence de mort (Mario Lanfranchi) Image

Film de vengeance comme les trois quart de la production de westerns italiens, Sentence de mort n'est pourtant pas banal ou commun car réalisé par un homme peu habitué au genre, Lanfranchi (c'est un metteur en scène d'opéra à l'origine) est donc la mise en scène apporte des éléments neufs pour un récit finalement peu original.
L'introduction du film en est d'ailleurs symbolique, on voit le héros se venger de la première personne de sa liste (Richard Conte) mais le tout dans un mélange temporel où se mêle sans ordre particulier la raison de la vengeance, le début de celle-ci et finalement sa conclusion. Un montage lorgnant du coté d'Alain Resnais dont visiblement c'est plus ou moins inspiré Tarantino pour son Kill Bill (même intrigue et même effet de montage) qui par la suite ne se réitère pas (le film est linéaire) mais offre tout de même quelque partis pris originaux, tel le fait de cacher les scènes de violence (un tir est cadré sur une glace vierge par exemple) ou des ellipses osés car occultant beaucoup d'informations (on passe d'un plan sur le visage d'une femme à un plan du même visage ensanglanter sans précisions aucune à propos du temps écoulé et cela est répété plusieurs fois le long du film).
Mais pour revenir à Sentence de mort en lui-même, tout l'intérêt est moins dans sa conclusion que dans son principe qui marche un peu comme un film à sketch. Peu importe que le héros gagne, le principale est de savoir qui est le nouveau méchant et comment va-t-il l'avoir. Scénaristiquement ce n'est pas limpide certes, mais parce que les bad guys sont tous différents et interprétés par des stars, le jeu est prenant. Ainsi le segment avec Adolfo Celi en prête psychopathe est sadique à souhait (je ne vous raconte même pas comme notre héros s'en sort) et le final avec un Tomas Milian déchainé (pléonasme ?) vaut à lui seul le coup d'œil. Bon ce n'est pas un chef d'œuvre, le scénario est comme dit précédemment mal construit et la mise en scène si elle est inventive s'attache peu aux personnages surtout celui principal (c'est certain que Lanfranchi se fout complètement du genre) mais Sentence de mort est une vraie réussite car baroque et osé et sort du lot avec panache.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
1kult
Monteur
Posts: 4624
Joined: 27 Sep 10, 00:54

Re: Top Western Spaghetti

Post by 1kult »

Deux westerns transalpins cette semaine sur 1Kult :

- Tire encore si tu peux : petit bijou baroque fait par un réalisateur qui de toute évidence n'était pas un fan du genre... et pourtant, la magie opère ! Giulio Questi est définitivement un faux réalisateur de cinéma populaire qu'il aime dynamiter. Résultat : 3 films, trois films inclassables appartenant bien à des genres spécifiques.

http://www.1kult.com/2011/02/18/tire-en ... io-questi/

- Le Jour du Jugement de Mario Gariazzo : Là c'ets un peu plus délicat... malgré une bonne réputation, ce film du genre tardif semble traîner à suivre de manière un peu molle les codes et tics de ses précédents collègues. A voir ce genre de prod, on comprend mieux le succès des Trinita et autres westerns flageollets...

http://www.1kult.com/2011/02/18/le-jour ... -gariazzo/

:wink:
1Kult.com, le Webzine du cinéma alternatif en continu !
------------
Le site : http://www.1kult.com
Le facebook : http://www.facebook.com/1kult
le twitter : http://www.twitter.com/1kult
Le compte viméo : http://www.vimeo.com/webzine1kult
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Top Western Spaghetti

Post by Demi-Lune »

La Mort était au rendez-vous (Death rides a horse) (Giulio Petroni, 1967)

A part les films de Sergio Leone, j'avoue mal connaître le genre du western spaghetti. Avec un regard relativement inexpérimenté, La Mort était au rendez-vous est un cas d'étude assez intéressant pour mesurer l'empreinte léonienne laissée dans cette frange cinématographique transalpine. Avec son casting (Lee Van Cleef, Luigi Pistilli), sa B.O. de Morricone, son "héros" qui paraît volontairement ressembler physiquement à Clint Eastwood, son tandem improbable et vachard en quête de vengeance, ce film s'abreuve au puits d'Et pour quelques dollars de plus sans en déployer la maîtrise technique et l'inventivité. D'abord, le pitch est intéressant mais la mécanique finit par faiblir un peu par répétitivité, avant que le film s'achève de manière très classique. Ensuite, Petroni n'est pas un grand réalisateur et si son utilisation du Scope offre quelques plans d'ensemble fort plaisants, sa mise en scène reste le plus souvent banale, voire hésitante, avec des moments efficaces (l'ouverture violente sous la pluie, le finale) mais aussi des scories dont il serait injuste de ne pas reconnaître qu'elles participent, rétrospectivement, au charme du film (je pense notamment à ces effets quand John Philip Law se retrouve face à chacun de ses anciens tourmenteurs et signes distinctifs plutôt ridicules, que Tarantino reprendra scrupuleusement dans Kill Bill). Un Tarantino qui fut manifestement marqué par l'expérience car en plus de cet emprunt, la géniale B.O. de Morricone, implacable, galopante et baroque, figurant aisément parmi ce que le maestro italien a composé de meilleur dans le genre, accompagne maintenant les destinées des héros de Kill Bill et d'Inglourious Basterds tandis que la trame de La Mort était au rendez-vous semble devenir, depuis Kill Bill, la structure matricielle du cinéma référentiel de Tarantino.

Mais le film de Petroni s'apprécie fort heureusement non pour la postérité qu'il a acquise bien malgré lui, mais pour certaines qualités propres qui en font un très recommandable divertissement. L'amateur de Leone retrouvera avec plaisir le goût du sable, la sécheresse, l'amoralité, le tempo, un certain ludique enfantin avec les deux compères qui jouent à se faire tour à tour des crasses, et la cruauté (avec bien entendu cette scène où le héros est enterré jusqu'à la tête sous un soleil plombant, une coupelle d'eau à trente centimètres et du sel plein la bouche) caractéristiques, et savourera le défilé de trognes patibulaires, dans une danse avec la mort littéralement sublimée par la musique (c'est vraiment une démonstration exemplaire, pour ceux qui en douteraient encore, de ce que Morricone peut transfigurer ce qu'on voit à l'écran) et le charisme tranquille de Lee Van Cleef, qui compense sans forcer la fadeur de son jeune acolyte. Le film réserve même un petit twist, certes prévisible, mais qui permet certainement de ranger l'ensemble dans le haut du panier du western spaghetti. J'ai vraiment bien aimé, malgré toutes les faiblesses évidentes.



J'avais déjà la B.O. entière, mais quand même, quelle beauté !