L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Demi-Lune »

ImageImageImage

Une grande œuvre, assurément. C'est marrant que j'aie pu dire concernant Soleil Vert que le film aurait gagné à avoir un réalisateur plus expérimental que Richard Fleischer, car L’Étrangleur de Boston invalide totalement l'idée que je m'étais - hâtivement - fait du cinéaste : Fleischer propose ici quelque chose d'assez culotté et innovant formellement, et il n'hésite pas à bousculer les canons narratifs et scéniques. En termes d'innovation formelle, L’Étrangleur de Boston s'inscrit dans cette forme américaine de "déconstructivisme" des années 1960/70 (recherches de nouvelles formes, de nouveaux moyens d'expression, souvent en opposition aux canons traditionnels) dont l'illustration la plus symbolique et la plus littérale est l'utilisation du procédé balbutiant de split-screen. La même année que L'Affaire Thomas Crown de Jewison, Fleischer en fait un usage remarquable et surtout, légitime à des fins dramatiques (l'éclatement de l'écran, qui donne au film un caractère instable, participe de la tentative d'approche d'un éclatement social et psychologique). On n'en est pas encore à l'intellectualisation du split-screen à la De Palma, mais Fleischer tente clairement d'explorer ses possibilités d'expression et de ne pas en rester au stade de gadget. Malgré tout, à mon sens on n'échappe pas toujours à un certain goût de l'ostentation proche de la démo clinquante et je rejoindrai Beule sur la lacune du procédé qui n'est pas encore assez porteur de chaos pour traduire vraiment le désordre mental absolu de l'assassin, et donc oppresser le spectateur.

Pour autant, le format large permet au cinéaste de se livrer à un travail de montage dans le plan (exemple au hasard : un travelling avant vers une barrière s'arrête au niveau de barreaux, dont les interstices deviennent alors des vignettes qui s'animent fébrilement) qui reste encore aujourd'hui épatant. Toute aussi épatante est la mise en scène à proprement parler, qui progressivement devient plus nettement un "acteur" de la narration et plus seulement un "support" pour l'expérimentation de montage. En effet, alors qu'on se focalise sur la psyché de l'étrangleur (et c'est encore plus vrai quand il est acculé face au souvenir de son autre personnalité), Fleischer prend le pari, sans doute audacieux pour l'époque, de renseigner sur la folie de Curtis non de manière descriptive et médicale, mais de manière fondamentalement visuelle. Les angles déformants, les images subliminales, les surimpressions, les changements de couleur, l'éclatement mémoriel impliquant une variabilité chronologique (cf. les flash-backs et flash-forward mentaux) et géographique (cf. la présence de Fonda là où il ne devrait pas être), la fragmentation ou a contrario la fluidité (montage très cut versus plans-séquences), ont force de témoignage. Certes, cette approche immersive peut paraître aujourd'hui commune, mais ça n'enlève rien à l'intelligence et l'efficacité de ce qui est mis en œuvre ici. Du point de vue de la construction scénaristique, c'est là aussi intéressant car L’Étrangleur de Boston propose presque deux films en un, avec d'une part une enquête policière réaliste et documentée, avant de basculer totalement dans l'autre camp, celui du tueur, que l'on suivra dès lors de ses meurtres et sa prostration finale, séquence tétanisante. En donnant la parole aux deux parties, Fleischer gomme ainsi les repères moraux du spectateur qui se retrouve ainsi bien mal à l'aise face à l'humanité et la fragilité émotive d'un assassin (formidable Tony Curtis) qu'il avait appris pendant une heure à détester. A mes yeux, on tient là un film important, un standard pour les études de serial-killers ultérieures, qui s'il a vieilli sur quelques points marginaux, reste toujours aussi étonnant et choquant. Seule ombre au tableau : le carton final, dont le message m'a rappelé bien malgré moi une certaine rhétorique d'un ancien Ministre de l'Intérieur. :mrgreen: :oops:
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Jericho »

J'ai bien aimé le film, mais j'avais trouvé le première heure un peu longue. Quand les flics se mettent à chercher le tueur, sans succès...
Dès lors que l'on sait que le responsable est Tony curtis, il y a un faux suspens, évidemment.
Ensuite, passé la première heure, le point de vue adopté est celui de l'assassin, à ce moment là j'ai trouvé l'intrigue passionnante.
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17806
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Kevin95 »

Il est intéressant de voir ce film comme le premier opus d'un diptyque opéré par Fleischer autours d'une même thématique à savoir la psyché d'un meurtrier comme on tenté de le faire un certain Hitchcock (Psycho) ou Michael Powell (Peeping Tom).

Un diptyque sous forme de miroir déformant où ce The Boston Strangler fait face trois ans plus tard à 10 Rillington Place, film à priori plus froid, sobre presque clinique face au premier. Aux expérimentations de The Boston Strangler Fleischer prends ses distance avec le tueur anglais.

Il serait temps d'éditer 10 Rillington Place en DVD pour pouvoir pleinement établir des liens entre ces films.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by jacques 2 »

Kevin95 wrote: Il serait temps d'éditer 10 Rillington Place en DVD pour pouvoir pleinement établir des liens entre ces films.
Et comment : longtemps qu'il est attendu celui là ...
J'ai toujours lu beaucoup de bien à son propos mais ne l'ai jamais vu ... :(
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19637
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Rick Blaine »

Kevin95 wrote:Il est intéressant de voir ce film comme le premier opus d'un diptyque opéré par Fleischer autours d'une même thématique à savoir la psyché d'un meurtrier comme on tenté de le faire un certain Hitchcock (Psycho) ou Michael Powell (Peeping Tom).

Un diptyque sous forme de miroir déformant où ce The Boston Strangler fait face trois ans plus tard à 10 Rillington Place, film à priori plus froid, sobre presque clinique face au premier. Aux expérimentations de The Boston Strangler Fleischer prends ses distance avec le tueur anglais.

Il serait temps d'éditer 10 Rillington Place en DVD pour pouvoir pleinement établir des liens entre ces films.
On pourrait en fait parler de triptyque, car Compulsion, 10 ans avant l'étrangleur de Boston, me parait assez indissociable de ces deux là sur la question de la Psyché meurtrière, même si c'est fait d'une manière plus théorique.

Les 3 existent bien en DVD mais Rillington Place et Compulsion ne bénéficient pas de STF.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Nomorereasons »

J'ai vu ce film il y a peu et y ai trouvé un charme suranné bien agréable. On est en plein 68 avec, on le devine aisément, une équipe vieillissante soucieuse de montrer qu'elle peut faire aussi "libéré" que les petits jeunes et qui décide par conséquent de montrer avant eux le côté caché de l'humanité jusqu'alors: personnages frappadingues et grimaçants (excepté, bien sûr, le tueur!), homosexuels et lesbiennes, balais enfoncés dans le fondement, voyeurisme tous azimuts: ah mais c'est qu'elle va comprendre sa douleur la génération naissante ! on baisait avant eux, d'abord !! Bref, c'est suffisamment violent et "sensationnel" pour plaire à tout le monde. L'intrigue se suit avec plaisir durant la première heure et quart, et la dernière demi-heure où l'on fait rebondir l'intrigue à coups de séances d'hypnose est du pur thriller psychanalytique futuriste et donne toute sa patine au film. Tony Curtis y est excellent, les incrustations d'écran surprennent et puis le film est bien fichu et bien rythmé, bref une bonne détente que cet "Etrangleur de Boston" (qui vaut bien Frenzy d'Hitchcock, à mon avis).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by AtCloseRange »

Je l'ai revu hier et je dois faire un mea culpa puisque Tony Curtis y est en fait très bon alors que dans mon souvenir, il en était le point faible (j'ai en fait dû le voir en VF à l'époque, ceci expliquant cela).
C'est donc bien une des réussites de Fleischer même si j'aurais bien quelques griefs.
Tout d'abord, pas forcément convaincu par l'utilité du split screen notamment dans la première partie d'autant que lorsqu'on maîtrise le scope comme Fleischer, c'est un peu se tirer une balle dans le pied. Autre point qui m'a chiffonné: le coup du médium et l'interpellation qui s'ensuit. J'ai trouvé ça assez grossier (et pour le coup, fantaisiste en diable en contraste avec le ton général assez sec du film). Dernier point (souvent relevé sur imdb): on sent le film attaché à une certaine véracité or il semble bien (sans connaître les détails précis de l'histoire originale) qu'on soit ici en plein délire psychanalytique assez éloigné des faits et ça se ressent parfois un peu trop. Je pense notamment aux flashs de Curtis qui trouve une explication fantaisiste à ses traces de morsure.
Un film n'est pas un documentaire mais il y a une certaine contradiction à vouloir aborder ce fait divers réel avec une approche informée et se laisser aller (pour la spectacularité de la performance de Curtis?) à ce genre de déformation des faits.
Bon, je cherche la petite bête mais ça m'empêche de considérer le film comme réussite totale.
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Federico »

Bon, d'abord bravo pour l'analyse de ce très grand film, Mr Fox ! Mais c'est presque trop court... :wink:

Sur les sentiments ambigus éprouvés par le personnage de Fonda, Fleischer s'était peut-être aussi souvenu qu'il fut cet autre John Doe pris (à tort, lui) pour un assassin chez Hitchcock. Et puis c'est drôle de penser que la même année 68, il sera le terrifiant gunman d'Il était une fois dans l'Ouest, sans doute son plus grand rôle de salopard.

J'aurais aussi ajouté le chouette clin d'oeil au Portrait de Dorian Gray amené par le personnage joué par Hurd Hatfield, esthète raffiné vivant au milieu d'oeuvres d'art dans un somptueux appartement qu'on dirait décoré par Albert Lewin.

Enfin, détail idiot mais qui m'a toujours amusé : c'est en cette fameuse année 68 que Michel Legrand composera un de ses plus fabuleux thèmes intitulé... The Boston wrangler. :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89595
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Jeremy Fox »

Federico wrote:Bon, d'abord bravo pour l'analyse de ce très grand film, Mr Fox !
Je m'occupe de mettre les liens vers chaque mise en ligne mais je ne suis pas l'auteur de tous les textes :mrgreen:

C'est notre collaborateur Pierre Charrel qu'il faut féliciter :wink:
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by AtCloseRange »

Je tique vraiment sur cette défense enthousiaste du spilt screen comme outil quasiment génial pour dynamiser la narration. Si c'était vraiment le cas, le procédé n'aurait pas été aussi peu utilisé. Dans la deuxième partie du film, quand il représente les actions conjuguées du violeur et de ses victimes, il y a un suspense qui s'installe et le procédé prend son sesn mais dans la première, montrer systématiquement d'un côté les voisines et les co-locataires et de l'autre la victime, je trouve ça vraiment léger et sans grand intérêt.
C'est un peu un gadget et je ne pense pas que le film y gagne grand chose. Les expérimentations visuelles de la dernière partie (comme Fonda intégré dans les souvenirs de de Salvo) me semblent plus intéressantes.
Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Père Jules »

Jeremy Fox wrote:Je m'occupe de mettre les liens vers chaque mise en ligne mais je ne suis pas l'auteur de tous les textes :mrgreen:
Ne minimise pas tes mérites, pour un type né avant la naissance du Pong c'est déjà énorme.

:mrgreen: :arrow:
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Père Jules »

AtCloseRange wrote:Je tique vraiment sur cette défense enthousiaste du spilt screen comme outil quasiment génial pour dynamiser la narration.
Pas revu depuis un bout le Fleischer mais c'est typiquement le truc qui m'avait empêché de complètement apprécier L'ultimatum des trois mercenaires d'Aldrich. Je trouve au contraire que ça plombe un peu la narration, au-delà du fait qu'esthétiquement, ce soit un choix douteux.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Federico »

Jeremy Fox wrote:
Federico wrote:Bon, d'abord bravo pour l'analyse de ce très grand film, Mr Fox !
Je m'occupe de mettre les liens vers chaque mise en ligne mais je ne suis pas l'auteur de tous les textes :mrgreen:
C'est notre collaborateur Pierre Charrel qu'il faut féliciter :wink:
Toutes mes excuses à lui. Je finis par m'y perdre entre pseudos et signatures de critiques... :)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: L'Etrangleur de Boston (Richard Fleischer - 1968)

Post by Federico »

Père Jules wrote:
AtCloseRange wrote:Je tique vraiment sur cette défense enthousiaste du spilt screen comme outil quasiment génial pour dynamiser la narration.
Pas revu depuis un bout le Fleischer mais c'est typiquement le truc qui m'avait empêché de complètement apprécier L'ultimatum des trois mercenaires d'Aldrich. Je trouve au contraire que ça plombe un peu la narration, au-delà du fait qu'esthétiquement, ce soit un choix douteux.
C'est vrai que le split screen était alors un truc à la mode. Je trouve que Fleischer en fait plutôt bon usage mais c'est un élément presque accessoire comparé au reste de son remarquable travail de mise en scène.

Et puis, la plus belle utilisation du split screen que je connaisse, on la doit à la télévision :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz